La Maison de Joshua Ward

La Maison de Joshua Ward

Au Massachusetts se trouve la sulfureuse ville de Salem, dont les procès pour sorcellerie hantent toujours les mémoires (Si vous ne la connaissez pas, vous pouvez découvrir L’histoire des Sorcières de Salem). Son tragique passé s’expose dans les musées de la ville, dans les boutiques de souvenirs, et les esprits d’anciens habitants de la ville reviendraient même témoigner de cette sombre période. Perchée sur une colline, la maison de Joshua Ward est réputée pour ses phénomènes paranormaux. Elle serait le théâtre de nombreuses apparitions et une photographie du début des années 1980 mettrait même en évidence l’un de ces mystérieux visiteurs de l’au-delà.

L’Histoire

Construite en 1784 par Joshua Ward, un capitaine de navire marchand qui avait fait fortune en produisant du rhum à partir de mélasse ramenée des Antilles, le grand bâtiment de brique du 148 Washington Street se dresse sur les fondations de la maison du shérif George Corwin, un homme de sinistre réputation qui s’était fait remarquer pour son zèle sanguinaire lors des procès de Salem.

George Corwin

De part ses fonctions, George Corwin signait les mandats qui conduisaient aux arrestations et aux exécutions des présumés sorciers de Salem, mais il supervisait également certains des interrogatoires et ses infâmes méthodes lui avaient valu le surnom de L’Étrangleur. Sa technique favorite consistait à lier les chevilles de l’accusé à son cou jusqu’à ce que le sang lui sorte du nez. L’histoire le dépeint comme un shérif sadique, particulièrement corrompu, mais les documents officiels indiquent qu’il exerçait ses fonctions selon les mœurs de l’époque. Le shérif Corwin est également connu pour avoir présidé l’interrogatoire de l’un des plus célèbres accusés des procès de Salem, Giles Corey.

Giles Corey était un vieil homme relativement rustre, un fermier qui vivait au sud-ouest de Salem. Il avait tout d’abord porté des accusations contre sa femme, affirmant qu’elle marmonnait en travaillant et en apportant même des  » preuves « . Cependant, quand il avait pris conscience de la gravité de ses accusations et de leurs éventuelles conséquences, il s’était rétracté. Puis, en avril 1692, Ann Putnam et Abigail Williams l’avaient accusé de sorcellerie, et d’autres jeunes filles étaient venues soutenir leurs témoignages. Ann Putnam affirmait que le spectre du vieillard lui avait demandé d’écrire dans le livre du diable, et qu’un fantôme lui avait confié avoir été assassiné par Corey.

Giles Corey

Suite à ces révélations, l’accusé et sa femme Martha avaient été emprisonnés jusqu’à l’ouverture de leurs procès, en septembre 1792. Une douzaine de témoins s’étaient présentés pour déposer contre Giles Corey, mais ce dernier, se sachant condamné, avait refusé de se défendre.
Selon les lois de l’époque, les richesses d’une personne pouvaient être confisquées si elle était reconnue coupable du crime de sorcellerie, ce qui, bien évidemment, privait ses héritiers de toute succession. Le shérif George Corwin aurait d’ailleurs grandement profité de ses saisies. Comme les accusés ne pouvaient être condamnés s’ils refusaient de parler, beaucoup se drapaient obstinément dans le silence. Pourtant, une telle tactique pouvait entrainer de terribles conséquences car les autorités utilisaient souvent les pires des moyens pour leur arracher des aveux. L’une de ces pratiques consistait à empiler des planches et de lourdes pierres sur le corps de l’accusé jusqu’à ce qu’il se confesse, et le malheureux Giles Corey avait été condamné à cette peine, qui n’avait jusqu’alors jamais été appliquée au Massachusetts.

Pour éviter de voir ses enfants dépouillés, ou peut-être par fierté, le vieil homme avait supporté le supplice durant trois longues journées, encourageant même ses bourreaux de déposer  » plus de poids  » sur la porte de bois qui le recouvrait. Puis, sentant la vie le quitter, il avait apostrophé le shérif Corwin, et l’avait maudit:  » Soyez maudit shérif! Je vous maudis, vous et Salem! « 

Giles Corey


Giles Corey avait été la dernière victime de George Corwin. Peut-être la malédiction était-elle efficace car le shérif avait succombé à une crise cardiaque peu de temps après, en 1796. A ce moment-là, il était tellement haï que sa famille avait du se résoudre à l’enterrer dans la cave de leur propre maison pour éviter que son cadavre ne soit profané. Puis, quelques années plus tard, une fois les esprits calmés, ses restes avaient été exhumés et discrètement transporté au cimetière de Broad Street où ils avaient rejoint le caveau familial. Selon l’ancien shérif et historien Robert Ellis Cahill, par un étrange hasard, tous les hommes qui s’étaient succédé à son poste avaient perdu la vie durant leur mandat ou s’étaient vus contraints d’abandonner leurs fonctions, en proie à quelque maladie du cœur ou du sang. Lui-même rapportait avoir été obligé de prendre sa retraite suite à un problème du même ordre.

La Hantise

Giles Corey avait maudit le shérif mais également la ville de Salem et la légende rapporte qu’à chaque fois que Salem subit une tragédie majeure, comme le grand incendie qui faillit détruire la ville, le fantôme de Giles Corey apparait. Peut-être est-ce là une coïncidence, mais nul ne pourrait l’affirmer avec certitude.

En 1981, Richard Carlson acheta la maison de Joshua Ward, pensant l’utiliser pour installer les bureaux de son agence immobilière la Carlson Realty, et presque immédiatement, d’étranges phénomènes commencèrent à se produire. Le système d’alarme incendie se déclenchait en permanence, les portes se fermaient toutes seules, les lumières s’allumaient et s’éteignaient, comme activées par quelque force invisible, des courants d’air glacés se faisaient sentir en certains endroits et des bruits inexplicables retentissaient dans le bâtiment. Un jour, Richard Carlson demandait un graphique quand soudain le papier sortit de son placard et flottant dans les airs, il atterrit doucement sur le sol juste en face de lui .

De nombreuses observations d’esprits furent également rapportées. Peu après leur emménagement, Dale Lewinski, une employée de la Carlson Realty, décida de prendre des photographies des membres du personnel afin de créer un panneau de bienvenue. La jeune femme utilisait un appareil Polaroid, et elle faisait de simples portraits de ses collègues, cadrant leurs têtes et les épaules devant une porte blanche, quand soudain, après avoir photographié Julie Tremblay, elle découvrit un étrange cliché. Sur l’image apparaissait l’étrange silhouette d’une femme aux cheveux noirs, qui ressemblait à une sorcière mais de Julie, il n’y avait aucune trace.

Femme en Noir
La Femme en Noir et Julie Tremblay

Au même moment, une cliente de l’agence se trouvait dans l’un des bureaux et pendant que son agent immobilier discutait au téléphone, elle regardait distraitement autour d’elle quand elle remarqua une femme aux cheveux noirs vêtue d’une longue robe grise assise sur une chaise dans une autre pièce. Quelques secondes plus tard, quand elle tourna la tête dans sa direction, la femme avait disparu et apparemment, elle était la seule à l’avoir vue. Cette apparition, qui serait pour certains l’une des malheureuses jugées et pendues par le shérif Corwin et pour d’autres une entité malveillante, aurait été aperçue à plusieurs reprises alors qu’elle errait dans les étages supérieurs de la maison.

Sans que personne ne sache vraiment pourquoi, une pièce de la maison serait plus particulièrement animée que les autres. Une employée racontait qu’elle verrouillait la porte de son bureau tous les soirs mais tous les matins, quand elle revenait, elle trouvait des livres et des documents sur le sol, la poubelle retournée et les abats-jours de travers. Un jour, en rentrant dans la salle, elle remarqua que les deux chandeliers qui trônaient habituellement sur la cheminée avaient été renversés. Les bougies qu’ils portaient étaient tombées sur le sol et elles présentaient toutes les deux de nouvelles formes. L’une était tordue et formait un S alors que l’autre était courbée comme un boomerang. Elles donnaient l’impression d’avoir été fondues et remodelées.

Un homme d’un certain âge se balancerait parfois sur un fauteuil à bascule près d’une cheminée et vers le milieu des années 1980 des témoins auraient déclaré avoir été étranglés par une entité invisible. Ces manifestations, comme la plupart des phénomènes de la maison, seraient l’œuvre de George Corwin, qui n’aurait jamais quitté les lieux et de Giles Corey, dont l’esprit torturé hanterait toujours Salem.

Depuis 2010, la maison de Joshua Ward est devenue la propriété d’une maison d’édition et elle serait toujours aussi hantée. Cependant, le bâtiment étant le siège d’une entreprise privée, cette dernière répugnerait à en trop en révéler de peur d’effrayer ses visiteurs. Des médiums et des enquêteurs du paranormal auraient été invités à enquêter, mais sans l’accord de leur client, ils ne pourraient partager les éventuelles preuves qui seraient en leur possession.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
1 Commentaire
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Allen
3 années plus tôt

C’est vraiment dommage qu’on ne puisse pas copier vos articles, enfin c’est dommage qu’on ne peux pas les copier pour les lires sur papiers vue qu’il n’y a pas de livre. Désolé je suis vraiment trop team livre que quand je voit un site avec des livres je suis déçu de ne pas pouvoir lire tout les articles sur format papier. Je suis un cas pas possible je sais >< En tout cas , après ses bêtises que j'écrits, c'est un article vraiment intéressant et si jamais vous sortait un livre recoupant tout vos articles géniaux je les achèterais sans… Read more »

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings