La Poupée d’Hannah

Poupée Maison Audubon

Dans la maison Audubon, qui est réputée hantée, il était une poupée qui refusait obstinément d’être prise en photo. Cette poupée vient de se volatiliser, sans qu’aucune explication ne puisse être avancée.

L’Histoire de la Maison d’Audubon

La Maison Audubon

En 1820, le capitaine John Huling Geiger habitait Key West, en Floride. Il gagnait sa vie en récupérant les épaves des bateaux naufragés, et son travail était particulièrement lucratif. A cette époque, une centaine de navires naviguaient quotidiennement entre la côte Est et les côtes du Golfe, mais les violentes tempêtes, les puissants courants, l’eau peu profonde et les récifs acérés rendaient le passage dangereux. Quand un bateau était signalé en perdition, un appel était lancé à terre. Le premier à arriver sur les lieux devenait le maître de l’épave. L’heureux élu se devait de sauver l’équipage et les passagers, de récupérer la cargaison et, si possible, le navire. Le fret était emmené à Key West, où il était évalué, mis aux enchères et vendu. Les sauveteurs recevaient un pourcentage sur la vente des biens, qui étaient estimés par un juge fédéral. Le maître de l’épave bénéficiait toujours de la plus grande part, vingt-cinq pourcent généralement.

En 1830, le capitaine Geiger, qui était devenu l’un des dix hommes les plus riches de Key West, se fit construire une grande maison. Peu de temps après, il se maria avec Lucretia Saunders, une jeune femme des Bahamas avec qui il eut douze enfants, dont sept filles et deux fils qui survécurent jusqu’à l’âge adulte. Au cours des années 1840-1860, alors que la famille était au sommet de sa gloire, des esclaves vivaient sur la propriété, qui faisait environ six acres. Ils aidaient dans les tâches domestiques et travaillaient à la récupération des épaves. Des rumeurs prétendaient que le capitaine Geiger se livrait à la piraterie et qu’il avait enterré une partie de son immense fortune quelque part sur sa propriété, mais personne ne put jamais le prouver. Il mourut dans sa maison en 1885, et ses descendants lui succédèrent. William Bradford Smith, son arrière-petit-fils, fut le dernier à y séjourner. Le capitaine Smith était un homme excentrique, un solitaire qui vivait complétement reclus. Son mépris pour l’humanité l’avait poussé à passer un arrangement. Régulièrement, il faisait descendre un panier accroché à une corde du premier étage, et quelqu’un le lui remplissait de provisions. Après sa disparition, en 1956, ses héritiers décidèrent de démolir le vieux bâtiment, qui tombait en ruines, et de faire construire une station-service à la place. Quand il apprit que la maison allait être rasée, Mitchell Wolfson Sr., propriétaire de salles de cinéma et de la première station de télévision de Miami, décida de la sauver. Il la racheta pour en faire un musée, lequel ouvrit ses portes en 1960. La fondation Wolfson se porta ensuite acquéreuse de vingt-huit des œuvres de Jean-Jacques Audubon, qui s’était prétendument servi des magnifiques plantes de la propriété pour illustrer certains de ses ouvrages, et la maison devint le musée Audubon.

La Hantise

Hannah Maison Audubon

La propriété est réputée hantée depuis des années. Un système d’alarme sophistiqué a été installé, mais ses sirènes et ses capteurs électroniques se déclenchent sans cesse. Ils indiquent toujours une activité dans la même pièce, la nurserie. Des enfants, qui avaient été accueillis par le capitaine Geiger, y seraient morts, victimes d’une épidémie de choléra. Des rires, des pleurs et des bruits de pas s’y feraient entendre, et une silhouette apparaîtrait souvent à l’une de ses fenêtres. Elle a été observée à plusieurs reprises par les agents de sécurité chargés de la surveillance du musée. A chaque fois, ils ont fouillé la maison, mais ils n’ont jamais trouvé personne. Une nuit, une vague de chaleur a été détectée par les caméras infrarouges. Elle a frôlé les jouets, les pantins, le théâtre de marionnettes et les poupées italiennes avant de se volatiliser. Le système d’alarme a été vérifié plusieurs fois, en vain. Le fantôme du capitaine Geiger se montrerait parfois, scrutant la mer ou arpentant sa propriété ou déambulant dans les jardins avec sa fille Hannah. La rumeur prétend qu’il surveille son trésor enterré.

Depuis l’ouverture du musée, une poupée de la petite fille, dont le terrible portrait fait parfois pleurer les visiteurs, était exposée dans un des landaus de la nurserie. Cette poupée de porcelaine au visage blafard et à l’aspect quelque peu inquiétant possédait une étrange singularité. A chaque fois que les visiteurs tentaient de la prendre en photo, leurs appareils connaissaient d’inexplicables problèmes. Quand ils réussissaient à le faire, ce qui n’était pas toujours le cas, alors rien n’apparaissait sur l’image ou de grosses ombres noires s’invitaient au premier plan. Au début du mois d’août 2015, quelque chose a soudainement fait voler l’appareil d’un photographe, exposant son film à la lumière et détruisant la photo qu’il venait de prendre. L’homme en question, qui travaillait pour la chaîne Discovery Channel, était venu pour tenter de discréditer l’histoire de la poupée d’Audubon. Troublé par sa mésaventure, il est retourné au musée pour y prendre de nouvelles photos, qui se sont révélées acceptables, mais partiellement masquées par une bande noire dans leur angle gauche. Intrigué, il a décidé de mener une enquête sur la poupée, mais le matin du tournage, le personnel du musée s’est aperçu qu’elle avait mystérieusement disparu pendant la nuit. Aucune des alarmes ne s’était déclenchée, et personne ne se trouvait dans la maison. La poupée n’a jamais été retrouvée.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings