Ils Sont en Train de M’Enterrer!

Corbillard empanaché de Plumes

Au début du XIXe siècle, en Angleterre, deux membres du clergé d’Oxford avaient rédigé un document écrit qui engageait le premier qui viendrait à mourir à rendre visite à son ami, si cela lui était permis, afin de confirmer sa croyance dans le monde invisible. L’un d’eux, le Dr W., était membre de son collège et l’autre, M. P., un universitaire qui vivait retiré à une trentaine de kilomètres d’Oxford. Les deux hommes s’intéressaient au surnaturel, qu’ils avaient très sérieusement étudié à travers de nombreux ouvrages, et ils croyaient que les anges se préoccupaient de la vie terrestre, intervenant parfois dans son déroulement.

Au mois de novembre 1815, le Dr W. rêva à deux reprises de son ami, M. P., qui lui apparut très pâle et souffrant visiblement de grandes douleurs, et qui lui hurla, la seconde fois:  » W., ils sont en train de m’enterrer!  » Troublé par la vive impression que lui avait laissé ce rêve, le Dr W. décida de passer à la maison de son ami dès le lendemain mais un certain travail pressant à l’université demanda son temps et son attention, ce qui l’obligea à repousser sa visite.

La nuit suivante, le Dr W. dormit d’un sommeil paisible puis il se leva comme à son habitude mais alors qu’il venait de déjeuner et qu’il était assis près du feu, lisant un livre, un coup résonna à la porte de la pièce, qui ressemblait à celui que son serviteur avait l’habitude de donner avant de se présenter. Absorbé par son ouvrage, le docteur l’invita machinalement à rentrer et brusquement une voix angoissée s’éleva près de lui, qu’il entendit distinctement et qu’il reconnut comme étant celle de son ami, M. P. :  » W., ils sont en train de m’enterrer! « 

Quelque peu troublé, le Dr W. se leva rapidement de son fauteuil et il s’empressa de fouiller la pièce et les chambres voisines, mais ce fut en vain. Le serviteur, qu’il avait envoyé en service, n’était toujours pas revenu et personne d’autre que lui ne se trouvait dans l’appartement. Il songeait à ce dilemme quand ses rêves lui revinrent en mémoire et s’inquiétant soudainement pour son ami, il ordonna que son cheval lui soit immédiatement amené. Après un long et difficile voyage, le Dr W. arriva enfin à la maison de l’ecclésiastique où, à son grand étonnement, les volets des fenêtres étaient tous fermés, puis il remarqua le corbillard empanaché de plumes et les deux chevaux qui attendaient devant la porte d’entrée et un sombre pressentiment s’insinua en lui.

Demandant des nouvelles de M. P., il apprit qu’il était mort subitement, que son cercueil était déjà fermé, que ses proches se trouvaient dans la maison et que l’enterrement devait avoir lieu à trois heures de l’après-midi. Le Dr W., qui voulait voir son vieil ami une dernière fois, supplia ses parents de faire dévisser le couvercle du cercueil, ce à quoi ils consentirent, mais quand il se pencha pour lui embrasser le front, il lui sembla sentir des signes de vie. Il mit alors sur oreille sur sa poitrine, puis il examina son visage, et soudain il s’écria:  » P., m’entendez-vous? Ceci est une transe! Il respire! Il n’est pas mort! Il n’est pas mort! « 

A ce moment-là, mais peut-être n’était-ce qu’un hasard, les muscles du coin de la bouche du malheureux tressaillirent, semblant lui adresser une réponse silencieuse, et aussitôt des ordres furent donnés pour que son corps soit levé du cercueil et allongé sur son lit. Des applications chaudes lui furent ensuite prodiguées, puis ses pieds et ses mains furent massés, et bien qu’il soit encore en état de transe, les signes de vie se devinrent sans équivoque. M. P. reprit conscience trois jours plus tard et il expliqua alors à l’assistance que dans la première partie de sa maladie, alors qu’il était en transe comme il le disait, il pouvait entendre les remarques des gens mais qu’il était totalement incapable de bouger. Par la suite, il perdit toute conscience de cette période et aucun effort mental ne put l’aider à s’en souvenir. Peu à peu il récupéra de la force, mais sa santé en resta cruellement affaiblie et il dut démissionner de ses fonctions.

Il mourut en 1825, à Bath, mais d’une étrange manière il se montra toujours extrêmement réticent à commenter l’incident, qui lui avait pourtant épargné une mort cruelle. Selon certains de ses amis, il en parlait en ces termes:   » La voix suppliante entendue à Oxford était peut-être ma voix spirituelle. De cela, je ne peux rien dire, car je ne sais rien… ou elle était peut-être celle de mon ange gardien, et si tel fut le cas, alors Laus Deo! « 

Source: Glimpses in the Twilight, Frederick George Lee, 1885.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings