La Légende de Molly Crows

Molly Crows est un film britannique réalisé par Ray Wilkes en 2013 qui devrait bientôt sortir sur nos écrans. Il raconte l’histoire d’une femme alcoolique qui s’installe avec sa fille dans un petit village de la campagne anglaise. Face à l’hostilité ambiante, la fillette répondra violemment, aidée par l’esprit d’une sorcière torturée et assassinée dans la région des siècles auparavant.
Molly Crows est inspiré d’une histoire vraie qui flirte avec la légende, celle de Molly Leigh, une femme qui vécut au XVIIe siècle et que l’on surnommait la Sorcière de Burslem. Je vous propre de découvrir la triste légende de Molly Leigh.

Margareth Leigh, que l’on surnommait Molly, était née à Bursem vers 1685 mais malheureusement à sa naissance la fillette était déjà fort laide et l’un de ses yeux présentait une difformité.
En raison de ce physique ingrat, Molly Leigh fut rapidement rejetée par les habitants du village et dès sa plus tendre enfance les plus folles rumeurs coururent à son sujet. L’on disait que quelques heures à peine après sa naissance elle avait mangé une croûte de pain sec et qu’elle avait également refusé le lait de sa mère, préférant téter les animaux de la ferme. De plus, malgré son corps d’enfant, son esprit aurait été en tous points semblable à celui d’un adulte.
Malheureusement, en grandissant, sa laideur et ses déformations s’étaient encore accentuées. Molly était devenue une petite fille solitaire, celle que l’on évitait. Ses parents étaient morts alors qu’elle était toute jeune, ce qui renforçait cet isolement. Peut-être n’était-ce que des rumeurs, ou peut-être l’amertume l’avait-elle vraiment aigrie, mais Molly était décrite comme vicieuse et vindicative. Son seul compagnon était un vieux merle qui était réputé pour pouvoir reproduire le chant de n’importe quel oiseau.

La Maison de Molly Leigh

Malgré son jeune âge, à la mort de ses parents, Molly avait du se résoudre à gagner sa vie. Sa maison, une grande bâtisse isolée dans la forêt, se trouvait à quelque distance de la ville, à Hamil Grange (alors connue sous le nom de Jack Field), et Molly se rendait régulièrement à Burslem afin d’y apporter le lait de ses vaches et diverses marchandises qu’elle vendait à la criée, son merle perché sur l’épaule. Mais la jeune fille n’était pas aimée et, très vite, les villageois l’avaient accusée de diluer ce lait. Si quelque chose d’inhabituel se produisait dans la ville, si une épidémie ou une quelconque affection survenait brusquement, si le lait tournait inexplicablement, alors Molly en était blâmée. Elle était également soupçonnée d’avoir lancé une banque d’épargne et l’on murmurait que les personnes qui lui avaient confiance en lui confiant leur argent n’avaient jamais reçu aucun intérêt. Et tous avaient pu constater que l’aubépine qui se trouvait devant sa maison, l’aubépine où son étrange merle se posait si souvent, n’avait jamais produit une fleur. Ce qui était tout de même singulier…

Parson Spencer, le révérend de l’église Saint-John de Burslem, avait remarqué que Molly ne se rendait jamais à l’église. Il lui avait ordonné de se présenter au saint-office, comme tout le monde se devait de le faire à l’époque, mais elle avait refusé. Pour le révérend, ce refus ne pouvait signifier qu’une seule chose: Molly Leigh était une sorcière.
Parson Spencer était connu pour passer énormément de temps à la taverne The turk’s Head. Un jour, alors qu’il s’y trouvait, comme à son habitude, le merle de Molly apparut et vint se percher sur l’enseigne de l’établissement. Immédiatement, la bière du pub tourna à l’aigre et tous les clients présents dans l’établissement se retrouvèrent affligés d’étranges rhumatismes. Furieux, Parson Spencer tira sur l’oiseau, qui prit son envol, mystérieusement indemne. Le révérend, soudain gagné de douleurs à l’estomac fulgurantes, dut garder le lit les semaines suivantes.
Molly Leigh mourut en 1748 et ce fut le révérend Spencer qui la mit en terre dans le petit cimetière de Saint-John. Si la présumée sorcière était bien morte, les habitants de Burslem ne se sentaient pas rassurés pour autant et, une fois encore, des rumeurs sur les méfaits de Molly se répandirent dans la ville. Selon eux, si le corps de Molly Leigh reposait maintenant dans sa tombe, son esprit semblait encore hanter les lieux. Et les agissements malfaisants de son merle semblaient leur en donner la preuve. En effet, l’oiseau chantait dès l’aurore, réveillant les villageois qui dormaient paisiblement, et lorsqu’ils sortaient, il les picorait de son bec et les harcelait.

L’église Saint-John

Était-ce pour piller la maison de la défunte ou pour chasser l’oiseau qu’ils ne supportaient plus? Personne se savait vraiment pourquoi ces quelques villageois étaient allés visiter le petit cottage de Molly cette nuit-là. Mais, quoi qu’il en fût, après avoir bu quelques verres, ils s’étaient rendus chez elle et là, ce qu’ils avaient vu les avait épouvantés. Molly se tenait assise dans un fauteuil à bascule par devant le feu, et elle tricotait, son merle perché sur l’épaule. Tout en se balançant, elle murmurait inlassablement:  » Poids et mesure je n’ai jamais vendus, le lait et l’eau je n’ai jamais vendus « . Les visiteurs importuns ne lui avaient pas adressé la parole et ils étaient repartis plus vite qu’ils n’étaient venus.
Lorsque le révérend Parson Spencer apprit que l’esprit tourmenté de la sorcière errait toujours au fond des bois, il décida qu’il était de son devoir de lui apporter la paix. Alors, une nuit du mois d’avril, à minuit, il se rendit jusqu’au petit cimetière en compagnie de quelques prêtres et du merle de Molly, qu’il avait capturé et mis dans un sac.

Ils sortirent le cercueil de Molly de sa tombe et il placèrent son merle, encore en vie, à ses côtés. Après quoi ils refermèrent le cercueil, dont le couvercle fut solidement cloué, puis ils préparèrent une nouvelle tombe pour accueillir sa dépouille. Mais cette fois, au lieu d’être orientée d’est en ouest, comme toute sépulture chrétienne, sa tombe pointait vers le sud.
D’ailleurs, sa tombe, qui existe toujours et que l’on peut visiter au petit cimetière de Saint-John, est aisément reconnaissable grâce à ce détail: c’est la seule tombe qui n’est pas tournée dans le  » bon  » sens.
Le pasteur fit ensuite une prière pour son âme mais apparemment, ce ne fut pas suffisant. Sa tombe aurait été exorcisée trois fois, par trois exorcistes différents, car son esprit n’aurait jamais trouvé le repos. La légende affirme que deux des exorcistes périrent lors de leurs tentatives. Toutefois, certains pensent que toute cette histoire d’esprit n’était qu’un prétexte et que le révérend et ses compagnons désiraient mettre la main sur l’éventuelle fortune de Molly, qu’ils croyaient peut-être ensevelie avec elle.
A la suite de récentes fouilles, une copie du testament de Molly Leigh, la prétendue sorcière de Burslem, a été retrouvée. La copie comprend les détails de sa propriété de Burslem léguée à sa famille et son désir qu’une partie de l’argent de sa succession soit utilisé, chaque année, pour acheter quarante pains de demi-penny pour les  » pauvres habitants et veuves des hameaux de Sneyd et Burslem « .

Tombe de Molly Leigh au cimetière Saint-John

Molly Leigh est devenue une légende depuis bien des années. Aujourd’hui encore, l’on raconte que si des enfants font trois fois le tour de la tombe en chantant:  » Molly Leigh, Molly Leigh, tu ne peux pas m’attraper  » ou alors  » Molly Leigh, Molly Leigh, chasse-moi autour de l’arbre à pommes « , ou encore  » Molly Leigh, Molly Leigh, chasse-moi par tous les trous que je peux voir « , alors l’esprit de Molly Leigh apparait.  Mais l’histoire ne dit pas ce qui se passe ensuite…

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings