Un Divorce pour Possession Démoniaque

Cathédrale Milan

Au mois d’avril 2017, les juges du Tribunal de Grande Instance de Milan ont examiné la demande d’un homme qui voulait se séparer de son épouse car elle était possédée par le diable. Il l’accusait « d’obsession religieuse avec des comportements compulsifs attribuables à la possession démoniaque » et demandait à ce que le divorce soit prononcé à ses torts. Sa femme, une fidèle pratiquante, était victime de phénomènes inexplicables depuis des années. Il savait qu’elle ne les produisait pas volontairement, mais il considérait le résultat tout aussi éprouvant.

Le tribunal a décidé de mener une enquête et il est apparu que de nombreuses personnes, la sœur de la dame, des ecclésiastiques et des fidèles, pouvaient confirmer les incroyables allégations de son mari. D’après le prêtre de sa paroisse et un moine capucin, la femme se tétanisait, elle était victime de violentes convulsions « qui nécessitaient l’intervention d’un tiers faisant fonction de contenant, » et elle se tortillait frénétiquement sur le sol de l’église. A une occasion, et bien qu’elle soit de faible constitution, ils l’avaient vue soulever un lourd banc de bois d’une seule main et le jeter sur l’autel. Parfois, elle était soulevée et projetée dans les airs, et elle retombait à une distance considérable.

Interrogée par le tribunal, la pauvre femme a répondu d’une petite voix qu’elle n’aimait pas parler des événements, qui ont été examinés par un évêque-exorciste du diocèse de Milan. Sa sœur a confirmé timidement qu’elle avait commencé à avoir des problèmes en 2007, et que son mal générait des phénomènes externes hors de son contrôle dont personne ne pouvait dire la nature. Le moine capucin a rajouté qu’il avait été impressionné par les phénomènes poltergeist qui s’étaient déroulés sous ses yeux et qu’elle était officiellement suivie par des prêtres exorcistes depuis plusieurs années.

Embarrassés, les juges ont déclaré que toutes les preuves convergeaient pour confirmer les comportements paroxystiques de la dame, les événements singuliers, et les phénomènes inexpliqués. Ils ont également précisé qu’elle avait été soumise à une « évaluation psychiatrique approfondie » ainsi qu’à divers tests médicaux et qu’elle n’était affectée par aucune pathologie manifeste permettant d’expliquer les phénomènes. Finalement, ils ont estimé que la séparation ne pouvait pas être prononcée à ses torts, qu’elle n’était pas responsable des événements, que son comportement n’exprimait ni sa volonté, ni une simulation, ni la folie, que les tourments et phénomènes inexpliqués subis étaient la cause, et non la conséquence de son « obsession religieuse » et qu’elle faisait tout pour guérir à travers cette recherche spirituelle.

Par conséquent, ils ont ordonné la dissolution du mariage et la répartition des biens. Le mari est rentré chez lui, et la femme a obtenu une pension alimentaire. L’histoire ne précise pas à qui ont été confiés les deux enfants du couple.

Source : Milano Corriere.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
4 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Soulfree
Soulfree
5 années plus tôt

Cela va faire jurisprudence en italie, divorcer pour cause de possession, une première, non ?

ps: avez-vous activé Social Meta dans All in One SEO Pack? Je ne vois pas les balises Open Graph pour partager sur Facebook, merci

soice
soice
5 années plus tôt

mais où vas le monde , un homme doit soutenir ça femme , que ce soit pour maladie , où autres …. j’espère qu’elle s’en sortira !!

Ema
Ema
5 années plus tôt
Reply to  soice

C’est clair ! Même si cela doit être éprouvant pour le conjoint, laisser tomber son épouse en pleine souffrance c’est moyen et encore plus de laisser entendre que les torts sont de son côté…

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings