Les Sorcières, le Sabbat

Le Sabbat des Sorcières Goya

Le terme Sabbat viendrait de Sabasius, une fête qui était autrefois organisée en l’honneur du Dieu Cornu de la fécondité et la nature. Cette fête s’accompagnait de libations, de danses et d’orgies qui visaient à stimuler la fécondité des terres. Autrefois, les démonologues, s’accordaient pour retrouver son origine dans les fêtes antiques de Bacchus.

La plus ancienne description du Sabbat Diabolique fut retrouvée dans une lettre du pape Grégoire IX (1227-1241):
 » Quand ils reçoivent un novice, et quand ce novice entre pour la première fois dans leurs assemblées, il voit un crapaud d’une grandeur énorme, de la grandeur d’une oie ou plus. Les uns le baisent à la bouche, les autres par derrière. Puis, ce novice rencontre un homme pâle, ayant les yeux très noirs, et si maigre qu’il n’a que la peau sur les os: il le baise, et le sent comme une glace.
Après ce baiser, il oublie facilement la foi catholique. Ensuite, ils font ensemble un festin, après lequel un chat noir descend derrière une statue qui se dresse ordinairement au milieu de l’assemblée. Le novice baise le premier ce chat par derrière; puis, celui qui préside à l’assemblée et les autres qui en sont dignes. Les imparfaits reçoivent seulement le baiser du maitre, ils promettent obéissance; après quoi ils ôtent les lumières et commettent entre eux toutes sortes d’impuretés.  »

Au début du Moyen-Age, en réaction aux répressions de l’Église catholique, le Dieu Cornu était devenu le Diable, que l’on appelait aussi Satan, ou Verbouc, et dès le XIIIe siècle, théologiens et inquisiteurs élaborèrent une nouvelle image du Sabbat qui fut diffusée à travers de nombreux traités de démonologie avant d’être reprise par les cours de justice et les parlements:
 » Danser indécemment, festiner ordement, s’accoupler diaboliquement; sodomiser exécrablement, blasphémer scandaleusement, se venger insidieusement, courir après tous désirs horribles, sales et dénaturés brutalement, tenir les crapauds, les vipères, les lézards et toutes sortes de poisons précieusement, aimer un bouc puant ardemment, le caresser amoureusement, s’accointer et s’accoupler avec lui horriblement et impudemment, tel est le sabbat « . (Pierre de Lancre, Incrédulité et Mescréance du Sortilège plainement Convaincue, 1622)

L'Assemblée des Sorcières

L’assemblée des Sorcières

Il y avait deux sortes de Sabbats, le Grand Sabbat et le petit Sabbat. Le Grand Sabbat, se tenait quatre fois par an, au changement de saison, et il réunissait tous les sorciers d’une même nation. Les nuits de solstice et d’équinoxe, le 30 avril, le 31 octobre et le 2 février semblaient avoir les faveurs du Malin. Lors de ces cérémonies, les participants venaient nombreux. Une sorcière confessait à De Lancre qu’elle avait vu, lors d’un Grand Sabbat,  » autant de gens que d’estoiles au ciel.  »
Le petit Sabbat rassemblait les sorcières d’une même ville ou d’une même région. Il se tenait de préférence les lundi et les vendredi mais n’importe quel jour de la semaine pouvait convenir comme que le soulignait Henry Boguet:
 » J’ai estimé autrefois que le Sabbat se tenait seulement la nuit du Jeudi; mais depuis que j’ai lu que quelques-uns de la même secte ont confessé qu’ils s’assemblaient, les uns la nuit d’entre le lundi et le mardi, les autres la nuit d’entre le vendredi et le samedi, les autres la nuit qui précédait le jeudi, ou le dimanche, de là j’ai conclu qu’il n’y avait point de jour fixe pour le Sabbat, et que les Sorciers y vont lorsqu’ils y sont demandés par Satan.  »

Le Sabbat se tenait de nuit, parfois en plein midi, mais c’était fort rare. L’assemblée se réunissait dans une place isolée, de préférence à un carrefour de routes, mais également au fond des bois, dans un cimetière, une vieille masure, une chapelle isolée ou n’importe quel lieu macabre, non loin du lieu de vie des sorcières. Il était préférable de choisir un endroit où se trouvait de l’eau, même si ça n’était pas indispensable. Ordinairement, au cours du Sabbat, les sorcières la battaient pour en faire de la grêle mais lorsqu’elles n’en avaient pas, elles urinaient dans un trou qu’elles creusaient dans la terre puis elles battaient leur urine.

Les sorcières conviées au Sabbat étaient personnellement convoquées par le Diable. Elles étaient généralement averties de l’heure du ralliement par un certain mouvement intérieur que leur causait leur marque, mais le démon pouvait aussi, pour appeler ses fidèles, faire apparaitre dans les airs un signe discret qu’elles seules pouvaient reconnaitre ou leur envoyer une chauve-souris ou un papillon de nuit pour faire office de messager. En cas d’urgence, le Diable dépêchait un mouton au sein d’une nuée afin de rassembler son monde en un instant. Bien évidemment, seules les sorcières pouvaient le voir.
Toutes les sorcières mandées étaient tenues de se présenter aux assemblées et elles ne pouvaient en être dispensées sans motif valable sous peine d’être passibles d’une amende. Même si la marque du diable qu’elles avaient sur le corps était sensée les tenir éveillées toute la nuit, les sorcières avaient néanmoins obligation de dormir avant leur départ.

Les sorcières se rendaient parfois aux cérémonies à pied, principalement lorsque le lieu du Sabbat n’était guère éloigné de leur habitation, mais elles pouvaient aussi se servir de poudre ou s’enduire le corps d’un onguent afin d’y être instantanément transportées. Ces onguents étaient constitués de diverses plantes mélangées à de la chair d’enfants sacrifiés rituellement ou de la graisse d’enfants morts sans baptême, généralement morts-nés. Cette méthode était fort ancienne car déjà, au IIe siècle, Apulée racontait comment une sorcière nommée Pamphile se couvrait d’onguent avant de s’envoler pour le Sabbat.

D’autres y allaient en volant sur un balai, après s’être entièrement dénudées et frottées d’un onguent. Selon De Lancre, lorsqu’elles prévoyaient une telle monture, les sorcières devaient se frictionner l’entre-deux jambes en répétant plusieurs fois ces mots: Emen-hétan! emen-hétan! ce qui signifiait: Ici et là! ici et la!
Cependant, Jean Bodin soulignait que la friction d’un onguent sur le corps n’était pas indispensable pour les plus habiles sorcières:  » Le bâton ou le balai suffit aux sorcières de notre pays, elles le chevauchent très habilement, sans graisse et sans onction « .

Vol de Sorcières

Vol de Sorcières

Les sorcières pouvaient également rejoindre leur assemblée assises sur les épaules de diablotins, suspendues à leurs queues ou agrippées à leurs cornes, et il arrivait que le Diable leur envoie un démon inférieur sous la forme d’un animal afin de les y transporter. Généralement un grand bouc noir, un âne, un cochon ou un cheval, mais parfois un chat, un chien, un coq ou un crapaud, selon leur degré de sorcellerie. Quelle que soit leur monture, elle était si rapide que les sorcières ne pouvaient se reconnaitre si jamais elles se croisaient.

Enfin, plus rarement, le Diable se déplaçait en personne afin d’amener sa servante au Sabbat en la portant sur son dos.  » Il s’en trouve encore qui vont au Sabbat sans bête ni bâton. Mais il faut croire aussi que ni le bâton ni la bête ne profite non plus aux Sorciers que la graisse, et que c’est le Démon qui est comme un vent, lequel les porte, ni plus ni moins comme l’on voit un tourbillon déraciner les arbres les plus hauts, et les transporter deux et trois lieues loin de leur place « . (Jean Bodin, De la démonomanie des sorciers)

Entre minuit et une heure, lorsque les noirs rideaux de la nuit étaient tirés, nues, échevelées et reluisantes de graisse magique, les sorcières enfourchaient leur balai, puis elles sortaient de chez elles en passant par la cheminée avant de s’envoler vers les ténèbres. Comme l’on pouvait aisément s’apercevoir de leurs disparitions au sein de leurs foyers, Satan, toujours ami du bon ordre, créait des fantômes à la ressemblance des sorcières qu’il disposait dans leurs demeures.

Cependant, s’il était un fait reconnu que toutes les sorcières allaient bien au Sabbat, certains soutenaient que leurs corps ne bougeaient pas mais que seules leurs âmes s’y rendaient:
 » Il y en a d’autres qui tiennent que les Sorcières vont le plus souvent au Sabbat en âme seulement, ce que l’on vérifie par plusieurs exemples de quelques Sorcières, lesquelles étant demeurez comme mortes en leurs maisons par l’espace de deux ou trois heures, ont enfin confessé que pour lors ils étaient en esprit au Sabbat, rapportant particulièrement tout ce qui s’était fait et passé au même lieu: George Gandillon la nuit d’un jeudi saint demeura dans son lit comme mort par l’espace de trois heures, et puis retourna à soi en sursaut, il a du depuis être brûlé en ce lieu avec son père et une jeune sœur « . (Henry Boguet, Discours exécrable des Sorciers)
D’ailleurs, personne n’ignorait que si une sorcière souhaitait vraiment se rendre au Sabbat, il était impossible de l’en empêcher. Car si elle ne pouvait rejoindre l’assemblée pour une raison quelconque, il lui suffisait de se coucher sur le côté puis, après quelques mystérieuses invocations, une sorte de vapeur sortait de sa bouche dans laquelle elle pouvait voir tout ce qui se passait au Sabbat. Donc même elle n’y participait pas physiquement, elle pouvait tout de même s’y rendre spirituellement.

Lorsqu’elles rejoignaient une assemblée diabolique, les sorcières s’y rendaient en compagnie de leurs familiers, bien souvent un crapaud. Ces crapauds étaient en réalité de petits esprits maléfiques, chargés de surveiller et de conseiller les adeptes de Satan et les sorcières en prenaient grand soin. Une légende affirmait que l’on pouvait reconnaitre une sorcière se rendant au sabbat car elle avait un petit crapaud sur le blanc de l’œil, contre la prunelle ou au pli de l’oreille.
Elles amenaient également avec elles, pour différents usages, les enfants qu’elles dérobaient. Si une sorcière promettait de présenter au Diable, lors de la prochaine assemblée, le fils ou la fille de de l’un de ses voisins, et qu’elle ne puisse en venir à bout et l’attraper, elle était alors obligée d’y mener son propre enfant ou quelque autre de même valeur. S’ils plaisaient à Satan, alors ces enfants rentraient à son service et il les marquait de sa stigmate diabolique au coin de l’œil gauche, ce qui les signalait comme novices. Après avoir gardé les crapauds durant quelques Sabbats, si on les en jugeait dignes, ils recevaient alors la marque définitive. S’ils ne lui convenaient pas, ils étaient destinés à être servis lors du banquet et des sorcières s’empressaient de les préparer
Pierre De Lancre en parlait ainsi:  » Les enfants sont les bergers qui gardent chacun la bergerie des crapauds, que chaque sorcière qui les mène au sabbat leur a donné à garder « . Les nuits de Sabbats, les enfants menaient généralement leurs petits troupeaux de crapauds jusqu’au bord d’un lac en les dirigeant avec un bâton blanc. Si un crapaud était malencontreusement estropié ou écrasé par la maladresse de l’un de ses jeunes surveillants, alors le coupable se voyait châtié par le Diable en personne.

Salutation Sataniques

Salutations Sataniques

Le Sabbat se conformait aux principes hiérarchiques. Même entre les démons, il y avait des règles de bienséance. En arrivant sur place, il était de bon ton de témoigner son adoration à Satan en posant près de lui de l’herbe à Sabbat ou un pot de graisses d’enfants, que la sorcière avait pris soin d’emporter avec elle en partant. Pour vénérer le Diable, ses disciples se prosternaient à genoux, le dos tourné vers lui, ou se tenaient sur leurs mains, les jambes en haut, le menton relevé sur la poitrine. A chaque nouveau Sabbat, les sorcières étaient dans l’obligation d’affirmer leur renonciation une nouvelle fois, puis, elles se devaient de rendre hommage au Diable en lui baisant le derrière tout en portant à la main une torche de poix noire.

De Lancre apportait par ailleurs une précision à ce sujet:  » Le cul du grand maitre avait un visage derrière, et c’est le visage qu’on baisait, et non le cul « .
Une fois les civilités rendues, le Prince, satisfait, recevait les nouvelles sorcières qui se proposaient de rejoindre leurs rangs. Les novices étaient soigneusement étudiées par le diable, qui déterminait leur propension à faire le mal. Si elles étaient acceptées, alors le démon leur demandait de renier la religion chrétienne puis l’on procédait à un nouveau baptême qui effaçait le baptême chrétien et les néophytes étaient baptisées d’un nouveau nom. Satan leur apposait alors une marque de sa corne ou de sa griffe et certaines mangeaient d’une pâte, ou se faisaient sucer le sang du pied gauche par le Diable, afin de ne jamais révéler ce qu’on leur avait recommandé de taire.

Le Malin s’emparait alors de Livre des Blasphèmes, un recueil des plus horribles, écrit en une langue inconnue, qui contenait les plus terribles malédictions contre les sacrement et cérémonies de l’Église catholique afin de dire le semblant de messe qui allait suivre. Vêtu d’une chasuble noire ou d’habits sacerdotaux retournés, il montrait son derrière à l’assistance. Lorsque le diable ne disait pas la messe, il volait autour de l’officiant sous la forme d’un papillon noir. L’autel était noir, tout comme les cierges, qui brûlaient d’une étrange lumière bleutée.
Le signe de la croix y était tourné en dérision: il se faisait à l’envers pendant qu’on récitait prières et litanies en l’honneur du démon. On y baptisait des crapauds habillés de velours rouge et noir et l’Eucharistie leur était donnée.
La communion du Sabbat utilisait une hostie profanée, dérobée dans une église ou consacrée sur place par un prêtre défroqué. Parfois, l’on se servait d’une hostie noire, avec un visage imprimé dessus. Dans le pire des cas, une tranche de navet ou de radis faisait l’affaire. L’hostie devait être soigneusement mâchée avant d’être avalée.
A la fin de la messe, Satan urinait alors dans un trou et de vieilles sorcières venaient tremper des plumes de coq dans le liquide brûlant avant d’en asperger l’assistance. Cette urine était reçue avec le plus grand respect et chaque fidèle faisait dans cette occasion le signe de croix de la main gauche tout en récitant une litanie en latin. Ce rituel se voulait une parodie des cérémonies de la messe, tout comme le baiser. La séance était alors ouverte.

Le Diable présidait au sabbat assis dans une chaise noire. L’image sous laquelle il s’y montrait pouvait varier, mais elle était toujours hideuse. Le plus souvent, il choisissait l’apparence d’un grand bouc lubrique, toujours puant et barbu, à la tête ornée de trois ou quatre cornes et dont la queue dissimulait le visage d’un homme fort noir. Sur la corne qui décorait son front, une chandelle était généralement placée, éclairant le Sabbat.
Il pouvait également se donner une forme humaine, agrémentée de quelques attributs de sa puissance infernale, mais il lui arrivait aussi de choisir d’autres apparences extravagantes pour ses paillardises. Il fut ainsi décrit, lors des procès criminels, comme un grand lévrier noir, un corbeau, un bouc noir et même un tronc d’arbre épouvantable, écartelé, estropié et sans bras. Sa voix était effroyable et sans ton, d’une grande gravité, brûlante et effroyable.
Lors de ces séances, Satan semblait souvent mélancolique ou ennuyé. Près de lui, siégeait parfois la Reine du Sabbat, une sorcière qu’il choisissait, généralement la plus jolie, et qui avait l’honneur de s’accoupler avec lui. Toutefois, les faveurs du Diable n’étaient pas fort agréables car il avait la réputation de posséder un membre particulièrement long, couvert d’écailles comme un poisson, qu’il tenait entortillé et sinueux comme un serpent. Son sexe semblait s’accorder à l’image qu’il présentait et il était quelques fois décrit comme étant moitié de chair, moitié de fer, ce qui n’était apparemment pas plus agréable car il faisait toujours crier les femmes comme si elles étaient  » en mal d’enfant « .

Satan et sa Reine

Satan et sa Reine

Le Diable plaçait ensuite toutes les herbes apportées par ses fidèles dans une immense chaudière, avec des crapauds, des couleuvres, de la limaille de cloche et des enfants coupés en morceaux:
 » On y voit encore de grandes chaudières pleines de crapauds et vipères, cœurs d’enfants non baptisés, chair de pendus, et autres horribles charognes, et des eaux puantes, pots de graisses et de poisons, qui se prêtent et se débitent à cette foire, comme étant la plus précieuse marchandise qui s’y trouve « . (De Lancre)
Satan écumait la graisse de cette répugnante préparation, puis, après avoir prononcé quelques paroles sacramentelles, il en faisait des onctions et en distribuait de petits pots aux initiés. C’était là, pour les maléfices, l’ingrédient le plus infaillible car il conversait quelque chose de la perversité et de la puissance de celui qui l’avait préparée.

Après avoir reçu l’onguent, les sorciers et sorcières mangeait les débris des chairs qui avaient servi à sa composition puis ils rassemblaient autour du trône pour écouter les exhortations de leur maitre. Il se livrait aux profanations les plus sacrilèges à l’égard du catholicisme. Le Démon recommandait à ses fidèles de faire tout ce que réprouvait l’Église. Il leur ordonnait le meurtre, l’adultère, l’inceste, la trahison et comme gage de leur soumission, les sorcières devaient se livrer aux plus affreux blasphèmes. Les sorcières devaient ensuite rendre compte des maux dont elles s’étaient rendues responsables. Si elles n’en avaient point faits, ou d’assez grands, alors le Diable ou quelque vieille sorcière les châtiait rigoureusement. Après cet exercice, venait la danse des crapauds. Les crapauds énuméraient alors leurs doléances. Ils se plaignaient de leurs maitresses, quand ils n’avaient pas été assez bien nourris par exemple. Les sorcières pouvaient répondre à leurs accusions mais bien souvent, elles se retrouvaient châtiées pour leurs négligence. De petits démons sans bras se chargeaient de leur correction. Ils allumaient un grand feu, poussant dedans les infâmes et les retirant lorsqu’il le fallait. Parfois, on leur attachait un gros chat au derrière et elles devaient de danser ainsi tout le reste de la nuit.
Les sorcières les plus méritantes qui ne possédaient pas encore de familier étaient quand à elles récompensées. On leur proposait de jolis petits crapauds de compagnie, portant des habits de velours rouges et noirs, avec une sonnette accrochée aux pieds et une autre au cou.

Si le Diable était absent pour une raison quelconque, alors l’une des sorcières présidait le Sabbat:
 » Certaines nuits, les sorcières se rassemblaient, appelées par Itta leur grande maitresse, qui leur enseignait toutes les diableries connues et inconnues. Assise sur un grand rocher comme sur un trône, vêtue de voiles noirs, des bagues brillantes à tous les doigts, avec un corbeau sur l’une de ses épaules et un grand crapaud sur l’autre, elle lisait à chacune de ses élèves une formule, qu’elle suivait de son index crochu, dans un grand livre relié en peau de serpent, qui avait des fermoirs en métal et des tranches rouges… Le Sabbat commençait. A cheval sur des balais, sur des boucs, sur des chiens, selon leurs grades en sorcelleries, toutes les maudites tournaient en rond, chevauchant les airs, tandis que des démons aux yeux rouges frappaient des cymbales ou jouaient de la flûte. Et sur la montagne, c’était un grouillis de serpents, de crapauds, de lézards, de chauve-souris, animés de la tarentule satanique, aux aussi sautant, volant, rampant ou dansant en cadence.  » (R.Kuven et E.Martzen, 1976)

Puis arrivait enfin le moment tant attendu des réjouissances. Sur un geste du Malin, la table était dressée. Il attribuait les places au banquet, prenant soin d’alterner démons et sorcières. Le menu de ces festins était des plus varié. Tantôt la table était chargée de mets splendides, préparés avec une délicatesse extrême et présentés sur une nappe dorée, tantôt on y mangeait du pain noir, des enfants non baptisés et de la chair de pendus. Mais cette chair et ces mets raffinés étaient toujours d’une extrême fadeur vu que l’on y employait jamais de sel, l’Église s’en servant dans ses cérémonies. De plus, les sorcières pouvaient manger et boire tant qu’elles l’entendaient, rien ne parvenait jamais à calmer leur faim ou leur soif. Le repas se terminait par le Pain de Diable, un gâteau de millet qui assurait aux sorcières de ne jamais parler sous la torture.

Après le repas, l’on dansait dos à dos. Chaque démon ou chaque homme devait mener une femme et tout le monde se devait d’être nu. Les plus pudiques portaient une chemise échancrée qui laissait tout voir. Si les corps étaient dénudés, les visages étaient souvent masqués, sans doute pour éviter d’être reconnus et dénoncés lors d’un éventuel interrogatoire.
Certaines formaient des quadrilles avec des crapauds vêtus de velours et chargés de sonnettes. Jeannette d’Abadie affirmait avoir vu la Dame de Martia Balfarena danser au Sabbat avec quatre crapauds. L’un portait un habit de velours noir avec des sonnettes aux pieds et il reposait sur son épaule droite. Le second trônait sur son épaule gauche et il n’avait pas d’habits ni de sonnettes. Elle tenait également un dans chacun de ses poings, et ils étaient en leur état naturel.

La Sorcière au Sabbat

La Sorcière au Sabbat

Les plus grands des pécheurs ouvraient le bal puis, au milieu d’une ronde effrénée, tous les assistants se livraient aux actes de la plus hideuse dépravation:  » On danse nus, deux à deux, au son des violons, trompettes et tambourins. On fait des rondes, les filles et les femmes tenant chacune leurs démons par la main, lesquels leur apprennent des traits et gestes si indécents qu’ils feraient horreur à la plus effrontée femme du monde… on chante des refrains si monstrueux et lubriques que les yeux se troublent et les oreilles s’étourdissent.  »
Le but de la danse était d’exciter les sens la débauche et préparer à la copulation charnelle. Les postures les plus obscènes et les plus infâmes se déchainaient alors. L’inceste était habituel. Le diable se changeait en femme pour les hommes, et en homme pour les femmes.  » Puis baisaient le Diable en forme de bouc, au derrière, c’est au cul, avec chandelles ardentes en leurs mains… et après qu’ils aient tous mangé et bien bu, ils prenaient habitation charnelle tous ensemble. Et même commettaient le péché de Sodome, de bougrerie, et tant d’autres crimes, si très-forts puants et énormes, tant contre Dieu que nature, que ledit inquisiteur dit qu’il ne les oserait nommer, pour doute que les oreilles innocentes ne fussent averties de si vilains crimes, si énormes et si cruels. « 

Les sorcières ne rougissaient pas de dévoiler tous les détails de leurs perversions sataniques. Ainsi, Marguerite Brémont, condamnée à mourir sur le bûcher, avait-elle raconté:
 » Lundi dernier, elle fut avec Marion sa mère à une assemblée, près du moulin Franquis de Longuy en un pré, et sa mère avait alors mis un ramon entre ses jambes en disant, je ne mettrai point les mots, et soudain elles furent transportées en tout autre lieu, où elles trouvèrent Jeanne Robert, Jeanne Guillemin, Marie femme de Symon d’Agneau, et Guillemette femme d’un nommé le Gras, qui avaient chacune un ramon. Se trouvaient aussi en ce lieu six Diables qui étaient sous forme humaine, mais fort hideux à voir et après la danse finie, les Diables se couchèrent avec elles et eurent leur compagnie. L’un d’eux qui l’avait menée danser la prit, la baisa par deux fois, babita avec elle durant plus d’une demi-heure mais laissa aller la semence bien fort froide « .
Les démonologues, pour la plupart, pensaient que les sorcières servaient malgré elles et en gémissant aux exigences sexuelles du Démon, sans pouvoir se soustraire à cette servitude maudite, mais ils ne les brûlaient pas moins sans pitié.

Souvent, au cours du de la nuit, les sorcières s’amusaient à lancer des maléfices. Quand elles n’étaient pas occupées à envoyer des chenilles ravager des récoltes, elles frappaient sur de l’eau avec de petites vergettes blanches faisant ainsi s’élever des nuées remplies de grêle.

Le Sabbat se dispersait aux premières lueurs du jour ou au chant du coq. D’après ses diverses observations, Pierre De Lancre affirmait que le Coq sonnait la retraite des Sorciers lorsqu’ils étaient au Sabbat car son chant était contraire aux Démons. Dès qu’il s’élevait, il avait la propriété de dissiper ou de faire disparaitre instantanément toute assemblée diabolique. Alors, sur les conseils du Diable, les sorcières empêchaient les coqs de chanter en leur frottant la tête et le front avec de l’huile d’olive ou en leur fabriquant de petits colliers en serment de vigne.

Les réjouissances terminées, chacun retournait chez soi comme il était venu, sur un balai ou sur le dos du diable. Après que les diables aux pieds chauds et les sorcières l’aient foulé en dansant, la terre était brûlée et plus rien ne pouvait jamais pousser sur le lieu maudit où s’était tenu le sabbat.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: