Les Photos de Fantômes les plus Troublantes

De nombreuses photographies de fantômes présumés circulent sur Internet. Si certaines sont franchement drôles et incontestablement truquées, d’autres sont bien plus troublantes. Je vous propose de découvrir quelques uns de ces clichés.

Lord Combermere

Lord Combermere

Lord Combermere

Cette photographie de la bibliothèque de l’Abbaye de Combermere fut prise par Sybell Corbet en 1891. La silhouette d’un homme se devine, assis dans le fauteuil de gauche. Sa tête, son col et son bras droit reposant sur l’accoudoir sont clairement discernables. Cette apparition serait le fantôme de Lord Combermere.

Lord Combermere était un commandant de la cavalerie britannique et il s’était distingué dans plusieurs campagnes. Il mourut en 1891, après avoir été heurté par un chariot tiré par des chevaux. Au moment où la photographie fut prise, l’enterrement de Lord Combermere avait lieu, à environ six kilomètres de là.
A cette époque, il fallait énormément de temps pour prendre un cliché, et Sybell Corbet mit une heure à réaliser celui-ci. Certains suggérèrent qu’un serviteur ou un membre de la famille avait brièvement pu s’assoir dans la fauteuil, créant ainsi ce double transparent, mais cette idée fut réfutée par la famille du défunt, qui assura que tout le monde se trouvait à l’enterrement de Lord Combermere au moment de la prise.

La Dame Brune de Raynham hall

La Dame Brune

La Dame Brune

Cette photographie de La Dame Brune de Raynham Hall est sans doute la plus célèbre et la mieux considérée des photos de fantômes. L’apparition serait celle de Lady Dorothy Townshed, épouse de Charles Townshend, qui était connu pour son tempérament violent. L’histoire se passe au 16e siècle. Avant son mariage, Dorothy avait été la maitresse de Lord Wharton mais son mari la soupçonnait de continuer à entretenir cette relation. Quand ses doutes se confirmèrent, Charles enferma sa femme dans l’une des chambres de Raynham Hall, à Norfolk, en Angleterre.
Lady Dorothy Townshed serait morte de la variole en 1726, mais des rumeurs affirmèrent que son enterrement n’était qu’un simulacre et que la malheureuse restait toujours prisonnière de son mari, qui la retenait captive quelque part, dans un coin reculé de la maison.

Au début des années 1800, le roi George IV, qui séjournait à Raynham, vit la silhouette d’une femme vêtue d’une robe marron debout près de son lit. En 1835, le colonel Lotus et un certain Hawkins, qui étaient en visite pour les fêtes de Noël, rapportèrent avoir vu La Dame Brune une nuit, alors qu’ils s’approchaient de leurs chambres, soulignant sa robe marron. Le lendemain soir, Loftus affirma l’avoir aperçue une nouvelle fois. Elle était vêtue d’une robe de satin marron, sa peau était éclatante, d’une pâle luminescence mais à la place de ses yeux, se trouvaient les trous sombres de ses deux orbites vides. Ce témoignage entraina le départ de plusieurs membres du personnel.

En 1836, le capitaine Frederick Marryat, ami de Charles Dickens et auteur d’une série de romans populaires, demanda à passer la nuit dans la chambre hantée de Rayham Hall afin de prouver sa théorie qui soutenait que la hantise était l’œuvre de contrebandiers qui souhaitaient éloigner les curieux. En 1917, Florence Marryat raconta l’expérience de son père:

Frederick Marryat

Frederick Marryat

 » Il prit possession de la pièce dans laquelle le portrait de l’apparition était accroché et où elle avait souvent été vue. Il y dormait chaque nuit, un revolver chargé sous son oreiller. Pendant deux jours, il ne vit rien. Cependant, la troisième, deux jeunes hommes frappèrent à sa porte alors qu’il se déshabillait pour aller au lit, et lui demandèrent de venir jusqu’à leur chambre, qui se trouvait à l’autre bout du couloir, pour leur donner son opinion sur une nouvelle arme qui venait d’arriver de Londres. Mon père était alors en chemise et en pantalon, mais comme l’heure était tardive et que tout le monde s’était retiré pour se reposer, sauf eux-mêmes, il les accompagna tel qu’il était. Comme ils quittaient la salle, il attrapa son revolver  » au cas où vous rencontreriez La Dame Brune « , dit-il en riant. Lorsque l’inspection de l’arme fut terminée, les jeunes hommes, dans le même esprit, déclarèrent qu’ils allaient accompagner mon père  » au cas où vous rencontriez La Dame Brune « , répétaient-ils en riant aussi. Les trois hommes retournèrent donc ensemble.

Le couloir était long et sombre, les feux avaient été éteints, mais comme ils atteignaient le milieu de celui-ci, ils virent la lueur d’une lampe venir vers eux d’une autre extrémité.  » Une des dames qui va visiter les pépinières,  » murmurèrent les jeunes Towshend à mon père. Maintenant, les portes des chambres de ce couloir se faisaient face, et chaque chambre avait une double porte avec un espace au milieu, comme c’est le cas dans de nombreuses maisons d’autrefois. Mon père, comme je l’ai dit, était en chemise et en pantalon seulement, et sa modestie le faisait se sentir mal à l’aise, aussi se glissa-t-il dans l’une des portes extérieures (et ses amis en firent autant), afin de se cacher jusqu’à ce que la dame soit passée.

Je l’ai entendu décrire la façon dont il la regardait approcher par la fente de la porte, jusqu’à ce que, comme elle était assez proche pour lui permettre de distinguer les couleurs et le style de son costume, il reconnaisse la silhouette comme la copie du portrait de La Dame Brune. Il avait le doigt sur la détente de son révolver et il était sur le point de lui demander de s’arrêter et de donner la raison de sa présence là-bas, lorsque la silhouette s’arrêta d’elle-même devant la porte derrière laquelle il se trouvait et, maintenant la lampe allumée, elle lui sourit d’une manière malveillante et diabolique. Cet acte rendit mon père, qui était loin d’être un agneau, si furieux qu’il s’élança dans le couloir d’un bond, et libéra le revolver en plein visage. L’apparition disparut instantanément – la silhouette que trois hommes avaient regardée ensemble pendant plusieurs minutes – et la balle traversa la porte extérieure de la chambre de l’autre côté du couloir, et se logea dans le panneau intérieur. Mon père n’essaya plus jamais d’interférer avec La Dame Brune de Raynham.  »

En 1926, Lord Townsend indiqua que La Dame Brune avait été vue dans l’escalier par son fils et son ami. L’identification de la figure fantomatique avait été possible grâce au portrait de Lady Dorothy, que l’on décida d’accrocher dans la chambre hantée.

Le 19 septembre 1936, le capitaine Hubert C. Provand, un photographe londonien travaillant pour le magazine le Country Live et son assistant, Indre Shira, prenaient quelques clichés de Raynhall Hall pour un article. Ils avaient déjà pris une photo de l’escalier principal et ils se mettaient en place pour en prendre une seconde quand Shira remarqua  » une forme vaporeuse prenant progressivement l’apparence d’une femme « qui descendait les escaliers vers eux. A ce moment-là, Provand enleva rapidement le capuchon de l’objectif et Shira appuya sur l’interrupteur pour activer le flash de l’appareil photo. Plus tard, quand le négatif fut développé, la fameuse image de la Dame Brune apparut.

Peu de temps après, l’enquêteur psychique Harry Price interrogea les deux hommes et il commenta son entrevue ainsi:  » Je vais dire que j’ai été impressionné. On m’a raconté une histoire toute simple. M. Indre Shira a vu l’apparition descendant les escaliers au moment précis où le capitaine Provand avait la tête sous le drap noir. Un cri et le bouchon était retiré et la lampe flash enclenchée, avec le résultat que nous voyons maintenant. Je ne pouvais pas vérifier leur histoire, et je n’avais pas le droit de ne pas les croire. Seule une collusion entre les deux hommes pourrait prouver que cette photo de fantôme est un faux. Le négatif est entièrement vierge de toute falsification.  » Par la suite, il y eut, bien évidemment, de nombreux sceptiques qui suggérèrent que le capitaine Provand et Indre Shira avaient truqué l’image, mais aucun ne put en apporter la preuve.

Freddy Jackson

Freddy Jackson

Freddy Jackson

Cette photo date de 1919 mais elle ne devint connue qu’en 1975, lorsque Sir Victor Goddard, un officier de la RAF à la retraite, la fit publier.
La photo présente un portrait de groupe de l’escadron de Goddard, qui avait servi durant la Première Guerre Mondiale au centre de formation HMS Daedalus. Derrière l’un des aviateurs placé dans la rangée du haut, le quatrième à partir de la gauche, se distingue clairement le visage d’un autre homme, qui n’aurait jamais du s’y trouver. Ce visage serait celui de Freddy Jackson, un mécanicien de l’armée de l’air qui avait été tué accidentellement par une hélice d’avion deux jours plus tôt. La photo avait été prise le jour de ses funérailles, et les membres de l’escadron reconnurent aisément leur ancien camarade. Ils supposèrent alors que Jackson n’avait pas vraiment compris qu’il était mort, et qu’il s’était présenté, tout naturellement, pour la photo de groupe.

Le Fantôme assis à l’Arrière

Le Fantôme Assis à l'Arrière

Le Fantôme Assis à l’Arrière

Le 22 mars 1959, à Ipswich, en Angleterre Mme Mabel Chinnery était allée visiter la tombe de sa mère et elle avait apporté avec elle son appareil photo pour prendre quelques clichés de sa pierre tombale. Ceci étant fait, Mme Chinnery était revenue vers la voiture et comme il lui restait de la pellicule, elle avait pris une photo impromptue de son mari qui l’attendait à l’intérieur.
Mais une fois la pellicule développée, ils s’aperçurent que quelqu’un, que l’on distinguait très clairement assis sur la banquette arrière, s’était invité dans leur voiture et Mme Chinnery reconnut immédiatement sa mère. Un expert qui examina l’impression détermina que l’image de la femme n’était ni un reflet, ni une double exposition.  » Je parierais ma réputation sur le fait que cette image est authentique,  » déclara-t-il.

Le Fantôme de l’Escalier en Tulipe

Le Fantôme de l'Escalier en Tulipe

Le Fantôme de l’Escalier en Tulipe

Le révérend Ralph Hardy, un ecclésiastique à la retraite de White Rock, en Colombie Britannique, prit cette célèbre photo en 1966, alors qu’il tentait de photographier l’élégant escalier en tulipe de la Maison de la Reine, au Musée Maritime National de Greenwich, en Angleterre. Lors du développement, l’image révéla une étrange silhouette qui semblait monter les escaliers, tenant la rampe de ses deux mains, une silhouette qui ne s’y trouvait pas lorsque le révérend avait pris la photo.
Les experts qui examinèrent le négatif, parmi lesquels certains de Kodak, en conclurent qu’il n’avait pas été falsifié. Mais cette surprenante photo n’est pas le seul phénomène inexpliqué à avoir été rapporté au musée. Parfois, des portes se fermeraient toutes seules, des touristes seraient pincés par des doigts invisibles, les chants d’une chorale d’enfants se feraient entendre, et une silhouette de femme épongerait frénétiquement du sang au pied de l’escalier en tulipe. La légende raconte que 300 ans auparavant, une femme de ménage se serait jetée du plus haut de la rampe, se tuant après une chute de 15 mètres.

Récemment, un employé discutait autour d’un thé avec deux de ses collègues quand il vit la porte de l’une des salles se refermer toute seule. Au début, il pensa que c’était l’un des conférenciers mais:  » Puis je vis une femme traverser le balcon en glissant et passer à travers la paroi du balcon ouest. Je ne pouvais pas croire ce que j’avais vu. J’ai commencé à me sentir glacé et les poils de mes bras et de mon cou se sont hérissés. Nous nous sommes tous élancés dans la pièce les Présents de la reine et nous avons regardé en bas, vers la Chambre de la Reine. Quelque chose a traversé l’anti-chambre et est passé à travers la paroi. Ensuite, mes collègues se sont sentis gelés eux-aussi. La dame était vêtue d’une robe de crinoline d’un blanc-gris classique.  »

Le Spectre de Newby Church

Le Spectre de Newby Church

Le Spectre de Newby Church

J’ai hésité à présenter cette photographie, que je trouve très spéciale, pour ne pas dire caricaturale. Certains lui auraient d’ailleurs reproché d’être trop bonne pour être vraie. Mais elle a été prise par le révérend KF Lord en 1963, et j’aime à penser qu’un homme d’église ne s’amuserait pas à fabriquer de faux fantômes. Ce jour-là, le révérend se trouvait dans l’église de Newby, en Angleterre, et il affirma que rien n’était visible à l’œil nu lorsqu’il prit ce cliché de son autel. Pourtant, quand le film fut développé, l’étrange silhouette encapuchonnée se trouvait dessus. D’après les calculs de certains qui auraient analysé les proportions de la silhouette par rapport aux objets, le spectre mesurerait dans les 2m70. La photo a été examinée par des experts, qui ont assuré que l’apparition n’était pas le résultat d’une double exposition.

L’église de Newby a été construite en 1870, et jamais aucun fantôme n’y a été signalé. Le village ne connait, par ailleurs, aucune maison hantée ou autre phénomène particulier.

La Madone de Bachelor’s Grove

La Madone de Bachelor's Grove

Le Fantôme de Bachelor’s Grove

Le 10 août 1991, plusieurs membres de la Ghost Research Society, la GRS, décidèrent de visiter le Bachelor’s Grove, un petit cimetière abandonné qui était réputé pour être des plus hantés. Il existait plus de 100 témoignages différents qui rapportaient des phénomènes étranges, des apparitions, des sons inexpliqués, des boules de lumière rougeoyantes, des silhouettes dans des vêtements de moines et l’esprit jaune éclatant d’un homme.

Ce jour là, Mari Huff, membre de la GRS, prit quelques photos en noir et blanc avec une caméra infrarouge à haute vitesse dans une zone où le groupe avait connu quelque anomalie avec leur équipement. Une fois le film développé, elle s’aperçut que l’une de ces photos laissait apparaitre une jeune femme vêtue de blanc assise sur une pierre tombale. Certaines parties de son corps étaient translucides.

Le fantôme d’Alcatraz

Fantôme Alcatraz

Le Fantôme d’Alcatraz

En avril 2014, Sheila Sillery-Walsh et son compagnon Paul Rice, tous deux originaires de originaire de Birmingham, passaient des vacances aux États-Unis. Ce jour-là, ils visitaient la célèbre prison d’Alcatraz et son atmosphère étouffante oppressait Sheila. Alors qu’ils suivaient une visite audio de l’endroit, elle s’arrêta un moment pour prendre un instantané de la fenêtre d’un bloc de visite vide sur son iPhone mais quand elle regarda la photo sur son portable, elle s’aperçut alors que la silhouette sombre d’une femme s’était invitée sur l’image. Immédiatement elle leva les yeux et regarda à travers la vitre, mais personne ne se trouvait dans la salle: » J’ai tout de suite su que la femme sur la photo était un fantôme. «

Sheila montra alors la photo au personnel de la prison, mais personne ne semblait connaitre cette étrange femme qui semblait d’un autre âge. Pour le moment, aucune explication n’a pu être apportée.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: