Le Mariage de Bessie Brown

Mariée embrassant la Mort

En 1899, Bessie Brown, une ravissante jeune fille qui appartenait à la haute société de la ville de Cameron, dans l’Oklahoma, connut la très grande tristesse de perdre son fiancé, John Allen, quelques semaines avant son mariage. Au cours des jours qui suivirent, la malheureuse se montra si cruellement affectée par la disparition de son bien-aimé, qui était mort dans un accident de chemin de fer, que s’inquiétant de son état ses parents jugèrent préférable de ne jamais la laisser seule. Ils la surveillaient sans cesse, l’entourant de leur affection et tentant de la consoler du mieux qu’ils le pouvaient, mais comme le temps passait et que rien ne semblait pouvoir soulager sa peine ils en vinrent à craindre qu’elle ne perde l’esprit si elle continuait à vivre son deuil d’une manière aussi intensément douloureuse. M. Brown fit alors venir un médecin, qui visita la jeune fille à plusieurs reprises et s’il lui fit remarquer qu’elle se ruinait la santé à se tourmenter ainsi, il la jugea saine d’esprit.

Une année entière s’écoula sans aucun changement puis brusquement Bessie sembla reprendre goût à la vie et bientôt elle apparut si resplendissante de bonheur que ses pauvres parents se demandèrent si elle ne se trouvait pas sous l’influence d’une drogue quelconque. Ils l’observaient depuis quelques temps, s’abstenant de tout commentaire et ne lui posant aucune question, quand un jour elle alla les trouver et demandant à leur parler elle leur raconta la plus surprenante des histoires, prétendant avoir vu le fantôme de son bien-aimé et vouloir se marier avec lui. Stupéfaits, ses parents lui demandèrent d’où lui venait une idée aussi folle et la jeune fille leur répondit que du temps de son vivant elle avait fait la promesse solennelle à John Allen d’épouser son fantôme si par un malheureux hasard il venait à mourir et que maintenant qu’il lui était apparu, elle se faisait un devoir et une joie de tenir son engagement.

Désespérés, M. et Mme Brown, qui pensaient que leur pauvre fille avait définitivement perdu l’esprit, l’envoyèrent consulter un psychiatre à Dallas, lequel la trouva parfaitement normale. Il déclara que la jeune fille ne prenait pas de drogue, et soulignant l’étrangeté de son cas, il en conclut qu’elle devait sûrement voir le fantôme dont elle parlait tant. Troublé par cette surprenante déclaration, M. Brown demanda alors à être présenté au revenant et Bessie lui répondit de la plus sérieuse des manières qu’il lui était impossible de le voir mais que John se tenait toujours près d’elle. La jeune fille savait que ses parents la pensaient folle à cause de ses étranges déclarations, mais cette pensée ne semblait guère la chagriner et elle leur fit comprendre qu’elle était bien décidée à se marier avec son fiancé spectral. Peu de temps après, elle appela le ministre de sa paroisse et lui faisant part de ses intentions elle lui demanda de célébrer le mariage. Épouvanté, le prêtre essaya de la persuader qu’épouser un fantôme était un péché mais la jeune fille s’entêta dans son idée et à force d’insistance, l’homme finit par céder.

Au début du mois d’octobre 1900, le prêtre accompagna Bessie au cimetière où John Allen avait été enterré et il célébra le mariage unissant la jeune fille au fantôme de l’homme. Les parents de Bessie, qui avaient attentivement étudié toutes ses réactions, étaient maintenant persuadés que leur fille se pensait réellement mariée à son bien-aimé et que l’esprit de John se montrait à elle aussi naturellement que lorsqu’il était encore dans son corps. M. et Mme Brown, qui auraient souhaité à un autre avenir pour leur fille, faisaient tout leur possible pour lui faire oublier son fantôme, mais il leur semblait aller tout droit à l’échec.

Peu de temps avant son mariage au cimetière, Bessie avait loué une maison de cinq pièces avec son propre argent et elle l’avait aménagée de la plus charmante des manières. Elle y vécut ensuite, avec son fantôme de mari. Elle pouvait être vue, assise sous le porche arrière, conversant avec un compagnon invisible, ou se promenant dans la rue et parlant à haute voix à quelqu’un que personne ne pouvait voir.

Bien évidemment, l’histoire connut un grand succès et dans toute la ville il ne fut plus question que du mariage de Bessie Brown et de son fantôme. L’idée effleura certains que la jeune femme cherchait à leur jouer un tour mais elle était une fervente chrétienne et ils la pensaient incapable d’une telle chose. En fait, la plupart des habitants de Cameron croyaient vraiment qu’elle était mariée à l’ombre de son amant mort et qu’ils étaient aussi heureux qu’un jeune couple pouvait l’être. D’ailleurs, ceux qui passaient près de leur maison les entendaient parfois parler et rire, comme si John Allen était encore sous sa forme humaine.

Source: Jackson Citizen Patriot du 10 Octobre 1900.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: