Une Crise Très Étrange

Bonsoir, l’histoire que je m’apprête à vous raconter est entièrement vraie. Elle s’est déroulée il y a de ça 2 mois maintenant.

Je m’appelle Pierre, je suis agent d’intervention pour un groupe de sécurité privée. Mon travail est d’intervenir sur des alarmes intrusion, agression et incendie dans une ville bien connue du sud de la France. Je me déplace en voiture de service et effectue des levées de doutes dans divers endroits où les alarmes retentissent.

Je travaille seul, et mes vacations vont généralement de 18h à 6h du matin. Un soir, à 21h30, le poste de contrôle et de sécurité m’appelle pour me prévenir qu’une alarme intrusion retentit au sein d’un grand garage auto Audi-Volkswagen. Je démarre la voiture et m’y rends en une quinzaine de minutes.

Arrivé devant le garage, qui est à deux pas d’une cité, je descends de la voiture, ouvre le coffre, fouille les caisses de clés à l’intérieur pour y trouver celle correspondant au garage auto.

À une cinquantaine de mètres de moi se situe un terrain de jeu pour enfants, composé de deux cages de foot et de deux paniers de basket. Il y a des enfants qui jouent dessus, mais ils sont hors de ma portée visuelle. Je les entends rire et tout est plutôt calme. Je continue de chercher les clés, mais j’entends que les enfants commencent à chahuter de plus en plus bruyamment. Parmi les enfants, j’entends surtout une voix de petite fille, qui commence à crier de plus en plus fort.

Interloqué par ses cris qui devenaient de plus en plus stridents, je me retourne et vois deux petits garçons, âgés d’une dizaine d’années, entrain de courir sur la route vers ma direction, d’un air inquiet. Une fois arrivés à ma hauteur, je les arrête et leur demande ce qu’ils font à courir sur la route, que c’est dangereux.

L’un d’entre eux me dit que sa sœur est en train de faire une crise, et il me demande si je n’ai pas de l’eau à lui donner.

Je lui réponds qu’il m’est interdit de donner à boire ou à manger à qui que ce soit pendant mes interventions, mais que je vais l’aider. L’assistance à personnes est une des priorités dans mon travail.

Je cherche donc à prévenir le PC (poste de contrôle) que je mets mon intervention en attente pour cause d’assistance à personne, mais impossible de les joindre à cause du nombre d’alarmes important qu’ils ont à gérer.

Je demande aux enfants de me guider jusqu’à leur sœur, et une fois arrivé devant le terrain de jeu, à peu près une dizaine d’enfants sont présents et paniqués. Il s’agit des frères et sœurs. Je vois une maman assise sur un banc, entrain de tenir la fille en question contre elle. La fille crie, crie, et crie de plus en plus fort, les larmes aux yeux, l’air tétanisé. La maman essaie de la calmer, de lui parler, mais rien n’y fait. Je pose donc diverses questions à la mère sur sa fille, dont l’âge est de 14 ans :

Prend-elle un traitement ? Est-elle malade ? A-t-elle bu, mangé, ou pris quelque chose d’inhabituel ? A-t-elle trébuché ? L’a-t-on frappée ? A-t-elle déjà été confrontée à ce genre de crise par le passé ?

La maman répond non à toutes mes questions, me dit qu’ils sont une famille de musulmans pratiquants, qu’ils ne consomment rien d’illégal, font attention à leur alimentation, et que c’est la toute première fois.

Elle était en train de jouer tranquillement avec tous les autres et s’est arrêtée subitement pour se mettre à hurler. Je demande donc à la mère si elle souhaite que j’appelle les pompiers, les cris de la petite étant de plus en plus insupportables. Elle me répond que oui. Je les avertis donc de la situation, et les pompiers sont en route.

Dans les cinq minutes, le père de famille nous rejoint et constate l’état de sa fille.

À savoir que la petite n’arrive pas à avoir de contact visuel avec qui que ce soit, elle suit inlassablement quelque chose du regard derrière nos visages. Elle hurle des choses étranges :

« Papa, maman, aidez-moi ! C’est qui ? C’est qui ?! Non, arrête ! C’est qui lui ? Papa, aide-moi ! Non ! Sauvez-moi je vous en supplie ! », le tout en suivant cette « chose » du regard derrière son père, qui était debout face à elle.

Le père commence à s’inquiéter de plus en plus. Il enlève son t-shirt, essaie de la ventiler, lui parle :

« Allez ma fille, arrête ! Tu me fais quoi ? Arrête ! Tu commences à m’inquiéter ! ».

Je le rassure en lui disant que les pompiers sont en chemin et qu’il faut rester calme, même si c’est dur.

D’un coup, il prend son téléphone et appelle quelqu’un. De ce que je comprends, il s’agit d’un oncle de la famille.

Quelques minutes plus tard, l’oncle arrive, et ce que je vois à partir de là ne m’est jamais arrivé de toute ma vie, et dépasse l’entendement.

Il s’assoit sur le banc, prend doucement la tête de la fille contre lui, et se rapproche de son oreille.

Il commence à chanter le Coran, à le réciter. À partir de là, la petite se met littéralement à se tordre, et commence à crier « Non, arrête ! Non ! Non ! Non ! Non ! », d’une voix plus grave, plus autoritaire, et plus agressive.

Trois membres de la famille tentent de la maintenir pour ne pas qu’elle se blesse à cause de ses bras et de ses jambes qui commencent à partir dans tous les sens. Pendant les prières à voix basse de l’oncle, son père lui verse de l’eau sur la tête, et la fille s’écrie, d’une voix grave :

« Arrête, je n’aime pas l’eau ! Je ne veux pas d’eau, je n’aime pas ça, je n’aime pas l’eau je t’ai dit, arrête ! »

De temps à autres, revient à elle-même : « Aidez-moi, je vous en supplie, sortez-moi de là ! Papa, maman… », le tout sans arriver à nouer de contact visuel.

À l’arrivée des pompiers environ trente minutes plus tard, la petite était encore dans le même état, les hurlements n’avaient pas cessé et la famille semblait désemparée.

Les secours ont procédé à une anesthésie pour l’endormir et l’emmener en sécurité à l’hôpital pour l’examiner.

J’ai été vivement remercié par la famille et je n’ai pas gardé contact avec. J’ai été très remué à la suite de cette histoire, et l’écrire fait du bien. J’espère que cette petite va mieux aujourd’hui. Je n’ai pas la certitude exacte de ce à quoi j’ai assisté, ni les causes, ni les raisons. Mais j’ai prié.

La vérité n’appartient qu’à Dieu.

Tout ce que je peux rapporter de cette expérience est que je n’ai jamais ressenti une atmosphère aussi pesante que celle-ci.

J’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, violence, armes, bagarres… et je ne me laisse pas intimider facilement. Mais ce frisson, croyez-moi, ce frisson qui parcourait mon corps devant cette scène était indescriptible.

Pierre.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
6 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Redington
Redington
1 année plus tôt

Merci pour ce témoignage Pierre, votre sang froid à dû être très utile a cette mère de famille désemparée.
Que la paix soit sur vous, et que Allah vous accorde sa miséricorde.

Haiko
1 année plus tôt

Ils sont bête, faut pas prier le coran mais Jésus-Christ, puis si la gamine n’est pas Chrétienne ça sert à rien d’essayer de la Libérer ça ne marchera pas elle est condamner, le Démon joue juste la comédie que ça marche par le coran comme une autre fille qui a fait un ouija elle récite le coran et ça marche mais c’est les Démons qui te font croire que ça marche ! comme Marie d’ailleurs avec les Démons d’Anneliese Michel, ça ne marche pas non plus ils font semblant, c’est Dieu Trinité qu’il faut Prier POINT !! Merci au Pompier… Read more »

Redington
Redington
1 année plus tôt
Reply to  Haiko

C’est exactement ce que dirait un musulman sur les exorcismes que pratiquerai un chrétien.
Croire qun être humain est Dieu c’est la, la folie. Avec tout le respect que j’ai pour le prophète Isa.
Les fondement du christianisme ont été modifiés, altérés, et corrompu.
L’église catholique romaine est le satanisme a l’état pure.
Paix sur vous.
Cordialement
R

Tulipe
Tulipe
9 mois plus tôt
Reply to  Haiko

Crétin.

Yas
Yas
6 mois plus tôt
Reply to  Haiko

N’importe quoi toi..qu’est ce que tu connais a tout ça toi..rien alors ne parle pas sans science

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings