Les Dossiers Warren: L’affaire Stamford

Ed et Lorraine WarrenVers la fin des années 90, une famille qui résidait à Stamford fut brusquement victime de manifestations paranormales. Cette famille ayant désirée garder l’anonymat, les noms qui suivent sont fictifs pour la plupart mais l’histoire est néanmoins réelle. Je vous propose de découvrir une enquête peu connue d’Ed et Lorraine Warren: L’affaire Stamford.

En 1998, à Stamford, dans le Connecticut, Bruce et Shelly, un couple aux revenus modestes, cherchaient à acheter une maison assez grande pour y élever leurs trois enfants, Julie, Jackie et Michael, âgés respectivement de 16, 14 et 9 ans.
Lorsqu’ils visitèrent pour la première fois la vieille bâtisse, Shelly ressentit un étrange malaise et le sentiment que quelque chose de mauvais se dissimulait à l’intérieur l’envahit brusquement mais comme la maison était spacieuse et le prix demandé particulièrement raisonnable, aussi la jeune femme chassa-t-elle rapidement ces pensées négatives, se disant que ses appréhensions étaient probablement dues aux traces de l’incendie récent qui se devinaient encore sur les murs extérieurs.

En septembre 1998, Bruce et Shelly aménagèrent dans leur nouvelle maison de Stamford et les phénomènes inexplicables commencèrent presque immédiatement. Le jeune Michael fut le premier à s’en plaindre. Il affirma tout d’abord avoir été touché par quelque chose d’invisible, puis s’être fait tirer les cheveux, avoir été piqué, et il rapporta ensuite que ses draps avaient été tirés de son lit alors qu’il était dedans.
Au début, ses parents ne prêtèrent guère attention à ses propos, pensant simplement que le jeune garçon faisait preuve d’une imagination débordante, mais peu de temps après, la mère de Shelly vint les visiter et elle déclara que durant la nuit, elle avait aperçu trois esprits juste devant la porte du salon, ce qui les troubla.
La nuit suivante, Jackie était allongée sur son lit quand soudain elle sentit des coups de poing la frapper à travers le matelas. Puis, un peu plus tard dans la journée, elle parlait au téléphone, assise sur ce même lit, quand brusquement le pied du lit se souleva et commença à se déplacer latéralement. La jeune fille prévint aussitôt alors sa mère qui se souvint de l’étrange sensation qu’elle avait eue en visitant la maison pour la première fois, et qui se dit que, finalement, cette impression était peut-être fondée. Les enfants semblants terrifiés, surtout le plus jeune, Shelly décida alors de faire appel à Ed et Lorraine Warren, les deux célèbres enquêteurs du paranormal, dont elle connaissait la réputation.

Le 2 décembre 1998, Ed et Lorraine Warren se rendirent au domicile de Bruce et Shelly afin d’y mener une enquête. Ils étaient accompagnés de Lee, une médium, de Mike Roberge et de l’un de ses associés dont le nom n’est pas connu.
En rentrant dans la maison, ils remarquèrent immédiatement la terrible atmosphère, forte et oppressante, qui y régnait et pendant que le collaborateur de Mike commençait à installer son matériel vidéo, l’équipe fit connaissance avec la famille.
Shelly, était une petite femme de 37 ans, énergique et pleine de joie de vivre qui travaillait comme infirmière, et Bruce, son mari, un technicien de 28 ans. Apparemment, les entités qui les tourmentaient semblaient surtout se concentrer sur les enfants et si les deux ainées parvenaient plus ou moins à y faire face, leur petit frère était terrorisé à chaque fois nouvelle manifestation.
La maison de deux étages qu’occupait la famille avait été construite au début des années 1800 et rénovée à plusieurs reprises. La rumeur voulait qu’à un moment donné elle ait été transformée en taverne, mais aucune preuve ne pouvait en attester. Elle était propre, elle semblait bien entretenue, et les Warren remarquèrent qu’aucun article religieux n’ornait les lieux. Bruce et Shelly dormait dans une chambre au premier étage qui se trouvait juste au-dessus de la porte d’entrée et les enfants possédaient tous leur propre chambre au second étage.

Vers 21h45, pendant que Lorraine, Lee, Mike et son collaborateur entreprenaient de visiter la maison, Ed commençait à recueillir les témoignages des différents membres de la famille. Au premier étage, il ne semblait pas y avoir grand chose d’anormal, sinon rien, au sous-sol une présence se faisait très vaguement sentir, mais au second étage, c’était une tout autre histoire. Alors qu’ils grimpaient l’escalier, le sentiment que plusieurs esprits étaient là se renforçait à chaque pas. Au sommet de l’escalier, se trouvait un petit couloir puis s’ouvrait la chambre de Jackie, la chambre verte. Dès qu’ils y pénétrèrent, un sentiment d’oppression accablant les submergea. Ce qui se dissimulait dans cette pièce n’était pas humain.
Un peu plus loin, il y avait la chambre de Julie, puis celle de Michael et enfin une pièce que Shelly avait reconvertie en serre et dont elle se servait pour faire pousser une petite forêt de différents types d’arbres et de plantes. Dans le couloir, il y avait une présence, mais cette présence ne semblait pas aussi néfaste, elle avait quelque chose d’humain. Dans la chambre de Julie ce sentiment était toujours présent mais bien moindre, et dans celle de Michael, il s’intensifiait un peu plus. La serre semblait être, et de loin, la pièce la plus paisible de la maison.

Une fois la visite terminée, les enquêteurs rejoignirent Bruce, Shelly et leurs enfants, qui étaient toujours en train de rapporter leurs observations à Ed, dans la cuisine. Lee et Lorraine s’assirent à la table mais quelques minutes plus tard, Lee se mit à trembler puis elle commença à se balancer d’un côté à l’autre. Sentant que l’un des esprits désirait rentrer en contact avec eux, Lee demanda rapidement un bloc de papier et un crayon et immédiatement, elle se mit à griffonner des mots. Ed émit alors le souhait de communiquer avec l’entité, et une conversation s’engagea par l’intermédiaire de l’écriture automatique. La retranscription complète de cette conversation fut enregistrée et sauvegardée sur disque. Les informations les plus pertinentes qui en ressortirent furent les suivantes: Trois esprits hantaient la maison. Il y avait Geoff, Mary et Emma. Geoff, qui avait apparemment occupé les lieux à une époque précédente, semblait fort remonté à l’encontre de la famille qui s’était installée dans ce qu’il estimait toujours être sa maison. Quelques recherches rapides apprirent aux enquêteurs que Geoff Roberts avait vécu dans la maison en 1888, avec sa femme Mary. Personne ne put savoir qui était Emma, ni pourquoi elle se trouvait là mais ils supposèrent qu’elle habitait avec eux autrefois.

La discussion dura une quinzaine de minutes après quoi Ed, Lorraine et Lee décidèrent de partir. Mike et son associé devant passer la nuit sur place, ils discutèrent avec la famille jusqu’à minuit, puis ils se retirèrent dans la chambre verte, qui avait été mise à leur disposition. Quelques minutes plus tard, ils entendirent des coups frappés sur les murs et ils en conclurent que cette manifestation venait de l’un des trois esprits qui habitaient la maison. Ce phénomène dura environ une heure puis un froid psychique envahit la pièce et ils sentirent brusquement une présence, hostile et maléfique, qui prit soin de ne pas se faire connaitre. Puis, comme rien d’important ne semblait plus se produire et que Mike devait aller travailler le lendemain matin, les deux hommes quittèrent la maison.

Deux jours plus tard, à 21h30, Mike et son collaborateur retournèrent sur les lieux et en pénétrant dans le hall d’entrée ils ressentirent à nouveau cette obscure puissance démoniaque qui semblait attendre, tapie dans l’ombre. Après avoir discuté un moment dans la cuisine avec Bruce, Shelly et Jackie, Julie n’était pas encore rentrée du travail et le jeune Michael était déjà dans son lit, les enquêteurs se rendirent à la chambre verte, qui semblait être l’épicentre des manifestations. Il était alors 23h30.
Pendant que son associé mettait en place sa caméra vidéo, Mike commença à jouer des Chants grégoriens et peu de temps après minuit, les premiers coups se firent entendre. Cette fois, les enquêteurs avaient décidé de tenter de communiquer, aussi demandèrent-ils aux esprits de leur répondre selon le schéma classique, un coup pour oui, deux coups pour non, et rapidement, une conversation s’établit. Bien que les coups soient légers, certains purent être captés par le caméscope. Au cours de ce bref dialogue, Geoff avoua aux deux hommes qu’il détenait Mary et Emma contre leur volonté. Les enquêteurs demandèrent alors à leur parler, mais l’esprit refusa. Ils avaient l’impression, bien celui-ci ne l’ait pas avoué, que Geoff était lui aussi contraint d’agir selon les directives d’une volonté extérieure. Rien d’autre ne leur fut révélé cette nuit-là, mais les coups sur les murs et le froid psychique ne commencèrent à s’apaiser que vers 4 heures du matin.
Tout comme la première fois, après avoir passé un moment dans la chambre verte, Mike se sentait épuisé, comme drainé de toute son énergie. Après avoir passé une heure allongé sur le sol, il se trouva brusquement dans l’impossibilité de rester éveillé, ce qui était contraire à ses habitudes. Alors qu’il sombrait dans le sommeil, les coups redoublèrent de violence puis soudain, ils s’arrêtèrent. Le lendemain, les enquêteurs se réveillèrent à environ 8 heures et quittèrent la maison sans qu’aucune autre activité ne soit notée.

Le jeudi 10 décembre Ed, Lorraine et Lee se rendirent à la maison avec l’intention de communiquer avec Geoff. Ce soir là, étaient également présents Bruce, Shelly, Jackie, Michael, qui dormait déjà, et un cousin de Shelly qui faisait une courte visite. C’était un homme solidement bâti qui travaillait comme agent de Police, mais il était terrifié par le surnaturel.

Pendant que Mike et son partenaire mettaient en place le caméscope, tout le monde prit place autour de la table de la cuisine. Lee était assise en tête de table, Lorraine était à coté d’elle et Ed près de Lorraine. Bruce se trouvait juste en face de Lee et Shelly et Jackie étaient près de lui.
Après que tous se soient installés, Lee commença la séance d’écriture automatique. Le mot Père vint en premier, suivi de Geoff. La séance débutait à peine que soudain, Geoff commença à devenir très violent, attaquant verbalement toutes les personnes présentes dans la pièce. Le langage utilisé était tellement vulgaire que tous les témoins en furent sidérés. Ed demanda alors à Lorraine de réciter la prière de Saint-Michel, mais dès qu’elle se mit à prier, Geoff se fit plus violent encore. Il commença par insulter Lorraine de façon obscène puis il  prit possession du corps de Lee et déchaina sa colère contre Ed. La jeune femme bondit brusquement de sa chaise, se jeta sur Ed et se mit à lui marteler la poitrine de ses poings. Toutes les personnes présentes durent intervenir pour arriver à la maitriser, et même avec l’aide du cousin de Shelly, ce fut une véritable lutte pour y parvenir.
Quand les choses se calmèrent, tout le monde décida d’aller dormir. Avant de partir, Ed, qui avait peur que la situation ne s’aggrave, demanda au cousin de Shelly s’il pouvait passer la nuit dans la maison mais le policier refusa catégoriquement, affirmant qu’il n’y resterait pour rien au monde. Fort heureusement, le reste de la nuit fut tranquille.

Le lendemain, après s’être rendu compte des capacités de Geoff et du pouvoir de l’entité maléfique, Ed décida de contacter un évêque pour lui demander d’exorciser la maison. Après avoir écouter son histoire, l’évêque lui donna son approbation et la date du lundi 14 décembre fut fixée.

Le 14 décembre, Mike et son équipier se présentèrent à la maison à 12H45. Ils mirent en place le matériel audio et vidéo puis ils attendirent. Deux enquêteurs du paranormal, qui ne faisaient pas partie du groupe, se trouvaient déjà sur les lieux mais le reste de l’équipe n’était pas encore arrivé. Bruce et Shelly avaient décidé d’assister à l’exorcisme mais ils avaient préféré envoyer leurs enfants chez de la famille et des amis. Dans la matinée, Shelly avait acheté un certain nombre d’objets religieux tels que des crucifix, des croix, des chapelets de perles et des colliers avec des croix pour que le Père les bénissent lors de sa venue.
Le Père, Ed, Lorraine et Lee arrivèrent vers 13h30. Le prêtre avait l’intention de bénir la maison, de procéder à son exorcisme puis il aviserait si nécessaire. Il avait été également envisagé que Geoff ou l’entité maléfique puisse tenter de posséder Lee au cours de la cérémonie, aussi un exorcisme avait-il été prévu pour elle aussi, le cas échéant.
Après quelques présentations d’usage, le Père commença une bénédiction de la maison. Traversant toutes les pièces, il les bénissait et les aspergeait d’eau bénite pendant qu’il avançait. Cette bénédiction dura une quinzaine de minutes, après quoi il commença rapidement l’exorcisme. L’ensemble du rituel était dit en latin. Presque immédiatement, Lee fut possédée et se mit à crier que l’exorcisme ne marcherait pas. Ses mots sonnaient comme une menace.

Cela ne faisait que quelques minutes que le prêtre avait commencé son exorcisme quand brusquement la médium devint incontrôlable si bien que la cérémonie se transforma rapidement en l’exorcisme de Lee. Les cinq hommes présents utilisèrent des liens pour l’attacher à une chaise solide et trois se placèrent près d’elle, pour pouvoir la maitriser si elle parvenait à se libérer mais également pour la protéger d’elle-même et l’empêcher d’agresser le Père.
Alors que le prêtre récitait l’exorcisme, la médium se montrait extrêmement difficile à gérer. Dès les premières minutes elle parvint à se libérer de ses liens, arrachant le pied d’une chaise à laquelle elle était attachée. Elle cassa littéralement la jambe de bois aussi facilement que s’il s’agissait d’un cure-dent, un sourire étrange sur le visage, puis elle se leva. Mike se tenait derrière elle, dos au mur, une personne était placée de chaque côté de sa chaise et il y avait deux personnes entre elle et le Père.
A certains moment de l’exorcisme, Lee rentra dans des accès de rage si violents que les cinq hommes ne parvinrent plus à les contrôler. Elle les repoussait comme s’ils n’étaient que de vulgaires poupées de chiffon. Imperturbable, le prêtre continua néanmoins son exorcisme durant une heure et demi, jusqu’à ce que la jeune femme semble apaisée.

Vers 15h30, le Père, Ed, Lorraine et Lee s’en allèrent, suivis des deux autres enquêteurs. Mike et son associé restèrent environ une trentaine de minutes afin de vérifier que la maison avait bien été bien exorcisée. Son partenaire estimait que la maison avait été délivrée, mais Mike n’en était pas sur. Il avait eu l’impression, durant l’exorcisme, que l’entité avait été affaiblie, mais qu’elle était toujours présente. Mike décida alors de laisser la famille sans leur faire part de ses doutes, et de voir ce qui se passerait au cours des prochains jours. Vers 16h15, après avoir dit au revoir à tout le monde, les deux hommes quittèrent la maison.

Le samedi 19 décembre, au cours de l’après-midi, l’associé de Mike reçut un appel de Shelly qui lui expliqua qu’une manifestation venait tout juste de se produire à l’instant. A 22 heures, Mike et son associé retournèrent dans la maison, ils discutèrent avec Bruce et Shelly jusqu’à 23h30 puis ils montèrent à la chambre verte, où l’esprit se montrait très actif ce soir-là. Des coups se faisaient entendre à de nombreux endroits différents de la pièce, principalement vers le milieu du mur du fond. Pourtant, quelque chose avait changé. L’atmosphère de la maison était différente, sans que les deux hommes ne puissent dire en quoi.

Vers 1h30, Mike commença à être épuisé, il se sentait drainé de toute énergie, et il lui était de plus en plus difficile de rester éveillé. Soudain, il sentit une présence dans la chambre et, sans qu’aucune communication ne soit véritablement établie, il comprit qu’Emma et Mary étaient venues leur dire au revoir. Apparemment, l’exorcisme avait affaibli l’entité maléfique qui ne parvenait plus à contrôler Geoff, qui avait, lui-aussi, perdu son pouvoir sur Emma et Mary. Cette manifestation devait être leur dernière car plus jamais elles ne furent signalées. Cette nuit-là, aucun autre phénomène ne fut rapporté, mais les coups continuèrent pendant 30 minutes après que Mike se soit endormi. Le lendemain matin, les enquêteurs quittèrent la maison vers 9 heures.

Le soir du mercredi 23 décembre, après un coup de téléphone de Shelly, Mike et son équipier effectuèrent une nouvelle enquête. Les deux hommes étaient inquiets car il s’était écoulé quelques jours depuis l’exorcisme, la créature maléfique semblait toujours présente et ils avaient peur que ses manifestations s’intensifient à l’approche de Noel. Ce soir là, ils arrivèrent sur les lieux un plus plus tard que d’habitude, vers 23 heures, puis ils discutèrent avec un moment avec Shelly avant de rejoindre la fameuse chambre verte. Les manifestations étaient intenses ce soir là. Les coups frappés étaient plus violents et ils semblaient se déplacer dans toute la pièce. Mike entendit également un nouveau son près du plafond, un bruit flottant, comme un battement d’ailes, juste au-dessus de l’endroit où se tenait son associé, qui rapporta également le même son tout près de lui. Ce bruit lui faisait penser à la triste affaire de Southington.
Comme à chaque fois qu’il se trouvait dans la chambre verte, Mike, épuisé, s’endormit tôt. Son équipier, qui était resté éveillé la majeure partie de la nuit, lui rapporta que des coups avaient été frappés en permanence.

Le lendemain, aucune enquête ne fut menée. En cette veille de Noël Julie avait été impliquée dans un grave accident de voiture et l’avant de son véhicule était sérieusement endommagé mais, fort heureusement, elle n’était qu’à peine blessée. Le lundi 28 décembre, après avoir examiné l’ensemble des phénomènes rapportés par Mike et son équipier, Ed et Lorraine décidèrent de demander au Père de procéder à un nouvel exorcisme et la décision fut prise de procéder à un exorcisme solennel.

Ce jour-là, le Père, Ed, Lorraine, Mike, son associé, et toute la famille étaient présents dans la maison. A la suite de cet exorcisme, qui fut réalisé sans difficulté majeure en une heure et demi, plus aucune activité ne fut jamais signalée dans la maison. Les enquêteurs contactèrent Bruce et Shelly à plusieurs reprises, qui confirmèrent que plus rien ne les tourmentait.

Source: 50 Years of Ghost Hunting and Research With the Warrens.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: