L’Amant Fantomatique

Sian Jameson

Récemment, Sian Jameson, vingt-six, a rompu avec son petit-ami. Ils étaient ensemble depuis trois ans, et elle l’a très mal vécu. « Tous les endroits où j’allais me rappelaient mon ex. J’avais besoin d’un nouveau départ. » Profondément bouleversée, elle a alors quitté Londres et elle s’est réfugiée à Aberystwyth, au Pays de Galles, où elle a loué un manoir. « Le propriétaire avait laissé des livres et des tableaux, et l’un d’entre eux a particulièrement attiré mon attention. Daté de 1820, il était placé au-dessus de la cheminée dans la pièce principale et il montrait un beau jeune homme. »

Sian, qui est écrivain, s’est dit ravie de son séjour. « C’était super. Pas de distractions, juste moi, les arbres et le ciel. Je payais mon loyer en faisant des copies d’écriture, et comme je n’avais pas besoin de grand-chose à la campagne, je me débrouillais bien. J’étais en paix. Après une longue relation, me retrouver seule était exaltant, et je n’étais pas sûre de vouloir à nouveau un homme dans ma vie. »

Elle a alors commencé à faire des rêves érotiques. « Je me réveillais en pensant que j’étais encore en couple et j’étais soulagée de me retrouver seule. Quelques mois après mon arrivée, je me suis réveillée un matin pour trouver un jeune homme aux cheveux bruns, très beau, allongé près de moi. Il était entièrement vêtu. Il portait une chemise blanche ample, une écharpe de cou et une culotte à l’ancienne. Il y avait une sorte de miroitement, comme s’il avait été derrière un rideau de voile flottant. Je me suis dit que je rêvais et je me suis éloignée de lui. Alors que je faisais face au mur, je me suis lentement rendu compte que je ne dormais pas et, brusquement, j’ai été gelée de peur. J’ai alors senti une main sur ma taille, mais le toucher était étrange… léger et frais. »

Elle a alors reconnu l’homme représenté sur le tableau et elle a immédiatement compris qu’il était un fantôme. « Nous avons commencé à faire l’amour. Il était très doux et caressait mon corps tendrement. Pendant l’amour, j’ai appris toutes sortes de choses à son sujet. Son nom, Robert, et l’époque où il avait vécu, il y a plus de cent ans. Nous n’avons pas parlé. C’était comme s’il communiquait télépathiquement avec moi. Son corps était doux et léger. Même quand il se plaçait au-dessus de moi, pressant vers le bas, je ne sentais presque pas son poids, comme s’il avait été en apesanteur. C’était très étrange mais le sexe était incroyable. » Le lendemain, Sian a commencé à douter de l’authenticité de son expérience. « J’étais vraiment perplexe. En fait, je me suis demandé si c’était vraiment arrivé. Finalement, je me suis dit que c’était juste un rêve très vivace, et je l’ai rangé au fond de ma mémoire. »

Sian a toujours cru aux fantômes. Elle en avait déjà vus avant cette expérience, mais aucun ne lui avait jamais proposé de relation intime. « Une autre fois, il est apparu dans la matinée. Nous avons fait l’amour à nouveau mais après, je l’ai regardé se lever, s’habiller, et quitter la pièce. Je m’attendais à entendre ses pas dans l’escalier de bois, mais il n’y a pas eu de bruit. Je l’ai vu passer par la porte ouverte de la chambre et vu s’effacer en s’approchant du haut des escaliers. » Elle s’est levée et l’a suivi, mais il s’était volatilisé. « Il m’est apparu une fois de plus après cela. C’était la nuit et je venais tout juste de m’allonger pour dormir. Tout d’un coup, la couette a glissé et j’ai senti une main fraîche courir sur ma cuisse, sous ma chemise de nuit. » Quand il est parti, elle savait qu’elle ne le reverrait plus jamais. « J’ai sangloté après son départ cette nuit-là. Je suppose que j’étais tombée amoureuse. » Elle n’arrêtait pas de penser à lui. « J’ai essayé d’en savoir plus sur lui en effectuant une recherche en ligne. J’ai trouvé un portait qui lui ressemblait beaucoup, un jeune homme peint par un artiste français du XIXe siècle, mais ça ne m’a menée nulle part. » Elle a raconté son expérience à quelques-uns de ses proches amis ce qu’elle avait vécu, mais elle l’a aussitôt regretté. « C’était une erreur. Ils m’ont regardé comme si j’étais folle. Alors j’ai juste ri. Je leur ai dit que j’avais dû manger trop de fromage avant de me coucher, et je me suis tue après ça. »

Sian a maintenant un nouveau petit-ami, un homme en chair et en os. « Quand je lui ai parlé de Robert, il a trouvé ça drôle. Il pense que c’était juste un rêve. Mais je sais que ce n’était pas un rêve. C’était réel. Le sexe était aussi bon, sinon meilleur,  qu’avec n’importe quel autre de mes partenaires, mais ne le dîtes pas à mon copain ! »

Tina Radziszewicz, psychothérapeute, pense que Sian a été victime de paralysies du sommeil. » Sian a vraiment eu l’impression de faire l’amour avec un fantôme, mais ses expériences se produisaient toujours tôt le matin ou tard le soir, à son réveil ou en début de sommeil. Il est bien connu que des types particuliers d’hallucinations se produisent pendant le passage de l’éveil au sommeil, hallucinations hypnogogiques, ou du sommeil à l’éveil, hypnopompiques. Elles peuvent être extrêmement vives et bizarres, et peuvent inclure des sensations tactiles, visuelles et auditives. Elles sont plus fréquentes chez les jeunes adultes et les femmes, et les médicaments, prescrits ou illégaux, les rendent plus probables. Comme les rêves, le sujet d’une hallucination hypnogogique ou hypnopompique est souvent quelque chose qui vous vient à l’esprit. Le stress, l’anxiété, la dépression et les traumatismes peuvent rendre les gens plus enclins à cette forme d’hallucination.

Après avoir rompu avec son petit-ami, les sentiments de Sian étaient si forts qu’elle a ressenti le besoin de quitter Londres et de s’isoler, ce qui suggère des émotions difficiles. Finalement, elle a dit que Robert le fantôme était un amant doux et tendre. Après une mauvaise rupture, qui ne ressent pas un fort besoin d’être apaisé et pris en charge ? Je crois que son amant de rêve représentait l’accomplissement de ce souhait. »

Cependant, certains parapsychologues croient que les fantômes peuvent se montrer très physiques. Le chasseur de fantômes et auteur du livre The Violation, GL Davies, a déclaré : « Personne ne sait ce qui motive les fantômes à avoir des rapports sexuels avec les vivants. Sommes-nous comme des rats de laboratoire ? »

Source : Amazing Sex Ghost.

Pour marque-pages : Permaliens.

Commentaires

avatar
  Subscribe  
Me prévenir