Le Mystère des Masques de Plomb

L'Affaire des Masques de Plomb

En 1966, un jeune homme découvrit les cadavres de deux inconnus allongés sur l’herbe d’une colline près de Rio de Janeiro, au Brésil. La scène ne présentait aucune trace de lutte, leurs corps étaient indemnes de toute blessure et ils portaient tous deux d’étranges masques de plomb.

Manoel et Miguel
Manoel et Miguel

En 1966, Manoel Pereira da Cruz et Miguel José Viana, qui étaient âgés de 32 et 34 ans, travaillaient comme réparateurs en électronique et ils habitaient Campos dos Goytacazes, une petite ville située au nord de Rio de Janeiro, au Brésil. Le 17 août, les deux hommes annoncèrent à leurs familles respectives qu’ils devaient acheter des fournitures de travail et les ayant prévenues qu’ils s’absentaient pour la journée, ils sautèrent dans un bus en partance pour Niterói, qui se trouvait à 250 kilomètres de là. Les deux hommes arrivèrent à destination à 14h30 et après avoir acheté deux manteaux imperméables dans une petite boutique, ils s’arrêtèrent dans un bar où ils commandèrent une bouteille d’eau minérale. La serveuse qui prit leur commande remarqua que Miguel semblait très nerveux et qu’il regardait fréquemment sa montre.

Trois jour plus tard, le 20 août, Jorge Da Costa Alves, dix-huit ans, faisait voler son cerf-volant sur la colline de Morro de Vintém, près de Niterói, quand soudain il découvrit les cadavres de deux hommes couchés sur le dos. Dévalant la pente aussi vite qu’il le pouvait, le jeune homme courut jusqu’à chez lui pour prévenir la police mais l’endroit était tellement escarpé que les secours durent attendre le lendemain pour parvenir y accéder. Quand ils arrivèrent sur les lieux, les policiers remarquèrent immédiatement que les corps semblaient bizarrement disposés, allongés côte à côte et partiellement recouverts par la végétation. D’une étrange manière, les deux hommes portaient exactement les mêmes costumes de ville, les mêmes manteaux imperméables et recouvrant leurs yeux, se trouvaient deux masques de plomb de fabrication artisanale dont personne ne savait à quoi ils servaient.

Les Masques de Plomb
Les Masques de Plomb

La scène ne présentait aucun signe de lutte, les corps des victimes étaient exempts de toute blessure et personne n’avait volé leurs bijoux ou leur argent. Près d’eux, se trouvaient différents objets, une bouteille d’eau vide, un paquet contenant deux serviettes mouillées et un petit carnet rempli de schémas électroniques, qui étaient probablement en rapport avec leur profession.

Une enquête fut alors lancée, qui était menée par l’inspecteur José Venancio Bittencourt. Les papiers retrouvés dans une poche de leurs vestes permirent aux deux hommes d’être rapidement identifiés et les policiers s’efforcèrent de reconstituer leur emploi du temps au cours des derniers jours. Lorsqu’ils interrogèrent la serveuse qui leur avait vendu la bouteille d’eau minérale, elle leur expliqua qu’au moment de leur départ, constatant que le ciel s’obscurcissait et qu’il commençait à pleuvoir, les deux hommes s’étaient montrés étrangement nerveux. Ils avaient ensuite fait de l’auto-stop, apparemment avec succès car à 17 heures un témoin avaient vu deux inconnus à bord d’une jeep les déposer au pied de la colline. Manoel et Miguel avaient alors commencé à grimper, ils s’étaient arrêté à 300 mètres d’altitude, et personne ne pouvait dire ce qui leur était arrivé par la suite.

Deux des pages de leur petit carnet se distinguaient des autres, qui retinrent l’attention des enquêteurs. Sur la première se trouvait une série de nombres, que certains identifièrent comme des numéros de pièces électroniques mais que d’autres interprétèrent comme un message codé dont la signification particulière devait avoir un lien avec l’affaire. Cependant, en l’absence de photographie ou d’une copie de ces fameux numéros, il n’existe aucune certitude. Sur la seconde page, des notes avaient été écrites à la main, qui semblaient concerner l’emploi du temps des victimes le jour de leur mort, et qui étaient des plus singulières:
– 16h30: être à l’endroit Déterminé.
– 18h30: avaler les capsules, après l’effet se protéger avec les masques de métal et attendre le signal.

Le Fameux Carnet
Le Fameux Carnet

Venant confirmer les observations des policiers, l’autopsie révéla que les corps des victimes ne présentaient aucune trace de traumatisme, qu’il soit externe ou interne. Cependant, comme le bureau du coroner était particulièrement occupé au moment des faits, l’examen se déroula tardivement et les organes internes victimes étaient déjà trop abimés pour y déceler d’éventuelles traces de substances toxiques. L’inspecteur Bittencourt pensait que Manoel et Miguel avaient été tués par une tierce personne, avec qui ils avaient rendez-vous le soir de leur mort. Les phrases écrites sur le carnet lui semblaient douteuses, elles étaient remplies de fautes et la syntaxe en était hasardeuse, aussi supposait-il qu’elles avaient été dictées aux deux hommes, qui avaient été empoisonnés pour une raison quelconque, probablement pour de l’argent car des rumeurs faisaient état d’une grosse somme que l’une des victimes aurait transportée et qui n’avait jamais été retrouvée. Une fois son forfait accompli, le meurtrier avait mis en scène les cadavres afin de brouiller les pistes.

L’affaire avait été reprise par les journaux et si la police privilégiait l’hypothèse du crime crapuleux, beaucoup de gens n’y croyaient pas et proposaient leurs propres déductions. Certains pensaient que Manoel et Miguel avaient succombé à une overdose après avoir pris les fameuses pilules, d’autres les croyaient victimes d’une affaire louche impliquant des matières radioactives, et quelques uns soutenaient qu’ils avaient été tués par la foudre car ils se trouvaient en hauteur un soir d’orage. Une autre théorie, bien plus audacieuse, avançait que les deux hommes étaient des voyageurs temporels qui se servaient du trou de ver qu’ils avaient découvert pour se promener d’une époque à l’autre, ce qui expliquait leur étrange accoutrement et les masques de plomb qu’ils utilisaient pour se protéger les yeux durant leurs voyages.

Enlèvement des Corps
Enlèvement des Corps

Si toutes ces hypothèses présentaient un certain intérêt, la théorie la plus populaire, celle qui avait les faveurs de la presse et du public, était celle des extraterrestres. Elcio Gomes, l’un des amis de Manoel et de Miguel, avait expliqué à la police que les deux hommes faisaient partie d’un groupe de  » spiritualistes scientifiques  » et qu’ils essayaient de communiquer avec les esprits des extraterrestres en s’aidant de drogues psychédéliques. Selon ses déclarations, ils avaient même construit un certain dispositif visant à rentrer en contact avec l’esprit de martiens dans le jardin de Miguel, mais cet appareil avait malheureusement explosé deux mois avant le drame. Le témoignage d’Elcio avait été confirmé par la découverte des matériaux nécessaires à la fabrication des masques de plomb dans l’atelier de la maison de Miguel, où se trouvaient également des livres sur les esprits, dont certains passages, qui parlaient de leur luminosité intense, étaient mis en évidence.

En prenant en compte ces éléments, l’histoire devient logique. Ayant compris à travers leurs lectures que leur rencontre avec des êtres d’une autre planète, ou avec leurs esprits, risquait de les aveugler, les deux hommes s’étaient confectionnés des loups de métal afin de protéger leurs yeux puis le jour venu, car ils pensaient probablement avoir convenu d’une date avec leurs contacts, ils étaient montés sur la colline et après avoir avalé une gélule pour  » ouvrir leurs esprits,  » ils avaient attendu le fameux signal dont parlait leur journal. La suite des événements restait un mystère mais certains témoignages laissaient à penser que leur entreprise avait été couronnée de succès.

Dans la soirée du 17 août, Mme Gracinda Barbosa Coutinho do Souza avait fait une étrange rencontre, et elle s’était rendue au poste de police pour signaler son observation. Vers de dix-neuf heures quinze, elle roulait près de la colline de Morro de Vintém en compagnie de ses trois enfants quand soudain un objet volant ovale entouré d’un halo de lumière intense était apparu dans le ciel, qui projetait des rayons bleutés un peu partout. Quand son témoignage avait été diffusé dans la presse, juste avant la découverte des corps, de nombreuses personnes s’étaient faites connaitre, surtout des paysans de la région, qui disaient avoir observé le même phénomène pendant plusieurs minutes.

Cette version des événements, qui est probablement la plus crédible de toutes, présente toutefois quelques lacunes car elle n’explique en rien la mort des deux hommes. Il reste néanmoins possible, comme certains le pensaient, que Manoel et Miguel aient décidé de se suicider pour rejoindre leurs amis d’un autre monde, qu’ils se soient accidentellement empoisonnés avec la substance contenue dans leurs capsules, ou qu’ils aient été tués, volontairement ou involontairement, par ceux qu’ils espéraient tant rencontrer.

Pendant des années, plus aucune herbe ne poussa à l’endroit où leurs corps avaient été retrouvés. Certains affirmèrent que cette absence de végétation était due à la grande quantité de formol que les policiers avaient déversé sur les cadavres, mais d’autres y virent la conséquence de la venue d’un ovni.

Sources: Skeptoid etc…

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
2 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
Michael
Michael
2 années plus tôt

la vérité est que la troisième personne était pilote d avions donc aurai facilement pu piloter un ovni façon de parler pour faire croire a tout sa il leur a demander d être sur place et avec quelconque machine les aurai électrocuter vue que les victime portai un masque de plomb le mobile l argent

olivlol
olivlol
2 années plus tôt

bonjour ou peut on trouver les formules mathematiques du carnet

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings