Le Fantôme de la Rue Foy

7 Rue Foy

Au début des années 2000, Marie a hérité d’un hôtel particulier de sa grand-mère, au numéro 7 de la rue Foy, à Perpignan. « Avec mon époux, Paul, on logeait au deuxième, puis le temps de rénover, on s’est installé en bas. On était bien, on avait tout modernisé, » a raconté Marie. Dès les premières nuits, des bruits les ont réveillés, son mari et elle. « On aurait cru des cambrioleurs qui tentaient d’entrer dans la maison. C’était des bruits étranges, pas du tout familiers, comme de fortes sonorités métalliques. Mon mari les localisait dans les murs, moi dans les volets. » À chaque fois, ils se précipitaient à la fenêtre, mais ils ne voyaient jamais personne. Pourtant, ils entendaient toujours les bruits de coups. Intrigués, ils ont commencé à s’interroger, et ils se sont souvenus des histoires de la grand-mère de Marie. La vieille dame se plaignait souvent de phénomènes semblables, mais personne ne la croyait jamais. Ils ont tenté de parler de leurs problèmes à leurs proches, sans plus de succès. « On a été la risée de tous nos amis, on a même eu des fantômes en chocolat dans la boîte aux lettres, » a expliqué Marie en souriant d’un air désabusé. Son père leur a dit qu’ils étaient complétement givrés… que la ville de Perpignan était construite sur l’eau, ce qui, en fonction des températures, créait des mouvements de terrain à l’origine de craquements dans les parquets ou les bois. L’explication ne les a pas vraiment convaincus. Les bruits de coups résonnaient uniquement la nuit, et quel que soit le temps.

Et puis, un jour de l’été 2003, alors qu’elle s’affairait dans sa maison, Marie a été distraite par une voix en bas de chez elle. Une guide touristique racontait l’histoire de Thérésa de Béarn, la jeune et jolie noble qui occupait autrefois le numéro 7 de la rue Foy. En 1661, Thérésa avait vingt ans et deux amants. Don Emmanuel de Sant-Dionis, son voisin d’en face, et Don Ramon de Monfar, un moine de l’abbaye d’Arles-sur-Tech. Don Emmanuel de Sant-Dionis a fini par apprendre l’existence de son rival, et il a giflé Thérésa. Le drame était noué. Le 20 décembre 1661, il est découvert mort dans son patio, au numéro 9 de la même rue. Il avait reçu cinquante-deux coups de poignard et un coup de marteau lui avait défoncé le crâne. Soupçonnée d’avoir commandité le crime, Thérésa de Béarn est arrêtée et son homme de main présumé, Don Ramon de Monfar, prend la fuite. Le 12 mai 1662, elle est suppliciée sur ordre de François Sagarra, président du Haut Conseil de Perpignan. Elle nie farouchement toutes les accusations. Écartelée par trois fois, elle continue à nier. Le lendemain, accompagnée par les Confrères de la Sanch qui chantent le Miserere, elle marche fermement au supplice, pose sa tête sur le billot érigé place de la Loge, et succombe. L’histoire aurait dû s’arrêter là, mais elle n’était pas terminée. Quelque temps plus tard, des rumeurs ont commencé à courir que la malheureuse n’avait pas été décapitée pour ses méfaits, mais qu’elle avait été victime d’une machination politique. « Depuis, » a dit la guide touristique en guise de conclusion, « on dit que son fantôme revient tous les soirs, rue Foy, crier son innocence. Éternellement. » En entendant ces paroles, Marie n’a pu s’empêcher de frémir. « Elles ont fait écho en moi. Je suis tout de suite descendue parler avec la dame pour tenter d’en savoir davantage. » Elle n’a rien appris rien de plus, si ce n’est que le fantôme ne s’était jamais montré malfaisant.

9 Rue Foy

Le Patio au 9 de la Rue Foy

Le même phénomène a continué pendant des années. Toutes les nuits, ou presque, des bruits métalliques réveillaient Paul et Marie. Leur chien, un petit cocker, réagissait à chaque fois. Il dressait ses oreilles pour écouter, visiblement intrigué. « Ce n’est pas effrayant, c’est déstabilisant. Surtout qu’au-delà des coups, on a subi des maux, de nombreux problèmes, » a expliqué Marie. Ils ont cherché des explications rationnelles, et comme ils n’en trouvaient pas, ils ont fini par essayer différentes choses. Certains, qui accusaient les ondes d’être responsables des perturbations, leur ont expliqué comment les contrer grâce à leurs appareils électriques. Paul et Marie ont laissé leurs télés, leurs ordinateurs et leurs téléphones allumés en permanence, sans constater de changement. D’autres, qui soupçonnaient un problème d’énergies négatives, leur ont suggéré de créer une barrière invisible avec du gros sel pour les empêcher de passer. Paul et Marie ont posé des coupelles remplies de gros sel derrière leurs volets, sans plus de succès. Finalement, en 2016, ils ont demandé au père Olivier Nicque, curé à Argelès-sur-Mer, de venir nettoyer leur maison. Lors de sa visite, le prêtre a été pris de malaise mais il est néanmoins parvenu à mener sa mission à bien.

Depuis sa venue, tous les bruits ont disparu. Paul et Marie peuvent enfin dormir en paix, mais une question reste posée. Thérésa de Béarn hantait-elle vraiment son ancienne demeure, comme le disait la légende ?

Source : Les Portes de l’Invisible.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
2 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Gs Paranormal
3 années plus tôt

une histoire très intéressante..
merci pour ce partage

Mickael
Mickael
3 années plus tôt

Belle histoire avec un ? En guise de fin… le mystère reste entier.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings