Des Amis pas si Imaginaires

Les enfants s’inventent parfois des amis imaginaires. Ils leur parlent à haute voix, jouent avec eux, leur donnent des ordres, les poussent à faire des bêtises etc. Le phénomène est terriblement banal, et il serait même positif pour leur développement. Cependant, leurs propos et leur comportement deviennent parfois tellement étranges que leurs parents en viennent à se poser des questions. Et si son nouvel ami imaginaire était un fantôme ?

La Maman Imaginaire

L’actrice Natalie Morale a tweeté une photo de sa fille Ruby, trois ans, montrant un dessin de sa maman imaginaire, et elle l’a décrit comme « carrément terrifiant ».

« Voici ma maman imaginaire, Grateful. Ses cils jaunes signifient qu’elle peut voir dans le noir – elle ne vient me voir que la nuit. Cela me fait peur parfois, mais je veux toujours qu’elle revienne. Elle a deux bébés dans son ventre. Elle a quatorze ans, mais ne peut jamais avoir d’anniversaire », a expliqué Ruby.

Le tweet de Natalie, qui craint que la maman imaginaire de sa fille ne soit un fantôme, a reçu des centaines de commentaires. Un homme a posté : « Et devinez qui va dormir avec la lumière allumée ce soir ? » Un autre, nommé Stuart, a écrit : « « Elle a quatorze ans mais elle ne peut jamais avoir d’anniversaire » est probablement la phrase la plus horrible que j’aie jamais entendue. » « C’est bon, de toute façon, je ne voulais plus jamais dormir », a rajouté un autre.

Certains parents, comme Kinnary Martin, ont également rapporté leurs propres histoires d’amis imaginaires. « Mon enfant de deux ans pointe toujours du doigt le même coin de sa chambre, et il nous parle du singe là-bas depuis qu’il peut parler. Il dit que le singe le réveille la nuit… »

« Mon jeune frère avait une amie imaginaire appelée Jane, et il avait l’habitude d’aller à la cuisine le soir pour lui parler. Un soir, je suis allé voir, et je l’ai entendu dire : « Non Jane, je ne peux pas te donner un couteau pour blesser ma famille ».  Il avait trois ans ! » a raconté un autre.

La Fille dans le Placard

« Quand ma fille avait trois ans, elle avait une amie imaginaire nommée Kelly qui vivait dans son placard. Kelly s’asseyait dans une petite chaise à bascule pendant qu’elle dormait, jouait avec elle, etc. Typiquement le genre de trucs des enfants imaginaires.

Quoi qu’il en soit, deux ans plus tard, ma femme et moi regardions le nouvel Amityville, celui avec Ryan Reynold, et notre fille est arrivée juste quand les yeux de la fille morte deviennent complétement noirs. Loin d’être perturbée, elle a dit : « Elle ressemble à Kelly. » « Kelly qui ? » avons-nous demandé.  « Vous la connaissez, la morte qui vit dans mon placard ». »

Le Signe de la Croix

« Ma fille me parlait d’un homme qui venait tous les soirs dans sa chambre et lui faisait le signe de la croix sur son front. Je pensais que c’était juste un rêve, ou une personne qu’elle avait imaginée. Puis ma belle-mère a envoyé des photos de famille. Ma fille a regardé directement la photo du père de mon mari (qui est mort depuis seize ans), et elle a dit : « C’est l’homme qui entre dans ma chambre la nuit ! Mon mari m’a raconté plus tard que son père faisait toujours le signe de la croix sur son front à l’heure du coucher quand il était jeune. »

L’Homme dans la Commode

« Quand j’étais plus jeune, j’avais un ami imaginaire qui vivait dans cette énorme commode antique. Nous traînions ensemble, et je me rappelle très bien qu’il me racontait des histoires, même si je ne me souviens pas vraiment de leur teneur.

Un jour, je l’ai dit à mes parents, et quand j’ai commencé à leur parler de mon copain de la commode, ils ont voulu connaître son nom. C’était quelque chose d’innocent comme Peter ou Patrick, mais je peux toujours voir le visage de mon père devenir blanc.

Le lendemain, lui et mon oncle ont enlevé cette commode et l’ont brûlée. Ce n’est que quelques années plus tard que j’ai découvert que le petit frère de mon père (mon oncle) avait le même ami imaginaire, qui portait le même nom et vivait dans la même commode antique.

Après quelques mois de trucs typiques d’ami imaginaire, mon oncle avait commencé à avoir des terreurs nocturnes et il n’était plus arrivé à dormir à cause de Peter/Patrick. La situation était devenue tellement grave qu’ils avaient dû le changer de chambre pour le calmer. »

La Dame dans le Mur

« Quand mon fils avait environ trois ans, il avait une amie imaginaire dans sa chambre. Il lui parlait tout le temps. Il nous racontait des histoires sur des choses qu’elle lui disait, et nous l’entendions discuter avec elle à l’heure du coucher. Nous pensions que c’était plutôt mignon.

Après quelques mois, mon fils a dit qu’il n’était plus ami avec elle. Nous avons pensé qu’il avait dépassé une certaine phase, mais nous avons été surpris de l’entendre encore lui parler la nuit. Puis il a commencé à ne pas vouloir se coucher et à faire de très mauvais rêves.

À un moment donné, nous avons fini par poser beaucoup de questions à son sujet. Nous supposions qu’elle était une petite fille, mais apparemment elle avait quarante-sept ans. Elle vivait dans le mur et il avait cessé d’être ami avec elle parce qu’elle voulait qu’il l’appelle maman (son nom était quelque chose comme Margaret). Elle voulait qu’il vienne vivre dans le mur avec elle.

Il lui avait dit qu’il ne voulait plus lui parler et qu’il ne partirait pas. Nous avons finalement déménagé, et il a cessé de parler d’elle. »

La Fille à l’Étage

« J’avais l’habitude d’entrer par effraction dans les maisons quand j’étais petit. Je vivais dans un quartier vraiment délabré de la ville, avec de nombreuses maisons saisies et vides. Donc, je faisais levier sur les cadres des fenêtres, et quand elles étaient déverrouillées, je rampais à l’intérieur. J’avais peut-être cinq ou six ans.

Dans une maison abandonnée, il y avait toujours cette jeune fille hispanique qui traînait dans la salle de bain à l’étage. J’allais là-haut, elle me parlait, et nous jouions à cache-cache, action et vérité, etc.

Je l’invitais souvent à la maison pour le dîner mais elle disait qu’elle ne pouvait pas partir parce qu’elle devait attendre que sa mère rentre à la maison. Je suppose que cela avait du sens pour moi à l’époque, mais quand j’y repense, il n’y avait rien dans cette maison. Même pas de couverts dans les tiroirs de la cuisine. Les tapis étaient tous moisis, et les pièces gravement vides. Je ne crois pas qu’elle était vraiment là. »

Emily

« Ma fille avait quatre ou cinq ans quand elle commencé à parler de son amie Emily. Je l’ai juste mise sur le compte de son imagination, car elle est créative et l’a toujours été. Au cours des semaines suivantes, Emily a été souvent mentionnée et puis un jour, alors que j’étais seule à la maison en train de prendre un café et de regarder la télévision, j’ai entendu les jouets de ma fille.

Elle était particulièrement obsédée par les singes. Elle avait un gros singe rose qui poussait des cris quand son ventre était pressé, mais il fallait appuyer vraiment fort. Ce singe faisait partie des jouets que j’entendais. Je suis allée dans sa chambre. Deux autres de ses jouets bruyants clignotaient, et la lumière de son petit aquarium était allumée.

J’ai un peu paniqué car cette vieille maison avait de sérieuses histoires de hantises malveillantes, mais je ne me suis pas sentie mal à l’aise en voyant les jouets allumés. J’ai alors remarqué qu’il était temps d’aller chercher ma fille à l’école. J’ai éteint la lumière et je suis partie.

Sur le chemin du retour, je me suis dit que j’allais lui parler d’Emily, et elle a commencé à me donner beaucoup de détails, comme Emily a dix-huit ans, elle a de longs cheveux bruns, son nom complet est Emily Rose Ward, elle est morte de maladie et elle porte une longue chemise de nuit.

Ward est un nom de famille assez courant, mais le nom de famille de mon arrière-grand-mère était Ward. Elle est décédée peu de temps après la naissance de ma fille. Elle avait deux sœurs, dont une qui s’appelait Emily, morte de la tuberculose à l’âge de dix-huit ans. Je suis maintenant convaincue qu’Emily a été l’amie de ma fille pendant un temps. Je n’ai jamais raconté cette histoire à personne car ma famille est vraiment sceptique, et que mon mari se moque juste de ma croyance dans le paranormal. »

Norm

« Quand j’étais un très jeune enfant, j’avais un « ami imaginaire ». La première fois que je l’ai mentionné, je n’avais même pas deux ans. J’ai dit à mes parents que Norm était sous mon lit de camp et qu’il portait des tongs. Ma mère m’a dit que j’avais beaucoup parlé de lui jusqu’à l’âge de trois ans, mais que je ne jouais jamais avec lui, et qu’il me faisait un peu peur.

Je me souviens de Norm. En fait, j’ai un souvenir précis de lui marchant devant la porte de ma chambre. Il avait l’air très grand, et très sombre. Il ressemblait un peu à Goofy, comme un homme-chien ou quelque chose du même genre. Il s’est soudainement arrêté de venir, et je n’en ai plus parlé. Je me suis toujours demandé ce qu’il était vraiment. »

Ensemble pour Toujours

« J’ai une nièce dont je m’occupe pendant que sa mère est à l’hôpital. Son père est décédé avant sa naissance, et sa mère a un cancer. Elle a des amis imaginaires, ce qui me convient. Mais quand ils lui disent de finir son dîner rapidement pour aller jouer et qu’ils lui demandent de rester éveillée toute la nuit, cela m’ennuie.

Un jour, elle s’est mise à pleurer alors qu’ils jouaient. Ils lui avaient raconté qu’ils ne seraient plus là quand elle aurait six ans. Alors une semaine avant son anniversaire, ses « amis » l’ont amenée près de cette falaise où nous vivons et lui ont dit qu’ils pourraient être ensemble si elle sautait. Elle a refusé.

Pendant ce temps, je préparais le dîner et quand j’ai remarqué qu’elle était partie, j’ai paniqué et je l’ai cherchée partout. Je l’ai trouvée assise au bord de la falaise.

Elle a dit : « Je ne veux pas sauter. Ça va faire mal. Je vais voir maman si je le fais ? Et ma tante ? Est-ce qu’elle peut venir aussi ? C’est à ce moment-là que je suis entrée en scène. Je l’ai récupérée, et je lui ai dit que nous devions aller dîner. Lorsque nous sommes parties, elle a fait des signes de la main vers la falaise. »

Source : Creepy Tales of imaginary friends, Girl Ghost Imaginary Friend.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings