Covid-19, Confinement et Hantise

Covid-19, Confinement et Hantise

Découverte de la Hantise

Durant le confinement, certaines personnes ont remarqué que leur appartement était plus animé que d’habitude. Je vous en avais parlé dans ce sujet : Confiné avec un Fantôme, et les témoignages continuent à affluer. Ainsi, après avoir entendu des bruits de claquement dans sa chambre, Liam Payne, l’ancien chanteur de One Direction, est maintenant persuadé de partager sa résidence londonienne avec un esprit, et il a décidé de filmer l’activité paranormale. Pour Carianne Robins, médium et spiritualiste, la multiplication des observations est logique. « Maintenant, nous sommes nombreux à être à la maison toute la journée, nous avons plus de temps pour réfléchir », a-t-elle expliqué. « Il y a moins de distractions, donc nous sommes plus réactifs aux énergies qui nous entourent. À une époque où beaucoup d’entre nous sont effrayés et anxieux, il est compréhensible que des êtres chers qui sont déjà passés dans la lumière reviennent pour offrir du réconfort. »

Elle a également souligné l’augmentation significative des esprits ayant besoin de son aide pour « passer de l’autre côté ». « J’effectue des « sauvetages » en offrant des conseils et du soutien aux énergies qui, pour diverses raisons, ne sont pas passées de l’autre côté. Je suis aidée par un ange qui vient les récupérer, et je leur assure qu’il n’y a pas de danger à aller vers cette lumière. Il y a certainement une activité accrue, une vague massive de personnes qui ont besoin de mon aide, et à un moment où nous savons qu’un grand nombre meurent prématurément et sont rapidement arrachés de leur corps. Ils peuvent ne pas vouloir abandonner leur vie, et avoir besoin de conseils. »

Carianne Robins

Quelques jours à peine avant le confinement, Kalif, un musicien de quarante ans, et sa petite amie Surita, trente-six ans, ont déménagé de Londres à Édimbourg, l’une des villes les plus hantées du monde. Peu de temps après, ils se sont aperçus qu’ils partageaient leur nouvel appartement du centre-ville avec quelque chose de sombre et de terriblement maléfique.

« La deuxième nuit, j’ai vu un grand buffet avancer de quelques centimètres, il a bougé de lui-même. Au cours des deux semaines suivantes, nous avons entendu des bruits et des coups tous les soirs, des coups à la fenêtre, et parfois le matin, des choses avaient été déplacées. Nous nous sentions tous les deux mal à l’aise, il y avait une mauvaise ambiance, et bien sûr nous ne pouvions aller nulle part pour y échapper ».

La situation est devenue vraiment critique à la fin du mois de mars, lorsque Surita a rêvé que quelqu’un lui disait un mot dont elle connaissait pas la signification, « Trowie ». « Nous l’avons cherché sur Google, et il désigne la demeure d’un « trow », un esprit du folklore écossais. Nous avons appris que les trows sortaient la nuit, perpétraient des méfaits, et qu’ils étaient attirés par les musiciens. C’était dérangeant de penser que nous pouvions partager notre nouvelle maison avec quelque chose de malfaisant.

Nous avons suivi les conseils d’un ami qui croit davantage que nous au paranormal. Il nous a suggéré de répandre du sel dans chaque coin de chaque pièce et de jouer « de la musique forte et joyeuse ». Cela fait maintenant quelques semaines, et tout est paisible depuis. Nous lui en sommes reconnaissants car le confinement est déjà assez difficile sans partager son appartement avec un esprit malfaisant. »

Alan Murdie

« Les expériences psychiques spontanées », a expliqué Alan Murdie, président du Ghost Club de Grande-Bretagne et chasseur de fantômes autoproclamé, « par exemple les apparitions et les rêves perturbés, semblent souvent être associées à des événements d’importance émotionnelle, y compris des crises et des périodes de transformation. Souvent, les gens qui prétendent avoir vu une apparition diront qu’à ce moment-là, leur esprit était détendu et qu’ils ne pensaient à rien de particulier. Comme ils sont actuellement à la maison, et qu’ils n’ont rien pour les distraire, il se peut que cela les rende plus réceptifs à ces expériences.

De même, il est important de considérer que, pour de nombreuses personnes, les émotions sont actuellement vives. Dans les cas où quelqu’un pense qu’il y a une présence inexpliquée dans sa maison pour la première fois, cela pourrait bien être de l’anxiété et du stress se manifestant par un sentiment de malaise à l’idée de ne pas être seul. »

 Changements suite au Confinement

Plus surprenant encore, des propriétaires, qui savaient déjà leur maison hantée, ont remarqué des changements dans le comportement du présumé fantôme.

Beckie, Paul, et Cameron Melvin

Depuis des années, tous les soirs, Beckie Melvin, Paul, son mari, et Cameron, son fils de dix ans, entendent des bruits de pas au-dessus de leur tête. De pièce en pièce, leur mystérieux visiteur se promène au premier étage de leur cottage du début du XXe siècle situé à Sandy, dans le Bedfordshire, en faisant grincer le plancher. « Nous appelons notre fantôme « L’Homme au Chapeau Haut de Forme », et il partage notre maison depuis que nous avons emménagé, il y a huit ans », a déclaré Beckie, quarante ans, qui organise des événements pour sa société, Beckie Melvin Weddings.

« C’est un homme grand avec un chapeau haut de forme, mais nous n’avons aucune idée de qui il est, ou était. Nous savons que notre maison était autrefois une ferme, mais son apparence bien habillée n’est pas celle d’un ouvrier agricole. Peut-être était-il un propriétaire foncier, mais son identité reste un mystère pour nous. »

Cameron est le premier à avoir remarqué l’homme au chapeau haut de forme. « Cam s’asseyait et regardait, parfois en désignant du doigt et babillant, une certaine partie de la maison, un petit couloir qui mène de la cuisine à un WC en bas », a raconté sa mère. « Au fur et à mesure son discours s’est amélioré, et il a commencé à parler d’un « grand homme avec un grand chapeau ». D’autres enfants qui venaient parfois jouer ici, et ils rentraient chez eux en parlant de lui aussi. Au début, je pensais que c’était juste l’imagination de Cam qui se déchaînait, mais ensuite j’ai commencé à apercevoir l’homme. Il était comme une ombre à la périphérie de ma vision. En un instant, il était parti, mais j’étais sûre de ce que j’avais vu. »

Loin d’être perturbée par sa présence, Beckie a expliqué que sa famille et elle l’avaient toujours accepté, et qu’ils le considéraient comme faisant partie de la maison. « Nous l’avons tous vu et entendu se promener au fil des ans, mais sa présence n’a jamais été menaçante ou espiègle. » Mais depuis le début du confinement, elle a remarqué un changement perceptible dans son comportement. « Avec nous tous à la maison, la maison est très bruyante pendant la journée. Mon mari Paul et moi travaillons, nous recevons des coups de fil, Cam regarde des vidéos en ligne pour ses devoirs, et nous avons un chien qui court.

Maintenant, je ne vois plus et n’entends plus l’homme au chapeau au de forme pendant la journée, seulement le soir quand tout est calme, ce qui m’amène à penser que nous le dérangeons en restant ici en permanence. Il va de la chambre principale à l’avant de la maison à celle de Cam à l’arrière, encore et encore, tous les soirs. Je suis sûr qu’il se demande pourquoi nous sommes ici tout le temps, et cela a certainement influencé le moment où il se fait entendre. L’autre soir, il a frappé le plafond de la salle de bains pendant plusieurs heures. »

Le Fleece Inn

Christine Watson, la propriétaire du pub le plus hanté d’Angleterre, le Fleece Inn à Elland, dans le West Yorkshire, dit avoir elle-aussi observé un changement dans les habitudes de ses invités invisibles, qui sont relativement nombreux. Eleanor, une petite fille qui aime jouer avec les ballons gonflables après les fêtes, un berger qui y a vécu à cet endroit des centaines d’années auparavant et qui a jadis saccagé un magasin, un jeune motocycliste décédé dans un accident dans les années 1970, et un homme nommé Harold.

« Mon mari Alan et moi vivons au-dessus du pub, et à part une brève période où nous avons fermé pour une rénovation, c’est probablement la première fois en quatre cents ans d’histoire que ce bâtiment est si calme », a-t-elle expliqué. « Il a toujours été une ruche d’activités paranormales, mais depuis le confinement, nous remarquons encore plus de choses. Dans le passé, je passais la plupart de mon temps au bar, mais maintenant je suis dans notre appartement toute la journée, et j’entends des bruits de pas et des voix dans nos chambres et dans les couloirs, alors que je sais qu’il n’y a personne d’autre aux alentours. La semaine dernière, notre téléviseur s’est allumé de lui-même en mode veille. Nous sommes habitués à ce que ça arrive, mais c’est plus énervant maintenant qu’il n’y a plus que nous et notre chien.

Récemment, une caméra de vidéosurveillance a capté les images d’une porte intérieure se balançant d’avant en arrière pendant plus d’une heure, alors qu’il n’y avait aucun courant d’air, et d’orbes et des ombres se déplaçant. »

Christine, qui est âgée de soixante ans et dirige le pub depuis 1993, connait bien ses visiteurs de l’au-delà, et elle en est arrivée à la conclusion que l’agitation habituelle leur manquait.

« Je pense qu’ils se demandent où tout le monde est passé. La salle de réception est l’une des zones les plus hantées, l’esprit d’un homme appelé Harold y vit. C’est un esprit du genre acharné, qui aime effrayer les invités en les attrapant par le cou et en les précipitant hors de la pièce. Maintenant, quand je vais là-bas, il y a une atmosphère très malveillante. C’est comme s’il se sentait seul et malheureux. »

Kerry Ashby

Kerry Ashby, cinquante-trois ans, n’a pas remarqué de changement dans la nature ou la fréquence des phénomènes, mais le confinement l’a aidée à se sentir moins nerveuse à l’idée de partager sa vieille ferme du XVIIe avec le fantôme d’une laitière. « Je travaille à domicile, je dirige mon entreprise Hertfordshire Flower School, donc généralement pendant la journée, c’est juste elle et moi. Il y a eu des moments où je me suis sentie un peu effrayée, en particulier lorsque mon mari Paul s’absentait la nuit pour travailler. Je redoutais d’ouvrir les yeux et de la voir dans ma chambre.

Elle marche sur le palier et frappe sur des meubles dans la plus petite des trois chambres, qui est toujours glaciale malgré le chauffage supplémentaire que nous y avons installé.  Maintenant, Paul est là aussi, avec ma mère et la plus jeune de mes filles, Alice, vingt-trois ans, et je me sens moins nerveuse parce que nous partageons tous sa compagnie. »

Kerry a emménagé dans la maison il y a un an, en sachant pertinemment qu’elle était hantée. « Juste après que nous l’ayons achetée, je me trouvais dans la chambre principale avec un ami, qui était venu voir la maison, et la lourde porte de la chambre s’est soudainement fermée. Après cela, nous avons commencé à entendre les pas et des bruits de coups, et à voir des orbes voler. Un soir, Paul s’est enfui de la maison après avoir vu une silhouette sombre descendre les escaliers. Un ami d’un parent, qui est médium, a pu me dire, à partir d’une photo, que le fantôme d’une laitière vivait ici. Elle aime tellement la maison qu’elle est restée, mais elle est heureuse que nous soyons là aussi.

À une époque de tant de changements et d’incertitudes, l’entendre dans la maison est en fait réconfortant dans sa familiarité, et je me sens beaucoup plus à l’aise maintenant. »

Source : Are Self Isolating Ghost.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments