Le Hellfire Club de Montpelier Hill

Hellfire Club de Montpelier Hill

Au sommet de Montpelier Hill, une colline près de Dublin, en Irlande, se trouve une maison abandonnée qui servait autrefois de siège au Hellfire Club, un club très fermé dont les membres étaient réputés pour commettre les pires ignominies, parfois en présence du Diable, qui venait les visiter sous la forme d’un chat aux yeux de braise.

Petite Décoration

En 1725, William Conolly, porte-parole à la Chambre des Communes irlandaise, décida de faire bâtir un pavillon de chasse en haut d’une colline près de Dublin mais en creusant le sol les ouvriers découvrirent un ancien champ funéraire marqué d’un cairn et voulant tirer le meilleur parti des ressources possibles, ils utilisèrent quelques unes de ses vieilles pierres pour la construction de la maison, se servant de la plus grosse d’entre elles, un mégalithe, pour le linteau de la cheminée. Malheureusement, à peine le bâtiment était-il terminé qu’une terrible tempête se leva, dont les vents étaient si violents qu’ils en arrachèrent toute l’ardoise de la toiture, et des rumeurs se mirent à courir que le Diable s’était ainsi vengé de la profanation de l’ancien cairn. Le toit fut remplacé par une arche de pierre, laquelle était beaucoup plus solide et qui resta intacte pendant des siècles, mais M. Conolly n’eut que peu l’occasion de se servir de sa maison de Mount Pelier, comme il l’avait baptisée, car en 1729, il perdit la vie.

Le Hellfire Club de Montpelier Hill

Le Hellfire Club par James Worsdale

Le Hellfire Club par James Worsdale

En 1737, les membres d’un club privé, le Hellfire Club, demandèrent à louer le pavillon de chasse inoccupé de la famille Conolly, ce à quoi elle consentit. Par un étrange hasard, le terrain où se trouvait la maison avait été acheté à Philip, duc de Wharton, qui avait été obligé de se séparer de ses terres irlandaises pour éponger les dettes de sa vie dissolue et qui avait fondé le premier Hellfire Club à Londres en 1718.

Le Hellfire Club réunissait des personnes de qualité, des hommes et des femmes de la haute société et de la petite noblesse, des officiers de l’armée, des homme politique etc…, qui souhaitaient se livrer à des actes réprouvés par la morale en toute discrétion. Les membres raffinés de cette société se retrouvaient généralement le dimanche, en différents endroits de la capitale, ils parlaient poésie, philosophie ou politique et cherchaient la jouissance de toutes les manières possibles. Ils aimaient à dire qu’ils adoraient Satan, se présentaient eux-mêmes comme des démons et se moquaient des religions, organisant des simulacres de cérémonies, mangeant des plats aux noms blasphématoires ou s’habillant comme des personnages bibliques.

Mascarade Diabolique au Hellfire Club

Mascarade Diabolique au Hellfire Club

Parfois ils se déguisaient en moines et amenant avec eux des prostituées ou des dames de la haute société qui ne voyaient pas d’inconvénient à jouer les religieuses, ils se livraient à toutes sortes de débauches. Ils se montraient souvent hautains et détestables envers le peuple, qu’ils méprisaient profondément, et ils appliquaient autant qu’ils le pouvaient la devise du Hellfire Club:  » Fais ce qu’il te plait.  » Leur comportement était considéré comme une insulte aux commandements sacrés de l’église, un affront à Dieu Tout-Puissant et un danger pour les esprits et les mœurs des plus jeunes.

Au fil des années, de nouveaux sièges du Hellfire Club avaient été ouverts dans différentes villes d’Angleterre et d’Irlande, dont celui de Dublin, qui avait été créé deux ans plus tôt par trois adeptes du libertinage, Richard Parsons, Lord Blayney et James Worsdale, et dont l’emblème était un chat noir. Personne ne connaissait vraiment ses activités mais de nombreuses histoires circulaient dans la région, qui étaient plus abominables les unes que les autres et qui parlaient de beuveries, d’orgies, de blasphèmes, de cérémonies occultes, de violence, de Diable et de sacrifices de sang. Certaines étaient si réputées qu’elles finirent par être publiées.

Le Hellfire Club de Dublin

Le Hellfire Club de Dublin

Le club possédait plusieurs sièges autour de la ville, dont la taverne de l’Aigle sur Cork Hill où ses membres se réunissaient à l’occasion, s’asseyant autour d’une table circulaire sur laquelle avait préalablement été disposé un énorme bol de scaltheen, un mélange rance de whisky et de beurre fondu. Après avoir trinqué à la santé du Diable et bu à la damnation de l’Église et de ses prélats, les hommes versaient le scaltheen sur un chat noir, qu’ils avaient apporté pour l’occasion, et ils mettaient le feu à la pauvre créature. Un jour, un chat échappa à ses bourreaux et il courut dans la rue, hurlant de douleur et la fourrure en flammes, ce qui provoqua une grande panique parmi les témoins de cet abominable spectacle, qui crurent voir le Diable en personne fulminer devant eux.

Un autre de leurs lieux de rencontre était le Daly’s Club, à College Green. Quand les membres distingués du Hellfire Club s’y retrouvaient, généralement le matin après une nuit de beuverie, les volets étaient toujours soigneusement fermés afin de leur permettre de jouer aux cartes à la lueur des chandelles. Un jour, Buck Sheely fut attrapé alors qu’il trichait à quelque jeu de cartes et aussitôt un tribunal fut convoqué, qui était présidé par un juge anglais, lequel portait la peau, la queue et les cornes d’un taureau. L’accusé fut condamné à être jeté par la fenêtre de la salle de jeu, qui se trouvait au troisième étage, et sitôt la sentence exécutée la partie reprit comme si rien n’était. Le malheureux mourut des suites de ses blessures à l’automne suivant.

Richard Whaley

Richard Whaley

Les réunions du Hellfire Club de Dublin étaient officiellement présidées par Richard Whaley, un homme foncièrement anticlérical, un pyromane notoire qui était connu sous le nom de Brûle-chapelle car il aimait à faire flamber les églises catholiques, mais selon ses membres du club le Diable en personne dirigeait l’assemblée et s’il ne se montrait que rarement, une chaise était toujours laissée libre à son intention.

Une nuit, alors que le tonnerre grondait et que des rafales de vent faisaient vaciller la flamme des bougies, un éclair spectaculaire éclaira la maison de Mount Pelier d’une lumière spectrale et au même moment, quelqu’un frappa à sa porte. Habituellement, la venue d’un inconnu aurait du embarrasser ces messieurs du Hellfire Club, mais ce soir-là, il leur manquait un joueur pour leur partie de cartes, aussi ce visiteur inattendu était-il le bienvenu. Ils lui proposèrent de rentrer pour se protéger de la tempête, l’aidèrent à se débarrasser de ses affaires mouillées et lui désignant leur plus belle chaise, celle qu’ils gardaient habituellement pour leur illustre président, ils l’invitèrent à se joindre à leur table de jeu.

De nombreuses parties s’enchainèrent sans que l’inconnu ne prononce une parole mais d’une étrange manière, personne ne parut le remarquer. A un certain moment de la soirée, un joueur plus maladroit que les autres laissa tomber une carte sur le plancher et se penchant pour les ramasser il découvrit que les pieds de leur invité ne ressemblaient en rien à ceux d’un homme mais qu’ils étaient pareils aux sabots fendus d’une bête. Surpris, l’homme ne put retenir un cri et le Diable, se voyant démasqué, disparut dans une explosion de flammes, ne laissant derrière lui qu’une épouvantable odeur de souffre. Le président du Hellfire Club avait enfin honoré le siège qui lui était réservé et tous furent navrés de le voir partir si précipitamment.

Simon Luttrel

Simon Luttrel

Si la venue du Diable avait réjoui les hommes réunis ce soir-là, ses visites n’étaient pas appréciées de tous. Simon Luttrel, un membre du club, était réputé pour avoir vendu son âme en échange du paiement de ses dettes et la rumeur rapportait que par un astucieux stratagème, il parvenait toujours à échapper au démon quand ce dernier venait lui réclamer son dû.

Un jour, un jeune voyageur qui était hébergé dans une ferme voisine décida d’aller espionner le Hellfire Club de Mount Pelier. Il fut retrouvé mort le lendemain, couché sur le ventre dans un ruisseau de montagne. Son hôte, qui pensait que le garçon avait été assassiné, demanda à un membre du clergé de l’accompagner jusqu’au club et quand ils arrivèrent au sommet de la colline, la nuit tombait déjà. Ils frappèrent à la porte, vaguement inquiets, et un homme masqué entièrement vêtu de noir leur vint leur ouvrir, qui leur proposa de rentrer d’un geste. Ils s’avançaient timidement dans le hall quand soudain ils se retrouvèrent entrainés de force vers la salle à manger, où un banquet avait été préparé, et deux chaises leur furent présentées, sur lesquelles ils furent poussés sans ménagement.

Un majestueux chat noir prit alors place en bout de table et le prêtre remarqua, non sans effroi, que ses oreilles n’étaient pas droites comme elles auraient du l’être mais couchées comme des cornes. A ce moment-là, l’animal dut se sentir observé car son regard se porta sur l’ecclésiastique, qu’il toisa de ses grands yeux haineux. Épouvanté, le prêtre annonça son intention de quitter sur le champ cette assemblée démoniaque et il était en train de se lever quand soudain deux mains l’arrêtèrent, qui le repoussèrent sur son siège. Se rappelant soudainement de la petite bouteille d’eau bénite qu’il gardait toujours au fond de la poche, il la sortit rapidement, et commençant à réciter une prière d’exorcisme, il en jeta le contenu sur le chat. Alors brusquement, la panique sembla gagner l’assemblée et une épouvantable fumée se répandit dans la pièce. Des hurlements déchirants s’élevaient quelque part, qui lui semblaient tout proches mais dont il ne pouvait déterminer l’origine. Le prêtre, qui brûlait d’envie de s’enfuir, continua à prier jusqu’à ce que l’odeur de souffre et la fumée l’obligent à quitter la maison. Dehors, il retrouva l’agriculteur qui gisait sur le sol, le visage et le cou marqués de profondes griffures. Son état de confusion était tel que jamais il n’en émergea.

Peut-être n’était-ce qu’un hasard mais le lendemain de cette rencontre, la maison du Hellfire Club de Mount Pelier, qui était le repère de tous les vices depuis plus de vingt ans, se retrouva ruinée. Une messe noire venait d’être célébrée par un prêtre défroqué dans une des deux chambres de l’étage et la cérémonie se terminait dans l’ivresse et l’orgie habituelles lorsqu’un valet de pied apparut, qui tenait un plateau au bout de ses doigts. L’homme s’efforçait de faire son chemin à travers les corps emmêles quand soudain il trébucha et perdant l’équilibre il renversa un verre sur le manteau de Richard Whaley. S’indignant de tant de maladresse, le président du Hellfire Club, qui n’avait rien perdu de ses penchants pyromanes, versa son brandy sur le malheureux et sans hésiter il y mit le feu. Le valet se précipita dans les escaliers et avisant une tapisserie suspendue dans le hall d’entrée il l’arracha pour tenter d’éteindre les flammes. Quelques minutes plus tard, toute la maison brûlait. Ce jour-là, de nombreux membres du Hellfire Club périrent, qui étaient trop ivres pour s’échapper de la maison, mais Richard Whaley et quelques uns de ses compagnons survécurent en sautant par une fenêtre. Les habitants des villages environnants contemplèrent le bûcher sans oser s’en approcher, convaincus que la colère divine s’était enfin abattue sur ce lieu de perdition. Après l’incendie, le club déplaça son siège en bas de la colline, dans la maison de Killakee Stewards, et ses activités se firent plus rares.

Thomas Whaley

Thomas Whaley

Quelques années plus tard, en 1771, Thomas, le fils de Richard Whaley, rejoignit le Hellfire Club clamant son intention de défier Dieu et les hommes en se livrant à de délectables nocturnes. Reprenant les affaires en main, il transféra son siège dans la vieille maison aux pierres noircies de Montpelier Hill et le rebaptisa The Holy Fathers, Les Saints Pères, du nom que ses compagnons de beuverie et lui aimaient à se donner. Le club reprit alors ses activités et il se fit très vite une réputation pour ses messes noires et ses orgies homosexuelles. Durant cette même période, une rumeur courut que certains des gentilshommes du Hellfire Club avaient enlevé la fille d’un agriculteur et qu’après l’avoir assassinée, ils l’avaient mangée.

S’il participait aux festivités, Thomas avait une maîtresse, qu’il tenait bien à l’écart de ses extravagances. Il dilapida rapidement l’héritage de son père, mais il réussit à se faire une fortune plus bien grande encore en trichant aux cartes et en gagnant certains paris bizarres, comme aller à Jérusalem et en revenir en mois d’un an, ou sauter d’un balcon avec un étalon arabe pour atterrir dans un pré, dix mètres plus bas. A cette occasion, il tua l’animal mais remporta néanmoins la somme promise.

Thomas Whaley passa ainsi de nombreuses années à profiter des plaisirs de la vie puis il connut quelque revers de fortune et un jour, il se retrouva ruiné. Il tenta de se refaire aux tables de jeu comme il en avait l’habitude, mais la chance semblait l’avoir abandonné et ce fut en vain. Alors, quand il ne lui resta plus rien de son ancienne existence que ses souvenirs, soudain elle lui parut futile. Il avait dilapidé toute sa fortune sans jamais connaitre le bonheur, il éprouvait des regrets quand à certains de ses actes et plus il y songeait, plus les remords se faisaient insistants. Tourmenté en permanence, il finit par se tourner vers la religion qu’il avait si longtemps méprisée, espérant y trouver un certain réconfort, mais un jour qu’il se trouvait agenouillé dans la nef obscure de l’église de St Audoen, soudain le Diable lui apparut dans l’allée, qui se mit à ramper vers lui. Saisi d’effroi, il courut hors de bâtiment et quitta aussitôt l’Irlande.

Thomas s’installa avec sa maîtresse, dont il avait deux enfants, dans une maison qu’il avait faite construire sur l’Ile de Man, et il commença à rédiger ses mémoires, qu’il qualifiait d’Avertissement aux Jeunes Gens. A sa mort, le 2 novembre 1800, les journaux rapportèrent qu’il avait succombé à un rhumatisme articulaire aigu, mais certains prétendirent qu’il avait été poignardé par une femme après qu’elle et sa sœur se soient disputées ses faveurs. Pour une obscure raison, peut-être était-ce là un pari ou l’homme se réjouissait-il vraiment, lors de ses funérailles, un certain M. Robinson put être observé en train de danser sur son cercueil.

Après sa disparition, la famille Conelly vendit la maison, qui connut plusieurs propriétaires successifs avant de se retrouver dans les mains de l’état. Joseph Holt, un homme politique irlandais, raconta dans ses mémoires avoir passé une nuit dans ses ruines pendant la rébellion irlandaise de 1798:  » Je me suis couché dans la pièce sous les arches de ce remarquable bâtiment. J’étais confiant et sentais la protection du Tout-Puissant si bien que l’envoûtement et les histoires contenus dans ce lieu n’avaient qu’une légère emprise sur mon esprit . « 

La Hantise de Montpelier Hill

Hellfire Club de Nuit

Hellfire Club de Nuit

Les ruines du Hellfire Club étant ouvertes à tous, elles sont devenues un lieu de recherche privilégié pour les enquêteurs du paranormal et des visites sont régulièrement organisées. L’équipe de Ghost Adventures est venue y tourner un épisode spécial Halloween, que Zak Bagans a commenté en ces termes:  » L’une de mes plus terrifiantes expériences d’enquêteur a été la nuit au siège du Hellfire Club, perché sur la colline de Montpelier Hill, où des rituels sataniques sont toujours en cours aujourd’hui. « 

Les promeneurs disent souvent sentir une présence sombre en haut de la colline, une force maléfique qui se dissimulerait derrière les murs du Hellfire Club et dont la sulfureuse odeur flotterait parfois dans les airs. De nombreux esprits hanteraient l’endroit, dont certains qui tenteraient d’arracher les colliers, et plus particulièrement les crucifix, du cou des visiteurs, tirant si violemment sur leurs chaines qu’ils en briseraient certaines. Un énorme chat noir aux yeux de braise se montrerait parfois près de la maison abandonnée, qui serait celui exorcisé par le prêtre et qui n’aurait rien d’un fantôme.

La nuit, les cris et les lamentations de l’esprit tourmenté d’une jeune femme briseraient le cœur de ceux qui ont le malheur de l’entendre. D’après la légende, certains gentlemen du Hellfire Club s’étaient amusés à enlever une passante, puis ils l’avait placée dans un tonneau, ils y avaient mis le feu et l’avaient faite rouler jusqu’en bas de la colline, sous les regards amusés de leurs compagnons, qui se régalaient du spectacle depuis la maison.

La Maison de Killakee Stewards

Maison de Killakee Stewards

Au pied de Montpelier Hill se dresse une maison à deux étages, la Stewards House, qui a servi de siège au Hellfire Club pendant quelques années et qui serait plus hantée encore que la colline. En 1968, Margaret O’Brien et son mari Nicholas ont acheté la maison pour la transformer en centre d’art mais durant les travaux de rénovation plusieurs ouvriers qui habitaient sur le site se sont enfuis, prétextant avoir vu et entendu des fantômes, dont un nain, un gentleman indien, deux femmes vêtues comme des nonnes et un gros chat noir, qui apparaissait et disparaissait à volonté. Mme O’Brien ne croyait pas en toutes ces histoires, qu’elle trouvait même absurdes, et puis un jour elle a vu le monstrueux animal, qui était assis sur les dalles du couloir, juste en face d’elle. Toutes les portes de la maison étaient fermées à clef avant qu’il ne se montre, et elles l’étaient toujours après qu’il se soit volatilisé.

Les observations se sont enchainés durant toute la durée des travaux. Les phénomènes poltergeist étaient nombreux et la cloche du beffroi, qui était autrefois utilisée pour signaler l’heure du repas aux employés, sonnait toute seule, sans que rien ne puisse l’expliquer.

Un soir du mois de mars 1968, un ami du couple qui supervisait les rénovations, l’artiste Tom McAssey, travaillait dans une pièce de la maison avec deux autres hommes quand la température a commencé à baisser de façon alarmante et brusquement la porte s’est ouverte en grand, laissant apparaitre une silhouette floue dans l’obscurité. Pensant que quelqu’un leur jouait une blague, M. McAssey a invité l’inconnu à rentrer, lui criant qu’il pouvait le voir, mais au lieu de recevoir d’une réponse comme il s’y attendait, un grondement de colère s’est élevé des ténèbres et terrifiés, les trois hommes se sont enfuis de la salle par une autre porte, la faisant claquer derrière eux. Après s’être éloigné de quelques mètres, Tom McAssey s’est retourné et il a alors aperçu un chat noir qui se tenait immobile dans la pénombre de la pièce, dont la porte s’était mystérieusement rouverte, et qui le regardait méchamment de ses yeux rouges flamboyants.  » Je pensais que mes jambes ne pourraient pas me porter loin de l’endroit, avoua-t-il. Je me sentais vraiment mal.  » Tom McAssey a ensuite réalisé un portait de ce chat, qui est resté accroché pendant plusieurs années dans la salle à manger de la maison. La légende du Chat de Killakee venait de naitre.

Chat Noir du Hellfire Club

Chat Noir du Hellfire Club

Selon certaines rumeur, le chat de la maison de Killakee Stewards ne serait pas le même que celui de Montpelier Hill, il serait l’un de ces malheureux félidés que les membres du Hellfire Club avaient fait brûler en les aspergeant d’alcool et en y mettant le feu.

Suite à cette effrayante rencontre, le couple a fait exorciser le bâtiment, et les choses ont semblé se calmer pendant un temps mais en octobre 1969 des acteurs qui séjournaient au centre d’art ont affirmé avoir vu les esprits de deux femmes habillées comme des religieuses dans la galerie centrale. Une médium locale, Sheila St. Clair, a visité la maison l’année suivante et se servant de l’écriture automatique, elle serait parvenue à rencontrer en contact avec les âmes perdues de ces femmes, lesquelles lui auraient alors révélé avoir souvent participé aux sombres cérémonies du Hellfire Club de Montpelier Hill, où elles étaient connues comme Marguerite la Bienheureuse et Sainte Marie.

Vers la fin du mois de juillet 1970, un petit squelette, celui d’un enfant ou celui d’un nain, a été découvert dans une tombe dissimulée sous le plancher de la cuisine. La statuette en laiton d’un monstrueux démon avait été enterrée avec lui, laissant à penser que le pauvre garçon avait été sacrifié lors d’une messe noire. Un prêtre a alors été appelé, qui a lui donné une sépulture décente, et les manifestations ont cessé. Le bâtiment a servi de restaurant pendant quelques temps, puis il est devenu une résidence privée et si personne ne sait vraiment ce qui s’y passe de nos jours, le Chat de Killakee semble toujours rôder dans les environs.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: