La Possession de Clara-Germana Cele

En 1906, Clara-Germana Cele, originaire du pays des Zoulous, était une jeune orpheline de 16 ans qui vivait dans la petite ville de Natal, en Afrique du Sud. Baptisée catholique, elle fréquentait l’école de la mission Saint-Michel depuis ses quatre ans et les religieuses la décrivaient comme une enfant normale, gaie et enjouée. Pourtant, depuis sa première communion, qui avait eu lieu l’année précédente, Germana avait changé. Son confesseur, le Père Erasmus Hörner, la trouvait morose, triste et même agressive. Bientôt elle devint frivole et s’éloigna des sacrements.
Le 5 juillet 1906, Germana alla trouver le Père Erasmus pour lui faire une étrange confession: la jeune fille affirmait s’être vouée au service de Satan. Afin de lui prouver ses dires, elle lui remit un curieux morceau de papier qu’elle présenta comme le pacte qu’elle avait signé avec le Diable. Bien évidemment, le Père Erasmus n’en crut rien mais très vite, commencèrent à se manifester les premiers signes de sa possession démoniaque. La jeune fille avait des crises au cours desquelles elle criait:  » Je suis perdue! J’ai fait une confession et une communion sacrilèges. Je dois me pendre car Satan m’appelle! « .

Dans les semaines qui suivirent, le comportement de Germana changea de manière radicale. Au mois d’août 1906, alors qu’elle assistait à une messe, la jeune fille se montra terriblement belliqueuse, refusant de s’agenouiller et incitant les autres élèves à refuser la confession. Le 20 août 1906, les sœurs de la mission Saint-Michel eurent la surprise de découvrir Germana en grande conversation avec un être invisible. Elle pleurait et lui disait:  » Tu m’as trompée! Tu m’avais promis de beaux jours, et maintenant tu es cruel pour moi « .
Puis soudain, apostrophant une religieuse, la jeune fille s’écria:  » Ma sœur, s’il vous plait, appelez le Père Erasmus. Je dois me confesser et tout lui dire. Mais vite, très vite, ou Satan va me tuer. Il me tient en son pouvoir! Plus rien de béni n’est avec moi; J’ai jeté toutes les médailles que vous m’aviez données « .
Germana se trouvait dans un tel état d’agitation qu’elles décidèrent de la mettre au lit. La jeune fille déchirait ses vêtements, elle grinçait des dents, hurlait ou aboyait comme un chien. Le père Erasmus fut alors appelé et il demanda à la possédée:
 » Qui êtes-vous?
-Je suis Satan, affirma l’être invisible. Notre roi est Lucifer. Son pouvoir est grand; il a à son service d’innombrables sujets. Nous avons été précipités du Ciel en Enfer, bien que nos péchés n’eussent pas été aussi énormes que ceux d’un grand nombre d’hommes.
-Y a-t-il un enfer? demanda alors le Père Erasmus.
-Certainement! répondit l’entité. Son feu n’émet aucune clarté et ne ressemble en aucune manière à votre feu. Malgré l’obscurité, nous nous voyons l’un l’autre. Le Christ nous a vaincus en mourant sur la Croix, mais à présent beaucoup d’Esprits errent à travers le monde pour séduire les hommes. Le Christ reviendra une seconde fois, lors du jugement dernier. Alors nous serons jugés sous les regards de tout le monde. Nous croyons en Dieu, mais nous le haïssons « .
Alors que les sœurs l’aspergeaient d’eau bénite, Germana implora:  » Oh! Laissez-moi! Ça brûle! « . Si l’eau bénite semblait cruellement brûler sa peau, elle lui permettait cependant de sortir de son état de possession durant un moment.

Les manifestations du démon étaient de plus en plus fréquentes et les attaques que la jeune fille subissait l’épuisaient. Dans un compte-rendu, une religieuse rapporta que Germana agressait souvent ses camarades et qu’elle rentrait dans une rage effroyable dès qu’un objet béni se trouvait en sa présence. Dès qu’elle apercevait une sœur portant une croix ou quelconque signe religieux, elle semblait soudain animée d’une force et d’une férocité extraordinaires et elle la poursuivait jusque dans sa chambre afin de la châtier. Lors de ses crises, les cris de la jeune fille étaient d’une telle bestialité sauvage qu’ils terrifiaient ceux qui les entendaient:
 » Aucun animal n’a jamais produit de tels sons. Ni les lions de l’est de l’Afrique, ni les taureaux furieux. A certains moments, ils sonnaient comme un véritable troupeau de bêtes sauvages qu’aurait orchestré Satan après avoir formé un cœur infernal « .
Il arrivait également que les religieuses et les jeunes filles qui habitaient avec elle voient apparaitre à leur fenêtre, aussi bien en plein jour que pendant la nuit, les figures de terrifiants animaux aux yeux de braise.
Un jour, alors que la jeune fille était allongée sur une natte, se reposant d’une violente crise, elle s’écria:  » Au feu! Je brûle! « . Et alors que Germana se tordait de douleur, ses compagnes purent clairement voir les flammes qui l’entouraient.

De nombreux témoins, dont son confesseur, rapportèrent que la jeune femme lévitait de façon régulière:
 » Souvent, Germana se trouvait soulevée à un mètre, un mètre cinquante du sol, parfois verticalement, parfois horizontalement, et son corps flottait au-dessus de son lit. Elle était rigide, tout comme ses vêtements qui ne retombaient pas comme ils auraient du: ils restaient étroitement plaqués comme son corps et ses jambes. Si on l’aspergeait d’eau bénite, elle retombait aussitôt, et ses vêtements reprenaient leurs plis habituels. Ce genre de phénomène se produisait en présence de témoins, parfois même étrangers à la mission. A l’église, à la vue de tous, il lui arrivait de flotter au-dessus de sa chaise. Certains, la tirant par les pieds, essayaient de la ramener à sa place sans y parvenir, malgré tous leurs efforts « . Au cours de l’une de ces lévitations, Germana se retrouva soulevée à un mètre du sol avant de se mettre à flotter vers le presbytère.

Le Père Erasmus décrivit également comment Germana se transformait parfois en une créature qui ressemblait à un serpent. Son cou s’allongeait, son corps semblait gonfler, notamment sous la peau de sa poitrine, et il devenait aussi souple que du caoutchouc. La jeune fille avançait alors en glissant sur le sol. Sous cette forme reptilienne, elle avait même attaqué une nonne, la mordant très sérieusement au bras. Sur la peau de sa victime, se distinguaient très nettement deux petits points rouges, semblables à ceux qu’auraient pu laisser la morsure d’un serpent. Malgré tous les soins prodigués, cette blessure allait suinter d’un liquide purulent durant plusieurs mois.

De manière surprenante, Germana comprenait et pouvait parler le français, l’allemand, le polonais et toutes les langues étrangères, même celles qu’elle n’avait jamais entendues auparavant. Elle avait également développé des dons de clairvoyance, et elle pouvait révéler les secrets et les plus intimes transgressions de personnes avec laquelle elle n’avait jamais eu de contact.

Comme il avait été démontré que Germana présentait les critères d’une possesseur démoniaque, le Père Erasmus et le Père Mansueti décidèrent de pratiquer un exorcisme sur la jeune fille. Le rituel eut lieu le 11 septembre 1906, et il commença aux premières heures du jour. Au début de cette séance, la première action de Clara-Germana fut de frapper la Bible qui était entre les mains du prêtre puis de saisir son étole et de tenter de l’étouffer avec elle. Après une interruption à midi, l’exorcisme reprit à 15 heures et se poursuivit tard dans la nuit. A la fin de cette première journée, le démon n’avait toujours pas été chassé du corps de Germana et, par conséquent, le rituel reprit le lendemain matin, à 8 heures. Au cours de cette nouvelle cérémonie le prêtre demanda au démon:
 » Pourquoi as-tu été chassé du Ciel?
-Parce que Dieu nous a révélé son Fils et nous a commandé de l’adorer; mais nous avons refusé parce qu’il avait adopté une nature inférieure à la notre. « 
Devant l’insistance des hommes de Dieu, le démon s’écria d’une voix stridente:  » Je dois quitter Germana. Il ne m’est pas permis d’entrer dans une autre personne, car je dois retourner en Enfer. Malheur à moi! « 
Il déclara ensuite qu’il allait signaler son départ d’une lévitation, ce qu’il fit immédiatement, en présence des cent soixante-dix personnes qui se trouvaient dans la chapelle de la mission à ce moment-là.
Après deux longues journées de combat, les prêtres déclarèrent que la jeune fille ne se trouvait plus sous l’influence du diable. Toute les membres de la communauté, choqués de ce dont ils avaient été témoins, récitèrent des prières durant plusieurs heures.

A la suite de cet exorcisme, Germana redevint la jeune fille qu’elle était autrefois, joyeuse et insouciante. Cependant, en janvier 1907, Germana affirma une nouvelle fois avoir passé un pacte avec le démon et ses crises recommencèrent. Au mois d’avril 1907, un nouvel exorcisme de deux jours eut lieu et la jeune fille ne montra plus jamais de signes de possession diabolique après cela. Clara-Germana Cele mourut de la tuberculose le 14 mars 1913, en paix avec elle-même et avec Dieu.

En 1932, le Père Erasmus Hörner rapporta l’histoire suivante dans ses écrits Faits Positifs d’événements Mystérieux, la Possession Démoniaque.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
2 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Lara
2 années plus tôt

Wow super histoire !! Oui la sainte trinité existe !! J’adore les vieille histoires de Démons !! J’adore la Possession Démoniaque ! Mais juste le prêtre n’est pas un peu débile, de ne pas croire la fille quand elle parlais du pacte, pire de demander si l’enfer existe, et pire de demander pk les démons ont été chasser du paradis ! le prêtre n’est pas un peu stupide c’est la base, les Démons ont été virer car ils se sont rebeller contre Dieu et oui l’Enfer existe et oui la sainte trinité dieu existe et oui le pacte ça existe… Read more »

83
83
1 année plus tôt
Reply to  Lara

Non il n’est pas débile ! C’est normal de pas croire quelqu’un qui te dit qu’il a fait un pacte avec le diable… Surtout un jeune, et vu que c’est pas mal à la mode tout ça… Normal que le prêtre ne l’a pas cru. Par contre, si le prêtre a posé ces questions, c’est pour vérifier si c’était bien le diable ou si elle se moquait de lui.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings