Le Diagnostic des Voix

Femme qui Hurle

Le 21 décembre 1997, le British Medical Journal a publié un article du Dr Ikechukwu Obialo Azuonye, alors psychiatre consultant dans une clinique. Il racontait l’histoire d’une femme, qu’il présentait comme Mme A.B., que des voix supposément hallucinatoires avaient prévenue d’une tumeur.

Née en Europe au milieu des années 1940, Mme B. s’était installée en Grande-Bretagne à la fin des années 1960. Après avoir occupé divers emplois, elle s’était mariée, puis elle avait fondé une famille et depuis, elle se consacrait à temps plein à son foyer. Elle jouissait d’une bonne santé, n’avait jamais été hospitalisée, et elle n’allait que rarement consulter son médecin. Ses enfants bénéficiaient de la même heureuse nature, et ils ne lui posaient aucun problème particulier.

Un jour de l’hiver 1984, alors qu’elle lisait, assise dans un fauteuil du salon, elle a entendu une voix distincte dans sa tête. Elle lui a dit : « S’il vous plaît, n’ayez pas peur. Je sais que ça doit être choquant pour vous de m’entendre vous parler comme ça, mais je n’ai pas trouvé de moyen plus simple. Mon ami et moi avions l’habitude de travailler à l’hôpital pour enfants, sur Great Ormond Street, et nous aimerions vous aider. » Mme B. avait déjà entendu parler de l’hôpital pour enfants, mais elle ne savait pas où il se trouvait et ne l’avait jamais visité. Ses enfants allaient bien, et elle n’avait aucune raison de s’inquiéter pour eux. Elle se posait des questions sur sa santé mentale quand la voix a recommencé à parler dans sa tête : « Pour vous prouver que nous sommes sincères, nous aimerions que vous vérifiez les renseignements suivants. » La voix lui a alors donné trois informations distinctes, sur des sujets dont elle ignorait tout à l’époque. Elle les a vérifiées, elle a constaté qu’elles étaient vraies, mais cela ne l’a aidée en rien. Après réflexion, elle est arrivée à la conclusion qu’elle était « devenue complétement folle. »

Paniquée, elle a couru chez son médecin de famille, lequel l’a envoyée chez un psychiatre, le Dr Azuonye. « Je l’ai vue à la clinique psychiatrique ambulatoire et j’ai diagnostiqué une psychose hallucinatoire fonctionnelle. Je lui ai donné des conseils généraux, et je lui ai prescrit des médicaments, dont de la thioridazine. » Au grand soulagement de Mme B., les voix dans sa tête ont disparu après quelques semaines de traitement, et elle en a profité pour partir en vacances. Malheureusement, alors qu’elle était à l’étranger et qu’elle prenait toujours de la thioridazine, les voix sont revenues. Elles lui ont dit : « Retournez immédiatement en Angleterre. Quelque chose ne va pas chez vous, vous devez recevoir un traitement immédiatement ! »

Ikechukwu Obialo Azuonye
Dr Azuonye

Troublée, Mme B. a alors commencé à croire en la réalité des voix. Elle est revenue à Londres et elle est retournée voir le psychiatre qui l’avait déjà reçue en consultation externe à la clinique. À ce moment-là, les voix lui ont donné une adresse et elles lui ont demandé de s’y rendre. À contrecœur, juste pour la rassurer et lui prouver que le problème était bien dans sa tête, son mari l’a amenée à l’adresse en question, le département de tomographie informatisée d’un grand hôpital londonien. Quand elle est arrivée là, les voix lui ont dit de rentrer et de demander une exploration du cerveau pour deux raisons bien précises. Elle avait une tumeur du cerveau, et son tronc cérébral était enflammé. Comme les voix lui avaient révélé des choses qui s’étaient révélées vraies dans le passé, Mme B. a cru chacun de leurs mots.

Le lendemain, elle est retournée voir le Dr Azuonye. Le psychiatre n’avait relevé aucun symptôme d’une tumeur au cerveau, mais elle était dans un tel état de détresse qu’il a fini par céder. Pour la rassurer, il a demandé une scintigraphie cérébrale. Il a aussi écrit une lettre à son confrère neurochirurgien, lui expliquant que des voix hallucinatoires avaient dit à sa patiente qu’elle avait une tumeur au cerveau mais qu’il n’avait personnellement trouvé aucun signe physique suggérant une lésion, et que le but de l’analyse était essentiellement de la rassurer. La demande a été initialement rejetée, car rien ne justifiait cliniquement un examen aussi coûteux. Il lui a également été reproché d’avoir été un peu trop loin, en accordant du crédit aux voix hallucinatoires de sa patiente. Finalement, après quelques négociations, des examens ont été effectués en avril. Les premiers résultats ont conduit à un balayage répété, avec rehaussement en mai, révélant une masse parafalcine frontale postérieure gauche, qui s’étendait vers le côté droit. Elle avait toutes les apparences d’un méningiome, une tumeur cérébrale. Le neurochirurgien a souligné l’absence de céphalée et d’autres déficits neurologiques, et il a discuté avec Mme B. des avantages et des inconvénients d’une opération immédiate. Elle a décidé de faire enlever immédiatement la tumeur, et les voix lui ont dit qu’elles soutenaient ce choix. Le méningione, qui mesurait deux centimètres et demi sur un centimètre et demi, a été complètement retiré. Quand elle a repris connaissance, Mme B. a entendu les voix se réjouir de la réussite de l’opération : « Nous sommes heureux de vous avoir aidée. Au revoir. » Il n’y a eu aucune complication postopératoire. La dose de dexaméthasone a été réduite de moitié tous les quatre jours, puis arrêtée. Elle était sous anticonvulsivants prophylactiques depuis six mois. Le traitement antipsychotique a été arrêté immédiatement après l’opération, et les voix ne sont pas revenues.

Douze ans plus tard, à Noël, Mme B. a téléphoné au Dr Azuonye pour lui souhaiter de joyeuses fêtes, à lui et à sa famille, et elle lui a expliqué que depuis son opération, elle se sentait parfaitement bien et qu’elle n’entendait plus de voix. L’appel téléphonique lui a rappelé l’affaire. « Il est bien connu que les lésions intracrâniennes peuvent être associées à une symptomatologie psychiatrique, mais je n’ai jamais rencontré d’autre exemple de voix hallucinatoires guidant le patient dans le véritable intérêt de sa santé, allant même jusqu’à lui proposer un diagnostic spécifique. Il n’y avait aucun signe clinique pouvant alerter quiconque de la tumeur. Elles l’ont orienté vers l’hôpital le mieux équipé pour faire face à son problème, se sont félicitées de son opération, lui ont fait leurs adieux, et ont disparu ensuite. »

Un peu plus dans l’année, le Dr Azuonye a présenté le cas lors d’une conférence. Mme B. y assistait, et elle a été interrogée sur les différents aspects de son expérience par plusieurs personnes. Le public était partagé. Certains, qui se réjouissaient pour elle, pensaient que deux médiums avaient psychiquement découvert sa tumeur, et qu’ils l’avaient contactée télépathiquement pour tenter de l’aider. D’autres l’ont accusé d’avoir tout inventé pour se faire soigner gratuitement, mais l’hypothèse ne tenait pas debout. Mme A.B. habitait en Grande-Bretagne depuis plus de quinze ans, et elle n’avait pas besoin d’inventer quoi que ce soit pour recevoir des soins. D’autres croyaient qu’elle avait dû ressentir quelque chose, une drôle de sensation dans sa tête, qui l’avait alarmée et amenée à craindre une tumeur au cerveau. Sa peur avait déclenché des voix hallucinatoires, lesquelles l’avaient prévenue du problème et l’avaient guidée vers l’hôpital le plus adapté à son cas, qu’elle connaissait probablement inconsciemment. Quant aux voix exprimant leur satisfaction à l’issue du traitement, elles n’étaient que le reflet de son propre esprit, qui faisait ainsi part de son soulagement.  Les symptômes psychiatriques étant dues à la tumeur, ils avaient disparu après l’opération.

Bizarrement, personne n’a tenu compte de l’hypothèse la plus simple, celle que soutenait pourtant Mme B. Les esprits de deux anciens membres du personnel de l’hôpital pour enfants étaient rentrés en contact avec elle, et ils lui avaient parlé télépathiquement pour tenter de la sauver.

Source : Diagnosis made by voices.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
1 Commentaire
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Paratoa
Paratoa
4 années plus tôt

J’écrirai simplement que Me B a été soutenue par de purs esprits célestes.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings