La Colline a des Yeux, la Légend de Sawney Bean

La Colline a des Yeux (The Hills Have Eyes) est un film librement inspiré d’une histoire prétendument vraie qui se serait déroulée au XVIIe siècle, en Écosse, celle de Sawney Bean. L’histoire de Sawney Bean est l’une des plus fameuses légendes d’Écosse et elle a donné naissance à de nombreux récits folkloriques.

Sawney Bean

The Newgate Calendar (The Malefactors’ Bloody Register) était un bulletin mensuel des exécutions tenu par le garde de la prison de Newgate, à Londres. Selon ses informations, Alexandre Sawney Bean serait né en Écosse, à environs douze kilomètres à l’est de la ville d’Édimbourg, sous le règne du roi James I d’Écosse, au XVe Siècle. Son père était cantonnier et il avait transmis son savoir à son fils, espérant qu’il gagnerait lui aussi sa vie en accomplissant le même labeur. Pendant quelques années, durant sa jeunesse, Sawney Bean tenta de suivre les traces de son père mais il était fort enclin à la paresse et à la malhonnêteté et il abandonna rapidement. Après avoir quitté ses parents il épousa une femme qui avait les mêmes penchants que les siens et ils s’enfuirent ensemble.

Sawney Bean

Comme le jeune couple n’avait aucune source de revenus, il s’installa dans une grotte isolée de la région de Galloway, au sud-ouest du pays. La caverne faisait plus de deux cents mètres de profondeur et l’on ne pouvait y pénétrer que durant les heures de marée basse car à marée haute l’entrée était bloquée par les eaux. Sawney Bean et sa femme s’y dissimulèrent pendant vingt-cinq ans, coupés du monde, prenant grand soin de ne jamais se montrer dans les villes et les villages des alentours. Durant cette période, ils eurent huit fils, six filles, dix-huit petits-fils et quatorze petites-filles, dont beaucoup étaient le fruit de l’inceste, qu’ils élevèrent à leur manière, sans aucune notion d’humanité ou de civilité.

Les membres de cette singulière tribu survivaient en tendant des embuscades nocturnes aux malheureux qui voyageaient seuls ou en petits groupes. Ils les assassinaient pour voler leurs biens, mais pas seulement. Leurs corps étaient ensuite ramenés dans leur grotte où ils les démembraient et les mangeaient. Leur macabre entreprise connaissait un tel succès qu’ils jetaient tout simplement le surplus à la mer. Parfois, des restes d’os décapés ou des morceaux de corps décomposés venaient s’échouer sur les plages voisines où ils étaient retrouvés par les villageois, lesquels ignoraient d’où ils provenaient. Le clan était tellement discret que personne ne connaissait son existence et durant toutes ces années passées dans la grotte, ils ne furent jamais inquiétés.

Toutefois, les disparitions de leurs victimes ne passaient pas inaperçues, et elles inquiétaient les autorités. Des espions furent envoyés en reconnaissance mais beaucoup ne revinrent jamais. Plusieurs expéditions furent alors organisées afin de trouver les coupables, mais elles se soldèrent par un échec. Au cours de l’une d’entre elles les membres du groupe remarquèrent la grotte, mais ils se refusèrent à penser qu’un homme pouvait y vivre.

Quand les magistrats constatèrent que tous leurs efforts étaient vains, ils mirent fin aux procédures et décidèrent de se fier à la Providence. La sagesse divine éclairerait les auteurs de ces actes de barbarie si tel était son souhait. Frustrés et avides de vengeance, les habitants des environs lynchèrent des innocents, d’infortunés voyageurs, des vagabonds ou des aubergistes malchanceux. Les soupçons pesaient lourdement sur les aubergistes de la région car ils étaient bien souvent les derniers à avoir vu les personnes disparues alors qu’elles étaient encore en vie.

De nombreux commerçants qui officiaient à l’ouest de l’Écosse décidèrent alors d’abandonner leur profession, de peur d’être soupçonnés et exécutés à leur tour. Comme les voyageurs qui traversaient ces terres ne trouvaient plus d’hébergement, ils ne pouvaient plus se rafraichir ou faire boire leurs chevaux et la région commença à se dépeupler.

Sawney Bean et sa famille

Une nuit, un homme et sa femme revenaient d’une foire, chevauchant le même cheval, lorsqu’ils tombèrent dans une embuscade tendue par les membres dégénérés de la famille Bean. Mais cette fois, ils avaient sous-estimé leur adversaire. Un pistolet dans une main, une épée dans l’autre, l’homme se battait furieusement, les tenant à distance. Ils réussirent cependant à mutiler la femme qui tomba de cheval. Dès que la malheureuse fut à terre, les femmes de la tribu se jetèrent sur elle, puis elles lui tranchèrent la gorge et elles se mirent à boire son sang. Après quoi, elles entreprirent de lui ouvrir le ventre afin d’en extirper ses entrailles.

En voyant la scène, son mari, horrifié, redoubla d’efforts quand soudain une trentaine de personnes qui revenaient eux-aussi de la foire arrivèrent sur les lieux. Sawney Bean et les siens s’enfuirent dans les bois et l’homme expliqua sa triste mésaventure à ses sauveurs. La victime et les témoins du carnage montèrent alors à Glasgow afin de raconter cette sordide histoire aux magistrats de la ville qui décidèrent de renvoyer l’affaire devant le roi James IV. Celui-ci avait entendu parler des atrocités commises dans la région et il fut tellement captivé par le récit qu’ils lui soumirent qu’il décida de s’en occuper personnellement.

Il dépêcha sur les lieux un détachement constitué de quatre cents hommes et de dizaines de limiers afin de ratisser la zone (certaines versions de l’histoire affirment que que le roi James IV menait lui-même la battue, mais c’est toutefois peu probable). Si les hommes de l’expédition ne remarquèrent point la grotte dissimilée, les chiens ne purent ignorer la forte odeur de chair en putréfaction qui s’en dégageait.

Lorsqu’ils pénétrèrent dans la tanière de la monstrueuse famille, un sordide tableau s’offrit à leurs yeux. Des morceaux de corps desséchés d’hommes, de femmes et d’enfants étaient suspendus au plafond, des membres marinaient dans de larges tonneaux et de grandes quantités d’or et d’argent, de bagues, d’épées, de pistolets, de tissus, de draps et de lainages s’entassaient en pile.

Les membres de la famille Bean ne firent aucune tentative pour s’échapper. Ils furent tous capturés vivants et emmenés à Édimbourg. Les adultes furent incarcérés à la prison de Tolbooth pendant que les enfants étaient transférés dans les prisons de Leith et de Glasgow après quoi ils furent rapidement exécutés, sans même être jugés. Les hommes eurent leurs organes génitaux coupés, leurs mains et leurs pieds sectionnés puis on les laissa se vider de leur sang jusqu’à ce qu’ils en meurent. Les femmes et les enfants durent assister au spectacle puis ils furent bruler vifs. D’après les restes découverts dans la grotte, le nombre de leurs victimes pouvait être évalué à plus d’un millier.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, même si la suite est courte. La légende raconte qu’une des filles d’Alexandre Sawney Bean avait quitté le clan afin de s’établir à Girvan, une petite ville située près de la fameuse grotte, et qu’elle y avait planté un arbre, le Hairy tree. Lorsque sa famille fut arrêtée, la jeune fille fut pendue à l’une des branches de son arbre. L’on raconte que lorsqu’on se tient juste en-dessous du Hairy Tree, on peut entendre le son d’un corps pendu qui se balance. Sa localisation reste inconnue.

La Caverne de Sawney Bean

Sawney Bean est souvent considéré comme une figure mythique. Les journaux de l’époque ne font aucune mention de disparitions de centaines de personnes. Toutefois, l’on estime qu’elle serait constituée de fragments de vérité, malheureusement difficiles à définir. Quelle est la part de réalité dans la légende? Ceux qui pourraient répondre à cette question ont malheureusement disparu depuis bien longtemps.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
4 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Phantomgnosis
Phantomgnosis
1 année plus tôt

Je me suis servi de ce site pour des informations pour une de mes futures videos et honnêtement, WAAAAH ils sont flippants!
Je connaissais un petit peu l’histoire mais je ne savais pas que ça allait aussi loin!

Chris
Chris
1 année plus tôt
Reply to  Phantomgnosis

Math, je t ai démasqué…je viens de faire des recherches sur La Colline a des yeux, après avoir vu ta dernière vidéo 😉

phantomgnosis
9 mois plus tôt
Reply to  Chris

je ne suis pas math ahah mais merci de la comparaison. si tu veux la fameuse video je te mets le lien XD

Lara
2 années plus tôt

Une bonne histoire de cannibale et de bain de sang et de tortures psychologique par la peur et les yeux !! Haha

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings