Stephen King défend la série Under the Dome

Under the DomeStephen King s’est adressé à ses fans par l’intermédiaire d’une lettre, et plus particulièrement à ceux qui se plaignaient des nombreuses différences qui existaient entre la série réalisée par Steven Spielberg et son roman Under the Dome.

Voici le long message qu’il leur a fait parvenir:

Pour ceux d’entre vous qui se sentiraient lésés en constatant que la version télévisée Under the Dome est très différente de celle du livre, voici une petite histoire.

Vers la fin de sa vie, bien longtemps après que ses meilleurs nouvelles aient été écrites, James M. Cain accepta d’être interviewé par un étudiant en journalisme qui s’occupait des rubriques art et culture dans son journal du lycée. Le jeune home commença son interview en se lamentant sur la façon dont Hollywood avait changé ses livres The Postman Always Rings Twice et Double Indemnity.

Avant qu’il n’aille plus loin dans son discours, le vieil homme l’interrompit en pointant son doigt vers une étagère de livres, juste derrière son bureau.

 » Les Films ne les ont pas changés du tout, fils  » lui dit-il.  » Ils sont tous là. Chaque mot est identique à ceux que j’avais écrits.  »

Je ressens la même chose à propos de Under the Dome. Si vous avez aimé le livre quand vous l’avez lu la première fois, il est toujours là, à votre disposition. Mais ça ne signifie pas que la série est mauvaise, car elle ne l’est pas. Et, si vous regardez attentivement, vous pourrez constater que chacun de mes personnes est toujours là, bien que certains aient été fusionnés et que d’autres aient changé de métier.

C’est vrai aussi pour les choses importantes, comme l’émeute du supermarché, la raison pour laquelle tout ce propane a été stocké ou le problème de la diminution des ressources.

La plupart des changements apportés par Brian K. Vaughan (le showrunner de la série) et son équipe d’écrivains étaient une nécessité et je les ai approuvés sans réserve, a indiqué l’auteur, qui a aussi tenu à préciser:

Certains des changements ont été nécessaires car ils prévoyaient de maintenir le dôme sur la ville de Chester’s Mills durant quatre mois, alors qu’il y reste à peine un peu plus d’une semaine dans le livre. De plus, l’histoire de l’origine de ce dôme a été complétement retravaillée.

Quand la série en était encore au stade de la planification, ma seule préoccupation était la ré-imagination qui devait avoir lieu, et cette préoccupation était d’un ordre purement pratique.

Si la clef du mystère avait été la même à la télévision et dans le livre, tout le monde l’aurait connue rapidement et ça aurait gâché le plaisir. (D’ailleurs, de nombreux lecteurs n’avaient pas aimé mon explication, de toutes façons).

De la même manière, ça aurait gâché la série si vous aviez connu les personnages à l’avance. Quelqu’un qui meurt dans le livre, Angie, par exemple, vit dans la version télévisée de Chester Mill… au moins pour un moment. Et quelqu’un qui survit dans la livre peut ne pas être aussi chanceux dans la série. Je dirais juste ça.

Écoutez, j’ai toujours été un écrivain situationnel.

La vérité c’est que lorsque je commence une histoire, j’ai habituellement une idée de générale d’où ça va se finir, mais, bien souvent, je me retrouve dans un endroit totalement différents. (je pensais, par exemple, que Ben Mears allait mourir à la fin de Salem).

 » Le livre est le chef  » avait l’habitude de dire Albert Bester, et ça signifie pour moi que c’est la situation qui est le chef. Si vous jouez avec les personnages, laissez-les jouer leur rôle en fonction de leurs forces et de leurs faiblesses-vous ne pourrez jamais vous tromper. C’est impossible.

Il y a seulement un élément de mon roman qui devait rester le même dans le livre et dans la série, et c’était le dôme lui-même. Vous devez penser au roman et à la série que vous pouvez suivre sur CBS comme à deux frères jumeaux.

Les deux sont sortis de la même source créative, mais vous serez capable de les distinguer. Ou alors, si vous êtes fan de Science-fiction, imaginez les comme des versions alternatives d’une même réalité.

Pour ma part, je prends plaisir à regarder cette réalité alternative se dérouler et je pense toujours qu’il n’y a aucun endroit qui ressemble au Dôme.

Quand à vous, lecteurs assidus, n’hésitez pas à ressortir le livre de vos bibliothèques à chaque fois que vous le désirez. Rien n’a changé entre les couvertures.

Stephen King

27 Juin 2013

Lorsque j’ai commencé à regarder Under the Dome,  je dois avouer  que je m’attendais à retrouver une histoire et des personnages que je connaissais déjà. Mais ça n’a pas été le cas, les changements entre la série et le roman de Stephen King sont énormes. L’histoire, les personnages, leur caractère ont été entièrement retravaillés, de nouveaux éléments ont été ajoutés et ça m’a quelque peu perturbée au début.

Puis, après avoir vu quelques épisodes, il devenait évident que le livre de Stephen King avait été extrêmement édulcoré, trop même. L’histoire a été revue afin de proposer une série politiquement correcte, un spectacle familial, et c’est tellement perceptible que ça en est parfois pesant.

Par contre, je pense qu’avoir changé l’explication finale est une bonne idée. C’est plutôt excitant de découvrir une autre possibilité au dôme. La série n’est pas sans intérêt mais il ne faut pas s’attendre à y retrouver la trame du  livre. Under the Dome n’est pas une série adaptée du livre de Stephen King, mais plutôt une série inspirée de son livre. Il faut la percevoir comme une nouvelle aventure et faire abstraction de tout ce que l’on pouvait connaitre du roman. Tout sauf Chester’s Mill… et le Dôme, bien évidemment.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>