Une Authentique Histoire de Vampire

Portrait Hans MakartLe 10 juin 1909, il parut dans un respectable journal viennois, le Neues Wiener, un article rapportant que le château de B. avait été brûlé par la population car de nombreux enfants de paysans étaient morts subitement et qu’il avait été communément admis que cette hécatombe était due aux méfaits d’un vampire, le dernier comte B., lequel avait perdu la vie dans des circonstances troublantes et avait acquis cette réputation. Le château était situé dans une partie sauvage et désolée des montagnes des Carpates, et il était autrefois une fortification contre les Turcs. L’endroit n’était plus habité depuis la mort du comte mais il avait la réputation d’être devenu le repaire des fantômes et seule une de ses ailes était utilisée comme logement par le gardien et sa femme.

Le Dr Franz Hartmann se trouvait à Vienne, et il était assis dans un café en compagnie de l’un de ses vieux amis quand il prit connaissance de cet article. L’homme en question, un occultiste expérimenté et le rédacteur en chef d’un journal bien connu, avait passé plusieurs mois dans la région du château et il lui expliqua que le vampire n’était probablement pas le vieux comte mais plus vraisemblablement sa fille, la comtesse Elga. Puis, comme le Dr Hartmann le regardait sans comprendre, il sortit une photographie du portrait de la jeune fille et il commença à lui raconter la plus fascinante des histoires.

Franz Hartmann

Franz Hartmann

 » Il y a deux ans, je vivais à Hermannstadt, en Transylvanie, et étant engagé dans la construction d’une route à travers les collines, je venais souvent dans le voisinage de l’ancien château. J’avais fait la connaissance du gardien et de sa femme, qui occupaient une partie de l’aile de la maison presque séparée du corps principal du bâtiment, un couple d’un certain âge qui se montrait particulièrement réticent à donner des informations ou à exprimer une opinion sur les bruits étranges qui étaient souvent entendus la nuit dans les salles désertes, ou sur les apparitions que les paysans valaques affirmaient voir quand ils flânaient dans les environs après le coucher du soleil.

D’après les rares témoignages que j’ai pu recueillir, le comte était veuf et il vivait avec sa fille, une jeune femme d’une grande beauté, mais un jour elle s’est tuée en tombant de cheval et peu de temps après le vieil homme est mort de mystérieuse manière. Leurs corps ont alors été enterrés dans le cimetière isolé d’un village voisin et quelque temps plus tard, une mortalité inhabituelle a été observée par les habitants de ce village. Plusieurs enfants, et même des gens cultivés, ont brusquement succombé sans montrer aucun signe de maladie, ils se sont juste éteints comme une flamme soufflée, et une rumeur a commencé à courir que le vieux comte était devenu un vampire après sa mort. Il ne fait aucun doute qu’il n’était pas un saint, il montrait un certain penchant pour la boisson et des rumeurs choquantes circulaient sur sa conduite et sur celle de sa fille mais étaient-elles vraies ou non, je ne suis pas en mesure de le dire.

La maison est alors rentrée en possession d’un parent éloigné de la famille, un jeune officier de cavalerie dont le régiment se trouvait à Vienne. Il semble que l’héritier appréciait sa vie à la capitale car il ne s’est aucunement préoccupé du vieux château perdu au milieu de nulle part. En fait, il n’est même pas venu le voir mais il a donné des instructions par courrier à l’ancien concierge, lui demandant simplement de garder les choses en ordre et de tenter de réparer ce qui pouvait l’être. Ainsi, le gardien était-il en fait le maître de maison, et il nous a offert son hospitalité, à mes amis et moi.

Un soir, mes deux assistants, le Dr E., un jeune avocat, M. W., un homme de lettre, et moi, nous sommes allés inspecter les lieux. Nous nous sommes tout d’abord rendus à l’écurie et nous avons constaté qu’il n’y avait plus de chevaux car ils avaient été tous vendus mais une ancienne calèche qui portait des ornements dorés et les emblèmes de la famille a néanmoins attiré notre attention. Nous sommes ensuite allés visiter les chambres, en passant par des pièces et des couloirs sombres, comme il peut en être trouvé dans un vieux château. Le mobilier n’était en rien remarquable mais dans l’une des salles était accrochée une peinture à l’huile encadrée, un portait qui représentait une dame avec un grand chapeau et un manteau de fourrure. Nous avons tous été stupéfaits en voyant ce tableau, non pas tant à cause de la beauté de la dame, mais à cause de la terrible expression de ses yeux. Après avoir regardé le portrait après un court instant, le Dr E. s’est brusquement écrié:  » Étrange! Elle a fermé les yeux et les a ouverts à nouveau! Et maintenant, elle commence à sourire!  »

Alors, comme le Dr E. possède quelque talent médiumnique et qu’il avait déjà une certaine expérience du spiritisme, nous avons décidé de former un cercle et d’enquêter sur ce phénomène. Le soir même, nous nous sommes assis autour d’une table dans une pièce voisine et nous avons formés une chaîne avec nos mains. Bientôt la table a commencé à bouger, frappant des coups sur le sol de ses pieds, et le prénom Elga a été orthographié. Nous avons alors demandé qui était cette femme, et cette réponse nous a été donnée:  » La dame dont vous avez vu l’image.  »

 » Est-ce que la dame est encore en vie?  » a demandé M. W. Cette question est restée sans réponse mais un autre message nous a alors été transmis, par le même système de coups:  » Si W. le désire, je me matérialiserai pour lui cette nuit, à deux heures du matin.  »

M. W. a bien voulu y consentir et soudain la table a semblé prendre vie. Elle manifestait une grande affection pour l’écrivain, se dressant sur ses deux pieds et se pressant contre sa poitrine comme si elle cherchait à l’embrasser. Nous avons alors demandé au gardien s’il connaissait le nom de la personne représentée sur le tableau, mais à notre grande surprise, il nous a répondu qu’il l’ignorait. Il nous a expliqué que la peinture était la copie d’un tableau peint par le célèbre peintre Hans Makart de Viennes, et que le vieux comte l’avait achetée car le regard diabolique de la jeune femme lui plaisait tant.

Hans Makart

Hans Makart

Nous avons ensuite quitté le château et W. s’est retiré dans la chambre qu’il avait réservée à l’auberge, à plus d’une demi-heure de là. Il était plutôt sceptique, il ne croyait pas vraiment aux fantômes ni aux apparitions, mais il ne niait pas l’éventualité de leur existence. Étrangement, il ne se sentait pas vraiment effrayé mais il était curieux de voir ce qui allait se produire et pour rester éveillé, il s’est assis et a commencé à écrire un article pour un journal. Soudain, vers deux heures du matin, il a entendu des pas dans l’escalier, le grincement de la porte du couloir, puis le crissement d’une robe de soie et le bruit des pieds d’une dame qui se rapprochait de lui.

Il était un peu surpris, mais s’est dit bravement:  » Si c’est Elga, et bien qu’elle vienne.  » Alors la porte de la chambre s’est ouverte et Elga est rentrée. Elle était plus élégamment habillée et semblait encore plus jeune et plus séduisante que sur le tableau. Il y avait un salon de l’autre côté de la table où W. écrivait, et elle s’y est installée en silence. Elle ne parlait pas, mais ses regards et ses gestes ne laissaient aucun doute quant à ses désirs et ses intentions. M. W a résisté à la tentation et il est resté ferme. On ne sait pas s’il l’a fait par principe, par timidité, ou par peur, mais quoi qu’il en soit il a continué à écrire, regardant de temps en temps sa visiteuse et priant silencieusement pour qu’elle s’en aille rapidement. Enfin, au bout d’une demi-heure, qui lui a semblé durer une éternité, la dame est repartie comme elle était venue.

Cette singulière expérience a grandement perturbé M. W. aussi avons-nous organisé plusieurs séances de spiritisme au vieux château, où divers phénomènes inexplicables ont eu lieu. D’une étrange manière, les lampes et les bougies s’éteignaient toujours quand elles étaient approchées du tableau. Un jour, la servante était sur le point d’allumer un feu dans le poêle quand soudain la porte de l’appartement s’est ouverte et Elga est apparue, terrifiant la malheureuse qui s’est précipitée hors de la salle et a dévalé les escaliers avec sa lampe à pétrole dans la main, la brisant et manquant de peu mettre le feu à ses vêtements. Il avait tellement de manifestations de ce genre qu’il serait fastidieux de toutes les décrire mais l’incident suivant doit cependant être signalé.

Quelques jours après sa rencontre avec Elga, W., qui était désireux d’obtenir le poste de coéditeur d’un certain journal, a reçu une lettre d’une noble dame de la haute société qui lui offrait de le recommander à cette fin. Elle lui demandait de venir à un certain endroit le soir même pour y rencontrer un monsieur, lequel lui donnerait plus de précisions. Intrigué, M. W. s’est alors rendu au lieu indiqué et il a été abordé par un inconnu qui lui a dit que la comtesse Elga souhaitait l’inviter à une course d’attelage et qu’elle l’attendrait à minuit au croisement de deux routes, loin du village. Puis brusquement, l’homme a disparu. Il semblerait que M. W. ait ressenti quelques inquiétudes quand à ce rendez-vous, car il a embauché un policier pour se rendre à l’heure dite à l’endroit convenu et voir ce qui s’y passait. Le policier y est allé et le lendemain matin il lui a rapporté qu’il n’avait rien remarqué d’autre que la vieille calèche du château tirée par deux chevaux noirs, qui était arrêtée comme si elle attendait quelqu’un. Alors, comme il n’y avait pas lieu d’intervenir, il avait simplement attendu qu’elle se déplace avant de rentrer chez lui. Interrogé à ce sujet, le gardien du château nous a juré que la voiture n’était pas sortie ce soir-là, et qu’elle ne pouvait pas avoir bougé car il n’y avait plus de chevaux pour la tirer.

Mais ce n’est pas tout car le lendemain j’ai rencontré un ami, un grand sceptique qui ne croyait pas aux fantômes et qui était habitué à rire de telles choses, qui m’a dit le plus sérieusement du monde:  » Hier soir, quelque chose d’étrange m’est arrivé. Vers une heure du matin, alors que je rentrais d’une visite tardive, je suis passé près du cimetière du village et j’ai vu un attelage avec des ornements dorés qui se tenait à l’entrée. Je me suis demandé ce qu’il pouvait se passer à une telle heure inhabituelle et curieux de voir ce qui allait arriver, j’ai attendu. Deux dames élégamment vêtues sont sorties de la calèche. L’une d’elles était jeune et jolie, mais elle m’a jeté un regard diabolique et dédaigneux comme elles passaient et rentraient dans le cimetière. Là, elles ont été accueillies par un homme bien habillé, qui a salué les dames et, parlant à la plus jeune, lui a demandé:  » Pourquoi, Mlle Elga, êtes-vous revenue si tôt?!  » Un tel sentiment étrange m’a alors traversé que je suis brusquement parti et que j’ai couru jusqu’à chez moi.  »

Cette question n’a pas été élucidée mais certaines expériences que nous avons faites ensuite avec le portrait d’Elga ont mis en évidence des faits curieux. Quand je regardais le tableau pendant un certain temps, je ressentais une sensation très désagréable dans la région du plexus solaire et comme je commençais à le détester, j’ai proposé de le détruire. Nous avons tenu une séance dans la pièce voisine et la table a manifesté une grande aversion envers moi. Il a été dit que je devais quitter le cercle et que le portrait ne devait pas être détruit. J’ai alors demandé qu’une Bible me soit apportée, j’ai lu le début du premier chapitre de saint Jean, et le médium dont je vous ai déjà parlé, M. E., et un autre homme présent ont affirmé avoir vu le visage se tordre sur le portrait. J’ai retourné le cadre et j’ai piqué le dos de la toile en différents endroits avec mon canif et M. E. et l’autre homme, qui s’étaient pourtant retirés dans le couloir, ont ressenti chacun de mes coups. J’ai fait le signe du pentagramme sur le tableau, et une fois encore les deux messieurs ont prétendu que son visage s’était horriblement déformé. Peu de temps après, nous avons été appelés loin de ce pays, et nous sommes partis. Je n’ai jamais plus entendu parler d’Elga.  »

Tel était le récit du rédacteur en chef qui pensait, tout comme ses deux amis, que la jeune femme sur le portrait était la fille du comte B., ce que semblait confirmer le témoignage du sceptique qui avait vu Elga descendre d’une calèche ornée des armoiries de la famille. Le gardien avait pu mentir sur son identité pour éloigner les curieux de sa tombe, il devait croire, comme tant d’autres, que la comtesse était revenue d’entre les morts sous la forme d’un vampire, mais peut-être hantait-elle tout simplement le château et ses environs et les nombreux décès qui avaient endeuillé la population locale n’étaient-ils dus qu’à une banale épidémie. Quoi qu’il en soit, plusieurs points mériteraient d’être éclaircis et peut-être certains trouveront-ils des explications, à moins qu’ils ne préfèrent emprunter une route plus facile, celle du déni.

Source: The Occult Review du mois de Septembre 1909.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: