Les Pouvoirs Psychiques de Nina Kulagina

Nina KulaginaVers la fin des années 1960 le monde découvrit Nina Kulagina, une médium russe qui semblait posséder d’impressionnants pouvoirs psychiques. Des manifestations de ses capacités furent enregistrées à plusieurs reprises par les caméras de télévision et des scientifiques l’étudièrent pendant plus de vingt ans sans que personne ne puisse jamais expliquer le phénomène.

Petite DécorationNée le 30 juillet 1926, Ninel Sergeyevna Kulagina avait 14 ans à peine lorsque les nazis commencèrent à assiéger Leningrad et tout comme son père, son frère, sa sœur et de nombreux adolescents de son âge, elle rejoignit l’Armée Rouge pour aider à sa défense. Le siège dura 900 jours, et il fut particulièrement éprouvant pour la population. La ville était dévastée par les bombes et les tirs d’artillerie, l’eau et l’électricité étaient coupées, les rations journalières de pain n’étaient que de cent dix grammes et parfois, l’hiver, les températures descendaient à quarante degrés en dessous de zéro. Durant cette période, Nina fut envoyée sur la ligne de front, occupant le poste d’opérateur radio dans un char, et elle s’y distingua de telle manière qu’elle devint sergent-chef. Puis, grièvement blessée par un obus, le combat prit fin pour elle. Quelques années plus tard, Nina, complétement rétablie, se maria, puis elle eut un fils, et pendant près de 20 ans, elle connut une vie presque ordinaire.

Les Pouvoirs de Nina

Nina Kulagina

Nina Kulagina

Depuis toujours, Nina possédait certaines capacités qui lui permettaient de deviner les maladies dont souffraient les gens qu’elle rencontrait grâce à une image mentale qui s’imposait dans son esprit mais elle ignorait qu’elle pouvait faire bouger des objets à distance. Un jour, alors qu’elle marchait dans son appartement, bouleversée et particulièrement énervée, une carafe se déplaça soudainement vers le bord de l’étagère du buffet où elle était rangée et tombant sur le sol, elle se brisa en mille morceaux. Suite à cet incident, de nombreux phénomènes commencèrent à se produire. Parfois, les lumières s’allumaient ou s’éteignaient d’elles-mêmes et des objets se mettaient à bouger, qui semblaient venir vers elle  » comme s’ils étaient devenus des êtres vivants.  » Ces manifestations ressemblaient en tous points à l’activité d’un poltergeist, elles survenaient toujours lorsque la jeune femme était en colère, mais elles ne troublaient en rien Nina dont la mère présentait déjà des capacités similaires et qui en conclut tout naturellement que ce genre de pouvoir se transmettait. Puis, se demandant si elle ne pouvait pas influencer les phénomènes d’une quelconque manière, elle tenta de se concentrer sur les objets, et peu à peu, elle parvint à exercer une sorte de contrôle.

En 1964, une dépression nerveuse obligea Nina à rentrer en maison de repos. La jeune femme, qui s’ennuyait, passait beaucoup de temps à coudre, et quand elle décidait de changer de fil, elle en choisissait un dans sa boite à couture, qui était remplie de bobines de différentes couleurs, sans même tourner les yeux vers elle. Les médecins, qui s’aperçurent rapidement de cet étrange phénomène, en informèrent des parapsychologues locaux et l’année suivante, une fois remise de sa dépression, Nina accepta leur proposition de participer à certaines expériences. Lors des séances qui s’en suivirent, les observateurs purent constater que la jeune femme pouvait  » voir  » les couleurs en les touchant du bout de ses doigts et qu’elle possédait également de spectaculaires pouvoirs de guérison, soignant des blessures en passant simplement sa main au-dessus de la plaie.

A cette époque, Nina parvenait à contrôler de petits objets au prix d’immenses efforts. Par exemple, quand elle s’asseyait à une table et qu’elle fixait une boite d’allumette, un morceau de pain ou un verre de vin pendant une longue période, elle parvenait à le faire bouger sans le toucher. Au début elle tentait de repousser les objets, puis, à force d’entrainement, elle parvint à les attirer, mais le phénomène n’était pas instantané et des heures de concentration étaient parfois nécessaires.

Des scientifiques russes commencèrent alors à s’intéresser aux capacités de Nina, surtout à ses facultés psychokinétiques, qui lui permettaient de déplacer des objets à distance. Ils lui firent passer différents tests, et les résultats de ces expériences furent tellement impressionnants que craignant probablement pour sa sécurité, ils lui demandèrent de changer de nom. Pendant plusieurs années, Nina fut donc obligée d’utiliser le pseudonyme de Nelya Mikhailova afin de se protéger.

nina-kulagina-experience

Le biologiste Edward Naumov fut l’un des premiers à l’étudier. Lors d’une expérience il renversa une boîte d’allumettes sur une table et tendant ses mains au-dessus d’elles, la jeune femme commença à se concentrer, tremblant sous l’effort. Alors brusquement, toutes les allumettes se déplacèrent vers le bord de la table, avant de tomber sur le sol, une après l’autre.

Pour parvenir à faire bouger quelque chose par la seule force de son esprit, Nina devait parvenir à faire le vide dans sa tête puis elle se concentrait sur l’objet. Quand une forte douleur irradiait sa colonne vertébrale et que sa vision se floutait, alors elle savait qu’elle était prête. La jeune femme s’entrainait sans relâche, tentant de contrôler ses pouvoirs, et ses progrès étaient rapides. Certains affirmèrent qu’il n’y avait rien dans ses démonstrations qu’un magicien de scène n’aurait pu accomplir, mais encore aurait-il fallu prouver qu’elle truquait les séances, et ils en furent incapables.

Étude du Phénomène Nina

Étude de Nina Kulagina

En 1968, des histoires commencèrent à se répandre en Europe de l’Ouest et aux États-Unis qu’une médium russe, Nina Kulagina, possédait de surprenantes facultés. Au cours de la même année, des films furent diffusés à la première conférence internationale de parapsychologie de Moscou, qui montraient la jeune femme faisant bouger des objets, apparemment grâce à la seule force de son esprit, et pendant une courte période les scientifiques occidentaux furent invités à l’étudier, dans l’espoir qu’ils confirmeraient les rapports déjà établis par leurs confrères soviètiques.

Nina acceptait aisément les diverses propositions qui lui étaient faites d’étudier ses talents. Lorsqu’elle avait le temps de se livrer à une certaine préparation ses performances étaient meilleures mais mais si des chercheurs passaient la voir à l’improviste chez elle, les résultats restaient concluants. Généralement, lors des séances, des objets étaient posés sur une surface plane, qui pouvait être constituée de n’importe quelle matière sans que le phénomène n’en soit affecté, puis Nina s’asseyait sur une chaise, ou restait debout devant la table, immobile, et elle commençait à se concentrer. Au bout d’un certain moment, qui allait de quelques secondes à plusieurs heures, elle tendait les mains vers l’objet, les arrêtant à quelques centimètres, et la plupart du temps, le mouvement se déclenchait. Elle pouvait ensuite écarter les mains sans que le phénomène ne s’arrête. Les objets, qui étaient choisis par les expérimentateurs, variaient considérablement en poids et en forme, et suivant leur composition, certains étaient plus faciles à animer que d’autres. Lorsqu’ils se déplaçaient, ils progressaient lentement, parfois de manière saccadée, mais à vitesse constante.

Nina pouvait agir sur plusieurs objets en même temps et les faire se déplacer dans différentes directions, n’en choisir qu’un seul et le faire bouger, changer la trajectoire d’un objet en mouvement, contrarier la mesure d’une balance, modifier la lumière émise par des cristaux liquides, faire brûler certaines choses etc… Un certain champ électrique semblait se produire autour des objets, mais leur température ne variait jamais.

Avant chaque expérience et durant leur déroulement, un certain nombre de précautions étaient prises pour s’assurer que Nina ne se servait pas d’un aimant ou de fils cachés, comme certains l’avaient suggéré, mais rien n’était jamais trouvé. Pour une mystérieuse raison, les sceptiques et les observateurs hostiles semblaient gêner l’apparition des phénomènes et si Nina finissait néanmoins par parvenir à les produire en leur présence, elle mettait beaucoup plus de temps. Un orage pouvait bloquer ses pouvoirs, un écran l’embarrassait, et il lui était impossible d’influencer un objet placé dans le vide.

Le Dr Zdenek Rejdak, un éminent scientifique tchèque qui appartenait à l’Institut Militaire de Prague, testa personnellement Nina et il rapporta le résultat de ses observations dans la version tchèque du journal la Pravda:  » Je suis allé dans la famille de Kulagina le 26 février au soir. M. Blazek, un ami de l’éditeur, était avec moi, ainsi que le Dr Sergeyev et un médecin, le Dr JS Zverev. Son mari, un ingénieur, était également présent. Le Dr Zverev a donné à Mme Kulagina un examen physique très complet. Les tests avec des instruments spéciaux ont échoué à montrer une indication quelconque sur la présence d’aimants ou de tout autre objet caché.

Nous avons vérifié la table à fond et nous avons souvent demandé à Mme Kulagina de changer de position à la table. Nous avons passé une boussole autour de son corps, de la chaise et de la table avec des résultats négatifs. Je lui ai demandé de se laver les mains. Après s’être concentrée, elle a fait tourner l’aiguille de la boussole plus de dix fois, puis l’ensemble de la boussole et son coffret, une boite d’allumettes et une vingtaine d’allumettes à la fois. J’ai placé une cigarette en face d’elle. Elle l’a faite bouger en un coup d’œil. Je l’ai déchiquetée par la suite, et il n’y avait rien à l’intérieur. Entre chaque série de tests, elle était physiquement examinée par le médecin.  »

Dans une expérience filmée à Moscou, qui avait été mise en place par un groupe de physiciens bien connus, plusieurs objets non magnétiques furent disposés à l’intérieur d’un grand cube de plexiglas, qui avait été conçu par les scientifiques pour contrer les critiques des sceptiques. Lors de cette séance, plaçant ses mains à quelques centimètres du cube, la médium fit danser les différents objets d’un côté à l’autre du récipient de plastique.

Nina Kulagina et la Boite

Nina et la Boite

Selon le professeur Robert Tocquet, membre de l’Institut Métapsychique International, qui put lui-aussi observer Nina:  » Il suffit, par exemple, qu’elle promène doucement la main au-dessus d’un tas d’allumettes pour qu’elles se rassemblent et glissent le long de la table. Elle a également déplacé de la même façon un saladier placé entre des assiettes, sans que celles-ci ne bougent. Elle est parvenue aussi à faire mouvoir simultanément cinq cigarettes disposées verticalement sous un large cube de plexiglas, donc manuellement inaccessibles. Bien entendu on chercha des fils invisibles, on radiographia Nelya et on la soumit à des appareils de détection ultra-sensibles pour découvrir s’il existait un truc génial qui, habilement dissimulé, lui aurait permis de réaliser ses prouesses, mais ce fut en vain.  »

Lors d’une expérience filmée, Nina parvint à faire léviter une balle de ping-pong, qui plana dans les airs pendant quelques secondes avant de retomber sur la table.

Nina Kulagina

Lévitation de la Balle

Lors d’un autre test, réalisé par différentes autorités scientifiques, un bol de verre fut rempli de fumée puis retourné et posé sur une table devant la médium. Se tenant à distance, Nina réussit à couper le nuage de fumée en deux, comme s’il était une matière solide. Parfois, des marques de brûlures apparaissaient sur ses mains, sur les objets qu’elle fixait ou sur les personnes qu’elle touchait, qui restaient visibles pendant plusieurs heures. Lors d’une émission de télévision, elle démontra ce phénomène, faisant apparaitre une brûlure rouge vif sur le bras d’un journaliste après lui avoir tenu le poignet pendant deux ou trois minutes.

Si un film était attaché autour de sa tête lorsqu’elle utilisait ses pouvoirs, alors des sortes d’étincelles apparaissaient sur le négatif, sauf sur la partie posée contre son front, qui restait pratiquement intacte. Le docteur VF Shvetz révéla une autre de ses extraordinaires capacités, rapportant l’avoir vue faire apparaitre les lettres A et O sur du papier photographique et soulignant que parfois, elle parvenait à y imprimer l’esquisse d’une image qu’elle avait vue auparavant.

Pour le professeur Tocquet, une expérience avait réussi à prouver ses facultés sans qu’aucun doute ne puisse être toléré:  » La plus extraordinaire démonstration confirma ses pouvoirs sans discussion possible. On mit dans un saladier en verre de l’eau salée dans laquelle un œuf fut cassé avec précaution, et l’on demanda à Nelya, placée à 1,80 m du saladier, de séparer le blanc du jaune sans aucune intervention manuelle. Ce qu’elle fit après des efforts et un épuisement qui se traduisirent par une perturbation de tous ses tracés électriques cérébraux. Après quoi elle réunit à nouveau le jaune et le blanc.  »

Le Dr Genady Sergeyev, qui travaillait dans un laboratoire militaire de Leningrad, se livra pendant plusieurs années à des études sur l’électricité dégagée par le cerveau de Nina, qui était tout à fait inhabituelle. Il avait également mis au point un dispositif permettant d’enregistrer les champs électrostatiques et magnétiques, qu’il plaçait à une distance d’environ un mètre de son corps, sans aucun contact direct avec elle. Les régions occipitales de son cerveau produisaient un voltage cinquante fois supérieur à celui détecté dans ses parties frontales et lorsque des objets placés devant Nina commençaient à bouger, les puissants champs magnétiques présents autour de son corps s’animaient également, adoptant le même rythme que son cerveau ou que son cœur. D’une étrange manière, tout son pouvoir se trouvait concentré dans l’axe de son regard:  » Je crois que ces vibrations des champs de force entourant le corps de Mikhailova agissent comme des ondes magnétiques. Au moment où ces vibrations ou ces ondes se manifestent, elles obligent l’objet que frappe le regard de Mikhailova, même s’il n’est pas magnétique, à se comporter comme s’il était magnétisé. C’est pourquoi l’objet en question est, soit attiré vers elle, soit repoussé.  »

Nina en Laboratoire

Nina en Laboratoire

Si les phénomènes observés étaient incroyables, une autre expérience, plus spectaculaire encore mais discutable d’un point de vue éthique, allait faire la gloire de Nina. Comme les enquêteurs avaient pu constater son emprise sur les choses inertes, ils décidèrent de tester ses pouvoirs sur les êtres vivants. Le 10 mars 1970, dans un laboratoire de Leningrad et devant de nombreux scientifiques, dont le Dr Sergeyev, Nina tenta d’arrêter les battements cardiaques d’une grenouille qui flottait dans une solution, puis de la réanimer. Après avoir intensément concentré ses pouvoirs sur le cœur de l’amphibien, Nina lui ordonna de battre plus vite, puis plus lentement, et des électrocardiogrammes enregistrèrent ces variations, confirmant qu’il réagissait à ses ordres. Puis, douze minutes après le début de l’expérience, elle l’arrêta complétement. A ce moment-là, l’électrocardiogramme enregistra une soudaine augmentation de l’activité électrique, comme l’aurait fait une décharge. Malheureusement, contrairement à ses espérances, elle ne parvint pas à ranimer la grenouille, comme elle disait l’avoir fait avec des poissons qui flottaient le ventre en l’air dans leur aquarium, apparemment morts.

A la fin de chacune de ses séances, Nina Kulagina se sentait profondément exténuée. Son visage était pâle, son pouls imperceptible et son cœur présentait une certaine arythmie, atteignant parfois 240 battements à la minute. Les différents examens pratiqués confirmaient les changements dans son organisme, montrant une augmentation de la glycémie, des perturbations endocriniennes et une perte de poids qui pouvait aller jusqu’à 2 kilos. Elle ressentait de fortes douleurs dans ses pieds, ses jambes, le haut de son dos et sa nuque, et son corps se trouvait affaibli comme s’il avait subi un choc considérable.

Si de nombreuses personnes avaient pu assister aux incroyables démonstrations de Nina, toutes ne croyaient pas en ses pouvoirs et elle était violemment critiquée. Certains affirmaient qu’elle était utilisée comme objet de propagande par les autorités soviétiques dans la guerre froide qui les opposait aux USA, d’autres voyaient en elle l’arme secrète du KGB et de nombreux journaux, comme le Times ou la Pravda, l’accusaient de fraude, affirmant qu’elle effectuait ses tours en se servant d’aimants et de fils cachés. La plupart du temps, les auteurs des articles n’avaient même pas pris la peine de se déplacer pour observer les phénomènes avancés, ils n’avaient pas non plus jugé utile de rencontrer Nina, mais comme ils avaient du mal à y croire, ils rapportaient les déclarations des sceptiques.

Nina Kulagina Pravda

La Pravda

A la même période, Nina commença à recevoir de nombreux appels téléphoniques qui avaient tout du harcèlement. Le public ne connaissait pas son vrai nom, elle se présentait toujours comme Nelya Mikhailova, mais ceux qui lui téléphonaient semblaient particulièrement bien renseignés, ce qui rendait ces appels d’autant plus inquiétants. Certains soupçonnèrent le KGB, d’autres affirmèrent que l’histoire avait été inventée pour entourer Nina d’un peu plus de mystère, mais bientôt ces appels devinrent si nombreux que des scientifiques, inquiets, décidèrent de la cacher quelque part, à l’extérieur de Leningrad.

A la fin des années 1970, Nina fit une attaque cardiaque qui faillit lui être fatale. Les médecins lui recommandèrent alors de réduire son activité, ce qu’elle fit, continuant néanmoins à travailler en laboratoire. En 1987, Nina, qui était mère de trois enfants et grand-mère de huit petits-enfants, gagna son procès contre un magazine qui l’accusait d’avoir fraudé en prétendant posséder des pouvoirs, et qui avait publié  » des informations diffamatoires et obscènes qui, de l’avis du demandeur, étaient nuisibles à son honneur et à sa dignité.  » Nina continua à participer à des expériences jusqu’à sa mort, en 1990, et certains supposèrent alors que toutes ces séances, qui l’épuisaient et ruinaient sa santé, avaient précipité sa disparition.

Sources: Mysterious People etc…

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: