L’Horreur d’Enfield

Au début des années 1970, un monstre terrifia les habitants d’Enfield, dans l’Illinois. Alien, démon ou mutation génétique, personne ne connaissait vraiment sa nature mais L’Horreur d’Enfield (The Enfield Horror) était l’une des plus étranges créatures jamais observée.

Petite DécorationDans le sud de l’Illinois, s’étend une région recouverte de vastes forêts, qui était autrefois appelée la  » Cuisine du Diable  » par les amérindiens et les premiers colons. Un nombre impressionnant d’incidents inexpliqués s’y produisaient, et des sons étranges, des boules de lumière, des apparitions, et autres phénomènes inquiétants étaient souvent rapportés par ceux qui la traversaient.

Le 25 avril 1973 en début de soirée, Greg Garett, un jeune garçon, jouait dans son jardin quand soudain une terrifiante créature bondit sur lui, lacérant ses chaussures de tennis et l’une de ses manches. Alors, criant hystériquement, l’enfant s’enfuit en courant vers sa maison. La chose avait  » au moins trois jambes,  » une peau grisâtre, un épiderme gluant, des griffes courtes et des yeux rougeâtres.

Peu de temps après, vers 21h30, M. et Mme McDaniel rentraient chez eux quand ils découvrirent que leurs deux enfants, Lil et Henry Jr les attendaient derrière la porte, visiblement effrayés. Dès qu’ils pénétrèrent dans la maison, les enfants leur expliquèrent comment, en leur absence, quelque chose avait tenté de pénétrer dans la maison par la porte et par la fenêtre du climatiseur et ils discutaient toujours de l’incident quand soudain un grattement s’éleva de la porte d’entrée. Pensant qu’il s’agissait d’un animal errant quelconque, Henry McDaniel ouvrit la porte sans se douter de ce qui l’attendait. Debout sur le perron, se tenait une monstruosité qui le fixait de ses yeux rougeoyants, celle qui avait terrifié ses enfants une heure auparavant. Stupéfait, l’homme recula machinalement de quelques pas puis reprenant brusquement ses esprits, il claqua violemment la porte et courut jusqu’au placard pour y récupérer la lampe torche et le pistolet de calibre 22 qui y étaient rangés.

Henry rejoignit ensuite sa femme et ses enfants, qui l’attendaient dans l’entrée, et persuadé de trouver la mort en défendant les siens, il rouvrit la porte. L’incroyable chose se tenait toujours sur le perron de la maison, lui prouvant qu’elle n’était en rien une hallucination.  » Elle avait trois jambes, un corps courts, deux petits bras courts qui sortait de sa poitrine et deux yeux roses gros comme des lampes de poche. Elle faisait un mètre quatre de hauteur, elle était de couleur grisâtre… et elle essayait de rentrer dans la maison!  »

Terrifié, l’homme ouvrit le feu sur la créature, la touchant du premier coup, mais au lieu de s’effondrer sur le sol l’horrible chose, qui ne semblait nullement blessée,  » siffla comme un chat sauvage.  » Il tira trois autres coups de feu, sans plus de succès, puis aussi incroyable que cela puisse paraitre, la créature s’enfuit dans la nuit, parcourant 15 mètres en trois sauts étonnants, et elle disparut dans les broussailles qui bordaient la ligne ferroviaire en face de la maison.

Voie Ferrée Enfield

Secoué par cette rencontre peu commune, Henry décida d’appeler les autorités locales mais quand les policiers arrivèrent sur place, les seules preuves de sa bonne foi étaient quelques rayures sur le devant de la maison et des empreintes bizarres dans le jardin. Les enquêteurs observèrent les différentes traces, remarquant que les empreintes ressemblaient à celles d’un chien qui aurait eu trois pattes, deux fortes et une fine, pourvues de six orteils chacune, puis ils repartirent sans oser dire à M. McDaniel qu’ils ne croyaient pas un mot de son histoire. De retour au poste de police, ils apprirent qu’un petit garçon avait été attaqué en début de soirée par une créature en tous points semblable à celle des McDaniel mais loin de faire vaciller leur opinion, cette information les laissa perplexes. Quelques recherches furent néanmoins effectuées, mais comme aucune monstrueuse créature à trois pattes n’était retrouvée, l’affaire fut rapidement classée.

Pendant quelques jours, personne ne signala quoi que ce soit, au grand soulagement de M. McDaniel qui avait été fortement ébranlé par l’expérience, mais durant la nuit du 5 au 6 mai il se trouva brusquement réveillé par les hurlements de certains chiens du quartier. Inquiet, il se leva immédiatement et prit son arme à feu, puis se dirigeant vers la porte d’entrée il l’ouvrit, le cœur emplit d’une terrible appréhension. La créature était à quelque distance, elle marchait tranquillement le long de la voie ferrée, et peut-être ne l’avait-elle pas remarqué car elle continua à avancer sans se soucier de sa présence.  » J’ai vu quelque chose bouger sur la voie de chemin de fer, et là elle s’est arrêtée. Je n’ai pas tiré sur elle ou quoi que ce soit. Elle a recommencé à descendre la voie ferrée. Elle n’était pas pressée ni rien.  »

L’histoire se répandit alors que M. Henry McDaniel avait vu une monstrueuse créature et la presse se fit l’écho de l’affaire, surnommant la chose  » L’Horreur d’Enfield.  » Une multitude de journalistes et de curieux, parmi lesquels se trouvaient des spécimens des plus dangereux, affluèrent alors dans la petite ville et s’ils étaient très enthousiastes, il se montraient également très intrusifs. Dépassé par les événements, Joy Poshard Jr., le shérif d’Enfield, menaça alors M. McDaniel de le mettre en prison pour incitation à la panique s’il continuait à raconter son terrifiant récit.

Enfield Dépôt Abandonné

Dépôt Abandonné près de la voie de Chemin de Fer

Le 8 mai, les amateurs de sensations fortes, parmi lesquels se trouvaient des spécimens des plus dangereux, se firent plus nombreux encore. Des chasseurs de monstres, qui semblaient s’être armés pour la guerre, avaient envahi la ville et ils patrouillaient près de la voie ferrée, dans la zone où la créature avait été signalée. Se voyant dans l’obligation d’intervenir, le shérif envoya son adjoint, Jim Clark, arrêter cinq jeunes hommes qui prétendaient avoir tiré sur une chose grise qui courait dans les sous-bois, les accusant d’être une menace pour la sécurité publique et de violer la législation de la chasse. Deux de ces hommes, Mike Mogle et Roger Tappy, qui étaient originaires d’Elwood, dans l’Indiana, expliquèrent qu’ils avaient découvert une créature grisâtre dissimulée dans les broussailles et qu’ils avaient tiré sur elle sans lui causer le moindre mal. La chose s’était alors enfuie dans le sous-bois tout proche et courant à une vitesse folle, elle avait aisément échappé à ses poursuivants. Le shérif Poshard, inquiet de voir la sécurité de ses concitoyens menacée, retourna menacer Henry McDaniel à plusieurs reprises sans parvenir à le faire taire. L’homme était persuadé qu’une créature dangereuse se dissimulait quelque part près de la ville, et il tenait à le faire savoir.

Le dimanche 6 mai 1974, Rick Rainbow, alors directeur de la station de radio WWKI à Kokomo, dans l’Indiana, cherchait un certain endroit avec trois de ses amis quand soudain il aperçut quelque chose de gris, qui mesurait environ un mètre quarante de hauteur, près d’une maison abandonnée non loin du domicile des McDaniel. La créature, qui se déplaçait naturellement vite, se mit alors à courir dans les bois tout proches et des quatre hommes la perdirent rapidement de vue. Cependant, comme elle s’éloignait, elle poussa un cri strident que Rick parvint à enregistrer sur son magnétophone.

Loren ColemanUne enquête fut alors menée par Loren Coleman, un cryptozoologiste de renommée mondiale, qui prétendit avoir lui-aussi entendu le cri déchirant de la créature alors qu’il se trouvait près de la maison abandonnée.  » Je suis allé à Enfield, j’ai interviewé les témoins, regardé le parement de la maison que le Monstre d’Enfield avait endommagé, j’ai entendu quelques hurlements, qui ressemblaient aux cris d’une banshee, j’ai pris des photographies et j’en suis reparti perplexe.  »

Au mois de juillet 1974, le Fate Magazine publia un article de Loren Coleman et Jerone Clark, qui présentait L’Horreur d’Enfield. Des enquêteurs firent alors remarquer que l’apparition du monstre avait suivi une vague d’ovnis, certains suggérèrent que son agressivité envers les humains laissait à penser qu’il était un démon, et d’autres soulignèrent sa similitude avec la créature du Mont Vernon, une bête mystérieuse et bondissante qui terrorisait les populations locales dans les années 1941-1942 et qui était soupçonnée avoir tué et mutilé de nombreux animaux dans la région. Les observations cessèrent brusquement, comme elles avaient commencé, sans que personne ne puisse jamais expliquer L’Horreur d’Enfield.

Source: American Monsters.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: