Bons Baisers de l’Enfer

Monseigneur Stephen Rossetti, soixante-dix ans, appartient au diocèse de Syracuse. Il est professeur de recherche agrégé à l’Université catholique d’Amérique, psychologue agréé, et il a été l’exorciste en chef de l’archidiocèse de Washington pendant plus de treize ans. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, notamment sur la formation sacerdotale et la spiritualité. Il dirige actuellement le Centre St. Michael pour le renouveau spirituel, et il effectue plus de vingt exorcismes par semaine avec son équipe. Célèbre aux États-Unis, est apparu dans des émissions de télévision telles que Meet the Press et Larry King Live.

Dans son dernier livre, il raconte que les démons utilisent des téléphones portables pour narguer leurs victimes, leurs familles, et les prêtres essayant de les sauver.

« Mon livre, Diary of An American Exorcist, vient de sortir, et, étonnamment, l’un des articles dont on parle le plus est l’envoi de SMS aux démons. Cela m’a encouragé à me plonger plus profondément dans les textes démoniaques que nous avons reçus, et à rechercher des idées ou des modèles qui pourraient nous aider à comprendre leur comportement.

Nous avons eu trois cas dans lesquels des démons ont envoyé un texto à l’équipe et/ou à la famille de la personne possédée. Deux de ces cas étaient les cas les plus difficiles que nous ayons eus jusqu’à présent, et le troisième concernait une famille pieuse avec des vocations sacerdotales et religieuses parmi les enfants. Donc, tous étaient des cibles de « grande valeur », avec des démons puissants et de haut rang impliqués. Cela suggère une « énergie » spirituelle considérable pour traverser et manipuler de tels objets dans le monde physique.

Les démons ne sont pas Dieu, ils ne sont pas tout-puissants. Leurs capacités sont limitées et ils concentrent leur énergie limitée selon le plan de Satan. Oui, il a un plan, mais il est voué à l’échec. Tout mal est intrinsèquement autodestructeur. Vous trouverez ci-dessous un petit échantillon des textes textuels que nous avons reçus dans ces cas, moins certains des commentaires démoniaques particulièrement vils et impossibles à répéter. »

Cas 1. Les SMS démoniaques ont été reçus par le directeur spirituel de la jeune femme possédée.

SMS démoniaques : « Ses tourments commencent maintenant, prêtre… toute la nuit. Pendant que vous et votre ami (Msg Rossetti) dormez… Nous allons la faire saigner. Nous sommes heureux qu’elle soit loin de vous maintenant. » « Tiens-toi prêt. Nous venons pour toi et la fille. »

Réponse du prêtre : « Partez au nom de Jésus ! »

SMS démoniaques : « Arrête. Elle va mourir. » « Tue-la. Allez prêtre. Fais-le. Si tu ne le fais pas, nous le ferons. Nous voulons sa mort. »

Réponse du prêtre : « Vade retro satanas. » (« Arrière Satan »)

SMS démoniaque : « Arrêtez. »

Réponse du prêtre : « Le sang de Jésus vous a éclaboussés. »

SMS démoniaques : « Arrête ça. Nous allons lui faire plus mal encore… » « Nous te haïssons. Arrête de la diriger… » « Il n’y a aucun pouvoir dans la prêtrise. » « Tu es faible, tu sais que tu ne peux rien faire pour l’aider. Et tu as abandonné. Tu dors, elle va crier. »

Réponse du prêtre : « Vous êtes écrasés par le talon de Notre Dame ! Vade (Partez) ! »

SMS démoniaque : « Arrête. Laisse-nous nous amuser. »

Réponse du prêtre : « Interdit, ignoble démon ! »

SMS démoniaque : « Nous la maltraitons. Elle serait mieux morte. Laisse-la partir… Elle ne peut pas supporter les abus sexuels et physiques. »

Réponse du prêtre : « Partez. »

SMS démoniaque : « Nous ne partirons pas. »

Cas 2. Les textes démoniaques ont été reçus par la mère d’une jeune femme possédée.

« Ne t’inquiète pas. Je vais prendre soin d’elle. » « Tu ne peux rien faire de plus pour l’aider. Tu as essayé de l’aider, mais tu as échoué. Vous avez échoué. Il ne te reste plus assez de temps pour l’aider, seulement pour attendre et regarder. Elle est entre de bonnes mains… tu ne peux pas la protéger de nous. » « Je veux juste te dire que ça va être intéressant… tu ne sauras pas quand nous viendrons, mais nous le ferons, et tu n’y croiras pas du tout… allez, amusons-nous. »

Cas 3. SMS démoniaques reçus par le père d’une jeune femme possédée.

« Mon bébé et moi allons passer une bonne soirée… tu aurais dû la protéger davantage. » « Tu vas abandonner, tu vas finir par t’épuiser. Tu vas perdre patience. Elle est à moi. » « Bientôt, tu vas devoir dire au revoir à ton bébé… Tu ne sais pas qui je suis, mais je viens pour ton bébé. » « Elle est à moi. »

Au même moment, l’un des amis du père se trouvait dans la même pièce que la jeune femme possédée. Il a entendu la voix du démon, et il a vu un SMS s’écrire tout seul sur le téléphone de la jeune femme, sans qu’aucun être humain ne pose les doigts sur les touches. Il a immédiatement envoyé un texto à son ami pour le prévenir. « Le démon qui parle à ta fille. Je l’ai entendu. Maintenant, il rigole… Le téléphone de ta fille est en panne, mais l’écran est allumé. »

« D’après ces textos », a expliqué Msg Rossetti, « nous avons une idée de la personnalité démoniaque. Ils sont narcissiques, arrogants et vantards. Ils nous dénigrent et nous rabaissent constamment avec des mots humiliants. Ce sont des sadiques qui décrivent les tourments et les tortures qu’ils infligent comme « amusants ». Mais leurs paroles et leurs actions ne sont jamais aléatoires. Ils ont toujours un objectif précis. L’objectif majeur dans ces cas, était de dissuader et de décourager ceux qui soutiennent les possédés.

Leurs paroles nous disent indirectement l’importance du soutien des autres. Les possédés sont soutenus et grandement aidés par leurs parents et amis. Ce sont des connexions importantes que les démons essaient de briser. Aussi, ces textes démoniaques affirment par inadvertance que les prières du prêtre sont efficaces et qu’il y a un grand pouvoir dans le sacerdoce. Les démons disent souvent au prêtre d’arrêter les prières, et ils les menacent de représailles.

Par la grâce de Dieu, les trois possédées ont été libérées. Les démons ont tout fait pour convaincre les prêtres et la famille de les abandonner. Mais leurs proches ne les ont pas laissé tomber, et ils n’ont pas renoncé à l’amour du Christ non plus. En fin de compte, l’amour les a chassés.

Je connais au moins deux autres exorcistes, aux États-Unis et à l’étranger, qui ont également rapporté avoir reçu des SMS démoniaques. Je discute avec des exorcistes du monde entier, et il est intéressant de constater à quel point nos expériences sont similaires… Généralement, les textes semblent provenir du téléphone du possédé, mais lorsque le téléphone est vérifié, ces messages n’apparaissent pas. »

Père Jose Francisco Syquia

Les allégations de Msg Rossetti ont été confirmées par d’autres exorcistes. Ainsi, le père José Francisco Syquia, exorciste en chef de l’archidiocèse de Manille, a raconté qu’il recevait des messages de démons, et que ses confrères partageaient la même expérience. « Nous ne nous attendions pas à ce que les démons puissent le faire », a-t-il expliqué, « mais si vous demandez à d’autres exorcistes, ils vous raconteront la même chose. Habituellement les démons nous insultent, ou ils disent : « Cette personne ne nous échappera jamais ! » »

Le père Syquia, qui effectue des exorcismes depuis 2002, est le président de l’Association philippine des exorcistes catholiques, un groupe qui recense cent soixante-dix membres. Son expérience la plus mémorable remonte à 2003. Ce jour-là, il recevait une ex-sataniste possédée et son petit ami dans son bureau, à l’archidiocèse de Manille.

La femme lui avait été envoyée par un prêtre de Cavite, qui l’avait vue léviter. Il discutait avec eux quand le portable de l’homme a commencé à recevoir des SMS en provenance du téléphone de sa compagne. Pourtant, à son arrivée, elle avait laissé son sac, avec son portable, dans une autre pièce, près du bureau de Gina, la secrétaire du prêtre. Les messages étaient tous en philippin. « Ne crois pas le père », disait l’un d’eux. Un autre accusait le prêtre d’être un pêcheur et un menteur incapable d’aider la femme.

Après leur départ, la femme a téléphoné à Gina avec son portable. Au cours de leur discussion, Gina a reçu des SMS. Ils avaient tous été envoyés depuis le numéro de son interlocutrice. Les messages disaient que Dieu ne l’aimait pas, et qu’elle échouerait à aider le père Syquia à effectuer l’exorcisme. « J’ai effacé les messages tout de suite après notre conversation », a rapporté Gina. « Nous n’en conservons aucune trace. Nous pensons que ce n’est pas bien de les garder. »

Le père Syquia, qui a été victime du même phénomène, a expliqué que les messages débordaient de colère et de malédictions. La femme qui l’avait consulté ne parlait pas anglais, mais il recevait des messages « fuck you » depuis son numéro. « Le Diable a du pouvoir sur tout ce qui est électrique », a-t-il expliqué. « Si un endroit est infesté, par exemple, et qu’ils veulent que leur présence soit connue, alors généralement, les lumières se mettront à clignoter. Si je donne une conférence et que j’utilise un certain gadget, le Diable peut facilement l’éteindre parce qu’il est un expert en tout ce qui est électrique. »

Source : Diary of an American Exorcist de Stephen Rossetti, Demonic Texts.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings