La Légende de Bloody Mary

Une légende urbaine raconte que si quelqu’un prononce les mots Bloody Mary à trois reprises devant un miroir, alors un esprit vengeur apparaît. Cette légende, fort ancienne, est devenue une sorte de rituel, un jeu auquel s’adonne les adolescents mais dont personne ne connaît vraiment les origines. La légende rapporte souvent que Bloody Mary était une sorcière, mais suivant l’histoire, elle peut se transformer en une mère morte en couches, en une jeune fille enterrée vive, en la terrible Mary Tudor, que l’on surnommait Bloody Mary, ou, dans ses versions les plus modernes,  en une femme tuée lors d’un accident de voiture.

Il existe plusieurs manières d’exécuter le rituel de Bloody Mary, mais la plus fréquente consiste à se placer debout face à un miroir, généralement dans la salle de bain, puis à éteindre la lumière et à prononcer trois fois le nom de Bloody Mary à voix basse. Certaines versions de la légende conseillent de répéter la formule une centaine de fois, de l’énoncer en se frottant les yeux, d’attendre minuit, de faire couler de l’eau chaude, de souffler une bougie, de tourner sur soi-même, de prononcer treize fois l’incantation avec une, deux, ou trois bougies allumées, etc…
Si le rituel est convenablement exécuté, Bloody Mary, qui se présente toujours sous la forme d’une figure féminine hideuse, apparaîtrait alors, le visage lacéré, couvert de sang, les mains tendues vers son invocateur. Parfois elle se montrerait neutre, mais la plupart du temps elle attaquerait l’imprudent, pouvant, suivant son humeur, le griffer, le tuer, lui arracher les yeux, le rendre fou, l’attirer dans le miroir avec elle, ou le hanter à jamais. Néanmoins, si l’invocateur s’abstient de regarder directement Bloody Mary mais qu’il fixe sa propre image dans le miroir, alors elle répondrait à ses questions et lui révélerait son avenir.

Si l’invocateur se sent animé de quelque audace, il peut essayer de défier l’entité en affirmant  » Bloody Mary, j’ai tué ton fils!  » ou  » Bloody Mary, j’ai tué ton bébé! « . Le son d’une cloche se ferait alors entendre, annonçant sa venue, et la mère vengeresse déchainerait sa colère sur le prétendu meurtrier… si ce dernier ne s’enfuit pas avant. Dans cette variante, Bloody Mary est présentée comme l’émanation d’une femme ayant assassiné ses enfants, ou celle d’une jeune mère dont le bébé a été volé et qui se serait suicidée de chagrin. L’on retrouve aussi des histoires où Mary est accusée à tort d’avoir tué ses enfants, et dans ce cas, l’invocateur doit répéter  » Je crois en Mary Worth « , pour invoquer son esprit. Paradoxalement, dans la plupart des légendes impliquant Bloody Mary Worth, elle est décrite comme une tueuse d’enfants et il existe souvent, dans les endroits où se pratique cette version du rite, quelques pierres tombales prouvant soi-disant les faits.
Les plus téméraires peuvent également tenter de répéter sept fois Hell Mary devant un miroir. La légende raconte que le miroir deviendrait rouge à la troisième fois, qu’une ombre apparaîtrait à la cinquième et que le Diable en personne se montrerait à la septième. Avis aux amateurs.

Plusieurs histoires prétendent être à l’origine de la légende de Bloody Mary, et je vais vous en proposer une, celle de Mary Worth, qui est probablement la plus riche de toutes. La légende raconte que Mary Bloodsworth habitait une petite maison perdue dans la forêt, et qu’elle subvenait à ses besoin en vendant des remèdes. Les habitants du village voisin l’appelaient Mary Worthington, et ils disaient qu’elle était une sorcière. Mary était une très belle femme, la plupart des hommes en étaient fous et toutes les femmes la jalousaient.

Mais un jour, les jeunes filles du village commencèrent à disparaître, inexplicablement. Leurs familles fouillèrent les bois, les maison et les granges mais personne ne put jamais trouver le moindre signe des disparues. Quelques désespérés se rendirent même jusqu’à la maison de Bloody Mary pour lui demander si elle avait enlevé les jeunes filles, mais la sorcière nia avoir connaissance de ces disparitions. Pourtant, il y avait quelque chose d’étrange. Un homme avait été vu à plusieurs reprises alors qu’il rentrait chez elle. Interrogé par ses voisins, qui trouvaient ses agissements pour le moins suspects, l’homme répondit qu’il visitait la sorcière pour l’interroger, espérant qu’en gagnant sa confiance elle finirait par lui dire où se trouvaient les enfants.

Le soir venu, la fille du meunier se leva de son lit et se dirigea vers l’extérieur, semblant suivre un son enchanteur que personne n’entendait. Cette nuit-là, la femme du meunier était assise dans la cuisine et elle tentait de soulager son mal de dents avec un remède à base de plantes quand elle aperçut sa fille sortant de la maison. En entendant sa femme crier, le meunier accourut et tenta d’arrêter sa fille, mais elle parvint à se libérer et disparut dans l’obscurité.
Les appels désespérés des parents de la jeune fille avaient réveillé les villageois, qui se précipitèrent alors vers la maison du meunier. Soudain, un agriculteur se mit à crier, désignant une étrange lueur à la lisière de la forêt. Quelques audacieux se dirigèrent alors vers elle et brusquement, ils aperçurent Bloody Mary, debout à côté d’un grand arbre, une baguette magique entre les mains. Cette baguette semblait dirigée exactement vers la maison du meunier.

Brandissant les armes et les fourches qu’ils avaient pris soin d’emporter en entendant les cris, les villageois se ruèrent alors vers la sorcière qui, les entendant approcher, rompit le charme et s’enfuit dans les bois. Bloody Mary, qui s’était réfugiée dans sa maison, ne fut pas difficile à retrouver mais quand ils voulurent l’interpeller, alors elle poussa un grand cri et jeta une malédiction sur toutes les femmes du village. Cette malédiction s’appelait La Malédiction des Chantres, et ce serait elle qui, de nos jours encore, obligerait les jeunes femmes à invoquer Bloody Mary .

Plusieurs semaines s’écoulèrent. Mary, qui était alors emprisonnée, attendait son procès mais en voyant l’évolution de son ventre, tout le monde comprit bientôt que la jeune femme était enceinte. Quand les villageois lui demandèrent le nom du père, elle refusa de le leur donner, affirmant que l’enfant était une conception immaculée. Alors, le prêtre du village déclara que si tel était le cas, cet enfant était celui de Satan. Pour ce crime, Bloody Mary fut condamnée à être exécutée immédiatement après son accouchement, et pour les enlèvements d’enfants dont elle s’était rendue coupable, son visage serait lacéré par des morceaux de verre tranchants que tiendrait chacune des femmes du village. Et ainsi la sentence fut-elle appliquée.

Depuis ce jour, quand une fille atteint son adolescence et qu’elle commence à passer du temps devant son miroir, à se brosser les cheveux ou à se maquiller, alors se réalise la malédiction originelle, La Malédiction des Chantres, et celle qui est assez folle pour répéter le nom de Bloody Mary à dix reprises devant un miroir sombre convoque l’esprit vengeur de Bloody Mary. Il est dit qu’elle déchire les corps en morceaux et qu’elle arrache les âmes de ces corps mutilés. Des âmes condamnées à passer une éternité de tourments, piégées dans le miroir maudit en compagnie de Bloody Mary.

La notion d’âme piégée dans un miroir vient d’une ancienne croyance. Autrefois, et même encore aujourd’hui en certains endroits, il était de coutume, quand quelqu’un mourait, de recouvrir tous les miroirs pour éviter que son esprit ne s’y retrouve emprisonné à jamais.

Si vous pensez être à l’abri de Bloody Mary en évitant de l’invoquer, détrompez-vous. La légende affirme que si vous vous trouvez près d’un miroir dans une obscurité totale, alors Bloody Mary peut venir vous chercher, que vous l’ayez appelée… ou pas.

Partager:
Subscribe
Me prévenir
guest
14 Commentaires
plus récent
plus vieux plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
julie feuillye
julie feuillye
4 mois plus tôt

pourquoi blooy marie ma par tuer moi
ger vu le diable cher mon pere moi dans ma chenbre dans mon lit

Amykelly
5 mois plus tôt

J’ai peur et je dort juste à coter d’un miroir merci vraiment merci beaucoup

julie feuillye
julie feuillye
4 mois plus tôt
Reply to  Amykelly

derin

Verhiepe
Verhiepe
2 années plus tôt

Pas marché

julie feuillye
julie feuillye
4 mois plus tôt
Reply to  Verhiepe

mon sa mache bien

Verhiepe
Verhiepe
2 années plus tôt

Sa n’ Pas marché

Néhémie
3 années plus tôt

J’aime l’histoire de Bloody Mary mais honnêtement ils n’avaient pas le droit de lui prendre son enfant

Je la comprends mais la bible enseigne le pardon et non la violence

Kate
3 années plus tôt

J’aime particulièrement cette histoire est-ce un mythe ? Je ne sais pas..

jesaispas
5 années plus tôt

c’est nul deplus j’ai fait le Bloody Mary 3 fois dans le noir que dalle de la merde en plus dans le noir dans ma salle de bain a essayer le hell mary qui a l’air plutot sympat meme si sa ne va rien faire.
au caous pour les rageux j’y croit au legend paranormal je dit juste sa car je ne pense pas que cela fonction même si une certaine bloody mary worth a réelement exister.

Kate
3 années plus tôt
Reply to  jesaispas

Je suis d’accord avec toi

Lucielicorne
Lucielicorne
3 années plus tôt
Reply to  jesaispas

A tous ce qui ont essayé il faut attendre un peu après l’avoir dit

Master
Master
5 années plus tôt

Voilà la femme idéal pour certains qui n’ont peurs de rien!

julie feuillye
julie feuillye
4 mois plus tôt
Reply to  Master

qui !

julie feuillye
julie feuillye
3 mois plus tôt
Reply to  Master

qui

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.mindshadow.fr sont :

Éditeur du Site :

Marie Alsina Email : Djaseve@mindshadow.fr Site Web : www.mindshadow.fr Hébergement : Hébergeur : OVH 2 rue Kellermann 59100 Roubaix France

Conditions d’utilisation :

Ce site est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Mindshadow.fr met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Mindshadow n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies : Le site www.mindshadow.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes : Les sites internet de peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le site Mindshadow.fr ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet, et ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Il ne peut être tenu pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Services fournis :

Mindshadow s’efforce de fournir des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site ne sont pas exhaustifs, et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données :

Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse Djaseve@mindshadow.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de Mindshadow.

Propriété intellectuelle :

Tout les textes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive de Mindshadow, à l’exception des contenus appartenant à d’autres partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit de Mindshadow.fr. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.mindshadow.fr.

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles votre adresse électronique, votre nom ou votre prénom. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».

Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Save settings