Zozzaby le Clown

Zozzaby le Clown

Une nuit de décembre 2002, à Liverpool, en Angleterre, deux garçons, Thomas, 13 ans et Aaron, dix ans, dormaient dans leurs lits superposés quand soudain, vers trois heures du matin, l’écho lointain d’un rire les réveilla. Se redressant d’un même mouvement, les deux frères balayèrent la pièce du regard et ils aperçurent alors une silhouette translucide dans un coin de leur chambre, près de la porte.

Avec sa veste marron ornée de trois gros pompons roses, son jabot blanc, son chapeau en forme de cône, son visage grotesque, trop poudré et horriblement maquillé, son nez abominablement long, tordu et barbouillé de rouge, et ses orbites sombres et creuses, semblables à celles d’un crâne, l’apparition ressemblait en tous points au fantôme sinistre d’un clown. Une étrange lueur verdâtre semblait en émaner, qui éclairait faiblement la pièce et le rendait plus inquiétant encore.

Le clown se balançait frénétiquement d’avant en arrière et il riait aux éclats, se tenant le ventre d’une main gantée de blanc et pointant sur les deux garçons un doigt de son autre main. D’une étrange manière, son rire résonnait comme s’il s’était trouvé au plus profond d’une caverne. Thomas et son frère le regardaient sans oser bouger quand une odeur douceâtre, légèrement écœurante, se répandit dans la chambre et hurlant aussi fort qu’il le pouvait, Aaron appela sa mère. Malheureusement, ses cris revinrent vers lui comme un écho et pensant que rien ne pourrait le sauver, le jeune garçon remonta rapidement ses couvertures au-dessus de sa tête et il se mit à sangloter. En l’entendant pleurer, Thomas descendit prudemment l’échelle de bois, prenant garde à ne faire aucun geste brusque, puis il s’assit près de lui pour tenter de le rassurer.

L’abominable odeur remplissait maintenant toute la pièce et elle était si étouffante que Thomas finit lui-aussi par céder à la panique, appelant frénétiquement son père et sa mère sans plus de succès. Semblant se réjouir de leur peur, le clown se mit à rire un peu plus fort encore puis brusquement il s’arrêta et le visage sévère il leur fit un signe la main, les invitant à s’approcher de lui. Horrifié, Thomas réalisa qu’il leur fallait essayer de sortir de la chambre au plus vite et même s’ils devaient passer près du fantôme, ce qui ne l’enchantait guère, il attrapa la main de son petit frère et se mit à courir, le traînant derrière lui. En franchissant le seuil, ils effleurèrent légèrement le clown, Aaron sentit très nettement la fourrure duveteuse de l’un de ses pompons roses sur son visage, qui rugit alors des paroles incompréhensibles et tenta de les attraper par le cou.

Terrifiés, les deux garçons se précipitèrent dans la chambre de leurs parents et ils leur expliquèrent qu’un fantôme les avait réveillés, qui était habillé comme un clown et qui riait sans cesse. Alors, comme leurs enfants semblaient véritablement affolés et qu’ils ne pouvaient leur faire entendre raison, le père et la mère inspectèrent la pièce sans rien y trouver d’autre qu’une curieuse odeur, légère et entêtante, qu’ils ne purent identifier et qui disparut progressivement. Grandement perturbés par leur expérience, les deux garçons refusèrent de retourner dormir dans leur chambre pendant des semaines.

Au mois de janvier 2003, l’un de leur cousin, qui s’appelait Adam et qui avait quatre ans, vint passer quelque temps chez sa tante et son oncle. A cette époque, Thomas et Adam s’étaient réfugiés chez leur grand-mère, qui les hébergeait, ils ne savaient pas que leur jeune cousin se trouvait dans la maison de leurs parents et qu’il avait été installé dans leur chambre. Un matin, Adam expliqua à sa tante que durant la nuit il avait parlé à un drôle de bonhomme qui lui avait dit s’appeler M. Zozzaby puis, comme l’enfant aimait dessiner, il fit le portrait de son visiteur nocturne, le représentant comme un clown à un long nez.

Le mystère prit une ampleur nouvelle quand un homme, qui avait vécu dans la maison dans les années 1950, raconta à la mère avoir vécu la même expérience que Thomas et Aaron. A cette époque, il était encore un enfant et il dormait quand au milieu de la nuit, l’un de ses frères et lui avaient été réveillés par l’écho d’un rire étrange. Regardant dans la pièce, ils avaient alors vu un clown au visage blanchâtre et au long nez rouge qui se balançait d’avant en arrière en les montrant du doigt. Le fantôme avait tenté de les empêcher de quitter leur chambre mais les deux garçons étaient néanmoins parvenus à s’enfuir et ils avaient couru prévenir leurs parents, lesquels avaient fouillé la pièce en vain, remarquant seulement une étrange odeur sucrée, qui leur avait donné la nausée. Quelque temps plus tard, leur père était mort et ils étaient allés le visiter au funérarium mais alors qu’ils s’approchaient de son cercueil, lequel avait été laissé ouvert, ils avaient alors senti la même odeur que celle laissée par le clown fantomatique, l’odeur des produits d’embaumement.

Affolée, la mère téléphona à un enquêteur du paranormal et écrivain réputé de Liverpool, Tom Slemen, qui prit son appel suffisamment au sérieux pour décider d’enquêter sur la maison. Après de longues heures passées à fouiller les listes électorales et les archives locale, il finit par découvrir qu’au début des années 1920, la maison était habitée par Frederick Zozzaby, un clown au tragique destin.

Frederick Zozzaby

Né en Tchécoslovaquie à la fin du XIVe siècle, Frederick Zozzaby se produisait au théâtre le Floral Pavilion et il jouait le rôle d’un clown, une sorte de Pierrot, mélangeant pantomimes et Commedia dell’arte. Zozzaby avait une particularité qui le rendait aisément reconnaissable car au grimage habituel il se rajoutait un long nez pointu, qu’il fabriquait avec du mastic et qu’il peignait souvent en rouge. Ce nez outrageusement long était devenu sa signature et l’artiste s’était même inspiré du mot tchèque, zozbe, qui signifie gros nez, pour en faire son nom de scène.

Malheureusement, Zozzaby ne connaissait pas le succès qu’il espérait et il déprimait sans cesse, noyant son amertume dans la drogue et l’alcool. Avec le temps, sa dépression avait fini par s’aggraver et il avait commencé à tenir des propos insensés, racontant qu’un jour il verserait de l’essence sur le public et qu’il y mettrait le feu. Ayant eu vent de ses intentions, le directeur du théâtre avait alors prévenu la police et Zozzaby avait été envoyé à l’asile psychiatrique du Lancashire, où il était resté enfermé quelque temps. Alors, comme il n’avait plus rien à espérer, un jour de 1929, Frederick Zozzaby avait mis fin à ses jours dans sa maison de Liverpool. Zozzaby n’avait peut-être pas laissé un souvenir impérissable de son vivant, mais il n’avait pas fini de faire parler de lui.

Peu de temps après, le fantôme d’un clown avait pu observé, qui errait dans les coulisses du Floral Pavilion ou qui déambulait dans les allées durant les spectacles. La plupart des témoins, des employés du théâtre ou des spectateurs, n’avaient jamais vu Frederick Zozzaby de son vivant mais ils mentionnaient toujours son long nez rouge et ceux qui se souvenaient de lui comprenaient alors qu’ils avaient vu son fantôme.

Kelly

En octobre 2010, Kelly, une femme d’une quarantaine d’année, aménagea dans une maison toute proche de celle où avait vécu, et où était mort, Frederick Zozzaby. Elle n’avait jamais entendu parler du clown mais elle allait rapidement faire sa connaissance. Kelly avait décidé de refaire les tapisseries et elle était arrivée depuis trois jours à peine quand un soir, épuisée d’avoir gratté pendant des heures le vieux papier peint des murs de la salle de séjour, elle décida d’aller se coucher un peu plus tôt que d’habitude. Elle était sur le point de s’endormir quand soudain le matelas de son nouveau lit king-size se mit à trembler et fouillant du regard la pénombre de la chambre elle aperçut la silhouette d’un homme couché à côté d’elle sur la couette, la tête confortablement posée sur l’oreiller.

L’homme, qui n’était pas tourné vers elle mais vers la porte, portait un chapeau en forme de cône au bout arrondi, un collier de soie blanche à volants et un costume violet et il semblait rire discrètement, faisant tressauter son corps et le matelas du grand lit. Horrifiée, Kelly voulut s’éloigner de lui mais en roulant sur le côté elle dégringola et atterrit sur le plancher. Elle se releva en vitesse, se précipita hors de la chambre, descendit les escaliers, alluma la lumière de l’entrée puis elle ouvrit sa porte et sortit sur le seuil, pieds nus et en pyjama. Kelly scrutait les escaliers, tremblante, quand soudain elle crut voir l’ombre du clown glisser le long de la rampe, alors, comme il faisait vraiment très froid en cette nuit d’octobre et qu’elle espérait que l’homme était parti, elle finit par retourner dans la maison.

Le lendemain, Kelly mit prudemment une Bible sur son chevet avant de se coucher mais à quatre heures du matin, un parfum la réveilla, qui était étonnamment doucereux et qui la fit se sentir mal. L’odeur était tellement écœurante qu’elle dut se lever pour ouvrir les fenêtres et aérer la pièce.

Depuis, Kelly n’a jamais revu le clown mais aujourd’hui encore elle garde toujours une Bible près d’elle. Juste au cas où.

Source: Tom Slemens Chilling Tale Ghostly.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings