Dix Albums Rock Enregistrés dans une Maison Hantée

Un certain nombre de groupes de rock ont enregistré un album dans une maison hantée, parfois par choix, parfois par accident, et si certains n’ont rien remarqué d’inhabituel, d’autres ont été terrifiés par leur expérience.

Sabbath Bloody Sabbath, de Black Sabbath

(1973)

Sabbath Bloody Sabbath est le cinquième album studio du groupe heavy metal britannique Black Sabbath. Il a été enregistré au château de Clearwell, dans Gloucestershire, en Angleterre.

Pour son cinquième album, le groupe Black Sabbath s’était installé d’un château hanté. Construit en 1972, le château de Clearwell avait déjà été utilisé comme salle de répétition ou studio d’enregistrement par différents groupes, Led Zeppelin, Mott The Hoople et Deep Purple, mais Black Sabbath avait décidé de le décorer d’images sataniques pour le rendre plus effrayant encore et de répéter dans les cachots.

L’atmosphère sordide s’accordait parfaitement avec les habitudes des membres du groupe, qui s’amusaient à se faire des blagues les uns les autres. « Nous n’étions pas tant les Seigneurs des Ténèbres que les Seigneurs des poules mouillées en ce qui concerne ce genre de chose, » a expliqué Ozzy Osbourne. « Nous nous étions tellement effrayés qu’aucun de nous ne dormait. Vous vous allongiez-vous là, les yeux grands ouverts, en attendant qu’une armure vide entre dans votre chambre à tout instant pour vous fourrer une dague dans le cul. » Bill Ward, le batteur, avait tellement peur qu’il dormait avec un poignard sous son oreiller… juste au cas où. Et puis un jour, Tony Iommi et Ozzy Osbourne ont fait une véritable rencontre. « Nous répétions dans l’armurerie, là-bas, » a raconté Tony. « Une nuit, alors je marchais dans le couloir avec Ozzy, nous avons vu cette silhouette avec une cape noire. Nous avons suivi la silhouette dans l’armurerie, mais il n’y avait absolument personne. Qui que ce soit, il s’était volatilisé dans les airs ! Les gens qui possédaient le château savaient tout sur ce fantôme. Ils nous ont dit : « Oh oui, c’est le fantôme d’untel ou untel. Nous étions sidérés. « Quoi ! ? » »

Finalement, ils ont dû se résoudre à retourner chez eux tous les soirs. Ils n’étaient pas effrayés par le fantôme, mais par leurs propres plaisanteries. « Nous avons dû partir à la fin, » a avoué Ozzy. « Tout le monde était terrifié parce que nous nous faisions des blagues et que personne ne savait qui les faisait. Nous partions, nous conduisions jusqu’à la maison, et nous revenions le lendemain. C’était vraiment idiot. »

Bat Out of Hell, de Meat Loaf

(1977)

Bat Out of Hell est le premier album de Meat Loaf. Il a été enregistré à Bearsville Studios, à Woodstock, dans l’état de New York.

Alors que Meat Loaf travaillait sur son opéra glam-rock, Marvin Lee Aday, le chanteur du groupe, a observé différents phénomènes, qu’il n’a pas su expliquer sur le moment. Un soir, il a vu la silhouette fantomatique d’une femme en blanc glisser devant sa fenêtre. « Alors que nous enregistrions Bat Out of Hell, j’ai vu une fille blonde en robe blanche. Je suis descendu et j’ai dit aux gars : « Il y a une groupie sur le balcon. » Ils ont dit : « Comment est-elle montée là-haut ? » Tout le monde est monté voir, mais il n’y avait personne. » Kim Russo, médium, pense que la silhouette était celle d’une jeune femme de vingt-deux ans qui a perdu la vie en tombant d’un arbre en 1969.

Peu de temps après, il a été victime d’un esprit maléfique qui faisait claquer les portes des placards et arrachait les couvertures de son lit. Pris de panique, il a avalé une grande quantité de somnifères appartenant au compositeur Jim Steinman, une terrible idée. « Quelque chose de fou qui aurait dû me tuer. »

Depuis, il continue à voir des fantômes, qu’il décrit ainsi : « Je pense que si nous marchions ensemble dans une rue animée de Londres, quelqu’un qui ressemblait à une personne normale nous dépasserait sans aucun doute, mais vous pourriez ressentir un changement de température et une sensation d’oppression. Ce serait comme si un poids pesait sur votre poitrine, et vous vous sentiriez brusquement fatigué. Si nous nous retournions à ce moment-là et que nous suivions la personne qui venait de nous dépasser, elle disparaîtrait. » Il a également été témoin d’une hantise résiduelle, qu’il a immédiatement identifiée comme telle. Un matin, alors qu’il se trouvait dans un hôtel londonien, il a vu un fantôme traverser un mur. « Je me suis retourné et j’ai crié « Hey Hey Hey. » Il ne s’est pas retourné et ne m’a pas regardé. Ça n’était pas vraiment son esprit, c’était une énergie. Il n’était pas prêt à mourir. Il répétait probablement la même chose encore et encore. Si ça avait été une hantise intelligente, il se serait tourné et se serait arrêté. »

Blood Sugar Sex Magik, de Red Hot Chili Peppers

(1991)

Blood Sugar Sex Magik est le cinquième album du groupe Red Hot Chili Peppers. Il a été enregistré à The Mansion, à Hollywood, en Californie.

The Mansion est réputée hantée depuis que le fils du propriétaire d’un magasin de meubles a poussé son amant par le balcon, en 1918. Pourtant, la maison a entièrement brûlé en 1959, et une nouvelle a été reconstruite à la place.  En 1989, le producteur Rick Rubin l’a transformée en studio de fortune pour enregistrer les Red Hot Chili Peppers. Les membres du groupe avaient prévu de dormir sur place durant toute la durée de l’enregistrement, mais le batteur, Chad Smith, n’a pas pu s’y résoudre. « Je n’ai pas peur des fantômes, mais j’ai ressenti une présence. »

John Frusciante n’avait pas peur des esprits de la maison, qu’il percevait comme amicaux. « Il y avait définitivement des fantômes dans la maison. Ils étaient très sympathiques. Nous n’avions que des vibrations chaleureuses et du bonheur partout où nous allons dans cette maison. » Il entendait fréquemment des bruits dans une pièce, qu’il qualifiait de « sexuels » et qui l’excitaient : « L’une des chambres avait une ambiance très spirituellement sexuelle, et j’ai entendu une femme se faire baiser un jour. Je ne m’étais pas masturbé durant tout le temps que nous étions ici, parce que j’étais concentré sur ma musique, mais ensuite j’ai dormi dans cette pièce et je n’ai pas pu résister à la tentation de me masturber. »

Michael Peter Balzary a rapporté avoir vu « une femme en noir. » Un fantôme s’est même invité sur la photographie illustrant la pochette de l’album. Invisible à l’œil nu, il avait la forme d’un orbe, ou d’un visage étrange, et il flottait près d’Anthony Kiedis. Les membres du groupe le considéraient comme l’un des esprits de la maison. Rick Rubin a trouvé l’expérience si positive qu’il a enregistré les albums de différents groupes dans la maison, et de nombreuses personnes ont prétendu avoir été témoins de phénomènes inexplicables.

Chaos A.D., de Sepultura

(1993)

Chaos A.D. (Chaos Anno Domini) est le cinquième album du groupe Sepultura. Un des morceaux a été enregistré au château de Chepstow, à Chepstow, au Pays de Galles.

Sepultura a enregistré un morceau de son album, Kaiowas, dans les ruines du château de Chepstow. Bien qu’aucun incident effrayant n’ait été signalé par le groupe, le château serait hanté par le fantôme d’Henry Marten, un avocat anglais envoyé en exil par le roi Charles II en 1668. Il est resté là pendant douze ans avant de s’étouffer avec un os de poulet lors de son souper. Les visiteurs et les membres du personnel ont été témoins de nombreuses activités paranormales, des points froids inexpliqués, des bruits étranges, des coups sourds sur les grandes portes en bois, et des apparitions fantomatiques. Étonnamment intellectuel pour un fantôme, Henry Marten jouerait parfois aux échecs. L’histoire raconte qu’un échiquier était en vente dans la boutique cadeau. Il était enfermé dans une vitrine en verre, mais les pièces se déplaçaient toutes seules. Comme l’activité se produisait toujours la nuit, les employés ont décidé de piéger la vitrine. Ils ont saupoudré de talc le sol de la boutique, mis de la vaseline dans la serrure de la vitrine, et tiré un fil en travers de la porte. Le lendemain matin, les pièces de l’échiquier avaient bougé, mais aucune trace de pas ne se dessinait dans le talc, la vaseline était intacte, tout comme le fil en travers de la porte.

The Downward Spiral, de Nine Inch Nails

(1994)

The Downward Spiral est le deuxième album du groupe de rock industriel américain Nine Inch Nails. Il a été enregistré au 20050 Laurel Canyon, à Beverley Hills, en Californie.

Trent Reznor savait que la maison qu’il avait louée pour y installer un studio d’enregistrement avait été le théâtre d’une tragédie, les adeptes de Charles Manson y avait assassiné Sharon Tate et quatre de ses amis, mais il s’en moquait. En fait, il avait même choisi l’endroit à cause de ses mauvaises vibrations. Il l’appelait « The Pig, » en référence à Susan Atkins, qui avait utilisé le sang de Sharon Tate pour écrire le mot « Pig » sur la porte d’entrée. Il n’a jamais vu de fantôme dans la maison, mais il a rencontré la sœur de Sharon Tate. « Alors que je travaillais sur Downward Spiral, je vivais dans la maison où Sharon Tate a été tuée. Et puis un jour, j’ai rencontré sa sœur. C’était fortuit, juste une brève rencontre. Elle m’a dit : « Exploitez-vous la mort de ma sœur en vivant dans sa maison ? » Pour la première fois, tout cela m’a sauté au visage. J’ai répondu : « Non, je m’intéresse au folklore américain, c’est tout. Je suis dans cet endroit où une partie étrange de l’histoire s’est produite. » Je suppose que cela ne m’avait jamais vraiment frappé auparavant, mais c’est arrivé ensuite. Elle avait perdu sa sœur d’une façon insensée et ignorante que je ne voulais pas soutenir. Alors qu’elle me parlait, j’ai réalisé pour la première fois : « Et si c’était ma sœur ? » J’ai pensé : « Fuck Charlie Manson. Je ne veux pas être considéré comme un gars qui soutient les conneries d’un tueur en série. » Je suis rentré chez moi et j’ai pleuré ce soir-là. Ça m’a fait voir qu’il y a un autre côté aux choses, vous voyez ? C’est une chose de faire le tour avec votre bite se balançant dans le vent et d’agir comme si rien n’avait d’importance. Mais quand vous prenez conscience des répercussions… c’est ce qui m’a dégrisé. Je me suis rendu compte que tout ce qui contrebalance l’attrait de l’anarchie et du manque de moralité est à l’autre bout. Les victimes n’ont pas mérité ça. » L’année suivante, il a abandonné le studio, parce qu’il avait « trop d’histoires gérer. »

Les Fantômes de David Oman

En 1994, le manoir a été détruit, et David Oman a acheté le terrain pour y faire construire une nouvelle maison. Durant tous les travaux, le chantier a baigné dans « une mauvaise ambiance. » Les entrepreneurs et les ouvriers entendaient de mystérieuses voix, des courants d’air glacés venaient tourbillonner sur leurs nuques les jours de grosse chaleur, et des bruits de pas résonnaient sur les planches du parquet dans des pièces vides. Une fois la maison terminée, David a organisé une grande fête pour la dévoiler. Il préparait la réception quand il a entendu quelqu’un frapper à la porte de manière insistante. Surpris, il est allé répondre, mais personne ne se trouvait sur le palier et la rue était déserte et sombre. Ses invités sont ensuite arrivés, ils étaient une cinquantaine, et une de ses amies est allée chercher un verre de vin. Alors qu’elle se trouvait dans la cuisine, elle a vu une silhouette passer rapidement devant la fenêtre, qui se trouvait à dix mètres du sol… Peu de temps après, un verre à vin s’est jeté seul sur le mur, et il s’est brisé. En 2004, David a été réveillé par la silhouette compacte d’un homme. Il désignait l’allée qui même à l’endroit du drame. « Il ne faisait aucun bruit, » a-t-il expliqué. « Il a fait trois fois le même geste, puis il a tout simplement disparu. » Au cours des années suivantes, les phénomènes inexplicables, apparitions, voix désincarnées, portes qui se ferment toutes seules, chutes d’objets, lumières étranges et mystérieuses ombres, se sont succédé, le plongeant dans la perplexité. « J’ai toujours eu l’impression de ne pas être seul ici, mais je n’ai pas peur des loups-garous ou des personnages fictifs, et je sais que la vie est plus que ce que nous voyons. De plus, j’ai bien plus peur des vivants que des morts. »

Vol. 3: The Subliminal Verses, du groupe Slipknot

(1993)

Vol. 3 : The Subliminal Verses est le troisième album studio du groupe Slipknot. Il a été enregistré à The Mansion, à Hollywood, en Californie.

Le groupe de métal Slipknot a rapporté avoir vécu un certain nombre d’événements inhabituels lors de l’enregistrement de leur troisième album. Le batteur Joey Jordison a senti quelque chose le toucher sexuellement alors qu’il se trouvait au sous-sol. Il n’y est plus jamais retourné. Le chanteur Corey Taylor a pris les photos de deux orbes dans sa chambre. Ils ont plané un moment près du thermostat, et ils ont changé la température. Il a également  été témoin d’une étrange apparition. « J’étais seul dans la chambre. La porte de la chambre était fermée et verrouillée, tout comme les portes du balcon, mais la porte de la salle de bain était grande ouverte. Je prenais une douche, me préparant à frapper la ville avec vengeance. J’étais de très bonne humeur. Je chantais avec les Bee Gees tout en me lavant. Le rideau de douche était entrouvert, et d’où je me trouvais, je pouvais voir la chambre. J’ai levé les yeux. Un homme en smoking est passé devant la porte ouverte, et il m’a regardé droit dans les yeux. »

The End Of Heartache, de Killswitch Engage

(2004)

The End Of Heartache est un album du groupe de metalcore américain Killswitch Engage. Il a été enregistré dans les studios Zing Recording, à Westfield, dans le Massachusetts.

Le guitariste, ingénieur et producteur Adam Dutkiewicz a passé énormément de temps en studio à travailler sur le troisième album de Killswitch Engage. Au cours d’une session hardcore de trois mois, le défunt père du directeur du studio lui est apparu sous la forme de « lumières folles » et « d’orbes flottantes. » « Une nuit, le directeur du studio a organisé une séance de spiritisme pour parler à son père, » a-t-il expliqué. « Son père et lui avaient encore des affaires en suspens. Il pense depuis lors que le fantôme de son père ne partira pas. C’est vraiment bizarre. » Le batteur, Justin Foley, a vu « des ombres faire des choses que les ombres ne font pas normalement », et Joel Stroetzel a vécu un certain nombre d’expériences dont il se serait passé alors qu’il faisait la sieste. « Je me reposais là-bas, » a-t-il dit, « Et je jure que je n’arrêtais pas de sentir quelqu’un se frotter contre moi ou traverser la pièce. Ensuite, j’ouvrais les yeux, et il n’y avait personne. C’était terrifiant. »

Hypnotize, de System of a Down

(2005)

Hypnotize est le cinquième album studio du groupe américain System of a Down. Il a été enregistré au studio The Mansion, à Hollywood, en Californie.

Alors que System of a Down enregistrait un album dans la maison, Daron Malakian, le guitariste, a déclaré que tous les jours, vers seize heures, ses lampes d’ampli se comportaient de façon étrange. Heidi Robinson-Fitzgerald, la publiciste de Rick Rubin, avait été chargée d’organiser les interviews et les séances photos du groupe. Un jour, elle est arrivée tôt pour tout préparer. Elle s’est assise dans la salle à manger, face au grand escalier en colimaçon, et elle a senti quelque chose derrière elle. Le sentiment est devenu tellement fort qu’elle a fini par se retourner, en vain. « Ce n’était pas mauvais ou quoi que ce soit, mais c’était comme une évidence. Le sentiment est devenu si intense que j’ai vraiment eu l’impression que quelque chose se tenait juste derrière moi. Une femme fantomatique vêtue de blanc est alors apparue dans les escaliers, et elle a commencé à descendre les marches. Il n’y avait pas de brise dans la maison, mais tout ce qu’elle portait flottait dans le vent. Et puis elle s’est arrêtée. Je ne sais pas si elle m’a vue, mais elle a fait demi-tour et elle est retournée à l’étage. »

The Bedlam in Goliath, de The Mars Volta

(2008)

The Bedlam in Goliath est le quatrième album du groupe The Mars Volta. Il a été enregistré aux studios Ocean Way, à Hollywood, en Californie.

Les membres du groupe The Mars Volta avaient déjà été témoins de phénomènes étranges alors qu’ils enregistraient leur premier album, De-Loused in the Comatorium, dans le manoir hanté de Rick Rubin, en 2003. Cinq ans plus tard, ils ont à nouveau assisté à des événements effrayants après avoir participé à plusieurs séances de Ouija. Les membres du groupe avaient utilisé une planche Ouija pour converser avec des esprits, et ils s’étaient inspirés de leurs histoires pour écrire leurs textes, mais quand ils ont voulu enregistrer leur disque, ils se sont retrouvés en proie en différents problèmes. Le batteur est parti, Cedric Bixler-Zavala a dû réapprendre à marcher après une opération du pied, et l’ingénieur a fait une dépression nerveuse. « Je ne vais pas vous aider à faire ce disque, » leur a-t-il dit. « Vous essayez de faire quelque chose de très mauvais avec ce disque. Vous essayez de me rendre fou, et vous essayez de rendre les gens fous. » Le studio a été inondé, et les fichiers audios ont mystérieusement disparu. La situation a continué à dégénérer jusqu’à ce que le guitariste, Omar Rodríguez-López, casse la planche Ouija en deux et l’enterre quelque part, dans un endroit secret.

All We Know of Heaven, All We Need of Hell, de Pvris

(2017)

All We Know of Heaven, All We Need of Hell est le second album du groupe américain Pvris. Il a été enregistré dans une ancienne église, à Utica, dans l’état de New York.

Alors que les membres de Pvris terminaient leur deuxième album, leur ingénieur du son, Anthony, travaillait dans la pièce autrefois utilisée pour les veillées. Un soir, il a entendu quelqu’un descendre les escaliers. Il s’est retourné pour saluer son visiteur, il s’attendait à voir Lynn Gunn, Alex Babinski ou Brian MacDonald, mais personne ne se trouvait là. Anthony et Lynn ont alors décidé d’installer des « pièges à fantômes » dans le sous-sol, en posant des balles de ping-pong sur le sol et en invitant les esprits à les faire rouler. Alors, comme ils l’espéraient, les balles se sont déplacées à travers la pièce. Un jour, alors qu’elle jouait aux fléchettes, Lynn a demandé à « n’importe quel fantôme présent » de l’aider à obtenir trois « bulleyes. » Aucun esprit n’a répondu à ses prières, mais une heure plus tard, en retournant dans la pièce, elle a retrouvé trois fléchettes plantées au centre de la cible. Pourtant, personne d’autre ne se trouvait là.

Source : 10 Metal Albums Recorded in Haunted Places.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings