Le Cas de Natalia

L’histoire vécue par Kristine et Michael Barnett rappelle étonnamment le film « Esther, » et elle est tout aussi terrifiante. En 2010, ils ont adopté une petite fille d’origine Ukrainienne, Natalia Grace. Ne disposant que de 24 heures pour finaliser la procédure d’adoption d’urgence, ils se sont rendus dans un centre d’adoption en Floride pour signer les documents et rencontrer leur fille « âgée de six ans. » Ils ne savaient pas grand-chose sur elle. Née le 4 septembre 2003, Natalia était arrivée aux États-Unis deux ans auparavant, et elle avait besoin d’un foyer immédiatement parce que ses parents adoptifs précédents l’avaient soudainement abandonnée pour des raisons inconnues. Kristine aurait voulu les interroger, mais elle n’a pas osé. « Par compassion pour leur situation, je n’ai pas voulu les forcer à donner des informations sur ce qui n’allait pas, » a-t-elle expliqué. Natalia souffrait d’un trouble de la croissance osseuse, la dysplasie spondylo-épiphysaire. Elle mesurait quatre-vingt-dix centimètres, et elle avait du mal à se déplacer. « Elle était extrêmement nerveuse. Vous pouviez voir qu’elle allait avoir besoin de beaucoup de soutien et de soins. Sur le parking, nous avons immédiatement remarqué qu’elle ne pouvait pas marcher. Il n’y avait rien dans la paperasse indiquant cela. »

Au début, Kristine et Michael étaient ravis. « J’ai toujours voulu avoir une famille nombreuse mais j’ai eu de très graves complications lors de ma grossesse et je ne peux plus avoir d’enfants, » a expliqué Kristine. « À cette époque, j’avais une vie privilégiée. J’avais le sentiment que si j’avais la capacité d’aider une autre personne dans le monde, je devais le faire. » Ils ont organisé une grande fête pour l’arrivée de Natalia, et ils l’ont amenée à Disney World avec ses trois frères. Ils ont mangé des glaces et des friandises, fait des batailles d’oreillers, et elle a commencé à prendre de l’assurance. Peu de temps après, ils sont allés à la plage, et elle a fait quelque chose qui les a laissés sans voix. « Les garçons se sont précipités dans l’eau et Natalia voulait qu’on la porte jusqu’à l’océan. Michael et moi étions physiquement épuisés, et nous lui avons demandé d’attendre quelques minutes. Alors elle s’est juste levée et s’est jetée dans l’eau. Je me souviens avoir regardé Mike et m’être demandée : « Que se passe-t-il ? Elle ne pouvait pas marcher il y a une seconde et maintenant elle se lève et court. »

Kristine et Michael

Kristine a commencé à se poser des questions quand elle lui a donné son premier bain. « J’ai remarqué qu’elle avait les poils pubiens. J’étais tellement choquée. On venait de me dire qu’elle avait six ans, et il était évident que ça n’était pas le cas. » a-t-elle expliqué. Au fil du temps, elle a remarqué d’autres particularités. Natalia ignorait ses poupées et ses jouets, mais elle recherchait la compagnie des adolescents, et son vocabulaire était bien trop élaboré pour un enfant de son âge. « À l’époque, je dirigeais une petite école et je me souviens qu’elle m’a dit : « Ces enfants sont épuisants, je ne sais pas comment tu fais. » Je lui ai répondu : « Tu es supposée être une enfant toi aussi. » C’était quelque chose qu’une autre mère aurait pu dire en déposant ses enfants. Il est très difficile de deviner son âge car elle a un style unique. Mais à ce moment-là, j’ai commencé à croire qu’elle était probablement une adolescente. Je n’avais aucun regret. C’était ce que je voulais faire. J’éprouvais un amour accablant pour elle. »

Peu de temps après, Kristine a retrouvé des vêtements ensanglantés dans la poubelle, et elle a compris que Natalia avait ses règles et qu’elle essayait de le dissimuler. Troublée, elle a demandé de l’aide à son médecin de famille. Le Dr Andrew MacLaren lui a fait passer des tests de densité osseuse, révélant un âge effectif de quatorze ans ou plus. Kristine a alors remplacé ses tenues de princesse et ses robes roses par des vêtements plus appropriés. Elle l’a interrogée sur son âge, et Natalia a commencé à se montrer menaçante. Elle badigeonnait les miroirs de sang, et parlait de les poignarder pendant leur sommeil. « Elle faisait des déclarations et dessinait des images disant qu’elle voulait tuer des membres de la famille, les enrouler dans une couverture et les enterrer dans le jardin, » a raconté Kristine. « Elle se tenait debout au-dessus des gens au milieu de la nuit. Vous ne pouviez pas dormir. Nous avons dû cacher tous les objets tranchants. Je l’ai vue mettre des produits chimiques, de l’eau de javel, et du Windex ou quelque chose comme ça dans mon café. Je lui ai demandé : « Qu’est-ce que tu fais ? » Elle a dit : « J’essaye de t’empoisonner. »

Parfois, quand elle était vraiment très mal, Natalia disait qu’elle entendait des voix. Sa mère, qui s’inquiétait, lui a fait suivre une thérapie, et Natalia a été diagnostiqué sociopathe et schizophrène. Elle a passé environ un an à se faire soigner, et elle a effectué plusieurs séjours au St Vincent Indianapolis Stress Center. À une occasion, elle aurait avoué avoir plus de dix-huit ans à un psychiatre. Lors d’une sortie pour son anniversaire, elle a tenté d’entraîner Kristine contre une clôture électrique, et elle a été placée dans une unité psychiatrique. Elle a alors raconté qu’elle avait essayé de tuer plusieurs membres de sa famille et qu’elle ne regrettait rien, qualifiant même ses tentatives d’amusantes. En mars 2012, le Dr Andrew MacLaren a écrit une lettre affirmant que la date de naissance de Natalia était fausse et qu’elle mentait en prétendant être un jeune enfant. Il pensait qu’elle avait dupé tout le monde, ses parents et les autres médecins. En juin, Kristine et Michael ont saisi la Cour supérieur à Indianapolis, dans l’Indiana, et ils ont demandé à ce que l’âge de Natalia soit corrigé pour lui permettre de recevoir un traitement psychiatrique adéquat. Le juge Gerald S. Zore a reconnu que les allégations du couple étaient justifiées, et il a changé sa date de naissance.

Officiellement, Natalia avait vingt-deux ans, elle était majeure, mais ses parents continuaient à la soutenir. À sa sortie de l’hôpital psychiatrique, ils lui ont loué un appartement. Ils l’ont également aidée à obtenir un numéro de sécurité sociale, une pièce d’identité, des bons alimentaires et des prestations sociales. À un certain moment, elle s’est retrouvée expulsée de son appartement à cause de son comportement, et ils lui ont loué une maison à Lafayette. Kristine lui téléphonait tous les jours. Elle lui avait promis de s’occuper d’elle et de l’aider financièrement pendant un an, exactement comme elle l’aurait fait pour ses autres enfants. Elle lui avait proposé de reprendre ses études pour obtenir son baccalauréat et étudier la cosmétologie, et Natalia semblait enthousiaste. « J’ai cosigné le bail et payé le loyer d’avance pour un an. J’ai fait tout ce que vous faites quand votre enfant va à la fac. Je l’ai aidée à faire les courses et à acheter des meubles chez Target. J’étais optimiste, elle avait un plan concret pour sa vie. Elle avait des coupons alimentaires. Elle avait un revenu de la sécurité sociale pour le reste de ses affaires. Elle avait démontré qu’elle était capable de vivre seule. »

En 2013, Kristine a publié un mémoire sur son fils Jacob, un génie de la physique. La même année, toute la famille est partie s’installer au Canada pour accompagner l’enfant prodige, qui devait rejoindre l’Institut Perimeter de physique théorique à Waterloo. Alors brusquement, Natalia a arrêté de répondre à ses appels. Kristine était inquiète. Avant de partir, elle était passée la voir, et certains détails l’avaient troublée. Elle se demandait si Natalia continuait à prendre ses médicaments, et elle craignait qu’elle ne rejoue à la petite fille pour se faire adopter par une famille peu méfiante. « J’avais trouvé une petite robe rose dans son placard et une petite bicyclette rose garée à côté de sa maison. Je l’aurais bien forcée à reprendre le traitement, mais je ne pouvais plus le faire parce qu’elle était adulte. Elle a arrêté de communiquer avec moi. J’ai reçu une lettre indiquant que Michael n’était plus le bénéficiaire de son revenu de sécurité sociale, et qu’elle l’avait remplacé par un autre. La dernière fois que nous avons parlé au téléphone, elle m’a dit qu’elle préparait des spaghettis pour sa nouvelle famille. »

La Maison de Natalia

Natalia a été expulsée de sa maison en mai 2014, après avoir « oublié » de payer son loyer. Elle n’a laissé aucune adresse, mais le directeur de son école a signalé sa disparition, et elle a été retrouvée chez des voisins en septembre. Elle a raconté à la police que ses parents adoptifs l’avaient laissée seule quand ils avaient émigré au Canada, et qu’elle ne les avait pas revus depuis. Elle avait subi deux tests de densité osseuse à l’hôpital pour enfants, en 2010 et en 2012, et son âge avait été estimé à huit et onze ans. Son témoignage a été considéré comme fiable et crédible. Après une enquête de cinq ans, Kristine et Michael, qui ont divorcé en 2014, ont été inculpés pour « négligence envers une personne à charge. » Lors de son arrestation, Michael aurait prétendu que Natalia était mineure, et qu’il en était conscient au moment de son départ. « L’affidavit de la police n’est pas vrai. Michael n’a jamais dit qu’il savait que Natalia était une enfant, » a déclaré son avocat, Terrence Kinnard. « La police a frappé à sa porte et elle lui a parlé pendant trois heures sans la présence d’un avocat. Ses déclarations ont clairement été sorties de leur contexte. Mon client et moi ne savons absolument pas pourquoi le procureur a choisi de porter ces accusations à l’encontre de mon client et de Kristine. L’affidavit a été très sélectif dans les rapports médicaux qu’il a choisi de citer. »

Michael avait revu Natalia en 2016, au tribunal de Lafayette. Antwon et Cynthia Mans, un couple qu’il ne connaissait pas, avaient déposé une demande pour obtenir sa tutelle. Ils voulaient prouver qu’elle était mineure, et faire rétablir sa date de naissance d’origine. Kristine et Michael s’y étaient opposés, affirmant que Natalia était une adulte. « Natalia vivait seule et un couple voulait devenir son gardien. Pensant qu’elle était encore une enfant, le couple a tenté de faire annuler la décision de 2012, » a expliqué l’avocat de Michael. « Cette fois, la procédure a été encore plus approfondie. Non seulement le juge a examiné les rapports médicaux et les autres documents, mais des témoins ont comparu devant le tribunal pour expliquer pourquoi ils étaient certains que Natalia avait vingt-deux ans. Le juge a confirmé les résultats initiaux et le couple a abandonné la demande de tutelle. Ce qui est le plus troublant à ce sujet, c’est que Michael m’a dit que l’enquêteur de la police à la tête des dernières accusations portées contre eux était déjà présent à ce moment-là. »

Natalia a disparu depuis presque trois ans, et personne ne sait où elle se trouve, ni les autorités, ni sa famille, ni ses amis. Margaret Axson, qui vivait dans la même rue et fréquentait le même centre d’apprentissage pour adulte qu’elle, a raconté que brusquement, elle avait cessé d’aller en classe, et qu’elle ne l’avait pas revue depuis. Natalia réapparaîtra-t-elle un jour ? Nul peut le dire. Elle s’est peut-être trouvée une nouvelle famille, et autre maison. En attendant, ses parents ont été libérés sous caution, et ils clament leur innocence. « Je n’ai abandonné personne, » a déclaré Kristine en étouffant ses larmes. « Ces accusations sont absolument dévastatrices. Les médias disent que je suis un bourreau d’enfants, mais il n’y a pas d’enfant ici. Natalia était une femme. Elle avait ses règles. Elle avait des dents d’adulte. Elle ne grandissait pas, alors que même les enfants atteints de nanisme poursuivent leur croissance. Les médecins ont tous confirmé qu’elle souffrait d’une grave maladie psychologique diagnostiquée seulement chez les adultes. Dès le premier jour, c’était une mission d’amour. Mais lorsque vous amenez un enfant chez vous, vous vous attendez à ce qu’il soit un enfant. Être accusé de cela est pour moi un abus de conscience. C’est horrible. »

Dernières nouvelles : Des utilisateurs de Facebook pensent avoir retrouvée Natalia. Elle vivrait actuellement avec  le couple qui avait demandé sa tutelle trois ans auparavant, le pasteur Antwon Mans, trente-six ans et son épouse Cynthia Mans, trente-neuf ans.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
3 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
mélanie
mélanie
2 années plus tôt

c’est vraiment immonde de ce faire passer pour un ou une enfant et de faire vivre ça a des parents alors que il souhaitent juste faire une adoption pour être combler du vide qu’ils sont …

Lara
2 années plus tôt

Putain quand je pense que c’est tenue d’une histoire vraie bordel !! Cette adulte ira en enfer pour avoir menti et menacer des gens aussi aimant de mourir !! Sérieux ils ont tout fait pour elle et il l’aimait contrairement à moi et mes parents et j jure que bordel j’ai envie de la trucider cette psychopathe qui ruine des familles !!

Kyky
Kyky
2 années plus tôt

Cette histoire fait froid dans le dos… Je comprends pas comment on peut « relâcher » d’un HP une psychopathe pareille…

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings