La Poupée Vaudoue Hantée

La Poupée Vaudou Hantée

A la Nouvelle-Orléans, les poupées vaudoues hantées par l’esprit d’un défunt sont appelées des Zombie Dolls. En octobre 2004, Debbie, une femme de Galveston, au Texas, acheta une Zombie Doll sur eBay.  La poupée, qui était décrite comme «  très active, presque vivante, » était enfermée dans une sorte de cercueil en argent verrouillé qu’il était conseillé de ne jamais ouvrir. Debbie, qui pensait que toute l’histoire n’était qu’un argument de vente, ne prêta aucune attention aux avertissements du vendeur. Quelques jours plus tard, elle reçut une petite boîte joliment ornée, et elle s’empressa de soulever son couvercle pour prendre la poupée, qu’elle avait décidé d’exposer dans sa salle à manger.  « Une vraie grosse erreur, » rapporta-t-elle par la suite.

Peu de temps après, alors qu’elle lisait dans sa chambre, elle entendit un bruit en bas des escaliers. Intriguée, elle sortit de la pièce et elle découvrit la poupée sur le palier, juste devant la porte. Comment avait-elle pu arriver là, elle l’ignorait. Le même phénomène se répéta pendant plusieurs semaines, sans qu’elle puisse lui trouver d’explication. Elle entendait du bruit, et quand elle allait voir, elle retrouvait la poupée sur le plancher. Une nuit, alors qu’elle venait de sortir de sa chambre, elle sentit un picotement en bas de sa jambe. Elle baissa les yeux, et elle découvrit trois traces de griffures sur sa cheville. La poupée se mit alors à la harceler en permanence. Nuit après nuit, ses chevilles et ses jambes se couvraient d’écorchures et d’ecchymoses. A une occasion, une entaille apparut sur un de ses mollets, qui était si profonde qu’elle dut se rendre à l’hôpital pour la faire soigner. Cette blessure, qui était plus sérieuse que les autres, lui fit prendre conscience de la dangerosité de la poupée. Elle la replaça dans son petit cercueil métallique et de l’enferma au sous-sol. Elle espérait résoudre le problème ainsi, mais elle se trompait. La poupée, qui ne pouvait plus l’attaquer physiquement, se mit alors à hanter ses rêves. Épuisée, Debbie tenta alors de la brûler, sans y parvenir. L’idée lui vint alors d’essayer de la couper en morceaux, mais les ciseaux se cassèrent lors de sa tentative, tout comme le couteau qu’elle utilisa par la suite. En désespoir de cause, elle finit par l’enterrer au cimetière. «  C’est la place des morts, » se dit-elle en creusant sa tombe. « Et finalement, c’est probablement la sienne. » Peut-être n’avait-elle pas creusé suffisamment profondément car le lendemain matin, la poupée réapparut mystérieusement devant sa porte d’entrée, toute maculée de terre mais intacte.

Après réflexion, Debbie décida de la mettre aux enchères sur eBay, et elle réussit rapidement à la vendre. Pressée de s’en débarrasser, elle l’envoya à son nouveau propriétaire le jour même. Quelque temps plus tard, il la contacta pour lui dire qu’il avait bien reçu la poupée, mais qu’elle s’était volatilisée de son appartement ! En apprenant la nouvelle, une bouffée de panique la submergea. Elle courut jusqu’à sa porte d’entrée, et elle découvrit la poupée. Debbie la renvoya à l’acheteur, mais le même incident se répéta une nouvelle fois. A la troisième tentative, la poupée ne prit même pas la peine de faire le voyage. L’homme se reçut qu’une boîte vide, et Debbie la retrouva sur son palier. Pour une obscure raison, elle ne semblait pas vouloir la quitter.

Quand elle avait compris que la zombie doll était réellement hantée, Debbie avait trouvé intéressant de l’étudier et de rapporter ses différentes observations dans un livre consacré aux « envois de fantômes par la poste. » Maintenant, elle voulait juste être libérée de son emprise. Elle essaya de rentrer en contact avec le vendeur d’eBay, celui qui lui avait vendu la poupée, mais ses e-mails restèrent sans réponse. Désespérée, elle décida alors de lui retourner la poupée, mais le paquet lui revint avec la mention « Décédé. » Elle fit alors appel à trois groupes d’enquêteurs du paranormal, mais deux d’entre eux reconnurent qu’ils ne pouvaient rien faire pour elle et le troisième ne prit même pas la peine de lui répondre. Elle écrivit également à une multitude de sites Internet qui parlaient de phénomènes de ce genre, sans plus de succès. Debbie, qui se sentait seule avec son problème, commença alors à se poser des questions. Qu’était-elle censée faire de sa poupée hantée, alors que personne ne voulait l’aider à s’en débarrasser ?

En 2006, elle prit contact avec une station de radio locale qui lui proposa de raconter son histoire pour Halloween. Au cours de l’émission, plusieurs auditeurs lui conseillèrent de demander l’assistance d’un prêtre, ce qu’elle fit rapidement. Elle lui montra l’ancienne boîte en argent qui contenait la poupée vaudou, mais elle le supplia de ne pas l’ouvrir, ce à quoi il consentit. Le prêtre bénit la boîte, comme elle le lui avait demandé, pour obliger le mauvais esprit à rester à l’intérieur, et la poupée zombie parut se calmer. Au cours des mois suivants, elle reçut un grand nombre de lettres. Certains de ses correspondants laissaient entendre, plus ou moins clairement, qu’elle est folle, mais elle s’en moquait. «  La poupée est vraiment hantée, » répondait-elle à ses détracteurs. D’autres lui proposaient de la soulager de son fardeau, mais personne ne l’appela jamais ou ne se présenta chez elle pour prendre la poupée.

En 2008, Lisa Lee Harp Waugh, enquêtrice du paranormal, nécromancienne et adepte du vaudou de Houston, découvrit l’histoire sur Internet. Intriguée, elle téléphona à l’un de ses amis, Dash Beardsley, un chasseur de fantômes qui habitait la même région que Debbie, pour lui demander plus de détails. Dash ne savait pas grand-chose de plus mais il lui expliqua qu’une nuit, la dame en question l’avait appelé pour parler de ses problèmes. Pendant un temps, elle avait gardé le petit cercueil en argent sous son lit, puis la poupée avait recommencé à s’agiter et comme elle était devenue trop bruyante, elle l’avait rangée sous l’évier de sa cuisine, avec ses poêles et ses casseroles. Avant de le faire, elle avait entouré la boîte de ruban adhésif, pour plus de sûreté, mais la poupée cherchait toujours à s’échapper et le bruit devenu pire encore. Au mois d’avril, Debbie donna la poupée à Lisa Lee, et elle n’en entendit plus jamais parler. Elle espère qu’elle est heureuse dans sa nouvelle maison… et qu’elle va y rester.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings