Jacques Rollet

Le 4 août 1598, dans la vallée de la Loire, Symphorien Damon, archer des gardes du grand prévôt d’Angers, rencontra, sur sa route, un homme couché contre terre, les cheveux longs et le regard mauvais, qui, lorsqu’il l’aperçut, prit la fuite à travers les genêts. Or, en arrivant au village voisin, Damon apprit qu’un jeune garçon d’une quinzaine d’années avait été dévoré par les loups. Presque aussitôt on rapporta les restes du cadavre, horriblement mutilé et couvert de sang, sur une charrette. A la charrette était attaché un homme à l’aspect épouvantable. A moitié nu, il portait de longs cheveux, une barbe hirsute et ses mains étaient rouges de sang. Au bout de ses ongles, longs de deux doigts, recourbés comme des griffes, étaient encore accrochés des lambeaux de chair humaine.

En 1599, dans son Discours de la lycanthropie, Beauvoys de Chauvincourt en faisait cette surprenante description:
 » J’ai ouï dire que quand il fut pris il avait les cheveux pendants jusque sur les épaules, les ongles merveilleusement grands, voire de telle grandeur qu’il serait quasi impossible de le croire, si puant et infect qu’homme du monde ne pouvait approcher de lui; couvert de graisse de deux doigts d’épais par tout le corps, la vue fort égarée, les sourcils renfrognés, et les yeux enfoncés en la tête qui sont indices et pertinentes conjectures, outre ses confessions, qu’ayant si longtemps mené cette misérable vie, il semblait avoir déjà dépouillé toute humanité et était assujetti par son maître Satan à la brutalité « .

Les hommes qui avaient découvert le jeune garçon avait retiré ses restes d’entre les pattes de deux loups, tandis qu’un troisième loup s’enfuyait dans le champ voisin. Ils l’avaient alors poursuivi mais ils avaient perdu sa trace et ils avaient trouvé cet homme. Lorsqu’ils lui avaient demandé ce qu’il faisait là, l’homme avait répondu:  » Pas grand chose! « . Puis, comme ils lui demandaient qui avait mangé l’enfant, il répondit que c’était lui, son frère et son cousin. Il affirmait que tout trois étaient des loups, des hommes qui se transformaient en bête, des loups-garous.
Le malheureux, qui s’appelait Jacques Rollet fut donc arrêté. C’était un vagabond qui mendiait de maison en maison, vivant dans la plus abjecte pauvreté. Ses compagnons de mendicité étaient son frère John et son cousin Julien. Par charité, on lui avait offert un hébergement dans un village voisin, mais il ne s’y était plus présenté depuis huit jours.
Damon reconnut facilement en lui l’être singulier qu’il avait croisé au matin. La chair de l’enfant que l’on avait retrouvé était hachée et découpée comme avec des  » dents ou ongles de bestes  » mais Jacques Rollet ne revint pas sur ses déclarations. Il affirmait qu’il se transformait en loup grâce à un onguent et il déclara même avoir mangé ou blessé quantité d’autres enfants. Pierre de l’Estoile, un chroniqueur qui suivit de près cette affaire, rapportait ses affirmations, indiquant que l’homme avait  » mangé, là autour, tout plein d’enfants et autres personnes, même les bras et les mains à quelques pauvres femmes « 

Les parents de Jacques, qui étaient des gens respectables et pieux, furent en mesure de prouver que son frère John et son cousin Julien avaient trouvé du travail ce jour-là et se trouvaient loin du lieu du crime. Jacques Rollet, quand à lui, fut jeté en prison le soir même, à Caude. Il avait  » le ventre grand, tendu et fort dur « . Le soir de son arrestation il but un seau d’eau mais par la suite, il ne voulut plus jamais boire. On le surnommait le loup-garou de Caude.

Transféré à la prison d’Angers le 7 août, Jacques Rollet expliqua comment il s’y était pris pour dévorer l’enfant. Il l’avait d’abord mordu au bas-ventre. Mais confronté avec le cadavre, il ne le reconnut pas.
En 1598, la peste sévissait à Angers et il y avait une recrudescence des attaques de loups dans les campagnes mais l’affaire du loup-garou fit néanmoins grand bruit. Elle intéressa entre autres Pierre de Lancre, le fameux démologue bordelais qui avait condamné au bûcher des centaines de présumées sorcières et qui avait semé la terreur en 1608 au Pays Basque. Dans son livre Incrédulité et mescréance du sortilège, il décrivit la victime du présumé loup-garou en ces termes:
 » Il avait les cuisses, la nature, tout le gros du corps, et la moitié de la face mangée, et la chair qui était à l’endroit, paraissait évidemment être hachée et découpée avec des dents et des ongles de bête, et ledit Rollet avait la face et le dedans des mains toutes sanglantes « . D’après l’inquisiteur, l’homme se métamorphosait en loup grâce à un onguent que lui avaient donné ses parents:  » Il confessait avoir été au sabbat, et avoir eu des graisses dont il se frottait pour devenir loup « . Toutefois, ses crimes semblaient peser sur sa conscience.
Lorsqu’on lui demanda qui lui avait appris à se transformer ainsi en loup, il répondit qu’il n’en savait rien, sinon qu’il avait été excommunié par sentence d’excommunication. Mieux encore que cette réponse, voici un extrait de son interrogatoire du 8 août:

 » -Quel est votre nom et votre domaine? demande le juge, Pierre Hérault.
– Mon nom est Jacques Rollet, trente-cinq ans et je suis un mendiant.
– Que vous accuse-t-on d’avoir fait?
– D’être un voleur, d’avoir offensé Dieu. Mes parents m’ont donné une pommade, je ne sais pas sa composition.
– En vous frottant de cet onguent, deveniez-vous loup?
– Non, cependant j’étais loup lorsque j’ai dévoré l’enfant Cornier.
– Étiez-vous loup lorsqu’on vous arrêta?
– J’étais loup.
– Étiez-vous habillé en loup?
– J’étais habillé comme à présent. J’avais les mains et le visage ensanglantés car j’avais mangé la chair de cet enfant.
– Les pieds et les mains vous venaient-ils pattes de loups?
– Oui.
– La tête vous venait-elle tête de loup?
– Je ne sais pas comment était ma tête à ce moment-là; j’ai utilisé mes dents, ma tête était comme elle est aujourd’hui. j’ai blessé et mangé de nombreux autres petits enfants. J’ai également été au sabbat. « 

Le 5 octobre 1598, le tribunal d’Angers condamnait Jacques Rollet, le loup-garou d’Anjou, à être pendu et brûlé pour avoir  » tué et mangé le corps dudit défunt Michel Cormier, blessé et offensé autres enfants en qualité de loup « .
Lorsqu’il fut rejugé en appel, les juges du Parlement de Paris ne prirent pas, cette fois, au sérieux ses délirants aveux. En plus de ses prétendues victimes, il reconnaissait avoir aussi dévoré:  » des charrettes ferrées, des moulins à vent, des avocats, procureurs et sergents, disant que cette dernière viande était tellement dure et assaisonnée qu’il n’avait pu la digérer « .
Il avoua également avoir mangé René Bautru et Pierre Ayrault, deux des magistrats qui avaient statué sur son sort à Angers.
Finalement, les magistrats du Parlement de Paris en conclurent  » qu’il y avait plus de folie en ce pauvre misérable idiot, que de malice et de sortilège  » et Jacques Rollet fut condamné à deux années d’internement à l’hôpital de Saint-Germain-des-Prés, dans l’espoir qu’il reviendrait ensuite dans le droit chemin, avec l’aide de Dieu.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
4 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
CAREAU
CAREAU
3 années plus tôt

Ce n’est pas le loup-garou de Caude mais le loup-garou de Candé en Anjou.

démon wolf
démon wolf
1 année plus tôt
Reply to  CAREAU

se mec n’était pas un loup garou ses juste était juste un malade ses tout

hildevert
5 années plus tôt

MOIS JE DIS QU ILL Y PAS DE LOUP GAROUS DANS CETTE HISTOIRE JUSTE UN MALADE ATARDER QUI SE PREND POUR UN LYCAN D ONC MOI JE VRAIS POUR CETTE HISTOIRE ET FAUX PARCE QUE IL Y A PAS DE LOUP GAROU

hildevert
5 années plus tôt

ET VOILA SES ACAUSE DES IMBECILE COMME SE JACQUES ROLLET CONT CROIX QUE SE SON LES LOUP LES COUPABLE ALLOR QUI NON RIEN AVOIR DANS CETTE HISTOIRE DE MEURTRE TOUS COMME QUOI SES L HOMME LA BETE EN PLUS JE N ARIVE PAS A I CROIRE QU ONT N EST PAS FAIT BRULER CETTE HOMME AU BUCHER APRES TOUS LES CRIMES AUDIEUX QU IL A FAIT SERT C ETAIT UN MALADE MENTALE MAIS IL SAVAIT PARFAITEMENT SE QU IL FESAIT

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings