La Lettre du Diable

Des experts ont récemment réussi à traduire les écrits cryptés d’une sœur bénédictine. Elle affirmait qu’ils lui avaient été dictés par une légion de démons dirigée par Satan en personne.

Née Isabella Tomasi en 1645, Maria Crocifissa della Concezione était rentrée au couvent de de Palma de Montechiaro, en Sicile, en 1660. Elle prétendait que le diable la poussait à le servir, lui plutôt que Dieu, et elle criait et s’évanouissait fréquemment devant l’autel. La légende raconte que la nuit du 11 août 1676, elle se retrouva harcelée par une horde de démons bien déterminés à la forcer à écrire un message précis : demander à Dieu d’arrêter d’accorder sans réserve aux hommes « miséricorde et pitié. » Après une lutte acharnée, les esprits maléfiques menaçant de la battre avec un lourd encrier de bronze, « mais cela ne fut pas permis par le Seigneur, parce que sinon elle serait sûrement morte, » la malheureuse finit par s’évanouir.

Sœur Maria Crocifissa

Au petit matin, elle fut retrouvée assise sur le sol dans sa cellule, la respiration sifflante, la moitié gauche de son visage et ses genoux tâchés d’encre noire. Elle tenait dans sa main droite une lettre écrite en un langage étrange, un mélange de  grec, d’alphabet cyrillique et de symboles inconnus. Ils avaient voulu l’obliger à signer de son nom, mais dans une dernière tentative de résistance héroïque, elle avait écrit «  Hélas » à la place. Sœur Maria Crocifissa ressortit de son combat complétement abasourdie. Les créatures maléfiques lui avaient ordonné de remettre immédiatement leur demande à Dieu sous peine « d’être sévèrement punie, » mais elle n’en fit rien. Son témoignage fut consigné sous forme de procès-verbaux par l’abbesse Maria Serafica. Deux autres messages lui avaient été transmis, mais elle avait refusé de les écrire et elle les emporta dans sa tombe. Les religieuses en conclurent que des démons, probablement le diable lui-même, étaient venus les tourmenter pour les éloigner de Dieu.

La lettre, dont l’originale est conservée monastère de Palma de Lichtenberg, est tout ce qui reste du combat que sœur Maria Crocifissa a livré à Satan. Pendant des siècles, de nombreux chercheurs ont essayé à la décrypter sans y parvenir, mais au début du mois de septembre 2015, les experts d’un institut de recherche italien, le Ludum Center, ont réussi à décoder une partie du message en se servant d’un logiciel trouvé sur le Dark Web. « Nous avons rentrés dans le programme, » a expliqué Daniele Abate, quarante-neuf ans, chef d’équipe et directeur du Ludum Center, « tous les alphabets que sœur Maria Crocifissa pouvait connaître. L’alphabet grec, l’alphabet latin, les runes des anciens peuples germaniques, et l’alphabet Yézidi, le peuple considéré comme adorateur du diable qui vivait dans le Sinjar irakien avant l’apparition de l’islam. L’algorithme identifie d’abord les caractères qui se répètent, puis il les compare avec les signes alphabétiques similaires de différentes langues. »

Pour M. Abate, le langage a été inventé par la religieuse, qui a mélangé avec le plus grand soin les signes qu’elle connaissait. « Chaque symbole est bien pensé et structuré. Il y a des signes qui se répètent, une initiative intentionnelle ou  inconsciente. » Les scientifiques ont réussi à traduire onze lignes de la lettre, mais le message leur a paru confus. Il parle de Dieu, de Jésus, de Beelzebub, de l’humanité et du Styx, le fleuve qui sépare le monde des morts de celui des vivants dans la mythologie grecque. « Peut-être que maintenant, le Styx est certain. » Il est dit que les humains ont inventé Dieu et Jésus, qui sont ensuite qualifiés de « poids morts. » Il est aussi demandé à Dieu de laisser les hommes au diable. « Dieu pense qu’il peut libérer les mortels, mais ce système ne fonctionne pour personne. » D’autres phrases ont été révélées, mais elles semblent sorties de leur contexte : « Parce que Dieu, le Christ Zoroastre, suit les anciennes façons et les coutures conçues par les hommes, hélas. » « Un Dieu qui se sent libéré des mortels. »

« Personnellement, je crois que la nonne avait une bonne maîtrise des langues, ce qui lui a permis d’inventer le code. Peut-être qu’elle souffrait d’une condition comme la schizophrénie, ce qui lui a fait imaginer des dialogues avec le diable, » a déclaré M. Abate. « Cela n’a pas empêché de nombreuses sectes satanistes intéressées de me contacter depuis que j’ai publié nos résultats. »

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
18 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Paratoa
Paratoa
4 années plus tôt

Ceux qui ne croient pas en l’existence du diable sont déjà ses esclaves.Il est le maître du Mensonge.L’Enfer existe,je vous assure.

Emie
Emie
3 années plus tôt
Reply to  Paratoa

Je pense que si tu été vraiment sûr de ce que tu avances tu ne serais pas là a écrire ce message. Avant d’assurer quoi que ce sois a autrui assure toi que tu est bien toi…

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Paratoa

Ça m’est arriver avant d’être chrétienne, je te l’assure, en devenant chrétienne j’ai remarquer ces choses d’avant qui n’était pas normal mais une influence du mal sur moi surtout en 2018

Christophe NICOLAS
Christophe NICOLAS
4 années plus tôt
Athéisme pour toujours
Athéisme pour toujours
4 années plus tôt

La seule chose à savoir sur les religions est qu’il est très facile de prouver qu’ *un esprit immatériel est physiquement impossible* ! Désolé. Pour un esprit (le fonctionnement d’un cerveau ou le futur équivalent informatique), il faut de la mémoire, de la capacité de calcul, lutter contre l’entropie, des sens, des actionneurs, de l’énergie… tout cela est impossible sans matière structurée. Vous prétendez que le fonctionnement du cerveau pourrait se faire sans cerveau ? Non ! Croire quelque chose de faux ne peut pas être bon. Les religions font beaucoup de mal. Les religions doivent être abandonnées à titre… Read more »

blackvoice
blackvoice
1 année plus tôt

Donc l’air que tu respire, que tu ne vois pas, que tu ne peux pas toucher, ni sentir, n’existe pas ?
L’oxygène est donc un mythe.
le problème n’est pas la religion mais bien les hommes.

Last edited 1 année plus tôt by blackvoice
Bill
Bill
5 années plus tôt

Le diable dit que les humains ont inventé dieu,si cela est vrai,alors pourquoi le diable demanderai à dieu de lui laisser les humains si pour lui il n’existe pas.

Laura
Laura
5 années plus tôt
Reply to  Bill

Le diable est menteur. Il peut prétendre quelque chose et son contraire pour arriver à ses fins.

Ocean Woldegaber
Ocean Woldegaber
4 années plus tôt
Reply to  Laura

après il y a des techniques pour mentir, dire partiellement la verite en oubliant le reste en est une, je pense que le diable se débrouille a ce que la verite s’eloigne le plus de nos coeurs, c’est peut etre pourquoi tant de choses nous font perdre la foi (pas parce que l’on ne tient plus notre relation avec Dieu , mais par découragement au vu de ce qui semble dire qu’il n’est pas la, ou pas si bon que ca etc…

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Bill

Je confirme XD

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Bill

Et pk il flippe dès qu’ont parle de Jéhovah en Ouija, parce qu’il existe point barre

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Bill

Les Satanistes eux pensent que dieu a été créé par les hommes, pareille pour le paradis et l’enfer, donc pour dire je pense que les Démons trompe les Satanistes en leurs montrant des façades d’eux et fausses croyances. Oui dieu existe mais peut être le dieu biblique je sais pas moi, tout ce que je sais c’est que dieu existe et que bcp de gens vont au paradis étant chrétiens ou non et que le diable sa plus grande force est de faire croire qui n’existe pas ou qu’il est gentil.

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Wendy

Peut être * pas le Dieu biblique, je sais pas moi

annonyme
annonyme
5 années plus tôt

schizophrène ?
NON !
réaliste ?
OUI !

Isis Enki
Isis Enki
5 années plus tôt

Cela fait des décennies que l’on écoute la voix de Dieu et on constate le résultat. Il est temps d’écouter la défense de l’accusé ! 11 lignes de traduite et une seule ligne diffusée. Pourquoi ? Serai il la peur que les gens se mettent du côté de l’accusé ?

Wendy
3 années plus tôt
Reply to  Marie Alsina

Merci pour ces belles paroles Démons mais ont n’a rien compris et peu d’entre nous vous suivront si ont pige rien XD

annonyme
annonyme
5 années plus tôt
Reply to  Isis Enki

ha 100% d’accord !

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings