Le Fantôme de la Prison de Bodmin

Fantôme William Hampton

Le lundi 13 novembre 2017, Tony Ferguson, un chasseur de fantômes de trente-deux ans, et son épouse Bev, cinquante ans, ont visité la prison de Bodmin, au Royaume-Uni, où de nombreux criminels ont été exécutés. Cette nuit-là, ils étaient les seuls visiteurs présents dans le bâtiment, et ils ont pu observer un certain nombre de phénomènes inexplicables, principalement des bruits de voix et des orbes. A un certain moment de la soirée, Tony a lu le nom de William Hampton, le dernier condamné à mort à avoir été pendu dans l’enceinte de la prison, sur une plaque commémorative. « Quand j’ai lu son nom, » a expliqué Tony, « quelques orbes sont sortis et l’atmosphère a changé. Les lumières se sont éteintes d’elles-mêmes. Même le technicien de service ce jour-là ne savait pas ce qui se passait car les lumières étaient restées allumées à l’étage. Il ne pouvait pas l’expliquer. Il nous a dit que tout fonctionnait correctement et qu’il ne savait pas pourquoi les lumières s’étaient soudainement éteintes là où nous étions. »

Tony et Bev ont alors décidé de placer leur caméra non loin de la « Fosse d’Exécution » et de la laisser tourner. Ils ont continué à enquêter sans plus s’en préoccuper, mais quand ils ont regardé les images, ils en sont restés stupéfaits. Une mystérieuse silhouette au visage livide avait été filmée, qui passait d’un côté à l’autre du couloir et semblait tourner la tête vers la caméra. « Nous avions mis l’appareil photo là-bas, et nous avons enregistré le moment où la silhouette traverse le couloir par hasard. Croyez-le ou non, je ne l’ai pas vue cette nuit-là. Je l’ai remarquée le lendemain matin, quand j’ai commencé à éditer le film. J’ai pensé mais qu’est-ce que c’est… Ça m’a vraiment choqué, ce qui est inhabituel. Normalement, je ne suis pas impressionnable. J’essaie toujours de rester sceptique et de démystifier tout ce que j’enregistre. De cette façon, je m’assure que c’est réel, car il y a peut-être une explication plausible. »

Tony a expliqué que pour photographier un phénomène inexplicable, il fallait établir une relation avec le lieu et les esprits qui le hantent. « J’ai vu beaucoup de choses à Bodmin. J’ai un lien avec la prison. J’étudie différemment des autres groupes. Je n’utilise pas beaucoup d’équipement. J’y vais et j’essaie de communiquer avec les esprits, de leur poser des questions vitales pour eux. C’est pourquoi je lisais les plaques. J’ai lu leurs noms pour attirer leur attention. Et ça explique pourquoi j’ai été capable d’attraper quelque chose de si net dans cette vidéo. L’endroit était tellement actif quand nous étions là. C’était fou. J’ai étudié de nombreux endroits et vu beaucoup de choses, mais je n’avais jamais observé une activité comme celle-ci. Je ne peux pas l’expliquer. Nous avons eu des égratignures, des claquements, des phénomènes de voix électroniques, des bruits étranges, des ombres, des brumes, des orbes et surtout un fantôme. »

Le lendemain, l’enquêteur du paranormal et sa femme sont retournés à la prison. « Nous avons montré les images aux gens qui travaillent là-bas, et ils en ont été choqués. Ils ont prétendu que l’activité avait été assez calme ces derniers temps. Ils ont vérifié les images de la vidéosurveillance près de l’endroit où le personnage a été repéré, et ils ont été surpris de constater que personne n’y était rentré. »

La silhouette qu’ils ont réussi à filmer serait celle de William Hampton, que Tony avait appelé juste avant de lancer la caméra. Pas vraiment un fantôme, mais plutôt une image résiduelle, un reflet du passé. « Nous allons faire quelques recherches sur William, mais ce qui nous est arrivé correspond exactement à ce que d’autres ont déjà vécu là-bas. Je pense que c’est une véritable obsession résiduelle. Il y a beaucoup d’esprits résiduels enfermés dans la prison. De nombreuses personnes ont vu ce fantôme près de cet endroit. Il ne reconnaît pas ceux qui le voient, ce qui me fait penser qu’il n’est qu’une obsession résiduelle, piégé là-bas. Bodmin est la prison la plus hantée du Royaume-Uni et des choses folles s’y produisent. »

Originaire de St Erth, William Hampton a été reconnu coupable de meurtre et condamné à mort par le tribunal de Bodmin le 24 juin 1909. Un mois plus tôt, le jeune homme de vingt-quatre ans avait étranglé sa petite-amie, Emily Tredea, seize ans, à Vicarage Row. Il avait fait sa connaissance en revenant des États-Unis, où il avait travaillé pendant plusieurs années. Ils s’étaient fiancés en 1908 mais, quelques mois plus tard, elle lui avait annoncé qu’elle ne voulait plus de lui, et il l’avait tuée dans sa maison familiale. Après s’être enfui de la scène du crime, il s’était rendu à la police. Il a été pendu le 20 juillet 1909, dans la Fosse d’Exécution. La prison de Bodmin a été fermée au début du XXe siècle, et ses bâtiments ont été vendus en 1929. Durant ses années de fonctionnement, entre 1735 et 1909, soixante personnes, dont huit femmes, ont été exécutées entre ses murs.

Sources : Miror, Dailymail.

Pour marque-pages : Permaliens.

3
Commentaires

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
  Subscribe  
plus récent plus vieux plus voté
Me prévenir
coco
Invité
coco

trop fluide pour un fantôme, un fake parmi tant d’autres

Arnaud
Invité

Bonjour,

Le lien marche mais ce qui est dommage c’est que sur le site la vidéo ne se lance pas…