Le Poltergeist de Joller

La famille JollerMelchior Joller était l’un des avocats les plus estimés de la ville de Stans, en Suisse, et  il était membre du conseil national depuis 1857. La superstition et les sottes croyances avaient toujours été bannies de sa maison et jamais l’on y entendait parler de revenants. Mais par une cruelle ironie, en 1860, la grande maison familiale qu’il occupait depuis toujours devint la cible de violentes phénomènes paranormaux et chaque jour il écrivit les différents manifestations dont sa famille était victime, espérant que quelqu’un parviendrait à mettre un terme à leur calvaire. Cette histoire est la sienne, telle qu’il l’a racontée dans ses écrits.

Si M. Joller ne croyait pas aux fantômes, sa demeure avait pourtant un étrange passé, qui pourrait avoir son importance dans cette histoire de hantise. Le 9 septembre 1798, lors de l’invasion française, la grand-mère de M. Joller avait vu son fils ainé mourir et sa maison bruler.
Une nouvelle maison avait alors été reconstruite, à quelques pas de l’ancienne, mais quelques années plus tard, la grand-mère, accablée d’impôts, avait été jetée en prison. Remise en liberté, au cours d’une nuit particulièrement sombre, elle avait entendu quelqu’un frapper contre les murs et une voix inconnue sortant de nulle part lui avait dit de fuir immédiatement car une troupe de soldats venait d’envahir le pays. Obéissant à cette voix étrangère, elle était partie sans chercher à comprendre, emmenant toute sa famille, un garçon de quinze ans et quatre filles dont l’ainée avait dix-neuf ans. Malheureusement, à peine venait-elle de traverser le pont que celui-ci s’était effondré, entrainant ses quatre filles dans le torrent qu’il surplombait. Seul son fils avait survécu. Il s’était marié jeune, il avait eu douze enfants, dont Melchior Joller, né en 1818.

En 1860, M. Joller habitait la demeure familiale avec sa femme, Caroline, et leurs sept enfants, quatre garçons, Robert, Edward, Oscar et Alfred, et trois filles, Emaline, Melanie et Henrika. Leur femme de ménage vivait avec eux et une petite chambre lui était réservée au grenier.
En automne, la domestique affirma que durant la nuit, elle avait entendu frapper des coups contre sa tête de lit et elle y vit un présage: quelqu’un de la maison allait mourir. M. Joller, furieux de l’entendre raconter de telles inepties, lui ordonna de garder pour elle ses croyances stupides, mais la servante ne voulut pas en démordre. Fort heureusement, personne ne mourut et l’affaire fut vite oubliée.
Quelques semaines plus tard, alors qu’il rentrait de voyage d’affaire, sa femme lui apprit que leur fille Melanie et elle avaient été témoins de quelque chose d’extraordinaire. Un soir, peu de temps après s’être couchées, elles avaient été réveillées par un coup bref tapé sur la tablette de nuit et comme elles se demandaient ce que cela pouvait être, soudain une dizaine de coups rapides s’étaient élevés dans la chambre, faiblissant progressivement. Les deux femmes pensaient, elles aussi, que c’était là un avertissement pour quelque chose à venir et cette idée fut renforcée par la mort d’une amie quelques jours plus tard. M. Joller, quand à lui, croyait plutôt que la table avait du jeu.

Au début du mois de juin 1861, Oscar, leur plus jeune fils, était âgé de neuf ans et il était un petit garçon courageux. Ce jour-là, il avait du monter au troisième étage, mais comme à l’heure du souper il n’était toujours pas redescendu, ses parents étaient allés à sa recherche. Quand ils le découvrirent, l’enfant gisait sur un tas de bois, inerte, et ils eurent beaucoup de mal à lui faire reprendre conscience. Reprenant ses esprits, Oscar leur raconta que peu après son entrée dans la salle, trois coups avaient secoué la porte mais qu’il n’y avait pas prêté attention. Puis brusquement, la porte s’était ouverte, une forme blanche était apparue, et il s’était évanoui. M. et Mme Joller pensèrent que c’était là un effet de son imagination et que le jeune garçon avait été effrayé par les coups, qui avaient probablement une explication naturelle.

A cette même période deux des garçons, qui dormaient dans une chambre au-dessus du salon, rapportèrent qu’un bruit, comme si quelqu’un frappait sur le plancher de l’étage du dessus, les réveillait souvent durant la nuit. A une occasion, ils appelèrent leur père, qui entendit quelque chose qui ressemblait à un chien grattant le sol. Voulant vérifier, il fouilla tout l’étage sans rien trouver d’anormal et il expliqua à ses fils que c’était probablement des chats, des rats ou un oiseau sur le toit.
Vers la fin de l’été, la femme de chambre commença à se plaindre que le soir, quand elle se trouvait dans la cuisine à nettoyer les chaussures sur les marches, des formes grises apparaissaient dans l’obscurité du rez de chaussée, ce qui la terrifiait. A une occasion, un fantôme avait même traversé sa chambre au troisième étage, l’appelant à trois reprises, puis il était redescendu au salon où elle l’avait entendu sangloter de manière poignante. Mme Joller lui demanda de ne pas parler de ces choses imaginaires aux enfants et son mari s’abstint de tout commentaire par politesse.

Peu de temps après, leur plus jeune fille Henriette, qui avait presque onze ans, travaillait dans sa chambre par un après-midi ensoleillé quand, levant les yeux, elle vit venir vers elle un enfant rieur à demi-vêtu. Au début, elle le prit pour son petit frère mais soudain la forme changea d’aspect et disparut juste en face d’elle. Terrifiée, la fillette s’enfuit de la pièce. Quand son père apprit la nouvelle, il réussit à la rassurer en la persuadant que c’était juste un effet de son imagination.
Au cours du mois d’octobre, M. et Mme Joller décidèrent de s’occuper eux-même du ménage et la femme de chambre fut renvoyée. A la place, ils embauchèrent une jeune fille de 13 ans, pour les soulager des tâches basiques. A partir de ce moment-là jusqu’à l’été suivant, aucune manifestation ne fut à déplorer. Les deux garçons qui dormaient dans la chambre donnant sur le jardin prétendaient entendre des va-et-vient à l’étage et des grattements ou des coups sur les murs et les planchers, mais M. Joller réussit à calmer leurs appréhensions en soutenant que ces bruits étaient tout à fait naturels.

La maison Joller

La maison Joller

Le 15 août, jour de l’Assomption, M. Joller s’était rendu à Lucerne, où il avait une affaire à régler, avec sa femme et son fils ainé Robert et ils ne rentrèrent chez eux que très tard.
Dans la matinée, alors que Melanie, 14 ans, se trouvait seule avec le femme de chambre, elle lui raconta que sa jeune sœur Henriette entendait souvent frapper contre le mur de la salle de bain et les deux jeunes filles décidèrent d’aller voir si elles entendaient quelque chose elles aussi. Comme rien ne semblait se passer, Melanie se mit à crier haut et fort:  » Au nom de Dieu, si quelque chose est là, alors sortez et frappez!  » Et aussitôt des coups se firent entendre, comme si quelqu’un tapait avec ses poings. Quand ils apprirent ce qui venait de se passer, Oscar et Edward se précipitèrent et firent la même demande et la même réponse leur fut donnée, de la même manière.

Effrayés, les enfants sortirent en courant de la maison et s’assirent sur le bas du perron mais ce moment là, une pierre ovale de la taille d’un poing s’écrasa près d’eux, sans en blesser aucun. Un peu plus tard, ils trouvèrent le courage de rentrer pour prendre leur déjeuner mais en arrivant au salon, ils découvrirent toutes les portes des placards et des pièces grandes ouvertes. Pensant à des courants d’air, ils fermèrent les fenêtres mais soudain, la porte d’entrée s’ouvrit en grand et les pas feutrés de quelqu’un descendant les escaliers se firent entendre. Paniqués, ils ressortirent une nouvelle fois.
La domestique se dirigeait vers la cuisine quand soudain elle crut apercevoir une silhouette sortir du bas des escaliers. En regardant de plus près, elle vit une étrange forme blanchâtre et elle cria:  » Qui est là?  » Alors un  » ouh  » résonna dans le couloir et l’apparition s’évapora brusquement. La jeune fille devint blanche et sortit de la maison en hurlant.
Emeline, la fille ainée des Joller, était maintenant rentrée et la servante avait trouvé assez de courage pour aller récupérer les plats dans la cuisine et les amener à l’extérieur. Les enfants prirent leur repas sous le noisetier du jardin après quoi la jeune fille ramena la vaisselle sale à la cuisine. Mais alors qu’elle passait par le porche, une multitude de portes et de fenêtres s’ouvrirent en même temps. Alors, après avoir lavé les couverts aussi vite qu’elle le pouvait, elle s’empressa de ressortir.

Un peu plus tard, les enfants s’agglutinèrent autour de la grange, où les ouvriers rentraient le foin. De là, ils entendaient des bruits résonner dans la maison et de temps en temps, ils allaient voir ce qui s’y passait. A un moment, Edward et la femme de chambre s’aventurèrent sur les marches et ils s’aperçurent que les fenêtres du salon, qu’ils avaient pris soin de verrouiller de l’intérieur, étaient maintenant ouvertes. Puis, comme ils regardaient par la vitre, ils virent un fauteuil bouger de lui-même et en un éclair se retourner, les quatre pieds en l’air. Le vacarme fut tel que tout le monde sursauta. A un autre moment, debout face à la maison, ils entendirent clairement une voix gémissante murmurer mélancoliquement:  » Même quand personne n’est là.  »
M. Joller louait une annexe extérieure à une famille et comme la femme venait à passer les enfants lui demandèrent de rentrer dans la maison avec eux. Là, sur le sol, ils découvrirent une petite image, de la grosseur d’une pièce de monnaie, blanche comme la neige, qui représentait une tête de mort. Elle était si finement ciselée qu’elle touchait à la perfection. Soudain, une énorme bruit retentit dans les chambres et tout le monde se précipita à l’extérieur.

Comme ils s’étaient rassemblés sous un arbre, une vieille femme vint leur demander si c’était bien la maison où avait vécu Veronica Gut après l’accident et les enfants, lui offrant des fruits, lui répondirent que c’était bien le cas.
Elle leur raconta qu’elle avait bien connu leur grand-mère et qu’elle avait sonné la cloche de la chapelle de St Joder après que les quatre sœurs de leur grand-père se soient noyées dans la rivière. Il lui semblait que c’était arrivé la veille. Cette nuit-là, son frère Sigrist et elle craignaient le pire. Un homme en blanc portant une lampe s’était dirigé vers la chapelle, ce qui était le signe que les cloches allaient sonner pour quelqu’un. Alors, son frère était allé à la rencontre de l’homme, mais en arrivant à la chapelle, il n’avait trouvé personne. Dans la matinée, le glas avait sonné, et ils avaient appris la tragique nouvelle. Après avoir terminé son histoire,  la vieille femme se leva et les bénissant, elle poursuivit son chemin.

Un peu plus tard, vers 19h, la femme de chambre venait d’allumer la cuisinière pour préparer le souper quand brusquement une lumière éclaira la cheminée et, regardant vers le haut, elle vit descendre un objet qui dégageait de petites flammes bleues. Mais avant de toucher le foyer cet objet se désintégra brusquement, arrosant le feu d’une grande quantité d’eau. Quelques secondes plus tard, mille petites flammes vives se mirent à danser sur la bouilloire que nettoyait Edward et mille autres envahirent la veste de la servante qui se mit à hurler. Quand Mme Joller revint à 20h30, elle les retrouva tous les deux dans l’annexe, pleurant de terreur.
Le lendemain matin, les enfants voulurent raconter à leur père les choses extraordinaires qu’ils avaient vues la vieille mais sans même les écouter il leur reprocha leur crainte superstitieuse et laissa entendre que le prochain à raconter de telles niaiseries serait fessé. A partir de ce moment-là rien ne lui fut rapporté, et ce ne fut que plus tard, quand il comprit que quelque chose se passait vraiment dans la maison, qu’il découvrit les événements.

Le mardi 19 août, M. Joller venait de rentrer chez lui quand sa femme l’appela du bout du couloir, lui demandant de venir écouter le martèlement qui résonnait dans le mur. Rejoignant sa femme à contrecœur, il pensait qu’elle se faisait des idées, il entendit des séries de coups qui allaient s’accélérant vers la fin, comme si quelqu’un tapait nerveusement sur une porte avec son doigt. Appuyant son oreille contre le mur, il trouva l’endroit précis d’où émanaient ces bruits mais soudain le son changea de place et il comprit qu’une créature vivante, probablement un rat, en était responsable. M. Joller frappa alors contre le mur pour l’effrayer mais, contre toute attente, la créature lui répondit, reproduisant les mêmes séries et les terminant d’un coup puissant. Prenant une bougie, il se mit à chercher dans la petite pièce mitoyenne quelque trace de l’inquiétante engeance mais comme il ne pouvait trouver l’indésirable, il décida de mener une enquête approfondie dès le lendemain matin.

Après le souper, M. Joller sortit son livre de prières et commença un chapitre sur le pouvoir de la superstition. Immédiatement, un martèlement s’éleva du plancher du salon, interrompant fréquemment sa lecture. De temps en temps, il y avait un gros coup et ses enfants ne pouvaient s’empêcher de lui demander s’il pensait que c’était là un rat. Puis brusquement, des coups résonnèrent à la porte du salon, comme si quelqu’un demandait la permission d’entrer. Convaincu que quelqu’un jouait au fantôme, M. Joller prit une bougie et un couteau bien aiguisé puis il fouilla consciencieusement toute la maison. Comme les manifestations semblaient se calmer, M. Joller demanda à ses enfants de dire leurs prières et d’aller se coucher. Les deux garçons les plus âgés, Robert et Edward, rejoignirent leur chambre tandis que les plus jeunes, qui avaient encore très peur, se rendirent ensemble jusqu’à la grande chambre où la femme de chambre avait été chargée de veiller sur eux. M. Joller venait tout juste de s’allonger près de sa femme quand soudain un grand cri déchira le silence. Les enfants se plaignaient de leur lit. Alors qu’il s’asseyait près d’eux, le martèlement repris dans le coin de la salle, se rapprochant, battant des coups si forts qu’ils en faisaient trembler le montant du lit. Il alluma rapidement une lumière, cherchant partout, vérifiant portes et fenêtres en vain. Puis vers minuit, les coups commencèrent à s’assourdir et tout le monde s’endormit.

Le mercredi 20 août, le vacarme recommença à six heures du matin et se propagea dans toute la maison. Deux ou trois coups rapides résonnèrent en bas de la porte du salon, puis toutes les portes de la maison, une après l’autre, connurent le même phénomène. Prêt à tout pour trouver une explication, M. Joller entreprit d’inspecter toute la maison. Il la connaissait bien cette maison, il y était né et en dehors de ses années universitaires, il y avait vécu en permanence. Pendant qu’il fouillait, le martèlement s’amplifiait, se promenant d’un endroit à l’autre. A ce moment-là, constatant que les manifestations concernaient surtout les portes et les planchers de la salle de séjour, il décida d’attendre leur venue. Quand les coups retentirent sur les portes, il chercha des deux côtés, mais il ne trouva rien, même pas une perturbation d’air sur ses mains.
Au environs de dix heures, M. Joller s’enferma dans la petite chambre du bas, tirant le verrou de telle sorte que la porte, dont le bois avait été enfoncé par les coups, ne soit plus tenue que par le loquet. Derrière lui, sa femme et son fils attendaient, guettant l’intrus. Peu de temps après, un coup ébranla la porte si violemment qu’elle s’ouvrit et frappa le mur de la chambre. A ce moment-là, une silhouette obscure apparut dans l’ombre de la cuisine et fonça vers la cheminée. Immédiatement, il se lança à sa poursuite, mais soudain sa femme et son fils l’appelèrent, affirmant qu’ils venaient de voir la moitié d’un bras osseux brunâtre apparaitre au dos de la porte. M. Joller effectua une fouille rigoureuse de la cheminée, mais il ne trouva ni empreinte, ni trace de suie.

Melchior Joller

Melchior Joller

Troublé, il demanda à sa sœur ainée si quelque chose de tel s’était déjà produit dans la maison et elle lui répondit qu’elle n’avait jamais entendu parler de quoi que ce soit de semblable. Pendant ce temps, la femme de chambre, qui effectuait ses tâches en cuisine, faisait de fréquents allers-retours au salon, affirmant qu’elle avait clairement entendu quelqu’un descendre les escaliers ou qu’une voix gémissante avait murmuré:  » Ayez pitié de moi « . Pourtant quand elle regardait, jamais elle ne voyait personne. Quelques minutes plus tard elle courait une nouvelle fois au salon, prétendant avoir vu un petit nuage gris transparent entrer par la fenêtre entrouverte de la cuisine, traverser la pièce en flottant dans les airs et frapper à la porte de chambre à coucher.
M. Joller, ne sachant ce qu’il pouvait faire, décida alors d’appeler le prêtre du village, qui était un homme de raison. Après avoir entendu son histoire, le prêtre, avouant qu’il n’était pas un expert, lui suggéra de trouver des hommes compétents pour mener une enquête approfondie. Il conseilla également à la famille de se montrer la plus discrète possible de telle sorte que ces manifestations ne soient pas rendues publiques.

Le vendredi 22 août, alors qu’il se trouvait au tribunal, l’un de ses enfants le fit prévenir que le bruit était si terrible que tout le monde avait fui la maison. M. Joller traita rapidement ses affaires et dès qu’il le put, il retourna chez lui.
Toute sa famille s’était réfugiée dans le jardin et de nombreux curieux s’étaient arrêtés au bord de la route pour écouter les étranges bruits qui s’élevaient de la maison. La peur ne l’ayant que rarement troublé, M. Joller pénétra dans la maison sans hésiter. A l’intérieur, les coups sur le sol étaient si violents qu’ils faisaient sauter la table du salon de printemps dans l’air, déplaçant les objets qui y étaient posés. Brusquement, la porte du salon s’ouvrit et se referma avec la plus grande vigueur et un coup assourdissant retentit sur la porte de la cuisine. Soudainement saisi par la crainte que le phénomène puisse endommager la maison, peut-être même la détruire, il envoya chercher le conseiller Zimmermam, un vieil ami de la famille, qui s’étonna du vacarme. Les deux hommes convinrent d’appeler le Dr K. von Deschwanden, qui possédait quelque science, et bientôt il arriva, accompagné du président du tribunal Odermatt, du juge Schallberger, du maitre d’œuvre Alois Amstad et du professeur d’art Odermatt. Tous les hommes étaient sidérés par le martèlement effroyable qui résonnait dans la maison et par la poussière qui tombait… de quelque part. Des expériences furent menées pour trouver une cause physique, un grand nombre d’hypothèses furent avancées, volcanisme, galvanisme, électricité etc… et aux alentours de minuit, le groupe se sépara, perplexe.

Le 23 août, M. Joller marquait les limites de son bois quand il s’aperçut que du haut de la colline où il se trouvait, il entendait clairement les coups qui venaient de chez lui. Il devait informer la police des événements avant que d’autres ne le fassent. Dans l’après-midi, le commissaire épiscopal Niederberger, accompagné du prêtre, le Dr Christen et l’inspecteur de police Jann vinrent constater le phénomène. Quand ils quittèrent la maison, ils étaient tous convaincus de son authenticité. Ce jour là, une forme blanche comme de la neige apparut à Melanie et Edouard aperçut dans la cuisine ce qui semblait être une petite main blanchâtre le saluer. Aussitôt le garçon s’évanouit. Quand il reprit ses esprits, quelques instants plus tard, il bondit au salon pour prévenir son père de ce qu’il venait de voir.
En ville, les rumeurs continuaient à se répandre et le soir venu, M. Jollet et sa famille regardèrent avec une inquiétude croissante la foule s’agglutiner au bas de la maison. Vers 20h30, apparemment soucieux lui-aussi, l’inspecteur demanda à deux de ses hommes de garder la maison.
Les craintes de la famille Joller n’étaient pas sans fondement. Le théâtre Schneider était en représentation à Stans. A l’époque, les acteurs étaient encore considérés par une partie du public comme des gitans, des sorciers, et certains firent le lien entre le théâtre et les événements de la maison Joller. Pour conforter leurs soupçons, l’un des fils Joller avait été vu en compagnie d’un acteur du nom de Stöbe de Baden, et bientôt il se dit que le garçon avait appris  » la sorcellerie de la gitane  » et qu’il s’en servait pour terrifier les gens, uniquement pour son bon plaisir. Cette stupide accusation fut reprise par un journal à scandale, et la rumeur se répandit rapidement dans la région.

Le lendemain, divers appareils furent amenés dans la maison pour détecter des causes magnétiques ou électriques, en vain. Devant le bâtiment, de plus en plus de gens se rassemblaient de manière inquiétante. Cette nuit là, M. Joller regardait les nuages grisâtres par la fenêtre, dont les volets étaient ouverts, juste en face de lui. Tout semblait paisible et seuls résonnaient au salon les ronflements des policiers chargés de surveiller la maison. Soudain, il sentit une légère caresse sur les cheveux de sa tempe gauche. Pensant que quelqu’un cherchait à le réveiller, il l’attrapa de sa main gauche et sentit une petite main douce et chaude, distinguant très distinctement le pouce et l’index. Comme il regardait vers la fenêtre, cherchant ses enfants des yeux, soudain il aperçut une silhouette se déplaçant lentement à contre jour. Un peu plus tard, sa femme lui demanda s’il avait, lui aussi, senti la main d’un enfant lui toucher doucement la tête et après, la femme de chambre, qui dormait sur le canapé, rapporta que quelqu’un lui avait caressé de front.

Le lendemain, en début de soirée, de nombreuses personnes s’entassèrent devant la maison. M. et Mme Joller, qui craignaient le pire, avaient éloigné leurs enfants les plus jeunes, et ils avaient bien inspirés car au bout de quelques heures quelques téméraires s’avancèrent jusqu’au bâtiment pour y effectuer un exorcisme et seule une présence policière renforcée fut en mesure de contenir la foule.
Le lundi 25 août, une commission chargée d’observer le phénomène fut crée par le gouvernement et le mercredi suivant les membres de la commission demandèrent à M. Joller et à sa famille de quitter la maison sur le champ. M. Joller, qui languissait que cette affaire soit réglée, obtempéra sans protester, abandonnant ses livres et son bureau malgré les dossiers qu’il devait préparer pour le lendemain.

A ce moment-là, le phénomène, qui n’était connu que des journaux locaux, devint un scandale national. Le public, sceptique, demandait des explications pour chaque détail, et quand il n’y en avait pas, il en trouvait facilement: superstition, exagération, affabulations etc…
La presse reprenait les rumeurs les plus stupides et rapportait les plus horribles soupçons au sujet de M. Joller, qui devint bientôt l’objet d’une lapidation publique. Il avait espéré du soutien des habitants de Stans, mais en dehors de ses alliés politiques, les gens le trainèrent dans la boue. Si la majorité semblait rire de lui et si ses anciens amis l’accueillaient froidement, il reçut toutefois quelque soutien de la part de ses opposants politiques, dont certains lui tendirent la main et défendirent son honnêteté, se dressant pour cela contre leurs propres collègues. Les hommes reniaient ce qui leur faisait peur, même s’ils le savaient vrai, car ils craignaient d’être raillés pour leur crédulité. Ces réactions l’affectèrent profondément.

La ville de Stans

La ville de Stans

Le lundi 1er septembre, l’enquête de la commission fut déclarée close: aucun incident n’avait été observé. Depuis le début des événements, M. Joller écrivait soigneusement tous les phénomènes dans un cahier, aussi proposa-t-il à la commission de consulter ses notes, espérant qu’elles inciteraient les scientifiques à rester quelques jours de plus, mais rien n’y fit. Le gouvernement proposa de le dédommager pour son expulsion, et l’affaire fut réglée. Pour la première fois depuis le début des événements il sentait une angoisse sourde monter en lui.
Le jeudi 4 septembre, M. Joller se rendit à Beckenried pour affaires mais quand il rentra dans l’après-midi, sa famille lui apprit que vers une heure, alors que sa femme et sa fille étaient assises près de la fenêtre, il y avait eu un coup sur le plancher si puissant qu’une petite table avait été projetée dans les airs. A ce moment-là, tout le monde avait couru à l’extérieur, tremblant de peur. Dans la soirée, la femme de chambre et l’un des enfants entendirent des pas étouffés traverser le couloir vers la porte d’entrée. Puis les boulons de fers lourds furent secoués et la porte s’ouvrit lentement. Terrifiés, ils sautèrent par la fenêtre, qui se trouvait à 3m50 ou 4m de hauteur, se foulant les chevilles.

Durant toute la journée du samedi 6 septembre, une lumière frappa rapidement contre les portes et les murs, tantôt ici tantôt là, ne s’arrêtant que dans la soirée après avoir fait résonner trois coups violents dans la salle à manger. Tous ces incidents furent signalés aux membres de la commission, mais ils ne semblaient guère s’en soucier. Les deux jours suivants, le martèlement se poursuivit en présence de dizaines d’observateurs.
Le mercredi 10 septembre, vers 19h30, alors que M. Joller retournait chez lui, des voisins lui rapportèrent avoir entendu du bruit s’élever de sa propriété alors qu’ils se trouvaient à une certaine distance.
Une fois rentré, il apprit que peu après son départ, il y avait eu trois coups rapides et très violents sous le plancher du salon. Sa femme, qui était dans sa chambre, était descendue avec sa fille Emaline et alors qu’elles se tenaient près de la porte, elles avaient vu un tabouret de la salle de séjour se déplacer lentement et brusquement, se renverser, les quatre pieds en l’air, retombant si violemment sur le sol que le la poussière avait jailli des rainures du plancher. Puis les portes avaient claqué avec tant de force qu’elles avaient été entendues dans tout le quartier.

Aux environs de midi, Emaline prenait le soleil dans le jardin quand elle entendit un bruissement en provenance de la maison. Levant les yeux, elle aperçut une silhouette pâle se pencher par la fenêtre pour atteindre le treillis. Elle l’observa distraitement pendant un moment, pensant que c’était la femme de chambre qui cueillait du raisin, puis elle remarqua que la silhouette présentait des cheveux raides, une résille et une cravate sombre, ce qui était fort inhabituel pour une servante, et elle appela la jeune fille. A ce moment-là, la silhouette, qui regardait vers le bas d’un air mélancolique, disparut dans les feuilles et la servante sortit de la cave.
Vers 21h, M. Joller entendit le bruit d’un balai et ses enfants lui apprirent qu’il se produisait souvent, en particulier dans le petit couloir. En écoutant attentivement, il semblait que quelqu’un, portant des chaussures souples, balayait le couloir avec un balai de hêtre en direction de la porte du salon. Le phénomène était tellement réaliste qu’il eut du mal à se convaincre que personne n’était réellement en train de balayer à cet endroit.

Le jeudi 11 septembre, le vacarme avait duré toute la nuit et au environs de 9 heures, M. Joller s’aperçut que tous les meubles avaient été rassemblés au centre du salon. Après avoir remis les choses en ordre, il proposa à sa femme et à ses enfants, qui étaient effrayés, de se réfugier au premier étage mais alors qu’ils montaient les escaliers, un martèlement rapide résonna au salon, suivi d’un vacarme extraordinaire. Se précipitant vers la pièce, ils découvrirent que la grande table, le canapé et les chaises avaient été retournées. Interloqués, ils observèrent un moment la scène, songeant qu’ils n’avaient quitté le pièce qu’une minute plus tôt.
Après une ribambelle de coups sur les sols et les murs, les manifestations se calmèrent jusqu’à 18h30. La lumière commençait à baisser et toute la famille était attablée, la porte entrouverte, quand soudain ils virent quelque chose qui ressemblait un châle gris, flotter dans l’air. Il plana un moment près de la porte du buffet, puis se balançant légèrement, il disparut.
Le même phénomène se reproduisit une demi-heure plus tard, dans la cuisine, alors que la femme de chambre se tenait près de l’évier. Elle sentit quelque chose lui caresser le pied et pensant que c’était le chat, elle n’y prêta aucune attention. Mais soudain, il sortit de sa jupe et elle vit la même forme s’éloigner d’elle, empruntant l’escalier du rez de chaussée. Elle faillit s’évanouir de peur.

Les jours suivants, les pluies de pierre devinrent plus fréquentes, s’abattant indifféremment sur les uns et les autres, sans jamais faire de mal à quiconque, et différentes pièces de la maison furent retrouvées dévastées. Dans le petit placard où il rangeait sa collection de minéraux, M. Joller découvrit que le dessin d’un crâne humain assez précis avait été tracé à la craie bleue sur l’une de ses ardoises. Peu après, alors qu’il se trouvait à son bureau à Lucerne pour payer une grosse somme d’argent, sa famille entendit dans la pièce le cliquetis bruyant de pièces de monnaie, exactement au moment où il réglait la somme due.

Le dimanche 14 septembre M. Joller décida d’emmener sa famille, enfin ceux qui vivaient toujours avec lui, à Kehrseiten afin de les distraire et de les éloigner de la foule. Lorsqu’ils revinrent, au crépuscule, 20 curieux s’étaient rassemblés dans la maison, observant le phénomène, et le nombre leur avait donné le courage de rester. Le soir venu, l’une de ses filles poussa un cri de terreur, affirmant qu’elle avait senti des doigts glacés toucher son cou et son visage. Une fois la lumière allumée cette sensation s’était arrêté, mais dès qu’elle tentait d’avancer dans le couloir sombre, elle ressentait la même chose. Plus tard, la servant s’en plaignit également, disant qu’en passant à cet endroit elle avait senti des  » griffes de chiens glaciales.  »
La foule quitta la maison vers minuit. Le maitre de maison raccompagna son dernier visiteur à la porte puis il la ferma et, regardant autour de lui, il verrouilla également la porte du salon, poussant les lourds boulons de fer avec un soin extrême, avant de se diriger vers la grande chambre où toute la famille se rassemblait pour dormir. Plus personne n’osait rester seul, que ce soit en journée ou la nuit.  M. Joller s’apprêtait à souffler la bougie quand soudain un fracas épouvantable horrifia tout le monde. Dans un coin de la chambre, s’étaient mystérieusement matérialisés de grands morceaux de verre, des carreaux cassés, des chiffons, des noyaux de poires fraiches et une vieille hache qui était normalement rangée dans le garde-manger. La porte de la chambre, dont le verrou avait été tiré, était maintenant entrouverte, tout comme celle du salon que M. Joller descendit vérifier. L’un de ses voisins,  qui passait près de la maison au même moment, aperçut une flamme brillante comme le jour à quelques centimètres au-dessus du sol. L’homme s’approcha mais l’apparition sembla brusquement disparaitre dans le lointain.

Le lendemain, comme ils étaient à table pour déjeuner, deux des enfants remarquèrent une silhouette translucide qui venait vers eux depuis la porte d’entrée. Puis elle traversa le couloir et la porte se referma de la manière devenue habituelle. Un peu plus tard, le balayeur invisible commença à travailler dans le couloir sombre et quand il arriva en face de la porte d’entrée, de lourds bruits de pas résonnèrent au loin. Peu de temps après, M. Joller entendit un nouveau son émerger de son bureau, comme si quelqu’un travaillait au rouet dans son petit placard. Le ronronnement était si clair et si réaliste qu’il était certain de ne pas se tromper.
Après une journée agitée, au cours de laquelle des peintures à l’huile s’étaient retournées à maintes reprises contre le mur, M. Joller, sa femme et leurs enfants bavardaient des événements terribles de la veille, quand soudain les bougies vinrent à s’éteindre. Immédiatement, les enfants s’écrièrent que des doigts glacés leur chatouillaient le visage et le cou et Mme Joller, dont le front avait été caressé par une main froide comme la mort, s’évanouit dans les bras de son mari. Ce dernier, qui était assis face à la fenêtre, vit clairement trois silhouettes se dessiner en contre jour. Chacune de ces silhouettes semblait posséder d’innombrables mains. Étrangement, elles ne créaient aucune perturbation et elles disparurent dès que la lumière se ralluma.

Une fois encore, contraint de les envoyer se réfugier ailleurs, M. Joller se retrouvait séparé de sa famille. La pensée de quitter sa maison, qu’il aimait tant, lui brisait le cœur mais il avait peur de devoir s’y résoudre.
Aux environs de 8 heures, une pomme surgit du haut de la maison, descendit l’escalier vers la porte d’entrée et se mit à sauter à plusieurs reprises dans le couloir et dans la cuisine. La servante, qui étaient aux fourneaux, prit la pomme, qui était passablement abimée, et la plaça sur la table de la cuisine. Quelques temps plus tard, la pomme agitée bondit vers le couloir et y fit deux trois sauts. Exaspérée, la jeune fille la saisit et la jeta par la fenêtre, mais immédiatement, elle revint se placer sur la table. Puis, après une courte pause, elle rebondit à travers la cuisine, le couloir et la salle à manger et quand elle arriva à la chambre, elle décida d’y rester. Alors que M. Joller, qui avait assisté à toute la scène, rentrait dans la cuisine, une poire tomba près de lui, apparemment du plafond, touchant le sol à une telle vitesse qu’elle en fut écrasée.

Vers midi, l’un des garçons de la famille entendit des pas feutrés près de sa chaise et  dans l’après-midi, un examen du tuyau du poêle leur apprit qu’il avait été bouché avec un vieux harnais de cheval, qui se trouvait normalement suspendu dans le garde-manger, et une chaine qui venait d’un placard fermé à clef.
Après souper, M. Joller était en train de lire un journal à haute voix quand brusquement, un murmure se fit entendre. Puis, comme il se concentrait pour écouter, soudain la servante se mit à hurler et accourut dans la salle à manger, blanche comme un cadavre. Choquée, elle leur dit que la voix qu’elle avait souvent entendue dans la maison lui avait dit:  » Je ne viendrai probablement plus.  » En entendant ces mots, la jeune fille en avait eu le souffle coupé.

Le phénomène était si éprouvant pour sa famille que M. Joller avait décidé d’aller chercher une nouvelle maison en Suisse. Les derniers jours avaient été plutôt calmes, mais il ne se faisait plus beaucoup d’illusions.
Avant de partir, il avait confié la maison à sa femme, lui disant de garder porte close à la foule stupide qui venait en masse de Lucerne. mais en rentrant chez lui, le 21 septembre, il apprit que certains avaient fait irruption chez lui en brisant les fenêtres.
Le jour suivant, vers 17h, une ombre grise fit bouger le rideau de la chambre de la fenêtre, le tirant par le milieu et le balançant vigoureusement de haut en bas. Un peu plus tard, la même silhouette apparut de nouveau à la fenêtre de la chambre, agitant un mouchoir blanc, et des sanglots mélancoliques s’élevèrent dans la maison.
Le mardi 24 septembre, alors qu’une fille de M. Joller se trouvait dans le jardin, elle aperçut par la fenêtre fermée de la cuisine la même silhouette grisâtre remuer rapidement ce qui semblait être un os du bras brun. Une voisine qui se trouvait avec elle la vit également et, s’enhardissant, elle courut vers la cuisine et l’ombre disparut.
Le lendemain, des sons de hache coupant du bois, des bruits d’horloge et des murmures résonnèrent dans la maison. Puis, quand les enfants voulurent regagner l’appartement que leurs parents louaient pour eux, ils furent bombardés de pierres et la présence les suivit jusqu’à leur refuge.

Dans la soirée du 27 septembre, l’un des jeunes Joller fut submergé par l’horreur en voyant une apparition blanchâtre sous la fenêtre du hall. Cette apparition prit la forme de deux bras aux larges mains pointant vers l’avant puis elle flotta devant lui et disparut brusquement. Tout au long de la semaine les manifestations habituelles, les pluies de pierre de différentes grosseurs, les coups, les déplacements d’objets et les apparitions furtives continuèrent puis, le lundi 6 octobre, alors que M. Joller et sa femme étaient à Lucerne pour assister à la messe et que la servante était partie en voyage, l’apparition se manifesta de manière plus explicite.
A 9h, les enfants virent la porte du petit couloir s’ouvrir et se refermer, comme elle le faisait souvent, et peu de temps après, des coups résonnèrent contre le mur du salon. Soudain, la même voix profonde qui s’élevait parfois dans la maison appela les deux filles par leurs prénoms et leur demanda comment allait leur mère. Épouvantés, les enfants se réfugièrent dans la grange et y passèrent l’après-midi. A ce moment-là, passait l’épouse du locataire qui leur dit qu’elle avait vu une jeune fille assise à la table de leur jardin. Elle ressemblait un peu à la bonne, mais elle était bien mieux habillée et elle regardait fixement à l’étage.

Quelques jours plus tard, alors que Melanie s’occupait du linge dans le jardin, elle aperçut une silhouette à la fenêtre et elle l’observa calmement et longuement. L’apparition portait une veste verte et un filet sur ses cheveux raides. Elle avait la tête penchée en avant et elle regardait en face d’elle d’un air mélancolique. Se disant que ce pouvait être la servante, Melanie l’appela à haute voix mais la silhouette disparut vers le bas d’une étrange manière. A ce moment-là, la femme de ménage, qui avait été aidée un voisin à ramasser ses fruits, apparut sur le chemin. Quelques secondes plus tard, la mystérieuse silhouette, qui semblait maintenant porter une veste brune, traversa le salon d’été puis s’essayant sur le bord d’une fenêtres, elle balança hardiment ses jambes dans le vide, et disparut soudainement.

M. et Mme Joller avait préparé leur départ depuis plusieurs jours et toutes leurs affaires avaient été emballées. Le mercredi 22 octobre, les enfants quittèrent leurs chambres, bombardés de morceaux de suie, de bouts de bois, de pierres et de noix. Une fois tout le monde sorti, M. Joller, nostalgique, fit une dernière fois le tour de la maison qui l’avait vu grandir et où il avait été si heureux. Alors que l’émotion lui serrait la gorge, il lui semblait que les meilleures pages avaient été arrachées du livre de sa vie.

Après leur départ, la maison fut fermée. Si aucun phénomène ne vint les importuner à Zurich, la réputation de M. Joller le suivit. De plus, il dut comparaitre, tout comme son fils Robert, qui était majeur, devant les tribunaux à plusieurs reprises pour répondre des accusations de fraude. En 1863, ses notes sur la hantise de la maison furent éditées sous le titre Relation des Phénomènes Mystiques. Les années trois années qui suivirent, la famille dut déménager de nombreuses fois, toujours à Zurich. En septembre 1885, moqué de tous, endetté, M. Joller, sa femme et trois de leurs enfants partirent s’installer à Rome. Il y mourut deux mois plus tard, dans la plus grande pauvreté.

La maison Joller

La maison Joller

La maison Joller, que de nombreux curieux allaient visiter chaque année, fut détruite en 2010, sur l’ordre un maire qui souhaitait faire cesser ce dérangeant tourisme.

Source: Relation des Phénomènes Mystiques de Melchior Joller.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: