Un Signe de l’Au-Delà

Des Pennies de l'Au-Delà

Michelle Gordon McDougal était très proche de sa grand-mère, qu’elle appelait « Nana. » « Dès le premier jour, ma grand-mère et moi avons eu une relation privilégiée. Je suis née le jour de son trente-neuvième anniversaire, par une froide matinée de décembre. La première de ses sept petits-enfants. Nous avons fêté quarante-cinq anniversaires ensemble, généralement avec deux gâteaux côte à côte. Au fil des ans, nous avons partagé de nombreuses expériences. Des voyages et du camping en famille, des sorties shopping entre filles le week-end, des jeux de cartes autour de la table, etc. Mais je préférais ces moments calmes où nous pouvions juste nous asseoir et parler. Que ce soit en personne ou au téléphone, nous avons parlé de tout. »

Michelle savait que sa grand-mère l’aimait, mais elle ne se doutait pas des sacrifices qu’elle avait faits pour elle. « Comme beaucoup de gens de sa génération, elle était une âme bienveillante, une femme généreuse. Plus tard dans la vie, j’ai appris à quel point c’était vrai. J’avais seulement dix jours quand j’ai eu une pneumonie. J’ai failli en mourir. Ma mère et mes grands-parents ont engagé une infirmière pour s’occuper de moi. Je n’avais jamais vraiment réfléchi à la façon dont ils l’avaient payée, jusqu’à ce que mon grand-père me le raconte, quelques années plus tard. Il a dit : « Mit, ta grand-mère a travaillé trois fois plus dans le magasin de chaussures pour aider ta mère à payer pour cette infirmière. Elle rentrait à la maison avec ses doigts en sang d’avoir cousu tant de chaussures. Elle se lavait rapidement, puis courait droit vers toi pour s’assurer que tu allais bien. Elle t’aimait à ce point. » » Michelle n’en a jamais parlé à sa grand-mère, pour ne pas l’embarrasser.  « Si ça, c’est pas de l’amour… Je n’ai jamais demandé confirmation à ma grand-mère, car je crois qu’elle n’aurait pas voulu le reconnaître. Elle avait une âme humble et belle, et même sans connaître cette histoire, elle était déjà pour moi la meilleure grand-mère du monde. »

Michelle McDougal et sa Grand-Mère

Michelle McDougal et sa Grand-Mère

Et puis un jour, Michelle a appris que la vieille dame était malade, et la nouvelle l’a anéantie. « Le monde s’est écroulé quand on lui a diagnostiqué un cancer. Mais comme à son habitude, elle s’est battue avec acharnement et au bout de deux ans, elle a retrouvé la santé. Nous avons donc tous été très surpris lorsque le médecin a annoncé que son cancer était revenu et qu’il ne pouvait rien faire pour elle. Moi-même, ma mère, ma cousine et deux tantes, nous passions nos nuits auprès de Nana à tour de rôle. J’ai eu tellement de bonnes conversations avec elle au cours des derniers mois… mais il y en a une que je n’oublierai jamais. La dernière bonne nuit de Nana, je l’ai passée avec elle. Nous avons ri et mangé de la nourriture chinoise en regardant certaines de ses émissions préférées, puis nous avons parlé d’un projet à but non lucratif que je venais de commencer en son honneur, Smile Through The Storm. Après, je lui ai tenu la main et j’ai dit : « Nana, quand tu seras au paradis, envoie-moi plein de pennies pour que je sache que tu es toujours près de moi. » Elle s’est mise à rire et m’a répondu : « D’accord, Mit. » Nana est décédée deux jours plus tard, le soir de Thanksgiving. »

Immédiatement après son décès, Michelle a commencé à trouver de petites pièces de monnaie un peu partout dans sa maison. Pas seulement quelques-unes, mais des dizaines et des dizaines. Ces dizaines se sont transformées en centaines. Sa mère a plaisanté, et elle lui a dit : « Michelle, tu aurais dû lui dire de t’envoyer des billets de vingt dollars ! » Mais Michelle ne voulait rien de plus. Sa grand-mère lui envoyait le signe qu’elle lui avait demandé. À chaque fois qu’elle trouvait un nouveau penny, elle murmurait : « Merci Nana, je t’aime. » Elle en découvrait dans les endroits les plus étranges. Dans une pièce où elle venait de passer l’aspirateur, dans une boîte contenant un cadeau qu’elle lui avait offert, etc.

Finalement, elle a décidé de tous les garder et elle a commencé à les entasser dans des bocaux. Elle avait envie d’en faire quelque chose de spécial, quelque chose en l’honneur de sa grand-mère, mais elle ne savait pas vraiment quoi. Et puis un jour, elle a eu une idée. « Quatre ans après son décès, j’ai enfin réalisé ce que je voulais faire de mes pennies tombés du ciel. Avec l’aide de mon mari, j’ai assemblé les vieilles planches d’une grange, et j’ai commencé à coller soigneusement chaque centime. Les souvenirs de Nana ont rapidement envahi mon esprit et les larmes me sont montées aux yeux. Il fallait que ce soit un cœur. Rien d’autre n’aurait pu symboliser un amour aussi profond. J’ai pris une carte qu’elle m’avait donnée, et je l’ai scannée sur mon ordinateur. Mon mari a soigneusement recopié les mots « Amour et Bisous, » et ma machine a imprimé la touche finale. Mes yeux étaient remplis de larmes, mais mon cœur était plein d’amour. »

Coeur en Pennies

Source : Pennies from Heaven.

Partager:
Pour marque-pages : Permaliens.

Commentaires

avatar
  Subscribe  
Me prévenir