Le Fantôme de la Rue Foy

7 Rue Foy

Au début des années 2000, Marie a hérité d’un hôtel particulier de sa grand-mère, au numéro 7 de la rue Foy, à Perpignan. « Avec mon époux, Paul, on logeait au deuxième, puis le temps de rénover, on s’est installé en bas. On était bien, on avait tout modernisé, » a raconté Marie. Dès les premières nuits, des bruits les ont réveillés, son mari et elle. « On aurait cru des cambrioleurs qui tentaient d’entrer dans la maison. C’était des bruits étranges, pas du tout familiers, comme de fortes sonorités métalliques. Mon mari les localisait dans les murs, moi dans les volets. » À chaque fois, ils se précipitaient à la fenêtre, mais ils ne voyaient jamais personne. Pourtant, ils entendaient toujours les bruits de coups. Intrigués, ils ont commencé à s’interroger, et ils se sont souvenus des histoires de la grand-mère de Marie. La vieille dame se plaignait souvent de phénomènes semblables, mais personne ne la croyait jamais. Ils ont tenté de parler de leurs problèmes à leurs proches, sans plus de succès. « On a été la risée de tous nos amis, on a même eu des fantômes en chocolat dans la boîte aux lettres, » a expliqué Marie en souriant d’un air désabusé. Son père leur a dit qu’ils étaient complétement givrés… que la ville de Perpignan était construite sur l’eau, ce qui, en fonction des températures, créait des mouvements de terrain à l’origine de craquements dans les parquets ou les bois. L’explication ne les a pas vraiment convaincus. Les bruits de coups résonnaient uniquement la nuit, et quel que soit le temps.

Et puis, un jour de l’été 2003, alors qu’elle s’affairait dans sa maison, Marie a été distraite par une voix en bas de chez elle. Une guide touristique racontait l’histoire de Thérésa de Béarn, la jeune et jolie noble qui occupait autrefois le numéro 7 de la rue Foy. En 1661, Thérésa avait vingt ans et deux amants. Don Emmanuel de Sant-Dionis, son voisin d’en face, et Don Ramon de Monfar, un moine de l’abbaye d’Arles-sur-Tech. Don Emmanuel de Sant-Dionis a fini par apprendre l’existence de son rival, et il a giflé Thérésa. Le drame était noué. Le 20 décembre 1661, il est découvert mort dans son patio, au numéro 9 de la même rue. Il avait reçu cinquante-deux coups de poignard et un coup de marteau lui avait défoncé le crâne. Soupçonnée d’avoir commandité le crime, Thérésa de Béarn est arrêtée et son homme de main présumé, Don Ramon de Monfar, prend la fuite. Le 12 mai 1662, elle est suppliciée sur ordre de François Sagarra, président du Haut Conseil de Perpignan. Elle nie farouchement toutes les accusations. Écartelée par trois fois, elle continue à nier. Le lendemain, accompagnée par les Confrères de la Sanch qui chantent le Miserere, elle marche fermement au supplice, pose sa tête sur le billot érigé place de la Loge, et succombe. L’histoire aurait dû s’arrêter là, mais elle n’était pas terminée. Quelque temps plus tard, des rumeurs ont commencé à courir que la malheureuse n’avait pas été décapitée pour ses méfaits, mais qu’elle avait été victime d’une machination politique. « Depuis, » a dit la guide touristique en guise de conclusion, « on dit que son fantôme revient tous les soirs, rue Foy, crier son innocence. Éternellement. » En entendant ces paroles, Marie n’a pu s’empêcher de frémir. « Elles ont fait écho en moi. Je suis tout de suite descendue parler avec la dame pour tenter d’en savoir davantage. » Elle n’a rien appris rien de plus, si ce n’est que le fantôme ne s’était jamais montré malfaisant.

9 Rue Foy

Le Patio au 9 de la Rue Foy

Le même phénomène a continué pendant des années. Toutes les nuits, ou presque, des bruits métalliques réveillaient Paul et Marie. Leur chien, un petit cocker, réagissait à chaque fois. Il dressait ses oreilles pour écouter, visiblement intrigué. « Ce n’est pas effrayant, c’est déstabilisant. Surtout qu’au-delà des coups, on a subi des maux, de nombreux problèmes, » a expliqué Marie. Ils ont cherché des explications rationnelles, et comme ils n’en trouvaient pas, ils ont fini par essayer différentes choses. Certains, qui accusaient les ondes d’être responsables des perturbations, leur ont expliqué comment les contrer grâce à leurs appareils électriques. Paul et Marie ont laissé leurs télés, leurs ordinateurs et leurs téléphones allumés en permanence, sans constater de changement. D’autres, qui soupçonnaient un problème d’énergies négatives, leur ont suggéré de créer une barrière invisible avec du gros sel pour les empêcher de passer. Paul et Marie ont posé des coupelles remplies de gros sel derrière leurs volets, sans plus de succès. Finalement, en 2016, ils ont demandé au père Olivier Nicque, curé à Argelès-sur-Mer, de venir nettoyer leur maison. Lors de sa visite, le prêtre a été pris de malaise mais il est néanmoins parvenu à mener sa mission à bien.

Depuis sa venue, tous les bruits ont disparu. Paul et Marie peuvent enfin dormir en paix, mais une question reste posée. Thérésa de Béarn hantait-elle vraiment son ancienne demeure, comme le disait la légende ?

Source : Les Portes de l’Invisible.

Partager:
Pour marque-pages : Permaliens.

2
Commentaires

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
  Subscribe  
plus récent plus vieux plus voté
Me prévenir
Gs Paranormal
Invité

une histoire très intéressante..
merci pour ce partage

Mickael
Invité
Mickael

Belle histoire avec un ? En guise de fin… le mystère reste entier.