Prêtres, Coronavirus, et Oppression Démoniaque

Prêtres, Coronavirus, et Oppression Démoniaque

Kevin Wells, fervent catholique, auteur du bestseller The Priests We Need to Save the Church, pense que les forces maléfiques profitent de l’épidémie de COVID-19 et de l’absence de spiritualité qui en découle pour accentuer leur oppression sur les prêtres. Il a lancé à un appel à la prière pour les soutenir, expliquant sa position dans une longue lettre.

« En 2009, une force malveillante est restée à mes côtés alors que j’agonisais dans une chambre d’hôpital. Cependant, à plusieurs reprises, le père William Spacek a choisi de marcher dans les ombres de plus en plus longues de ma chambre de neurochirurgie. Jusqu’à trois fois par jour, l’aumônier de l’hôpital a tenu l’Eucharistie au-dessus de ma tête. Il a dit à ma femme que des forces démoniaques étaient entrées dans ma chambre.

Je voyais souvent ma fille Gabby prise dans les carreaux du plafond, se noyant dans un courant d’eau peu profond. Quand je tentais de la sauver, je constatais que je ne pouvais pas bouger à cause de mes bras retenus (attachés à mon chevet par des infirmières), et des formes révoltantes, qui s’étaient vraiment fondues dans l’immobilier hallucinogène des carreaux ondulés, se moquaient de moi. Je me souviens très bien, en particulier, d’un démon à plusieurs têtes qui tournoyait en tendant sa main translucide vers ma fille qui se noyait, et se moquait : « Alors ? Vais-je la sauver ou non ? »

Mon anévrisme cérébral me provoquait des maux de tête intenses, qui empêchaient un sommeil profond. Quand je m’endormais, les démons venaient. Je me souviens d’un rêve (je m’en souviens de beaucoup) qui semblait aussi réaliste que l’arbre en fleurs devant ma fenêtre en ce moment. Mon fils Sean et moi étions à un carnaval quand il a commencé à s’étouffer. Quelque chose s’était logé dans sa gorge. Quand j’ai essayé de le déloger, une créature révoltante a balancé un tuyau métallique à l’arrière de ma tête. À chaque fois que je me relevais du trottoir, elle le balançait de toutes ses forces, et me renvoyait au sol. J’ai regardé Sean s’étouffer à mort sur le sol devant moi, et un chœur de démons a commencé à grogner des alléluias.

Lorsque six mois plus tard, je suis retourné à l’hôpital pour remercier le père Spacek pour ses soins résolus, je lui ai posé des questions sur l’oppression dans ma chambre. « Les démons étaient là. Je les ai sentis dès que je suis entré dans votre chambre », m’a-t-il dit. « J’ai regardé le visage de Satan. Je sais comment il fonctionne. »

L’œuvre de Satan

L’œuvre de Satan semble être d’une simplicité primitive : il sépare une âme de Dieu et travaille à la détruire par sa duplicité. Et lorsque l’âme est dans son état le plus vulnérable, l’ampleur et la férocité de son œuvre semblent s’intensifier.

Alors, quand il y a quelques semaines, à cause de problèmes de santé, les évêques ont commencé à fermer les églises américaines comme une extinction fragmentaire de bougies de Ténébrae, j’ai commencé à envisager le Malin, dont le ricanement ces jours-ci, pourrait-on dire, résonne aussi grotesquement que le chœur un matin du Vendredi saint : « Crucifie-le ! ».

J’ai commencé à considérer la griffe noire du doigt pointé de Satan, et je me suis demandé où il envoyait ses démons maintenant que l’Eucharistie avait pratiquement disparu, et que l’absolution des péchés semblait plus difficile à recevoir que de faire du vélo sur la lune.

Je me suis souvenu de ce que l’un des plus grands exorcistes du monde m’avait dit il y a quelques années, quand il avait commencé à voyager dans les séminaires américains, dans les années 80.

« J’ai commencé à voir le séminaire comme le ventre malade de la Sainte Mère Église », m’avait dit Mgr John Esseff, quatre-vingt-treize ans, réputé pour sa capacité à lire dans les âmes. « Les prêtres se sont déformés dans le ventre de l’Église. Si vous étiez un bon séminariste bien intentionné, vous étiez expulsés. Les gars qui étaient vrais, ils étaient simplement expulsés.

J’ai vu que c’était démoniaque. C’était facile à comprendre – quand vous êtes anti-eucharistique, anti-Marie et anti-prière, vous êtes du démoniaque. »

L’Oppression est Partout Maintenant

Il y a deux semaines, j’ai commencé à proposer des jeûnes et des chapelets pour ces saints prêtres qui avaient survécu aux expériences douloureuses ou amères au séminaire, parce que je soupçonnais que la griffe du Diable pointait directement vers eux aujourd’hui.

St. Padre Pio et St. John Vianney ont reconnu, alors qu’ils poursuivaient leur titanesque travail spirituel d’allégement des âmes dans le confessionnal, recevoir les visites indésirables de démons dans leur chambre tard dans la nuit. Pendant des années, ils ont été brutalisés, jusqu’au départ du chœur harcelant, et ils ont compris que la guerre était impossible à gagner. En tant que médiateurs et pères spirituels dans l’ordre surnaturel de la grâce, Pio et Vianney se sont appuyés sur leurs attaques démoniaques pour intensifier leur propre jeûne, leur prière et leur attention aux âmes. Ainsi, les démons, impuissants, sont partis et ne sont jamais revenus.

Mais Pio et Vianney étaient des parangons. Je me suis posé des questions sur mes amis prêtres. Je les soupçonnais d’être attaqués en ces jours de solitude.

Ces prêtres se sont engagés à prier lors de leur office, à faire une heure sainte quotidienne, à réciter un chapelet chaque jour, et je savais qu’ils avaient adopté diverses formes de mortifications pour essayer de s’ancrer, eux et leur troupeau, à Dieu. Bien que les journées de travail spirituel de seize heures soient devenues coutumières, ils ne ressemblent pas aux membres d’une secte, ou à des bandes d’ermites du désert émaciés. Aucun d’eux ne sent l’encens ou ne pointe son nez vers le ciel comme une Marie-Antoinette auto-sanctifiée. Ces prêtres semblent être les hommes les plus heureux du monde en raison de leur inlassable quête de sainteté, en eux-mêmes et dans leur troupeau.

J’ai pris le téléphone hier, et j’ai appelé certains de ces prêtres. Je leur ai posé une seule question : « Êtes-vous attaqué ? »

« Oui. Vraiment, l’oppression est partout maintenant », a déclaré le premier prêtre à qui j’ai parlé. Il venait de parcourir cent quarante kilomètres aller-retour pour la deuxième fois en une semaine pour rassembler trois cents caisses de pain (mille deux cents pains) à distribuer aux pauvres.

« De ma première heure sainte à mes messes enregistrées sur vidéo, en passant par la tentative pour joindre mes paroissiens lors des retraites et des conférences en ligne ; les oppressions semblent toujours être là. Elles ont été très fortes », a-t-il déclaré. « C’est la voix de la condescendance. C’est devenu extrêmement fatiguant. C’est plus fatiguant encore pendant les discussions virtuelles ; tout devient lent et difficile. C’est plus épuisant que les messes.

Voici juste un exemple de la façon dont le Malin fonctionne – j’ai dû célébrer trois messes le jour de l’Annonciation, parce que tout n’arrêtait pas de tomber en panne. La vidéo ne fonctionnait pas. Cela n’était jamais arrivé auparavant.

Les lignes de vie spirituelles ont été coupées, alors les démons vont attaquer les lignes de sauvetage, les prêtres, qui restent encore dans la bataille spirituelle. C’est physiquement et mentalement épuisant parce que des doutes s’insinuent et que vous finissez par vous demaner : « Est-ce que tout ce que je fais à un impact, ou est-ce juste une perte de temps ? À quoi ça sert ?  Je ne suis pas devenu prêtre pour me retrouver devant une caméra. Qu’est-ce qui est fait pour aider les gens ?

Mais je sais que Notre-Dame me protège tout au long de tout cela. Ainsi, l’œuvre spirituelle est protégée. Cela m’aide vraiment. »

J’ai appelé un autre prêtre.

« Une grande lourdeur est entrée dans mon sacerdoce. Cette expérience a été le plus grand test de mon sacerdoce, et je suppose de ma vie », a déclaré le prêtre, connu pour sa gaieté, son éthique de travail et son dévouement à Notre-Dame. « Je pense que le Malin frappe plus durement les prêtres maintenant. Son outil numéro un est son esprit de découragement. Son truc, c’est de nous donner l’impression que nous n’accomplissons rien en tant que prêtre. Pourquoi prier ? Pourquoi s’asseoir près de la fenêtre pour des confessions quand personne ne vient ? Pourquoi faire une autre vidéo sur la nécessité de prier pendant le COVID-19 quand personne ne la regarde ? C’est comme si sa voix disait : « Maintenant, vous ne valez plus rien en tant que prêtre. Vous vous êtes détachés de vos fidèles. Ils ne prient pas, et ne font pas attention de toute façon. »

Mais je sais que c’est un gros mensonge, que c’est la voix du diable. Et quand l’oppression vient vraiment, je retourne au tabernacle, où tout devient clair. Je suis un médiateur entre Dieu et l’homme, Mes prières, mes heures saintes et mon travail spirituel doivent être exercés maintenant. Le travail d’un médiateur est une belle offrande en ces temps difficiles car non seulement il me donne quelque chose à offrir à mes paroissiens, le chapelet, les visites du Saint-Sacrement, la lecture des Écritures, le jeûne, mais tout ce que je fais maintenant devient essentiel.

Dans un sens, en ces périodes arides, je dois me montrer encore plus actif pour mes fidèles isolés.  Je dois être dans les tranchées pour eux maintenant. Et le Christ qui vit en moi me jette dans cette bataille. C’est le moment pour un prêtre de briller. Il brille parce qu’il combat l’oppression contre lui-même et contre les paroissiens dont il s’est séparé. »

J’ai téléphoné à un exorciste à Washington D.C. Je lui ai demandé si l’activité démoniaque avait augmenté depuis que les portes de nombreuses d’églises avaient été verrouillées.

« Les exorcistes et ces individus dotés d’un don qui sont impliqués dans le domaine spirituel ont remarqué une activité démoniaque plus intense maintenant. Il y a eu une nette augmentation », a-t-il dit. « Satan a profité de cette crise pour atteindre ses propres fins, il semble que les démons aient maintenant les mains libres. »

J’ai appelé un laïc actif dans le ministère de la délivrance, qui souhaitait rester anonyme.

« L’intensité de la souffrance a augmenté. L’esprit et la voix de condescendance parlent fort maintenant », a-t-il déclaré. « En même temps, l’appel à la prière est comme un tsunami. J’ai l’impression que je n’ai plus besoin de dormir. Je veux juste prier toute la nuit, et les prêtres avec qui j’ai travaillé ont le même sentiment. »

Il y a une férocité et une intensité dans ce qu’ils voient maintenant dans le domaine spirituel. Quand j’agonisais dans ma chambre d’hôpital, au moment le plus vulnérable de ma vie, j’ai ressenti la même chose. »

Kevin Wells.

Source : Priest and Coronavirus.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *