Ata, le petit Humanoïde

Le 19 octobre 2003, dans le désert de l’Atacama, au Chili, Oscor Muñoz cherchait des vestiges historiques dans la ville abandonnée de La Noria, quand il découvrit, non loin d’une église, un minuscule squelette enveloppé dans un drap blanc. Le squelette, d’une couleur cuivrée, faisait dans les 15 centimètres. Sa tête était disproportionnée par rapport à son corps, son crâne bombé, sa cage thoracique présentait 10 côtes au lieu de 12 et des petites dents dures garnissaient sa bouche.

Oscor Muñoz s’empressa alors de montrer sa découverte à l’un de ses confrères, Alejandro Davalos, qui prit quelques photos de la créature et les envoya à une association d’ufologues, l’Aion. Quelques jours plus tard, Muñoz se rendit à Iquique et vendit le petit squelette à l’un de ses clients, un homme d’affaire avec lequel il havait l’habitude de commercer, pour une quarantaine d’euros. Bien évidemment, cette trouvaille valait une petite fortune, mais Muñoz l’ignorait.

L’affaire fut bientôt connue des médias et une chaine de télévision brésilienne, accompagnée d’ufologues et d’amateurs du paranormal, se rendit sur place pour mener une enquête. Comme elle avait été découverte dans le désert de l’Atacama, la créature avait été baptisée Atacama, et surnommée Ata. Pour beaucoup de monde, ce squelette était celui d’un extraterrestre mais certains, comme le biologiste Walter Seinfeld, pensaient qu’il s’agissait probablement d’un fœtus humain avorté et d’autres affirmaient que c’était celui d’un singe.

Lors d’une première analyse effectuée à l’université du Pays basque, le Dr Francisco Etxeberria Gabilondo en conclut qu’il s’agissait bien d’un fœtus humain momifié âgé d’environ quinze semaines. Quand Gary Nolan, chercheur à l’université de Stanfort, en Californie, entendit parler de la créature, il demanda à examiner son squelette, promettant de publier les résultats de ses découvertes.

Comme Ata ne pouvait pas sortir d’Espagne sans autorisation, des examens au scanner et aux rayons X furent alors effectués à Barcelone et des échantillons génétiques prélevés sur ses côtes envoyés à l’université de Stanford.
Garry Nolan pensait que la créature avait du mourir des dizaines de milliers auparavant, mais les résultats des examens allaient contredire cette hypothèse. Son génome était moderne, abondant et de haute qualité. Le squelette était, selon toute vraisemblance, celui d’un être humain de sexe masculin mort une centaine d’années auparavant, mais il recélait néanmoins 9% d’anomalies génétiques, des fragments qui ne concordaient pas avec l’ADN humain de référence. Si l’analyse relevait une centaine de mutations, aucune ne pouvait expliquer les anomalies d’Ata:  » De toutes les anomalies observées dans ce spécimen, il n’y a aucune forme de nanisme connu. « , signalait Dr. Ralph Lachman, professeur à l’Université de Stanford.

Le scanner montrait clairement que le petit squelette contenait des poumons, un organe qui ressemblait à un cœur, mais l’usure de ses genoux suggérait que la créature était morte à six ou huit ans. Ata n’était donc pas un fœtus.
 » Je peux dire avec une certitude absolue que ce n’est pas un singe. C’est un humain. C’est en tout cas plus proche de l’Homme que du chimpanzé. De toute évidence la créature respirait, mangeait et son métabolisme fonctionnait. Ce qui nous amène à nous demander quelle était sa taille à la naissance « , expliquait Garry Nolan.

Pour lui, il n’y avait que trois possibilités. Ata était peut-être affecté d’une forme de nanisme très particulière, et il serait resté minuscule toute sa vie, il pouvait également avoir été atteint d’une maladie accélérant le vieillissement, auquel cas il serait un fœtus de 22 semaines, ou avoir été victime d’une quelconque substance qui aurait causé ses malformations. Garry Nolan penchait plutôt pour l’hypothèse génétique, mais tout restait à prouver.

Le 22 avril 2013, Sirius, aux États-Unis un documentaire présenta le petit squelette comme celui d’un extraterrestre, créant l’émoi. A la suite de ce reportage, Ata devint célèbre et fit la une des journaux.

Pourtant, Ata n’est pas le premier petit squelette humanoïde à avoir été retrouvé. Ainsi, dans les années 30, Charles Fort, un dessinateur de presse passionné par l’étrange, découvrit une petite momie d’une quinzaine de centimètres dans le même désert d’Atacama et il surnomma la petite créature l’Atta Boy.

L’Atta Boy dans la main de Charles Fort

Il supposait alors que l’Atta Boy était un homme réduit par les Navajos, une tribu Indienne réputée pour ses têtes réduites, mais il se trompait. En effet, les Navajos ôtaient toutes les parties osseuses des têtes de leurs victimes pour n’en garder que la peau et les cheveux or le squelette de l’Atta Boy était intact. De petits squelettes de la même nature auraient été également retrouvés en Chine, mais il n’existe aucune preuve de cette affirmation.

En l’absence de toute certitude l’enquête continue et le petit squelette d’Ata reste, pour le moment, un mystère.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings