La Possession de Maurice Thériault

Nancy et Maurice ThériaultVers le milieu des années 1980 Ed et Lorraine Warren, les deux célèbres chercheurs du paranormal, durent intervenir sur l’un des cas de possession les plus terrifiants de leur carrière, celui de Maurice Thériault.

Maurice Thériault était le fils de fermiers francophones d’origine canadienne qui habitaient dans le Maine, aux États-Unis, et son enfance avait été particulièrement douloureuse. Dès son plus jeune âge Maurice avait souffert de l’attitude tyrannique de son père qui le forçait à travailler de longues heures durant à la ferme, et qui était devenu de plus en plus violent avec le temps. Le petit garçon, qui n’en pouvait plus, faisait parfois appel à des forces surnaturelles indéterminées, leur demandant innocemment de le délivrer de ce calvaire. Un jour, en rentrant dans la grange, il surprit son père en train de se livrer à l’impensable avec un animal et quand il remarqua sa présence, l’homme obligea l’enfant à se joindre à lui.

En grandissant, Maurice développa des talents tout à fait particuliers. Sa résistance était immense, sa force extraordinaire et il avait la connaissance de choses qu’il n’avait jamais apprises. Après avoir quitté ses parents il vécut de petits boulots pendant quelques années, toujours en Nouvelle-Angleterre, puis, en 1975, un nouveau drame vint marquer sa vie: pour une raison inconnue, son père tua sa mère d’une balle dans la tête avant de mettre fin à ses jours.

Maurice Thériault

Maurice Thériault

En 1985, Maurice, alors âgé de 51 ans, habitait le petit village de Wackley, dans le Massachusetts, avec sa femme Nancy, les enfants qu’elle avait eus d’un précédent mariage et leurs propres enfants. Il cultivait des légumes qu’il revendait ensuite au bord de la route, sur un petit étal. Maurice avait la réputation d’être un homme doux, d’une extrême gentillesse et il était apprécié de ses voisins qui l’appelaient affectueusement Frenchy, en souvenir de ses origines.

Mais, quand il se retrouvait seul avec sa famille, parfois son regard changeait et brusquement Maurice devenait mauvais. Il expliquait son comportement en disant qu’il était habité par un esprit maléfique qui le poussait à la violence. Puis, au cours du printemps 1985, Maurice commença à être victime d’étranges phénomènes. Du sang coulait inexplicablement de ses yeux, d’étranges plaies apparaissaient sur son visage, des croix se dessinaient sur son corps, son extraordinaire force s’était encore accrue et il semblait maintenant posséder le don d’ubiquité. Un jour, Nancy vit un madrier voler à travers la serre et le frapper si fort qu’il s’en s’effondra sur le sol.
Outre ces manifestations étranges, Maurice se montrait de plus en plus violent. Il menaçait les membres de sa famille, les frappait, crachait, parlant constamment de suicide et de meurtres. Il se considérait probablement comme dangereux car il avait volontairement renoncé à toutes ses armes à feu et les avait apportées à la police locale. Nancy et ses enfants n’osaient pas se plaindre car Maurice les avait clairement prévenus: si l’un d’entre eux s’avisait de parler, alors il le tuerait. Elle aurait voulu fuir, mais elle était terrorisée.

Ed et Lorraine Warren

Ed et Lorraine Warren

Maurice et sa femme étaient tous deux catholiques aussi Nancy décida-t-elle de faire appel au curé de la paroisse, l’abbé Boyer, qui confia rapidement l’affaire à deux enquêteurs du paranormal, Ed et Lorraine Warren. Avant de se rendre sur place, les Warren décidèrent d’envoyer l’un de leur assistant, Paul Walukiewicz, passer une nuit à la ferme afin d’observer Maurice.Le jour suivant, Ed demanda à son assistant s’il pouvait y avoir une raison médicale aux saignements et le jeune homme lui répondit que c’était impossible: Mr Thériault était clairement possédé.

Suite à ce rapport, Ed, Lorraine Warren et leur neveu Tony Spera, prirent alors la route pour Wackley. Comme seule sa femme avait été témoin de manifestations surnaturelle, l’archidiocèse de Boston recommanda à Maurice de voir un psychiatre, ce qu’il accepta. Lorsqu’il se rendit à la consultation, Ed Warren et le père Boyer l’accompagnèrent. Mais une fois sur place, lorsqu’il comprit que le psychiatre ne considérait pas la possession démoniaque comme une raison possible aux problèmes de Maurice, Ed décida qu’il était inutile de perdre plus de temps et il se leva pour partir. Maurice, en le voyant se lever, lui emboita le pas et Ed saisit la main de Lorraine sous les yeux étonnés du père Boyer:  » Viens, chérie, nous partons  » déclara fermement Ed Warren. Puis, se tournant vers le psychiatre, il lui dit:  » Écoutez vous. J’espère que quand vous serez seul, quelque chose vous arrivera et vous frappera en pleine bouche comme ça s’est produit pour ce pauvre homme que vous refusez d’aider « .

Les manifestations paranormales continuaient à se produire, mais maintenant, de nombreuses personnes en étaient témoins. Au cours de leur enquête, Tony Spera et les Warren virent Maurice saigner des yeux et de la bouche et des symboles religieux se graver sur la peau de son dos et sur son torse. Il semblait également posséder une force surhumaine, qu’ils attribuèrent au démon. Un jour, ils purent l’observer alors qu’il soulevait aisément l’avant de son pick-up et le tenait assez longtemps pour que son fils en change les pneus. A une autre occasion, Maurice souleva une statue en béton de Vierge Marie pesant plus de 135 kg avec facilité. L’un des enquêteurs des Warren présent ce jour là, un haltérophile, décida de tenter lui aussi l’expérience, sans succès. Les Warren entendirent également des sons qu’ils tentèrent d’enregistrer, mais lorsqu’ils écoutèrent la bande, seules leurs conversations étaient présentes.
Selon Ed Warren, Maurice était possédé et cette possession avait nécessité une porte. Il y avait probablement eu un incident dans sa vie qui avait permis au démon de venir. En fouillant dans son passé, Ed fut frappé par deux événements qui pouvaient expliquer ce qui se passait. Le premier était celui de Maurice et son père dans la grange, et le second, celui où il avait demandé de l’aide aux forces invisibles. Et puis, Maurice avait été un jour maudit par le vieux Willy Dumont, ce qui pouvait également avoir eu un impact.

Les Warren, qui pensaient qu’un drame pouvait survenir à tout moment, décidèrent alors d’appeler la police. Lorsqu’ils arrivèrent à la ferme, les policiers de la région découvrirent Maurice étendu sur le sol de la salle de bain et ils purent constater les étranges phénomènes dont il était victime. Ils virent du sang couler de sa bouche et de ses yeux et des messages en français apparaitre mystérieusement sur son dos.
Comme le chef de la police sortait de l’allée de sa maison, Maurice regarda par la fenêtre du salon et leurs regards se croisèrent. Du sang commença alors alors à couler de ses yeux alors qu’une bave jaunâtre sortait de sa bouche. Puis son visage se tordit d’une hideuse façon et il commença à respirer fortement.  » Hé, hé, hé  » murmura en riant.  » Ce salaud ne m’attrapera jamais. S’il essaie, je le tuerai « . Une fois le chef partit, Maurice sortit de la maison et tomba sur le sol avec un bruit sourd. Il resta là, inconscient, jusqu’à ce que sa femme rentre de l’épicerie, trente minutes plus tard. Lorsqu’elle lui demanda ce qu’il lui était arrivé, Maurice sortit de son profond sommeil et lui répondit qu’il ne savait. Il se souvenait avoir attendu le chef, qui devait venir passer la nuit chez eux, s’être dirigé vers la porte à son arrivée et ensuite, il pensait avoir perdu connaissance.

Robert McKenna

Robert McKenna

Après enquête, les Warren en conclurent que Maurice était tombé sous l’emprise de Satan durant son enfance car son père était lui-même possédé. Comme l’archidiocèse de Boston refusait de s’impliquer, le père Boyer parla du cas de Maurice à l’une de ses connaissances, l’évêque Robert McKenna de l’Ordre dominicain des Prêcheurs, qui affirma qu’un exorcisme formel était la seule façon d’éviter une tragédie. (Msg McKenna est connu pour avoir officié lors des exorcismes pratiqués chez la famille Smurl à la même époque).
Le prête allait effectuer trois exorcismes sur Maurice dont le dernier, auquel douze témoins allaient assister, allait se révéler spectaculaire.

Le lendemain de la fête de Pâques, Mgr McKenna se rendit chez les Thériault et commença d’exercer le rituel du démon, un rituel extrême en matière d’exorcisme. Alors que l’évêque psalmodiait, Maurice demeurait impassible mais son visage se transformait d’une manière effrayante. Sa femme assistait à la scène:  » Pendant l’exorcisme j’ai vu son visage changer. J’ai vu une expression démoniaque sur son visage « .
Soudain, sa peau sembla se mettre à brûler et des cloques apparurent sur sa joue. Sur son front, une profonde plaie s’ouvrit et ses pupilles devinrent comme celles d’un serpent. Puis ses yeux se mirent à rouler et Maurice perdit connaissance, s’effondrant contre l’évêque qui se tenait prêt de lui. Quand il revint à lui, quelques minutes plus tard, il demanda à voir son épouse et les Warren déclarèrent que l’exorcisme était une réussite. Maurice semblait, en effet, libéré de son tourment. Cet exorcisme fut le premier à être enregistré sur bande vidéo. Maurice avait souvent été accusé de provoquer lui-même les saignements et autres manifestations, mais pendant l’exorcisme, les caméras avaient filmé des images troublantes qui contredisaient cette hypothèse.

Exorcisme Maurice Thériault

Maurice Thériault durant l’exorcisme

Pourtant, les problèmes de Maurice n’étaient pas terminés car peu de temps après, il fut accusé d’avoir agressé sexuellement sa belle-fille pendant plusieurs années et interpellé. La jeune fille et son père naturel souhaitaient porter plainte mais le procureur les découragea de s’engager dans une telle procédure car il avait peur d’avoir à traiter un plaidoyer d’aliénation mentale impliquant la possession.
Quand il apprit ces accusations, Ed Warren avança alors une surprenante théorie, affirmant que ça n’était pas Maurice qui avait agressé sa belle-fille mais un cauchemar, un esprit diabolique qui avait pris son image. De son côté, Maurice n’avait aucun souvenir d’un tel acte et l’idée d’être vraiment coupable le torturait. Selon Ed:  » Si vous le connaissiez, vous sauriez qu’il n’aurait jamais pu faire une chose pareille « .

Au cours des années qui suivirent, la famille Thériault retrouva une vie paisible. Après l’exorcisme, la peau de Maurice redevint lisse, il ne saignait plus et semblait même détendu. Il était redevenu l’homme que sa famille avait toujours connu. Mais en 1991, Ed reçut un appel inquiétant de Nancy:  » Ed, je dois te parler. Maurice redevient bizarre. Du sang coule de ses yeux. Il fait des choses étranges et il est menaçant « .

Un jour, comme sa femme devait s’absenter, Maurice déclara qu’il allait s’étendre au sous-sol. Mais lorsque Nancy rentra chez elle, il bondit par la porte de la cuisine, un fusil de chasse de calibre 12 à la main. Quand il s’approcha d’elle, Nancy empoigna le fusil et ils se battirent un moment, chacun essayant d’arracher l’arme des mains de l’autre. Puis Maurice la frappa avec la crosse et Nancy, terrorisée, sortit précipitamment de la maison pour chercher du secours.

Nancy Thériault

Nancy Thériault

Alors qu’elle courait, une balle l’atteignit au bras et une seconde fit exploser la fenêtre du salon. Comme elle s’éloignait Maurice se précipita derrière elle en courant puis il la força à rentrer et l’obligea à s’asseoir juste en face de lui:  » Il a dit: tu te souviendras de ça. Il s’est assis sur l’autre sofa, devant moi, à environ deux mètres. Il essayait de mettre l’arme dans sa bouche, il la bougeait comme s’il se battait contre quelqu’un.

Finalement, il l’a mise dans sa bouche et a tiré. Sa tête a bougé d’avant en arrière, son corps a reculé et la seule chose que j’ai dite à ce moment-là c’est: Amen « . Aucune explication n’a pu être trouvée pour expliquer les divers phénomènes dont il fut victime.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: