Sava Savanović, le Vampire Serbe


Le téléfilm Leptirica, de Djordje Kadijević est inspiré de la vraie histoire de Sava Savanović, l’un des plus célèbres vampires serbes. Adapté de 90 ans plus tard (Posle devedeset godina), d’un livre de Milovan Glišić datant de 1880, Leptirica est réputé pour être le premier et le plus terrifiant film d’horreur de toute l’histoire du cinéma yougoslave.
Cela faisait des siècles que Sava Savanović était supposé hanter un vieux moulin situé dans le petit village de Zarožje mais récemment, il serait vu dans l’obligation de se chercher un nouveau lieu de résidence après que son refuge se soit partiellement effondré. Depuis, les habitants du village vivraient dans la peur, terrifiés à l’idée que son âme malfaisante erre dans les rues, en quête d’un nouvel abri… ou de nouvelles victimes. Voici l’histoire de Sava Savanović, telle que la raconte la légende.

Au début du XVIIIe siècle, Sava Savanović exerçait le métier de bouvier (homme qui garde les bœufs) et il habitait Zarožje, un petit village situé à l’Ouest de la Serbie. Il était un riche villageois connu et respecté de ses concitoyens. Dans sa jeunesse, il avait été beau, fort et courageux mais malheureusement il avait vieilli et sa beauté s’était envolée avec les années. Dans ses vieux jours, il était tombé amoureux d’une jolie jeune fille du village, la fille d’un marchand, une demoiselle bien plus jeune que lui, qui avait repoussé ses avances. Depuis, Sava avait changé. Il était devenu amer et il avait parfois des mots durs envers ses employés de maison, son frère cadet Stanko et la famille de celui-ci.

Un matin, peu avant l’aube, Stanko vit Sava sortir son pistolet de son étui et le glisser dans sa poche avant de se diriger vers la forêt toute proche. Pressentant un drame, Stanko le suivit discrètement, espérant pouvoir empêcher son frère, qui semblait peu à peu perdre l’esprit, de commettre l’irréparable.
Après une bonne demi-heure de marche, Stava arriva dans un pâturage où la jeune fille qu’il convoitait avait mené paitre ses moutons. Une nouvelle fois il lui fit sa demande, et une nouvelle fois elle la refusa. Mais alors qu’elle se retournait pour retrouver ses bêtes, ivre de rage et de dépit, Sava sortit son petit pistolet de sa poche et il fit feu. Tuée sur le coup, la jeune fille s’effondra sur l’herbe tendre. Lorsqu’il vit Sava prendre son arme, Stanko surgit immédiatement des buissons pour tenter de l’arrêter, mais malheureusement, il était déjà trop tard.

Le bruit de la balle avait attiré les bergers des alentours. En arrivant sur les lieux, ils aperçurent deux hommes en train de se battre et ils supposèrent qu’un bandit attaquait un voyageur. Ils se mirent alors à courir vers eux mais pour une raison étrange, en les apercevant, Stanko prit peur. Abandonnant la lutte, il s’enfuit vers la forêt. En voyant sa réaction, les bergers en conclurent tout naturellement qu’il était le malandrin. L’un d’eux saisit alors son fusil et il tira sur le fugitif. Touché d’une balle dans le dos, Stanko mourut sur le coup.
Lorsque les villageois découvrirent le corps de la jeune fille, ils réalisèrent leur horrible méprise. Ils se rendirent au domicile de Sava et le battirent avec des bâtons et des pioches jusqu’à ce que mort s’en suive. Puis ils ensevelirent son corps dans un ravin, non loin du lieu de son crime, car un meurtrier ne pouvait être enterré au cimetière.
Peu de temps après, des rumeurs se mirent à circuler. L’on racontait qu’à la nuit venue, Sava errait dans le village. Le mort était revenu sous la forme d’un vampire. Depuis le jour de son enterrement, il ne se passait pas une nuit sans que quelqu’un ne rapporte l’avoir vu se lever de son tombeau. Terrifiés, les gens en étaient venus à vouloir déterrer son cadavre afin de lui infliger le traitement habituel réservé aux vampires. Épouvantée, la femme de Stanko les supplia de ne pas profaner sa tombe et elle pensait avoir été entendue, mais pour combien de temps… Alors, aidée de deux de ses frères, la veuve déterra le corps de son beau-frère et elle l’ensevelit non loin du vieux moulin, dans la forêt.

Le Moulin de Zarozje

Le temps avait passé et l’histoire de Sava était maintenant oubliée. Pendant des années et des années le vampire avait harcelé les habitants de Zarožje mais comme l’on ignorait son identité, il était impossible de trouver sa tombe et de mettre fin à ses agissements. Le moulin à eau du village, situé près de la rivière Rogačica, était son nouveau lieu de résidence et les villageois affirmaient que le vampire se nourrissait du sang des meuniers lorsqu’ils s’y rendaient pour moudre leur grain. Tous ceux qui osaient y pénétrer durant la nuit mouraient inexorablement.
Strahinja, un jeune homme qui habitait le village d’Ovčinje, était fort amoureux d’une très belle jeune fille nommée Radojka, qui se trouvait être la fille d’un riche fermier de Zarožje. Malheureusement, il était très pauvre et le père de Radojka lui refusait sa fille, bien que celle-ci l’aimât sincèrement en retour.
Strahinja se savait pas vraiment comment gagner les faveurs de ce père récalcitrant. Alors un jour, il se rendit à Zarožje et demanda aux gens la permission de travailler comme meunier durant toute une nuit dans leur moulin qui avait une si sulfureuse réputation. Bien évidemment, les villageois repoussèrent sa proposition. Tous ceux qui avaient passé la nuit dans le moulin n’avaient jamais vu le jour, c’était du suicide. Cependant, le père de Radojka, qui voyait là un bon moyen de se débarrasser de ce prétendant indésirable, encouragea les habitants du village à accepter son offre et Strahinja fut finalement autorisé à passer la nuit au moulin.

Le jeune homme s’était rendu sur les lieux peu avant la nuit. Il avait amené avec lui une souche d’arbre et des sacs qu’il avait disposés près du feu. Il les avait ensuite recouverts d’une couverture, de telle manière que l’on aurait pu croire qu’un homme endormi reposait là, puis il s’était dissimulé sous les chevrons du moulin et il avait attendu.
Soudain, au beau milieu de la nuit, la porte du moulin s’ouvrit brutalement et la haute silhouette d’un homme parut dans l’entrée. En pénétrant dans la pièce, il déclara à voix haute:  » Un bon diner pour moi « .
Strahinja était terrifié et il osait tout juste respirer. Alors que l’hideuse créature se penchait pour sucer le sang de sa proie, il découvrit soudain qu’on l’avait trompé. Sous la couverture, ne gisait qu’une souche d’arbre et quelques sacs. Alors il s’écria d’une voix forte:  » Depuis que je suis Sava Savanović, je ne suis jamais allé sans dîner, mais ce soir, je vais devoir m’y résoudre « .
Strahinja réussit à surmonter sa peur et, de son perchoir, il tira sur la créature avec son fusil. Le vampire disparut alors. Ragaillardi, le jeune homme redescendit des chevrons et il moulut le grain tout au long de la nuit. Au petit matin tout le village se rendit au moulin. Les villageois, fatalistes, s’attendaient à devoir emporter la dépouille du téméraire mais ils découvrirent le jeune homme souriant, assis sur le pas de la porte. Le père de Radojka lui demanda alors comment il avait survécu et s’il avait appris le nom du vampire. Strahinja lui répondit que le vampire s’appelait Sava Savanović. Comme le jeune homme avait fait preuve d’un courage rare et qu’il avait, en quelque sorte, sauvé le village, le père de Radojka consentit à lui donner la main de sa fille.

Cependant, le vampire était si vieux que personne ne savait où se trouvait sa tombe, pas même les anciens. S’ils connaissaient maintenant son nom, les villageois n’avaient aucun moyen de mettre réellement fin à ses actes malfaisants.
Au village d’Ovčinje, vivait une très vieille femme nommée Mirjana et les habitants de Zarožje décidèrent d’aller la trouver afin de lui demander conseil.
Elle leur expliqua alors que la sépulture du vampire se trouvait sous un arbre tortueux. Toutefois, rien n’indiquait son emplacement et ils ne pouvaient la trouver par eux-même. Il leur fallait prendre un étalon noir, sans aucune marque, et le suivre. A l’endroit où l’étalon commencerait à creuser de ses sabots, alors se trouverait la tombe du vampire. Mirjana leur conseilla de se munir d’un pieu aiguisé en bois d’aubépine et d’ail avant de se rendre sur place. Il était également judicieux de demander à un prêtre, ayant fait provision d’eau bénite, de les accompagner.
Se fiant aux consignes de leur aïeule, les villageois suivirent un étalon noir jusqu’à ce que le cheval commence à geindre et se mette à frapper le sol de ses sabots. Après quoi, ils se mirent à creuser et ils découvrirent le cercueil du vampire. Après avoir soulevé le cercueil de sa tombe, l’homme le plus courageux du village s’avança avec, dans ses mains, le pieu d’aubépine. Le prêtre, prêt à asperger la créature d’eau bénite, se tenait à ses côtés.
Les villageois ouvrirent alors le cercueil. Le corps de Sava Savanović reposait à l’intérieur, intact. L’un de ses yeux était ouvert, l’autre fermé, ce qui était un signe de vampirisme à n’en point douter. Tous les habitants du village tremblaient de peur mais le brave armé d’aubépine s’avança vaillamment puis, sans hésiter, il enfonça le pieu profondément dans le cœur du vampire. Mais alors que le prêtre commençait à verser de l’eau bénite sur sa dépouille, un grand papillon sortit des lèvres de Sava et disparut dans la nature. Personne ne le revit jamais.

Après cela, le vampire ne fit plus parler de lui durant un certain temps. Les habitants du village, cependant, continuaient à éviter soigneusement le moulin à eau durant la nuit. Mais quelques temps plus tard, un papillon commença à troubler les gens, en particulier les bébés et les petits enfants et même si leurs mères tentaient de les protéger du mieux qu’elles le pouvaient, certains des enfants moururent inexplicablement. Dès lors, il fut admis que le vampire se dissimulait sous la forme d’un papillon et qu’il continuait à hanter le vieux moulin.

Les ruines du vieux moulin

Telle était la légende du vampire Sava Savanović. Mais, au cours de l’hiver 2012, une nouvelle rumeur vit le jour. L’on racontait que Sava Savanović n’habitait plus le vieux moulin et que son âme tourmentée errait maintenant dans les rues du petit village de Zarožje.
Le moulin était resté opérationnel jusqu’à la fin des années 1950 puis les Jagoic s’en étaient portés acquéreurs. Depuis, ils en étaient les propriétaires et ils l’avaient conservé en l’état. En journée, ils le faisaient visiter aux touristes mais ils n’avaient jamais osé y réaliser les travaux indispensables à sa préservations de crainte de déranger le vampire. Alors, vers la fin du mois de novembre 2012, l’inévitable se produisit: le toit du vieux moulin s’effondra.
Les autorités municipales firent alors passer un arrêt de santé publique pour prévenir la population que le vampire était maintenant libre et qu’il se cherchait un nouvel abri.

Miodrag Vujetic et Sava Savanović accueillant les touristes à l’entrée du village

Suite aux nombreuses questions que soulevèrent cette annonce, Miodrag Vujetic, le maire, intervint personnellement et il s’en expliqua dans les journaux, répondant aux questions des journalistes:
 » Les gens sont très inquiets. Tout le monde connait la légende de ce vampire et la pensée qu’il est maintenant sans-abri et à la recherche d’un nouveau refuge et éventuellement d’autres victimes est une idée terrifiante. Nous sommes tous effrayés.
Vous pouvez seulement vous protéger une branche d’aubépine. Tout le monde devrait mettre de l’aubépine ou de l’ail sur son seuil. Mais l’aubépine est vraiment la meilleure protection contre un vampire…
Cinq personnes sont mortes récemment l’une après l’autre dans notre petite communauté, l’une d’elle s’est pendue. Ça n’est pas par hasard. Je comprends que les gens qui vivent hors de Serbie se moquent de nos craintes, mais la plupart des gens ici savent que les vampires existent.  » D’après lui, le moulin devrait d’ailleurs être réparé aussi vite que possible:  » Nous aurions dû le réparer il y a longtemps. Il est toujours préférable de ne pas défier le destin. »
Le maire, qui avait fait poser en 2010 une représentation caricaturale du vampire à l’entrée de Zarožje, a été accusé par certains d’avoir monté toute cette affaire à des fins touristiques.
Quoi qu’il en soit, depuis deux ans déjà Sava Savanović serait donc en errance et aucune nouvelle information ne laisse supposer que le vampire ait enfin pu trouver, à défaut de paix, un nouvel abri.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings