Dieu vs Diable

Coeur Divin

Cette histoire a commencé alors que je devais avoir 12 ou 13 ans. Des jeunes de mon patelin se sont réunis devant un ouija pour me lancer des mauvais sorts. Ils devaient être au minimum une bonne vingtaine, incluant ma propre sœur. À la base, ils avaient tous été influencés par deux fortes têtes. Puisqu’ils ne se sont jamais vraiment cachés de leurs méfaits, même en pleine salle de cours, j’ai su depuis le début ce qu’ils avaient fait, mais rapidement, l’histoire est tombée dans l’oubli, du moins, momentanément pour moi.

Un an plus tard, mon grand-père décédait, puis plusieurs membres des familles de la « ouija team, » comme je les avais surnommés, souvent par le feu, mais pas toujours.

Trois ans plus tard, j’ai quitté la ville et emménagé à 600km de distance. Il faudra encore trois autres années pour qu’une colocataire avec qui je suis amie me parle de ses expériences avec le ouija, qui s’étaient révélées positives pour elle. Curieuse, j’ai décidé de tenter une expérience avec cette amie, qui n’était jamais venue dans ma ville natale, ne connaissait personne là-bas et n’avait jamais entendu un mot de cette histoire. Immédiatement, la goutte s’est mise à bouger si vite sur la planche que je n’ai pas pu lire un mot… C’est mon amie qui s’est mise à me raconter que l’esprit sur la planche disait que plusieurs années auparavant, deux personnes m’avaient jeté des sorts par l’intermédiaire d’un ouija, me donnant même les noms de famille de ces personnes… les deux fortes têtes ayant lancé le projet à la base. J’étais stupéfaite ! La séance s’est toutefois déroulée dans le respect. Nous avons simplement posé des questions. À une autre reprise, nous l’avons fait avec ma sœur. Cette fois, c’était réellement le bordel ! Des tas d’esprits très peu respectueux se présentaient, la goutte allait dans tous les sens. Puis elle s’est calmée soudainement. Lorsque nous avons demandé à l’esprit présent de se nommer, il a épelé : « Dieu. » Puis : « Je suis venu mettre un peu d’ordre ici. » Cette fois, les mouvements étaient lents, j’ai eu le temps de suivre la goutte et de lire. J’y croyais tout de même plus ou moins. Ma sœur était translucide, effrayée. Mon amie, stupéfaite, a dit que c’était la première fois que Dieu venait sur la planche… Je lui ai répondu qu’il s’agissait probablement d’un imposteur, que Dieu ne viendrait pas sur une planche de ouija. Elle m’a dit : « Non ! Non ! C’est impossible ! Aucun esprit du bas astral ne peut faire ça ! »

J’ai refait quelques séances seule avec mon amie par la suite. Aucun problème de respect en l’absence de ma sœur. Puis, un matin, à l’aube, j’ai été réveillée par un tremblement de terre. J’ai ouvert les yeux alors que le sol tremblait autour de moi et soudain, dans un bruit comme un « toc » assez sonore, une force incroyable s’est abattue sur mon front. J’avais la tête enfoncée dans mon oreiller et je ne parvenais absolument pas à me relever. Tout le reste de mon corps pouvait bouger, mais pas ma tête. J’entendais une voix dans ma tête qui disait : « Diable ! Diable ! » Mon réflexe a été de lutter contre en affirmant : « Dieu ! Dieu ! » dans ma tête. Cette force était si puissante qu’elle me prenait toute mon énergie et ma concentration, il était même difficile pour moi juste d’affirmer le Nom de Dieu dans mes pensées. Je n’aurais pas pu le faire à haute voix. Mais il continuait… « Diable ! » Quelque chose me disait qu’il ne fallait absolument pas qu’il gagne, que s’il arrivait à me faire dire son nom, j’étais foutue… et je luttais, et rien ne se passait, j’étais à bout de force ! « Mais où est Dieu ? Pourquoi n’est-il pas là ? Pourquoi ne vient-il pas ? Mais pas question d’abandonner ! Je n’en peux plus ! Viens ! Maintenant ! » Sans prière ni formule de politesse ! Je lui ai carrément donné l’ordre de venir m’aider ! Et boum ! La force maléfique est repartie aussi soudainement qu’elle était venue, au point où je me suis soudainement retrouvée assise dans mon lit sans même l’avoir voulu ! J’étais libérée, mais complètement traumatisée ! J’ai levé la main droite pour toucher mon front et j’ai réalisé que je pouvais voir le mur à travers la paume de ma main, comme les plaies du Christ. Pourtant, ma chair n’était pas percée. Je n’ai pas eu le réflexe de vérifier mes pieds et ma tête à ce moment-là. Ça s’est estompé en quelques minutes, et ma  » vision  » est redevenue normale. Puis, j’ai entendu ma colocataire se lever et croyant qu’elle avait été réveillée par le tremblement de terre, je suis tout de suite allée à sa rencontre pour lui raconter ce qui s’était passé. Elle m’a regardée, à moitié endormie, avec des gros points d’interrogation dans les yeux… visiblement, elle n’avait eu conscience de rien du tout. Et pour cause, après vérification, il n’y a jamais eu de tremblement de terre d’enregistré au pays ce jour-là…

J’ai vraiment cru devenir folle ! Si ça n’avait été de la grosse boule d’énergie d’environ 30 cm de diamètre présente en plein milieu de ma chambre. Lorsqu’on y passait la main, on avait comme une sensation de froid et de picotements sur la peau. Évidemment, ça m’a effrayée ! J’ai saisi papier et crayon et ordonné à cette présence de s’identifier. Ma main tremblait. De droite à gauche, elle a écrit : « DIEU, » comme dans l’écriture angélique, selon la croyance. Il m’a fait réciter plusieurs « Notre Père, » accompagné de mouvements ressemblants à ceux que font les prêtres catholiques pendant la messe. Ces mouvements sont restés en moi, comme une énergie qui ne m’appartient pourtant pas. Ils y sont toujours, même si l’énergie est moins forte qu’au début. Cette boule d’énergie est restée immobile au milieu de ma chambre pendant environ une semaine, s’estompant doucement. Des années plus tard (20 ans environ), je suis tombée sur un livre de la secte des Esséniens intitulé La Magie du Pentagramme, écrit par Olivier Manitara, dans lequel, à ma grande surprise, une version différente du « Notre Père » était présenté, accompagné de mouvements identiques à ceux qui m’ont été légués. Ces mouvements, selon ce livre, serviraient à enlever le sceau de la bête… logique.

La journée des évènements, mon amie et moi avons fait un rituel avec les Archanges pour purifier et protéger notre logis. Les quatre Archanges Mickaël, Raphaël, Gabriel et Uriel étaient présents aux quatre points cardinaux sous forme de boules d’énergie identiques à celle présente dans ma chambre, mais d’un diamètre inférieur, soit environ 15cm. Et ça semble avoir fonctionné.

Depuis ce jour, non seulement je n’ai plus jamais tenté d’expérience avec le ouija, que j’ai brûlé, mais je n’ai plus jamais douté de l’existence de Dieu ou de ses Anges, ni même de celle du Diable… J’ai raconté cette histoire à quelques personnes sans problèmes, mais fait étrange, je l’écris ici pour la seconde fois cette nuit. Lorsque j’ai eu fini de l’écrire la première fois, j’ai fait dérouler le texte jusqu’au début et pouf ! Tout s’est fermé ! Plus rien ne voulait s’ouvrir ! J’ai perdu tout mon texte. J’ai levé les yeux, un peu surprise de constater qu’il était exactement 00:06 heure… J’ai donc dû tout recommencer, entêtée à vous partager mon histoire. S’il est une leçon que j’ai tirée de tout ça, c’est sûrement de ne plus jamais nourrir le mal avec la peur et pour moi, Dieu existe !

Athéna.

PS : Illustration fournie par l’auteur.

Vous aussi, Partagez votre Histoire !

Partager:
Pour marque-pages : Permaliens.

2
Commentaires

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
  Subscribe  
plus récent plus vieux plus voté
Me prévenir
Sereina
Invité
Sereina

Bonjour !

« Ne vous tournez point vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les devins; ne les recherchez point, de peur de vous souiller avec eux. Je suis l’Eternel, votre Dieu. » Lévitiques 19:31

Je vous invite à creuser davantage afin que vous ne soyiez pas trompée, que Dieu vous bénisse et vous éclaire

Mamy
Invité

Vraiment merci pour ce témoignage. Il me conforte dans la puissance du Notre Père. Personnellement,il y a quelques années,pendant mon sommeil, le diable s’est manifesté. C’était terrifiant, il avait toujours la même apparence horrible. Et chaque fois, spontanément, le Notre Père s’imposait à cette figure grimaçante qui était neutralisée à la fin de la prière. Chaque mot de cette prière, chaque syllabe me demandaient un effort surhumain pour articuler tout en dormant. La dernière fois que le diable a fait irruption dans mon sommeil, menaçant cette fois mes deux cadets, une voix m’a poussée à dire simplement dans l’urgence:  »JÉSUS »,… Read more »