Blair Witch, la Légende de la Forêt de Black Hills

La Création de la Ville de Blair

Au début du XVIIe siècle, la forêt de Black Hills, dans le Maryland, aux États-Unis, souffrait déjà d’une sulfureuse réputation. Les Indiens la disaient maudite, et ils ne s’y aventuraient jamais.

En 1630, le colonel Nathaniel Blair se retrouva à la tête d’une expédition. Il devait déterminer le meilleur emplacement possible à la construction d’un fort visant à défendre la ville de Fort Calvet des violentes attaques de certaines tribus indiennes qui sévissaient dans la région. Il avait demandé de l’aide aux membres d’une tribu voisine, mais pour d’obscures raisons, ils avaient refusé de l’accompagner dans son voyage.

Le colonel Blair finit néanmoins trouver ce qu’il était venu chercher, et un fort, qui devait porter son nom, fut rapidement construit. En 1634, le fort s’était transformé en une petite ville composée d’une majorité de protestants, la ville de Blair.

La Malédiction d’Ellie Kedward

En 1769, Ellie Kedward, une jeune femme d’origine irlandaise, embarqua sur le Seafarer en partance pour Baltimore, puis elle rejoignit la petite ville de Blair, où elle s’installa. Malheureusement, en février 1785 plusieurs enfants l’accusèrent de les avoir attirés chez elle afin de leur voler leur sang. Jugée coupable de sorcellerie, elle se retrouva bannie. Les habitants du village l’attachèrent à une charrette, et ils abandonnèrent dans la forêt. Cette année-là, l’hiver était tellement rigoureux qu’ils avaient la certitude qu’elle n’y survivrait pas.

Quelques jours plus tard, trois garçons partirent dans la forêt en compagnie de leurs chiens afin de s’assurer du décès de la sorcière. En arrivant sur les lieux, ils découvrirent avec stupéfaction qu’elle était toujours en vie. Horrifiés, ils se dépêchèrent de lancer leurs chiens sur elle, et s’armant de branches pointues, ils commencèrent à la frapper. Lorsque son sang se mit à couler, ils la détachèrent et la pendirent à un arbre. Au bout de quelques minutes, ils constatèrent avec soulagement qu’elle était vraiment morte, et ils retournèrent au village.

Elly Kedward abandonnée dans la forêt

Au cours du mois de novembre 1786, au beau milieu de l’hiver, tous les accusateurs d’Elly Kedward et la moitié des enfants de la ville disparurent inexplicablement. Craignant une malédiction, les habitants de la Blair quittèrent la ville en faisant le serment de ne plus jamais prononcer le nom de la sorcière.

En novembre 1809, un livre racontant l’histoire d’une ville maudite par une sorcière qui en avait été chassée fut publié, The Blair Cult. Ce livre, dont il n’existe qu’un seul exemplaire, serait un recueil regroupant les témoignages des habitants du village. Il explique qu’Elly Kedward ne se limitait pas à la forêt, mais qu’elle s’aventurait également dans la ville afin d’attaquer et de tuer ses citoyens. Il révèle aussi les nombreux cotés mystérieux de la sorcière : « Elle contrôlait les animaux de la forêt, même les arbres semblaient répondre à ses appels ».

En 1820, lors de la construction du chemin de fer qui devait relier Washington à Baltimore, les ouvriers découvrirent la ville abandonnée. Henry Burkitt acheta toute la zone au gouvernement, et il entreprit la rénovation des bâtiments en ruine. En 1824, la ville fut rebaptisée Burkittsville, en son honneur.

La Disparition d’Eileen Treacle

Âgée de huit ans, Eileen Treacle était la plus jeune des enfants de l’une des premières familles de colons qui étaient venues s’installer à Burkittsville. Un an après la fondation de la ville, au moins d’aout 1825, un pique-nique fut organisé près de la rivière Tappy East Creek pour célébrer les premières récoltes.

À cette occasion, Eillen s’éloigna de ses parents, et elle se noya dans la rivière. Onze témoins oculaires affirmèrent avoir aperçu une main blanche fantomatique sortir de l’eau, attraper l’enfant, et l’entraîner vers le fond. Malgré des recherches intensives et la faible profondeur du cours d’eau, son corps ne fut jamais retrouvé.

Durant les treize jours suivant sa disparition, une multitude de petites croix formées de brindilles liées entre elles se mirent à flotter sur l’eau de la rivière, qui était devenue étrangement huileuse et inconsommable.

L’Histoire de Robin Weaver

En mars 1886, une fillette de huit ans, Robin Weaver, se perdit dans la forêt de Black Hills, et une expédition partit à sa recherche.

Après trois jours d’absence, elle réapparut d’elle-même. Elle expliqua qu’elle avait rencontré quelqu’un dans les bois, une vieille femme dont les pieds ne touchaient pas le sol. Elle avait tout d’abord été effrayée, mais elle avait décidé de lui faire confiance, et la femme l’avait amenée dans une maison abandonnée qui se trouvait enfouie profondément dans les bois.

Robin était rentrée dans la maison, et la femme l’avait conduite dans un sous-sol avant de lui expliquer qu’elle devait partir, mais qu’elle reviendrait. Les heures s’étaient écoulées, la nuit était tombée, et la fillette avait commencé à avoir peur. Depuis qu’elle se trouvait enfermée là, elle ressentait un profond sentiment de malaise. Désespérée, elle s’était alors glissée par une fenêtre, puis elle avait couru à travers la sombre forêt, et elle était miraculeusement parvenue à rejoindre Burkittsville.

À ce moment-là, les hommes de l’équipe de secours n’étaient toujours pas rentrés. Inquiets, les habitants du village organisèrent une seconde expédition pour tenter de les retrouver. En arrivant dans la crique de Coffin Rock, tout près de l’endroit où la jeune Eileen Traecle avait disparu près de cinquante ans auparavant, ils découvrirent les membres de la première équipe. Leurs corps dénudés étaient attachés entre eux par les poignets, et disposés de manière à former un pentagramme. D’étranges symboles avaient été gravés sur leur peau de leur poitrine, de leurs mains, de leurs pieds et de leur front, et leurs intestins gisaient au centre du cercle.

Horrifiés, les hommes du second groupe coururent au village chercher des renforts et des armes, mais à leur retour, les corps avaient disparu, et ils avaient été remplacés par de petits tas de pierres. Toutefois, il restait encore des traces du rituel, des cordes et du sang sur les rochers.

Robin Weaver et les corps des hommes de l’équipe de recherche

Les Aveux de Rustin Parr

Entre novembre 1940 et mai 1941, huit enfants disparurent sans laisser de trace. Un an plus tard, Rustin Parr, un homme solitaire qui vivait à l’écart du village, avoua avoir assassiné sept des huit enfants, et les avoir enterrés dans la cave de sa maison. Il prétendait avoir suivi les ordres du fantôme d’une vieille femme qui habitait près de chez lui, au milieu des bois. Selon ses dires, après le meurtre du septième enfant, elle lui avait ordonné de se rendre en ville afin d’informer les autorités de ses méfaits, et il avait obtempéré car en échange de ses aveux, elle lui avait promis de le délivrer de sa présence.

Dans la cave de la maison, les policiers découvrirent les traces d’horribles tortures. Après avoir tué les enfants, Rustin les avait enterrés, et il avait empilé des pierres les unes sur les autres pour se souvenir de leur emplacement. Leurs corps portaient les mêmes symboles étranges que ceux retrouvés sur les cadavres de Coffin Rock, et ils avaient été éviscérés eux-aussi.

Le huitième enfant, Kyle Brody, était toujours en vie. Ils le découvrirent debout dans un coin du sous-sol, dos au mur, complétement traumatisé. Il avait été le premier enlevé, et il connaissait tous les autres. Les autorités se posaient la question d’une éventuelle complicité, mais lors du procès, il témoigna contre l’accusé sans se faire prier.

L’Histoire de Rustin Parr

Né en 1903 à Frederick County, Rustin Parr avait perdu ses parents alors qu’il n’avait que dix ans, et il avait été élevé par son oncle et sa tante, à Burkittsville. Son oncle, qui était charpentier, lui avait proposé de travailler avec lui à l’atelier de menuiserie, et lui avait appris tout ce qu’il savait.

En 1923, Rustin avait commencé à construire une maison dans la forêt, en haut d’une colline. En 1928, il avait quitté la ville, trop bruyante à son goût, et il s’était installé dans sa nouvelle demeure. D’après les témoignages, il était un homme solitaire mais sympathique, qui aimait la nature et les animaux. Il fumait la pipe, se promenait dans la forêt et il semblait heureux. À cette époque, il travaillait toujours avec son oncle, mais il se montrait de moins en moins souvent à l’atelier. Après la mort de sa femme, son oncle avait déménagé à Baltimore, et Rustin avait arrêté de descendre en ville. Il s’y rendait seulement deux fois par an, pour effectuer quelques achats.

Des années s’étaient écoulées, paisibles et sans histoire, et il avait commencé à apercevoir l’étrange silhouette d’une femme vêtue d’un long manteau à capuche lors de ses promenades en forêt. Il ne voyait jamais son visage, car elle disparaissait toujours lorsqu’il tentait de l’appeler ou de s’en approcher. Il n’était pas effrayé, il se posait simplement des questions sur son identité, et parfois il en rêvait.

À la fin des années 1930, Rustin avait remarqué que les animaux de la forêt, qui étaient pourtant habitués à sa présence, évitaient de s’approcher de lui et de sa maison. La nuit, il entendait des bruits étranges. Ils l’effrayaient tellement qu’ils l’empêchaient parfois de dormir.

Au fil du temps, il en était venu à craindre la mystérieuse femme. Il ne la voyait plus, que ce soit lors de ses promenades ou en rêve, mais dès qu’il s’endormait, elle lui disait des choses dans d’étranges langues, et elle lui répétait des mots, des mots qu’il ne comprenait pas.

Peu de temps après, il avait commencé à entendre sa voix en journée. Elle lui ordonnait des choses stupides, comme aller dormir dans le sous-sol, et il obéissait. Au début, il avait tenté de rationaliser le phénomène en se disant que la voix n’était qu’une hallucination due au manque de sommeil, puis il avait commencé à changer, et il était devenu bizarres. Les villageois le trouvaient méfiant, et ils avaient remarqué qu’ils le voyaient moins souvent.

Et puis, un jour du mois de novembre 1940, la voix de la femme lui avait ordonné de se descendre en ville, et d’enlever le premier enfant qu’il croiserait sur sa route. Cet enlèvement était le premier d’une longue série.

Lors de son procès, le prêtre du village expliqua que lorsqu’il l’avait rencontré pour la première fois, Rustin se tenait accroupi sur un énorme rocher plat, au bord de la rivière. Il lui tournait le dos, et sa tête se balançait légèrement. Au même moment, la forêt était brusquement devenue silencieuse. Seule s’élevait la voix de Rustin, qui semblait réciter une lancinante prière. Le prêtre l’avait longuement observé, sans vraiment savoir s’il devait l’interrompre. Soudain, Rustin s’était retourné. À son cou, pendait une sorte de bourse. Il avait fouillé à l’intérieur, il en avait sorti une poignée de bâtonnets et une cordelette, qu’il avait jetées dans l’eau, par-dessus le rocher.

Interrogé, Rustin Parr reconnut avoir été pleinement conscient de ses actes au moment des faits, mais il rajouta qu’il n’était qu’un outil aux ordres de la voix, qui le poussait à tuer des enfants. Cette même voix qui avait, disait-il, gravé d’étranges symboles sur les murs de sa maison. Il fut condamné à mort, exécuté, et les habitants de Burkittsville s’empressèrent de brûler sa maison.

La maison dans la forêt de Black Hills, Kyle Brody et Rustin Parr lors de son procès

La Vie de Kyle Brody

Après son enlèvement, Kyle Brody, le jeune garçon qui avait été découvert indemne dans le sous-sol de la maison de Rusty Parr, ne fut plus jamais le même. Il restait souvent seul dans sa chambre, le visage tourné vers un coin de la pièce, ou bien il s’asseyait sous le porche de sa maison, et restait silencieux pendant des heures. Il allait à l’école, mais il passait tout son temps à gribouiller des symboles et des mots mystérieux sur un morceau de papier.

Un jour, le Dr Elspeth Holiday se rendit à Burkittsville afin de s’informer sur la prétendue disparition de sa nièce. En vérité, elle faisait partie d’un groupe d’enquêteurs du paranormal qui s’intéressaient aux meurtres de Rusty Parr. Finalement, elle interrogea longuement Kyle Brody. En conclusion de son enquête, elle déclara que le garçon était sous l’emprise d’un démon, mais qu’elle avait réussi à le chasser de son corps.

En grandissant, Kyle devint un marginal. Durant ses vagabondages il commit de nombreuses petites infractions laissant à douter de sa santé mentale, et il se retrouva interné durant de longues années au Maryland State Institute for the Criminally Insane de Baltimore. Finalement, en 1971, il se suicida en se tailladant les veines avec une cuillère en bois qu’il avait longuement aiguisée sur le sol de sa cellule.

Kyle Brody en prison écrivant en Transitus Fluvii

En 1969, un documentaire avait été tourné sur les conditions de plusieurs établissements psychiatriques, notamment sur celui où était enfermé Kyle Brody. Lors d’une séquence du film, Kyle se trouvait dans sa cellule, et il répétait inlassablement les mêmes mots, « Never Given ! », tout comme l’avait fait Rustin Parr la nuit précédant son exécution.

Un gros plan le montrait également en train d’écrire d’étranges symboles sur un morceau de papier. Par la suite, cette écriture fut analysée par un expert, qui découvrit que Kyle écrivait en Transitus Fluvii, un langage très ancien utilisé par de rares initiés adeptes de sorcellerie.

Que se passe vraiment dans les recoins obscurs de la forêt de Black Hills ? Nous ne le saurons probablement jamais.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
18 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
TheSalrat
TheSalrat
4 années plus tôt

sais-tu le nom du documentaire de 1969?
En te remerciant

Hellyse
Hellyse
4 années plus tôt

ah oui tout de même !

kimberly levebvre
kimberly levebvre
4 années plus tôt

Jaimerau bien aller a black ill pour voir si ses vrai sa minterese bcp jadore le truc qui fait peur mes aussi jaimerai voir si ya vrm la sorcière de la foret mes bon :/aussi i on parler dune exsanplair des témoignages jaimerai tout lire sa mes malheureusement jabit au canada mes jaimerai voyager la bas

DECAMPS
DECAMPS
3 années plus tôt

SI TU VEUT ON POURRAI ALLEZ CAR SA M4INTRIGUE 2NORM2MENT MES SI SES VRAI SES SUR ON VAS RESTEZ COMME DANS LE FILM

Chap
Chap
5 années plus tôt

Petite vidéo instructive, sylartycho sur utube le raconte

Chap
Chap
5 années plus tôt

Toute cette histoire a été monté de toute pièce autour du film, n’importe quoi de la faire passer pour vraie

Samuel lapalme
Samuel lapalme
5 années plus tôt

Pire film a vie jamais ecouter

loutsch jeanpierre
loutsch jeanpierre
5 années plus tôt

Je vais y aller dans quelque semaine mon cousin mes cousins son disparue par la

vhhg
vhhg
5 années plus tôt

Mais bien sûr. On te croit, pauvre Kikoo.

Fight Furry
Fight Furry
4 années plus tôt

Alors des signes de t’es couz ?

Marie la louche
4 années plus tôt

dsl pour tes cousins

Marie la louche
4 années plus tôt

en quelle anné sa c’est passer et vous avez de la chance moi je vais jamais y aller

DECAMPS
DECAMPS
3 années plus tôt

SI SES DANS LE CAS PREND DES VIDEO

sam
sam
5 années plus tôt

encore un cimetière indien

Matilda
Matilda
5 années plus tôt

Pourquoi la forêt de Black Hills était maudite avant que Elly Kedward arrive?

Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings