Le Procès du Démon

De nombreux films relatent les étranges phénomènes auxquels furent confrontés Ed et Lorraine Warren au cours de leur carrière. Certains films, comme Conjuring: Les Dossiers Warren ou encore Amityville, La Maison du Diable sont devenus célèbres, alors que d’autres, comme le téléfilm Le Procès du Démon (The Demon Murder Case) de William Hale, n’ont pas connu la même notoriété. Le Procès du Démon est donc un téléfilm inspiré d’une histoire vraie, l’affaire du Diable du Connecticut.

La Possession de David Glatzel

Arne Cheyenne Johnson, dix-huit ans, pensait épouser sa petite amie, Debbie Glatzel, à l’automne. Le jeune couple avait d’ailleurs trouvé la maison idéale. Elle était jaune avec des volets verts olive, légèrement en retrait dans les bois sur la vieille route d’Hawleysville, près de Brookfield, dans le Connecticut. Elle possédait un puits à l’arrière, un détail qui pouvait semblait anodin mais qui avait son importance.

Le 3 juillet 1980, Arne et Debbie allèrent nettoyer le vieux ranch qu’ils venaient de louer, et ils amenèrent avec eux les trois petits frères de Debbie, qui étaient âgés de onze à quatorze ans. Dans la plus grande des chambres, se trouvait un matelas à eau appartenant aux précédents locataires, et pendant un moment, ils s’amusèrent à se jeter dessus, riant de l’étrangeté de sa surface ondulée. Seul David, un garçon de onze ans aux cheveux en désordre, refusa de s’y essayer. Il n’aurait pas su dire pourquoi, mais l’objet qui le mettait mal à l’aise.

Les trois petits frères de Debbie avaient été délégués au nettoyage. David balayait la grande chambre, il était seul dans la pièce, quand un vieil homme fantomatique, vêtu d’une chemise à carreaux et d’un jean, le poussa brusquement sur le matelas à eau. « Méfiez-vous ! » lui conseilla-t-il avant de disparaître.

Terrifié, David courut à l’extérieur. Debbie et Arne, qui n’avaient pas assisté à la scène, supposèrent qu’il était sorti car il s’ennuyait, tout simplement.

Une fois le ménage terminé, ils retournèrent tous ensemble chez Judie et Carl Glatzel. Arne et Debbie vivaient chez eux en attendant de s’installer dans leur propre maison. Judy Glatzel, la mère de Debbie, était âgée de quarante-cinq ans. Elle était mariée à Carl, qui travaillait comme mécanicien, et elle élevait leurs quatre enfants, trois garçons et une fille.

Lors du repas du soir, David raconta ce qu’il avait vu aux membres de sa famille, et il leur expliqua que le vieil homme lui avait dit qu’il s’en prendrait à Arne et Debbie s’ils emménageaient dans la maison.

Peu après minuit, il se réveilla en larmes, criant qu’il avait vu une horrible bête dans sa chambre. Au beau milieu de la nuit, il se remit à crier, et il expliqua à ses parents que le vieil homme était venu le visiter une nouvelle fois. Son apparence était différente, mais il l’avait reconnu. Il lui était apparu sous la forme d’un homme à la peau noire, comme brûlée, avec de grands yeux noirs, un visage mince et bestial, des dents acérées, des oreilles pointues et des pieds de cerf. Pour Judy, son fils ne mentait pas : « Je l’ai cru instantanément. J’avais lu des choses sur le surnaturel, et j’avais écouté une conférence des Warren. Quand il nous a expliqué ce qu’il avait vu, j’ai pensé que c’était un fantôme ».

Tout au long de la nuit, ils entendirent des bruits étranges, qu’ils attribuèrent au vent ou à des animaux rôdant dans le grenier. Le lendemain matin, David affirma avoir été battu par la créature.

Au cours des jours suivants, la situation dégénéra complétement. « Nous vivions un enfer », affirma par la suite Judy. La nuit, David se tordait sur son lit, il disait des obscénités, il pleurait, criait et se débattait. Des mains invisibles le tiraient, l’étranglaient, il hurlait de douleur sous des coups de couteaux invisibles. Il prétendait que l’esprit maléfique parlait en latin, et qu’il venait pour son âme. Il hurlait sans arrêt, « Il vient pour moi, il vient pour moi », et rien ne pouvait le calmer. Le démon semblait invisible pour tous, sauf pour lui. Parfois, il devenait violent, et il agressait sa mère. Il lui crachait dessus, la frappait, et à une occasion, il l’avait même attaquée avec un couteau.

Ses parents avaient dû se résoudre à dormir en journée. La nuit, ils l’écoutaient parler des méfaits de la créature, qu’ils avaient fini par surnommer « La Bête ». Ils veillaient sur leur fils, et ils tentaient de le maintenir alors que son corps était parcouru de spasmes et de convulsions rapides, qui duraient parfois plus de trente minutes.

Désespérée, Judy décida de demander de l’aide à l’église catholique. Un prêtre de l’église de Saint-Joseph lui donna des chandelles et de l’eau bénite, en vain. Tous les membres de la famille pensaient que David était victime d’une entité maléfique, sauf son père, Carl Gratzel, et son grand frère, Carl Junior, quatorze ans. Ils se montraient souvent agressifs, et se moquaient d’eux parce qu’ils croyaient en des histoires de vieille femme. Ils disaient qu’ils étaient tous devenus fous, et que David avait plus besoin de soins psychiatriques que d’autre chose.

Quelques jours plus tard, le prêtre se rendit chez eux pour bénir la maison, mais son intervention resta sans effet aucun. Il estimait la créature démoniaque, mais il ne voulait pas tenter un exorcisme en raison de son mauvais état de santé, aussi conseilla-t-il à Judy de téléphoner à certaines de ses connaissances, Ed et Lorraine Warren, les célèbres enquêteurs du paranormal.

L’Enquête d’Ed et Lorraine Warren

Ed et Lorraine Warren acceptèrent immédiatement de s’occuper de l’affaire. Ils vinrent les visiter avec un médecin de Bridgeport, le Dr Anthony Giangrasso. À leur arrivée, Carl Sr essaya de les dissuader d’entrer dans la maison, affirmant que tous les membres de sa famille étaient devenus fous, mais Judy les accueillit avec soulagement.

« Il y avait une tension énorme qu’on aurait pu trancher au couteau dans cette maison », expliqua Lorraine. « Alors que Ed interrogeait le garçon, j’ai vu une forme brumeuse noire près de lui, qui m’a indiqué que nous avions affaire à quelque chose de maléfique. Il se plaignait de mains invisibles qui l’étouffaient, et il avait des marques rouges sur lui. Il a aussi indiqué qu’il avait le sentiment d’être frappé ».

Arne, Debbie et Judy confirmèrent les propos de David. Ils avaient tous vu David être battu et étranglé par des mains invisibles, qui lui avaient laissé des traces rouges autour du cou.

Lorraine le pensait possédé par plusieurs démons. Elle pouvait sentir la présence de La Bête, et le fait que David l’ait vue et entendue si aisément dès le début indiquait qu’il s’agissait d’une entité d’une rare puissance. Elle s’inquiétait de la rapidité avec laquelle les phénomènes avaient progressé. Deux semaines à peine s’étaient écoulées depuis la première rencontre de David avec la créature, et son état ne cessait de s’aggraver.

Au cours des semaines suivantes, David se mit à grogner, à siffler, à parler avec des voix étranges, et à citer des passages de la Bible ou du poème « Le Paradis Perdu ». Il disait qu’il voyait des esprits, et des démons.

Les membres de sa famille n’étaient pas épargnés. Un jour, la Bête téléphona à son frère pour lui dire de se méfier. Une nuit, une main verdâtre s’extirpa du plancher pour attaquer Debbie, qui était dans son lit. À une autre occasion, elle aperçut clairement le visage de la créature : « J’ai vu un visage avec des dents déchiquetées et des yeux noirs comme le charbon. Il avait des cornes et des oreilles pointues. Des lumières clignotantes sont apparues sur le mur et j’ai entendu ma mère et Cheyenne m’appeler par mon nom ».

Ed et Lorraine Warren visitaient régulièrement la famille, et ils étaient témoins de nombreuses manifestations. Des objets lévitaient, des meubles étaient projetés dans les airs, des livres changeaient mystérieusement de place, et des moules à gâteau s’envolaient tout droit vers le plafond de la cuisine pour y laisser une empreinte collante. À une occasion, ils avaient même vu un petit dinosaure en plastique appartenant à David, marcher tout seul, et une voix gutturale était sorti du jouet, qui leur avait dit : « Attention, vous allez tous mourir ! »

Finalement, l’église catholique réalisa trois exorcismes mineurs sur David. Pour le premier, quatre prêtres étaient présents. Ils lui demandèrent combien de démons résidaient à l’intérieur de son corps, et il leur récita une liste de quarante-trois noms. « Ça a été l’une des nuits les plus terrifiantes de ma vie », raconta Lorraine. « Il n’y avait pas un démon, il y en avait quarante-trois ». Elle expliqua également que durant le rituel, des marques étaient apparu sur le corps de David, qu’il s’était mis à léviter, et qu’il s’était arrêté de respirer un moment, obligeant les prêtres à faire une pause pour le réanimer.

Interrogé par la presse, Nicolas Grieco, le directeur des communications pour le diocèse de Bridgeport, affirma qu’aucun exorcisme formel n’avait été pratiqué par l’église car la famille avait refusé de consulter un psychiatre. En réalité, Judy Glaztel avait bien amené David voir un psychiatre à Bridgeport. Il lui avait fait payer soixante-quinze dollars pour une heure de consultation, et il lui avait annoncé que la prochaine fois, il voulait voir toute la famille. Faute de finances, elle avait décidé d’arrêter là. Les prêtres concernés ne firent aucun commentaire, et trois d’entre eux furent rapidement transférés dans d’autres paroisses.

La Possession d’Arne Cheyenne Johnson

Arne Johnson, était un garçon très poli, un bon vivant qui travaillait dur, mais durant les séances d’exorcisme, il provoquait continuellement les démons, leur demandant de prendre son corps plutôt que celui de David. « Prenez-moi », criait-il. « Prenez-moi à sa place ! »

Une nuit, après avoir vu les démons battre cruellement David, Arne menaça de les retrouver et de les renvoyer en Enfer. David était comme un petit frère pour lui, et sa souffrance lui était insupportable. Quelques jours plus tard, il sortit faire quelques courses. Il roulait en direction du supermarché quand sa voiture devint brusquement incontrôlable. Prenant de vitesse, elle fonça tout droit dans un arbre. Au même moment, il aperçut quelque chose, « qui ressemblaient exactement au Diable », grimper tout en haut du même arbre. Horrifié, il tenta de sortir du véhicule, mais les portières refusèrent de s’ouvrir, et il dut attendre les secours. Sa voiture avait été gravement endommagée, mais fort heureusement, il était indemne.

Peu de temps après, David lui raconta que la Bête était sortie du puits, derrière leur maison. Fou de colère, Arne décida alors de l’affronter. Soutenus par un exorciste, Ed et Lorraine tentèrent de l’en empêcher, mais il refusa de les écouter. Un jour, il se rendit près du puits, et il aperçut le démon. À son retour, il semblait grandement perturbé. Il se souvenait avoir longuement regardé au fond des yeux noirs de la Bête, mais de rien d’autre.

Au cours de la même période, Judy et Carl consultèrent un psychiatre pour leur fils. Depuis le mois de novembre, David avait été placé dans une école privée pour enfants perturbés à cause un petit problème d’apprentissage, mais son état continuait à s’aggraver. La situation était devenue tellement pénible que Debbie et Arne décidèrent de quitter la maison.

Debbie avait trouvé du travail comme toiletteuse pour chien au Brookfield Pet Motel, et son employeur, Alan Bono, avait mis un petit appartement à sa disposition.

Le comportement de Arne se mit alors à changer. Jeune homme exemplaire, il n’avait jamais eu de problème avec la justice. Il jouait au baseball, et chantait dans la chorale de l’église. Il n’avait pas fait de grandes études, il avait été obligé d’arrêter l’école pour aider sa famille, mais il ne s’en plaignait pas. À noël, il avait utilisé son salaire de livreur de journaux pour acheter à sa mère une vieille voiture pour qu’elle n’ait pas à se rendre au travail à pied.

Mais maintenant, Debbie s’inquiétait. Il se comportait tellement bizarrement qu’elle se demandait s’il n’était pas possédé. Parfois, il tombait dans des sortes de transes. Il grognait, et affirmait voir une bête. Lorsqu’il reprenait ses esprits, il n’avait aucun souvenir de ses crises. Exactement comme David.

Le 16 février 1981, par une journée particulièrement froide, Arne appela le Tree Service Wright pour signaler qu’il avait mal à la gorge et qu’il ne viendrait pas travailler. Au cours de la matinée, ses petites sœurs, Wanda et Janice, quinze et treize ans, et sa cousine Mary, neuf ans, lui demandèrent de les emmener voir Debbie toiletter les chiens, et il y consentit.

Alan Bono se trouvait déjà sur place. Il ne vivait pas à Brookfield depuis très longtemps. Sa sœur était propriétaire des chenils, et elle lui avait demandé de venir les gérer.

Âgé d’une quarantaine d’années, aimait parler de lui-même, des choses qu’il avait faites, des lieux qu’il avait vus. Pour Debbie et Arne, qui avaient passé toute leur vie dans une petite ville et qui avaient connu des moments difficiles, sa vie semblait passionnante et aventureuse. À midi, Alan les invita à déjeuner dans un bar local, dans un petit centre commercial. Il but du vin rouge, et leur raconta de vieilles blagues. Arne et Debbie burent un peu de vin eux-aussi, mais moins que lui. Il buvait toujours beaucoup, c’était habituel. Après le repas, ils retournèrent aux chenils.

L’après-midi se déroula normalement, sans incident notable. Arne répara la stéréo, et Arne monta immédiatement le son. La musique était très forte, fatigante nerveusement. Agacée, Debbie proposa aux filles d’aller chercher une pizza à emporter, mais en chemin, elle commença à s’inquiéter.

— Dépêchez-vous, les pressa-t-elle. Nous devons revenir rapidement.

— Pourquoi ? lui demanda Wanda.

— Il va y avoir du grabuge.

Elle n’aurait pas su l’expliquer, mais elle sentait comme une tension dans l’air.

À leur retour, Alan leur proposa de le suivre à l’étage, dans son appartement au-dessus des chenils. Il alluma alors la télévision, et il commença à frapper la paume de sa main avec son poing, encore et encore. « Allez, on s’en va », dit alors Debbie. Tout le monde se dirigea alors vers la sortie, sauf Alan, qui attrapa Mary avant qu’elle ne passe la porte. « Lâche-là », lui ordonna alors Debbie, mais il refusa de l’écouter. Arne, qui se trouvait déjà près de la voiture, revint alors sur ses pas. « Allez, arrête tes conneries », lui dit-il. « Laisse-la partir. »

Alan relâcha alors Mary, qui courut se réfugier dans la voiture, et il recommença à frapper sa main de son poing. Wanda attrapa le bras de son frère, qui était dur « comme de la pierre », et elle tenta vainement de l’entraîner vers la voiture. Au même moment, Arne se mit à grogner comme un animal, puis un éclair lumineux déchira l’air, et regardant droit devant lui, il se dirigea vers les bois.

Alan continua à frapper la paume de sa main de son poing pendant quelques secondes, et brusquement il s’effondra, face contre terre. Il avait reçu trois ou quatre coups de couteau à la poitrine, et un dans le ventre. La plaie partait de son estomac, et elle allait jusqu’à la base de son cœur. Près de son corps, gisait l’arme qu’Arne portait toujours sur lui, un couteau avec une lame de treize centimètres.

Quelques heures plus tard, Arne décéda de ses blessures. Découvert à trois kilomètres du lieu du drame, Arne fut incarcéré au centre correctionnel de Bridgeport avant d’être libéré sous caution pour la somme de cent vingt-cinq mille dollars.

Le lendemain, Ed et Lorraine Warren appelèrent la police de Brookfield pour l’informer que Arne Cheyenne Johnson était possédé au moment du meurtre. Bien évidemment, personne ne les crut. Convaincus de son innocence, ils racontèrent alors toute l’affaire à la presse, et l’histoire devint rapidement célèbre. Martin Minnella, l’avocat d’Arne Johnson, déclara qu’il recevait des appels provenant du monde entier. Il était tellement connu que des passants l’arrêtèrent dans les rues de Londres, où il s’était rendu pour rencontrer des avocats impliqués dans des affaires similaires. À son retour, il demanda aux prêtres qui avaient participé aux exorcismes de témoigner, et comme ils se montraient réticents, il menaça de les assigner en justice.

Me Minella et Arne Cheyenne Johnson

Le procès débuta le 28 octobre 1981, à Danbury. Me Minnella tenta de plaider la non responsabilité par possession démoniaque, un fait sans précédent, mais le juge, Robert Callahan, rejeta sa demande, en soulignant qu’une telle défense était impossible car elle n’était pas scientifique.

Me Minnella dut alors abandonner l’idée de prouver la possession démoniaque, et il se rabattit sur la légitime défense. Le jury, qui n’entendit jamais parler de sa théorie, délibéra pendant trois jours et quinze heures. Le 24 novembre 1981, Arne Cheyenne Johnson fut condamné pour homicide involontaire au premier degré à une peine allant de dix à vingt ans de prison. Il effectua cinq ans de prison avant d’être libéré pour bonne conduite. Il retrouva alors Debbie, avec qui il s’était marié en prison, et qui l’avait attendu.

Démêlés Juridiques

Arne Cheyenne Johnson

En 1983 l’affaire inspira un téléfilm, Le procès du démon (The Demon Murder Case). La même année, Gerald Brittle écrivit un livre sur la possession démoniaque de Arne Cheyenne Johnson, en collaboration avec Lorraine Warren, The Devil in Connecticut, et les bénéfices furent partagés avec la famille. Plus concrètement, deux mille dollars furent versés à Judy et Carl Gratzel.

En 2006, un épisode de la série A Haunting: Where Demons Dwell (Saison 2, Épisode 4), retraça toutes l’histoire. La même année, l’ouvrage de Gerald Brittle fut réédité. À cette occasion, Carl Jr et David Glatzel poursuivirent les auteurs et éditeurs pour violation de leur droit à la vie privée, diffamation et « affliction intentionnelle de détresse émotionnelle ».

David reprochait aux auteurs de le montrer comme violent et abusif envers sa famille et d’autres personnes. Carl Jr prétendait que la possession démoniaque était un canular inventé par Ed et Lorraine Warren, qui avaient exploité sa famille et la maladie mentale de son frère, et il en voulait de l’avoir décrit comme un homme mauvais car il ne croyait pas aux phénomènes surnaturels. Il affirmait également que les enquêteurs du paranormal avaient promis à ses parents que l’histoire ferait d’eux des millionnaires, et qu’elle aiderait à faire sortir Arne Cheyenne Johnson de prison. Par la suite, il écrivit lui-aussi un livre, Alone Through The Valley, pour raconter sa version des événements.

Arne Cheyenne Johnson et Debbie soutenaient que la possession démoniaque était réelle, et que leur famille avait porté plainte pour se faire de l’argent. En réponse aux critiques, Gerald Brittle, expliqua que le livre avait été écrit à la demande de Judy et Carl Gratzel, qui voulaient que leur histoire soit racontée, qu’il possédait toujours les vidéos de leurs cent heures d’entretien, et qu’ils avaient tous signé le manuscrit avant qu’il ne soit mis sous presse.

Ed et Lorraine Warren défendirent leur travail jusqu’à leur dernier souffle, affirmant que le garçon était vraiment possédé, que six prêtres en avaient convenu, et que tous les phénomènes rapportés étaient réels.

Source : The Devil in Connecticut de Gerald Brittle.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
8 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Lara
2 années plus tôt

Les gens croivent pas c’est soûlant. La possession démoniaque ça existe bordel et les Warren c’est les best ! Du coup le mec posséder est mort de ses blessures ?, désolé j’ai pas trop suivit avec tous les noms ! Et heu… le Démon vient d’où ?

Merlicha
Merlicha
2 années plus tôt
Reply to  Lara

croient !!!! croient !!! putain comment tu peux dormir paisiblement en écrivant croivent ???

Lara
2 années plus tôt
Reply to  Merlicha

Ho c’est bon j’ai juste écrit croivent au lieu de croient c’est quoi ton problème !! Dieu existe et les démons aussi !! tu verras ça a ta mort et si t’y crois pas t’ira en enfer !

eden
eden
1 année plus tôt
Reply to  Lara

Et la grammaire et la conjugaison aussi, et méritent tout autant de respect

Ntr
Ntr
1 année plus tôt
Reply to  Lara

Croient *

Lesage
Lesage
1 année plus tôt
Reply to  Lara

En fait ces entité sont dans des dimensions, certains vont dire dans le bas astral (l’enfer). ce sont comme des reptiliens, qu’on appel sous le nom de draco. Il peuvent prendre n’importe quel apparence pour faire peur au gens, ils ne donneront pas leur identité pour éviter d’être reconnu comme leur nom. C’est difficile a réussir a leur demander leur nom car ils savent qu’une partie de leur identité et reconnu. C’est déjà arrivé car le vatican a une liste de nom de ses démon. Une petite anecdote, sachez que le mot « démon » et en verlan qui veux dire « monde ».… Read more »

Tessvador
Tessvador
7 mois plus tôt
Reply to  Lara

Tu peux dormir tranquille, je peux t’assurer que tu n’es pas possédée par le démon de l’orthographe 🙂

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings