Haunting in Connecticut 2 : Heidi Wyrick et les Fantômes de Géorgie

Aussi surprenant que cela puisse sembler, le film The Haunting in Connecticut 2: Ghosts of Georgia est lui-aussi inspiré d’une histoire vraie, celle d’une petite fille nommée Heidi Wyrick, qui vivait en Géorgie dans les années 80. 

Heidi Wyrick

Heidi Wyrick comprit qu’elle pouvait communiquer avec les esprits des morts dès sa plus tendre enfance. Tout commença en février 1989. La fillette venait tout juste d’emménager avec ses parents, Andrew et Lisa, dans une nouvelle maison à Ellerslie, en Géorgie, lorsqu’elle aperçut pour la première fois l’esprit de celui qui se faisait appeler Mr Gorky. Heidi avait trois ans à peine et elle ignorait encore que Mr Gorki allait se tenir à ses cotés durant bien des années. Le vieil homme lui apparaissait souvent à l’arrière du bâtiment et, au début, Heidi ignorait qu’il n’était pas  » réel « . Elle le voyait presque tous les jours, ils s’asseyaient et ils avaient de longues conversations ensemble. Parfois, il la prenait par la main et ils se promenaient ensemble, il la poussait lorsqu’elle faisait de la balançoire et quand elle apprit à faire du vélo, il se tenait à ses côtés pour l’aider.
Bien évidemment, Lisa, sa mère, pensait que la petite fille s’était inventé un ami imaginaire.  » Je pouvais la voir dans la cour, elle avait sa main levée, comme si elle tenait la main de quelqu’un. Je l’ai entendue parler à plusieurs reprises, mais je n’ai jamais entendu personne lui répondre en retour. « 

Quelques temps plus tard, Heidi aperçut un second esprit. La première fois qu’elle le vit, il se tenait devant la porte d’entrée. Il portait un tee-shirt avec du sang partout et l’une de ses mains était bandée. Lorsque la fillette en parla à sa mère, Lisa prit peur et elle pensa qu’un inconnu avait tenté d’enlever sa fille. Andrew fit alors le tour du quartier, cherchant une personne qui pouvait correspondre à sa description, mais ce fut en vain.
Troublée, Lisa parla de ces apparitions à sa sœur Joyce, qui venait tout juste d’acheter la maison voisine, mais ce fut l’un de leurs voisins qui reconnut Mr Gorky lorsqu’il entendit accidentellement parler de l’ami invisible d’Heidi. Selon lui, son nom et sa description correspondaient exactement à un homme qui avait réellement existé, Mr James S. Gordy, l’ancien propriétaire de la maison que les Wyrick occupaient actuellement. Quand à la seconde apparition mentionnée par la fillette, elle ressemblait étrangement à Lyn, un habitant de la ville qui avait eu la main coupée lors d’un accident. Les deux hommes étaient morts bien avant sa naissance.
Après avoir effectué quelques recherches, Lisa découvrit que James Gordy avait encore de la famille, et elle décida de rentrer en contact avec eux. Ils lui apprirent que James Gorky était mort en 1974. Il possédait une société immobilière à Columbus et il avait été, pendant de nombreuses années, directeur de l’école du dimanche à l’église méthodiste d’Ellison. Même si ils n’avaient pas de photo de lui, les membres de la famille corroboraient la description que Heidi avait faite du vieil homme: Il avait des cheveux gris, un costume, une cravate et des chaussures noires brillantes.
Quand à Lon Batchelor, il était mort en 1957 d’un cancer, et il avait bien perdu sa main alors qu’il avait vingt-ans lors d’un accident dans une usine d’égrenage d’Ellerslie, tout comme la fillette l’avait signalé. Lisa en avait maintenant la certitude, sa fille ne jouait pas avec des amis imaginaires, elle parlait à des esprits.

James Gordy et Lon Batchelor

En 1993, Lisa était enceinte lorsqu’un mauvais esprit vint les visiter pour la première fois. Jusqu’à présent, Heidi n’avait jamais eu peur des spectres qu’elle avait rencontrés mais lorsqu’elle aperçut la silhouette sombre dans le couloir de la maison, elle devint hystérique.
Jordanie naquit le 3 février 1994. Deux semaines plus tard, Lisa remarqua de profondes entrailles sur le visage de Heidi, qui avait alors six ans. Andrew supposa qu’elle s’était simplement griffée accidentellement pendant la nuit mais deux jours plus tard, il fut réveillé par une douleur brulante. Trois marques de griffes s’étalaient sur son torse. Ils ignoraient qu’elle était la chose qui leur infligeait de telles blessures, mais ils supposaient que l’apparition maléfique qui avait terrifiée Heidi en était responsable. Lisa se sentait perdue. Elle aurait pu protéger sa fille d’un homme réel mais elle ne savait pas comment réagir face à une entité surnaturelle. Quand Andrew se réveilla pour la seconde fois avec des traces de griffures sur le corps, les Wyrick comprirent qu’il leur fallait demander de l’aide. Ils contactèrent alors le Dr William Roll, un chercheur du paranormal.
Grâce au financement de l’émission Unsolved Mysteries, le Dr Roll vint enquêter dans la maison des Wyrick. Il interviewa les différents membres de la famille, il procéda à des tests scientifiques et il effectua diverses recherches.
Sa théorie initiale fut que des ions positifs et les champs magnétiques induits par une activité sismique sur la propriété affectait le cerveau de Heidi et ceux de tous les membres de la famille, ce qui provoquait des hallucinations. Il n’y avait, affirmait-il, ni diable, ni démon, ni aucun fantômes impliqués.
Mais lorsque la petite fille parvint à lui désigner, au milieu d’un tas de photos étalées sur la table, celle de James Gordy, le Dr Roll révisa son jugement. Il expliqua alors que Heidi avait de fortes capacités psychiques et qu’elle ramassait l’énergie laissée sur place par les événements et les personnes.
Mais encore une fois, selon lui, aucune entité n’était impliquée. Le Dr Roll n’avait par contre aucune explication pour les griffures, et Andrew ne se sentait pas vraiment rassuré par ses conclusions. 

La Maison de Heidi Wyrick à Ellerslie

Alors que les jours passaient les manifestations s’accentuaient et la maison se retrouva bientôt animée d’une singulière activité paranormale. Les armoires et les portes s’ouvraient et se fermaient toutes seules, des objets bougeaient d’eux-même, Lisa et Andrew entendaient des voix s’élever des chambres désertes et bien plus encore. En grandissant, Heidi apercevait des esprits de plus en plus souvent. Des êtres humains, des animaux, mais également d’étranges silhouettes qu’elle ne parvenait pas à comprendre. La petite fille percevait leurs sentiments et leur nature, ce qui lui permettait de déterminer si un spectre était bon ou mauvais. Quand une entité était maléfique, son estomac se révulsait et elle en était littéralement malade.
Peu de temps après la diffusion de l’épisode d’Unsolved Mysteries relatant ses rencontres surnaturelles, la fillette devint le cible de railleries de la part de ses camarades. Des railleries qui continuèrent d’ailleurs au cours de ses années de Collège et qu’elle vécut particulièrement mal. Et puis un jour, lasse de toutes ces moqueries, Heidi cessa complètement de parler de Mr Gordy. Elle en était venue à détester le don qu’elle possédait, elle ne voulait plus voir Mr Gorky et au fur et à mesure, comme s’il acceptait sa volonté, les visites du vieil homme s’espacèrent. La petite sœur de Heidi, Jordanie, commença à parler des esprits qu’elle voyait dans la maison dès son plus jeune âge. En voyant ses deux filles en proie au même phénomène, Lisa en vint à se demander si les présences qui hantaient les lieux n’étaient pas démoniaques, comme l’affirmait le Frère Stephen Shelly, un prêtre de sa famille.
Andrew et Lisa, inquiets, se tournèrent alors vers le Dr Roll pour la seconde fois. Après avoir effectué quelques tests, il découvrit de fortes capacités psychiques chez toutes les femmes de la famille de Lisa ce qui expliquait, d’après lui, pourquoi les deux fillettes percevaient un si grand nombre de phénomènes étranges. Mais il ne croyait toujours pas que des entités hantaient réellement la maison. Par acquis de conscience, il décida toutefois d’envoyer Amy Allan, une médium, enquêter sur place et les Wyrick, qui n’étaient pas vraiment convaincus par cette conclusion, firent aussi appel à un médium de leur côté.
Amy Allan détecta un niveau élevé d’activé poltergeist à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Selon elle, certains de ces esprits étaient bienveillants, mais d’autres se montraient terriblement négatifs et ils semblaient en colère. Toutefois, ils n’étaient pas démoniaques. La médium engagée par les Wyrick, quand à elle, affirmait que la maison était le jouet de forces maléfiques. Finalement, le Frère Stephen Shelly effectua une bénédiction sur les membres de la famille Wyrick en présence de toute la congrégation, afin de les protéger des forces du mal qui perturbaient leur vie.

Après cette bénédiction, les manifestations dans la maison se firent plus rares, mais elles ne s’arrêtèrent jamais complétement. Des années plus tard, les sœurs de Lisa Wyrick, Joyce Cathey et Rebecca Harrington, écrivirent un livre relatant l’histoire de leur nièce: The Veil, the story of Heidi Wyrick, et le Dr Roll en rédigea l’interface. Il y développait une théorie intéressante sur la façon dont Heidi avait pu acquérir ses capacités psychiques.

Heidi et sa famille

Tout au long de sa vie, Heidi a toujours été entourée et soutenue par sa famille, qui était déjà proche du monde des esprits bien avant sa naissance. En effet, sa grand-mère possédait le même don, quoi que beaucoup moins développé que le sien. La petite fille est maintenant devenue une jeune femme et elle n’a pas revu Mr Gordy depuis des années. Elle s’est mariée et elle a emménagé avec son mari Aaron dans une petite maison à Columbus où elle continue à apercevoir la mystérieuse silhouette sombre ainsi que de nombreux autres esprits. Elle semble toujours très mal à l’aise par rapport à ses facultés extrasensorielles:
 » Chaque jour, chaque jour, je souhaite que ces choses ne soient jamais arrivées car ma vie aurait été alors tellement différente. J’aurais voulu ne jamais être connue pour quelque chose comme ça. « 

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings