Les Loups-Garous, la Vraie Histoire: Peter Stumpp

Loup-Garou

Lorsque l’on parle des cas de lycanthropie, il est impossible de ne pas mentionner Peter Stumpp, Le loup-garou de Bedburg, l’un des plus célèbres et des plus sinistres loup-garou de l’histoire.
Cette affaire est particulièrement bien renseignée car que des documents de l’époque sont miraculeusement parvenus jusqu’à nous. En 1590, à Londres, avait été produite une brochure de seize pages, traduite d’un ouvrage allemand dont aucune copie n’a jamais été retrouvée. En 1920 Augustus Montague Summers découvrit une version anglaise de l’ouvrage. Il décrivait la vie de Peter Stumpp et les crimes dont il avait été accusé ainsi que son procès et il comprenait de nombreuses déclarations de témoins et de voisins. Summers introduisit la brochure dans un livre sur ses travaux, Le loup-garou. Les documents originaux semblent malheureusement avoir été perdus depuis. Voici l’histoire de Peter Stumpp, que l’on connait aussi sous le nom de Peter Stumbb, dont la légende raconte qu’il était encore sous sa forme de loup-garou juste avant d’être capturé.

La vie de Peter Stumpp

La vie de Peter Stumpp

Vers la fin du 16e siècle, la ville de Bedburg, en Allemagne, fut terrorisée par une créature qui massacrait le bétail et trucidait femmes et enfants avec une cruauté indicible. Les habitants étaient choqués et effrayés, ils se pensaient victimes d’un démon furieux sorti tout droit des enfers ou, ce qui était tout aussi terrible, d’un loup-garou sanguinaire.

Peper Stumpp avait vu le jour dans le petit village d’Epprath, tout près de la ville de Bedburg. La date exacte de sa naissance n’est pas connue car les registres des églises locales ont été détruits durant la Guerre de Trente Ans (1618-1648). En 1582, Peter Stumbb était un riche fermier qui prospérait au sein de la communauté rurale de Bedburg. Il était veuf, père de deux enfants, une fille appelée Beele (Sybil) d’une quinzaine d’années et un fils d’âge inconnu. Il entretenait apparemment une relation intime avec Katharina Trump, une parente éloignée. C’était un homme respecté de ses concitoyens, et sa richesse lui assurait une certaine influence.

A l’époque, les catholiques et les protestants étaient en guerre, ce qui avait amené les armées des deux religions à Bedburg. La Peste Noire sévissait sur la ville, et la mort n’était pas une étrangère pour les habitants de la région.
Depuis de nombreuses années, les paysans qui habitaient les environs de Bedburg constataient, impuissants, les mystérieux décès qui décimaient leur bétail. Régulièrement, ils découvraient leurs bêtes sauvagement éventrées. Ils avaient, tout naturellement, soupçonné des loups, probablement affamés, d’être les auteurs de ces massacres.
Puis les enfants commencèrent à disparaitre de leurs fermes et de leurs maisons, et les jeunes femmes des chemins qu’elles empruntaient quotidiennement. Certains n’étaient jamais retrouvés mais, parfois, on découvrait leurs corps horriblement mutilés.
La panique gagna alors la communauté. Si certains accusaient toujours les loups d’être responsables de ces tueries, d’autres prétendaient qu’elles étaient l’œuvre d’une créature bien plus sournoise. Un loup-garou se dissimulait probablement parmi eux sous sa forme humaine, puis se transformait en loup afin de satisfaire ses ignobles appétits, qui semblaient d’ailleurs se développer au fil des années.
Les villageois s’armèrent afin de se protéger de cette créature malfaisantes et de nombreuses parties de chasse furent alors organisées en vain.
En 1589, après avoir retrouvé le corps d’une nouvelle femme enceinte éventrée, les hommes étaient sortis traquer la bête une nouvelle fois quand soudain, ils aperçurent la silhouette d’un loup qui marchait sur deux pattes. Ils jetèrent leurs chiens sur l’animal, qui finit par capituler et se rendre. Mais, à leur grande surprise, la créature qui se tenait devant eux n’était pas un loup. C’était un homme, un homme qui portait une étrange ceinture en peau de loup et qui s’appelait Peter Stumpp.

Les tortures pratiquées sur Peter Stumpp pour lui faire avouer ses méfaits furent parmi des plus terribles et des plus sinistres. Après avoir été écartelé, il reconnut avoir pratiqué la magie noire depuis l’âge de douze ans et il affirma que diable lui avait donné une ceinture magique, ce qui lui permettait de se transformer en  » un loup affamé, un loup vorace, fort et puissant, avec de grands yeux qui brillaient comme du feu dans la nuit, une grande bouche pourvue de dents pointues et cruelles, un corps gigantesque et des pattes puissantes « . Le retrait de la ceinture lui permettait de revenir à sa forme initiale.
Il déclara avoir été un  » buveur de sang insatiable  » durant vingt-cinq ans. Il s’était gorgé de chèvres, d’agneaux et de moutons mais aussi d’hommes, de femmes et d’enfants. Sous la menace, il admit avoir tué et mangé quatorze enfants et deux femmes enceintes dont il avait arraché le fœtus de leurs ventres et  » mangé leur cœur haletant et chaud « . Organes qu’il décrira plus tard comme des friandises. L’un des quatorze enfants était son propre fils, dont il avait dévoré le cerveau. Lors de son interrogatoire, il affirma aux autorités:  » Le cerveau a été la plus grande délicatesse dans toute ma vie « .
Il raconta qu’une fois, il avait repéré deux hommes et une femme qui se promenaient à l’extérieur des murs de la ville de Belburg. Quand ils étaient passés devant lui, il s’était caché en s’accroupissant derrière des broussailles puis il avait appelé l’un des hommes par son nom et lui avait expliqué qu’il avait besoin d’aide pour scier du bois. Quand le jeune homme l’avait rejoint, ils étaient hors de vue, Stumpp lui avait alors défoncé la tête. Comme son ami ne revenait pas, le deuxième jeune homme était parti à sa recherche et il avait été tué à son tour.
Craignant un danger, la femme avait commencé à s’enfuir mais Stumpp avait réussi à la rattraper. Les corps violentés des deux hommes avaient été retrouvés, mais celui de le femme ne le fut jamais. Après l’avoir violée et tuée, Stumpp l’avait apparemment complétement dévorée. Au total, le nombre de ses victimes se montait à dix-huit.

L'exécution de Peter Stumpp

L’exécution de Peter Stumpp

Peter Stumpp fut donc accusé de meurtres périodiques et de cannibalisme, mais également d’inceste, car il avait eu des rapports avec sa fille Sybil. Certains prétendent que son fils était issu des viols perpétrés sur sa fille mais je n’ai pas plus de renseignements sur ce sujet et je vous signale ce détail à titre informatif. Par ailleurs, la liaison qu’il entretenait avec sa parente éloignée était également considérée comme incestueuse selon le droit en vigueur et tous trois furent condamnés à mort. En plus de tous ces méfaits, l’accusé admit également avoir eu des rapports avec une succube qui lui avait été envoyée par le diable.
L’exécution de Peter Stumpp, de sa fille Sybil et de sa maitresse Katharina eut lieu le 31 octobre 1589 et ce fut l’une des plus insoutenables exécutions jamais vue. Peter Stumpp avait été condamné à subir le supplice de la roue. Après avoir été attaché sur la roue, la peau de son torse avait été arrachée en dix endroits à l’aide de pinces rouges et brûlantes, puis ses bras et ses jambes avaient été écorchés. Ses membres avaient été ensuite brisés avec le côté non tranchant d’une hache, pour l’empêcher de revenir de la tombe, puis il avait été décapité et brûlé sur un bûcher. Sa fille et sa maitresse avaient déjà été écorchées vives et étranglées et leurs corps furent livrés aux flammes en même temps que celui de Stumpp.
Afin de mettre en garde les populations, les autorités locales érigèrent un poteau où fut placée la roue qui avait servi à torturer l’accusé. Elle était maintenant ornée d’une silhouette de loup et tout en haut, trônait la tête coupée de Peter Stumpp.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: