Encyclopedia Tenebrae

Corbeau GrimoireJe vous propose une encyclopédie, partielle et partiale, une encyclopédie regroupant les lambeaux de savoir glanés au cours de ma longue existence, savoir nécessaire à tout Enfant des Ténèbres. Les novices y trouveront les bases de connaissances évidentes et obligatoires à leur survie. Les plus anciens d’entre nous n’ont plus besoin de cela, c’est évident… mais je pense que cela les fera sourire de se remémorer certains souvenirs égarés de leur début dans le monde de la nuit. De par mon expérience, beaucoup des sujets traités sont dédiés aux vampires et à leur mode de vie, mais vous y croiserez aussi quelques autres immortelles créatures qu’il m’a été donné de percevoir ou de rencontrer. Si vous trouviez un manquement grave à ce recueil, je vous serais gré de bien vouloir m’en faire part… Faites fi des Légendes dont les serres tenaces s’accrochent encore en l’esprit des mortels et des ignorants. Que les Ténèbres veillent sur vous…

Abremelin le Mage

Abremelin le Mage

Abremelin le Mage

Abremelin le Mage serait l’auteur d’un présumé grimoire, Le Rituel Magique, ou Livre d’Abremelin le Mage. Peu de vous étiez déjà nés en ces temps où, un sage juif, réputé magicien, vivait sur une colline dans le désert égyptien. Un kabbaliste, Abraham le Mage, qui avait été initié à Mayence par un rabbin et qui s’intéressait à la magie, s’était établi en Égypte, sur les bords du Nil, après avoir parcouru l’Europe et le Moyen-Orient. Ayant entendu parlé d’Abremelin, il lui rendit visite. Le vieux sage lui enseigna la magie et lui remit deux manuscrits contenant des formules rituelles magiques.

Abraham les ramena en Europe, à Venise, où il les traduisit de l’hébreu, et les publia, en 1458, accompagnés de commentaires. L’ouvrage fut bientôt divulgué à Prague, qui tenait lieu alors de capitale de la magie… Dans cet ouvrage, dédié à son fils, à qui  » il doit servir d’acheminement vers la véritable magie sacrée « , Abraham décrit les voies qui permettraient d’accéder à l’art magique, mais, surtout, à la connaissance de la kabbale sacrée.

Agartha, ou Agarttha

Selon certains occultistes, notamment Saint-Yves d’Alveydre et René Guénon, ce serait le centre du monde…
En cette souterraine cité, située au cœur de l’Asie, serait conservée la Vérité primordiale, sous la garde de grands initiés, les supérieurs inconnus, et de l’initié suprême, le maître du monde… Si cela était… Est-il vraiment nécessaire de vous conseiller de ne point tenir compte de cette histoire que certains, pour d’obscures raisons, s’obstinent à tenir pour réalité, mais de la nommer plutôt avec le terme beaucoup plus approprié de Légende…

Ail

Selon la définition du dictionnaire Larousse:  » Du latin al(l)ium. Plante monocotylédone (Liliacées) dont le bulbe est composé de caïeux (gousses d’ail) à odeur forte et saveur piquante utilisés comme condiment.  »
Si l’ail a la réputation d’éloigner les vampires (on peut observer en cette croyance, entre autres, combien les légendes sont tenaces), il était utilisé dans l’Antiquité (grecque et égyptienne) pour soigner la folie et guérir les morsures d’animaux (quelle coïncidence…),notamment des serpents, et l’on servait également à éloigner les mauvais esprits. Sachant ceci, il est aisé de remonter à la source de cette superstition…

Comme protection contre les vampires la tradition roumaine conseillait d’utiliser des chapelets d’aulx en les disposant autour des fenêtres et des portes des maisons que l’on veut protéger, et que l’on porte également une guirlande d’ail en collier afin de se prémunir contre l’éventuel assaut du vampire. Afin de rendre plus efficace la protection, il convenait, non seulement de disposer des fleurs d’ail, mais d’en frotter tous les objets usuels de la maison, ainsi que les cornes des animaux de ferme. Chaque mort soupçonné de pouvoir devenir vampire était d’ailleurs enterré une gousse d’ail dans la bouche. (Je vous laisse imaginer combien d’innocents et de nouveaux nés au monde de la nuit eurent à subir cet abject traitement…)

Quand à trouver une explication rationnelle expliquant la terreur inspirée aux vampires par cette plante,  » inoffensive  » au demeurant, la question reste posée. Certes, l’ail contient une substance (l’ajoène) qui modifie la composition chimique du sang, le rendant plus fluide… mais cette particularité ne suffit pas à expliquer la légende, et rendrait même la chose paradoxale.
Je ne puis, pour ma part, que regretter que certains vampires, particulièrement jeunes, inexpérimentés ou superstitieux, aient reculés devant un danger aussi irréel, leur terreur les menant parfois même à commettre des imprudences où il trouvèrent la mort, cautionnant ainsi de leur trépas une croyance aussi sotte.

Albert le Grand

Albert le GrandAlbert le Grand… Son nom résonne encore comme tabou de nos jours, chez le commun des mortel jusque dans les bibliothèques aux livres éclairés par la science des siècles écoulés. Une légende a été crée autour d’un homme et l’ homme est devenu une légende, …

Philosophe et savant allemand, il est né sur les bords du Danube au sein d’une illustre famille. Moine exemplaire et fervent admirateur d’Aristote, il enseigna la philosophie et la théologie dans plusieurs université d’Europe, notamment à Strasbourg, Paris et Cologne.

Passionné d’astrologie, d’alchimie et de magie, il le fut certes mais dans un esprit purement scientifique; sa curiosité et ses méthodes -il prônait l’expérience avant tout- furent en effet celles d’un savant.
Dans ses traités (vingt et un volumes), il faisait souvent allusion à la magie, et, sans l’avoir jamais pratiquée, il admettait l’existence de la magie naturelle, ou magie du bien. Il y rapportait également ses expériences sur les minéraux :  » Les pierres précieuses ont des vertus miraculeuses que n’ont pas les autres.  » Il croyait aussi au pouvoir mystérieux des astres sur les pierres et les hommes.
Dans De l’alchimie, mettant en garde les alchimistes, il leur conseillait de ne rien révéler de leurs recherches, de les effectuer au moment propice, de faire preuve de patience et de persévérance, et enfin de se tenir à l’écart des princes et des gouvernants.

On a prétendu qu’il avait réussi à fabriquer de l’or, et qu’il aurait construit un automate, l’androïde, qui lui servait d’oracle et qui aurait été détruit par son élève, Thomas d’Aquin. On a également attribué à Albert le Grand la paternité de deux grimoires, connus sous le nom, fort célèbre, du Grand Albert et du Petit Albert, mais il a été prouvé depuis que ces recueils de magie populaire, par ailleurs de qualité médiocre, sont apocryphes, et qu’ils furent écrits au XVIIe siècle, puis réécrits au XIXe.

La valeur d’Albert le Grand, en dépit des accusations de magie et de sorcellerie portées contre lui, a été reconnue par l’Église, qui en a fait, aussi étrange que cela puisse paraître, un saint, en 1931. Quelle est la part de réalité dans la légende? Nul ne le sait.

Alchimie

L’on appelle ainsi l’art magique de la transmutation des métaux vils en métaux nobles ( or ou argent) et, dans un sens plus vaste, l’art d’acquérir la vérité, la sagesse, la connaissance de soi et du monde… Ambitieux et vaste programme…

Alphabet Secret

L’Alphabet Secret est l’ensemble des signes utilisés en cryptographie, tout simplement…

Âme

Grande question s’il en est… Possédions-nous une âme lorsque nous étions mortels? Et, si tel était le cas, l’avons-nous perdue en devenant ce que nous sommes? Malgré toutes mes recherches, je n’ai aucune réponse à apporter… Tout au plus des doutes, dus à mes observations et à mon expérience… Je pense que chacun doit se forger sa propre opinion, tout reste encore à démontrer. Même si…

Amulette

Objet ou figurine que les mortels portent parfois sur eux et auquel ils attribuent une quelconque vertu magique. En effet, cet artefact est, à leurs yeux, un véritable porte-bonheur qui les protège contre les forces maléfiques… Belle et douce illusion qui ne nuit à personne…

Androgyne

Androgyne, est un personnage mythique, fils d’Hermès et d’Aphrodite, qui a comme particularité de réuni les deux sexe. En alchimie, il a été souvent utilisé comme symbole. Par extension, l’androgyne désigne l’initié, qui unit à son sexe masculin la féminité cosmique ou divine.

Ange

Ange RoyoLors des toutes premières discutions sur les anges, la difficulté fut de définir ce qu’ils étaient vraiment… Grand fut le trouble en les esprits… Définir était très important, aussi bien dans l’Europe du Moyen Age qu’au début du siècle précédent, car la raison apparaissait comme l’unique structure capable d’appréhender le caractère irrationnel du démoniaque. En d’autres termes l’on pensait que l’on pouvait parfaitement exercer un contrôle sur ce qu’on parvenait à nommer avec précision… Étrangement, la première question fut: le vampire est-il un ange déchu? La réponse immédiate était non, même si les anges déchus (êtres immatériels) pouvaient compter parmi eux l’intrépide Nick (démon incarné): en effet, les vampires possédaient des corps. Ce fut ainsi que l’on épargna aux anges ce type de malédiction, et aux vampires une étrange origine…

Animaux

Évidemment, le titre du sujet peut prêter à sourire au premier abord, mais le danger est plus réel que ce que l’on pourrait imaginer. Non qu’un animal puisse vous faire le moindre mal, du moins volontairement, cela va sans dire… Mais les animaux, dotés d’un sixième sens que les humains ne possèdent point, peuvent immédiatement sentir l’anormalité de votre essence surnaturelle, et, d’une manière plus générale, détectent toute chose sortant de l’ordinaire, le traduisant par un affolement remarquable et immanquablement remarqué. Ce qui pourrait amener sur vous d’indésirables regards suspicieux.
Il suffirait que la chose se reproduise pour que s’alimentent les rumeurs, et jouer avec les rumeurs est prendre un risque inutile, comme nous aurons l’occasion de le constater à maintes reprises. Ayez toujours en mémoire que vous ne devez vous faire remarquer sous aucun prétexte et prenez grand soin de vous tenir loin des animaux, surtout en public. Le plus grand péril n’est pas forcément celui que l’on croit et beaucoup pourraient en témoigner s’ils n’avaient pas été réduits en cendres.
Si l’on envisage les animaux sous un autre angle, l’on peut noter que les vampires peuvent, en cas d’extrême nécessité, se nourrir de leur sang. Certes, ce n’est ni noble, ni glorieux, ni même savoureux, mais combien ai-je rencontré de vampires dont la survie n’a tenu qu’à des rats… Ceci nous rappelle que, malgré tout, nous sommes bien peu de chose…

Argent

L’on raconte dans les campagnes, aujourd’hui encore, que l’un des moyens le plus sur pour se débarrasser immanquablement d’un vampire ou d’un loup-garou est de lui loger quelques balles en argent dans le corps… J’ai ouï dire que le moyen était efficace, je ne sais pour quelle obscure raison, contre les loups-garous. Quand aux vampires, je peux vous assurer, pour avoir moi-même testé du goût de l’argent, qu’il est absolument inoffensif, bien que fort désagréable… Il est évident que l’on peut rapprocher cette légende avec l’ancienne coutume roumaine qui consistait à placer une pièce en argent dans la bouche des défunts soupçonnés de vampirisme, ceci afin de les empêcher de mordre s’ils venaient à s’éveiller… Les mortels ont toujours fait preuve de beaucoup d’imagination en la matière.

Antéchrist

Personnage mythique de l’Apocalypse, qui doit apparaître sur terre peu avant la fin du monde pour y instaurer un régime de terreur, de persécutions et de destructions… Il sera vaincu par le Christ en personne, redescendu du ciel; puis les anges feront retentir les trompettes du Jugement dernier. Il est intéressant de souligner que chaque fois que l’humanité s’est trouvée livrée à la folie meurtrière d’un individu, certains ont cru y voir l’œuvre de l’Antéchrist.

Apparition

Une apparition est une présence immatérielle, soudaine et fugitive, le plus souvent d’une personne décédée, mais aussi de tout être, humain ou non, vivant ou non, et même d’objets. L’apparition a toujours fonction de message. Le terme, pratiquement synonyme de fantôme, ne doit pas être confondu avec la vision…

Pour la science, les apparitions relèvent du domaine des hallucinations individuelles ou collectives. (Comme à son habitude, face à un phénomène inexpliqué, la science donne sa réponse ultime: la maladie mentale, sa vieille explication, lamentable et consternante.) Pour la religion, les apparitions prennent le nom de miracles, pour la parapsychologie, l’apparition est un phénomène psy, et enfin, pour l’occultisme, elle est le signe d’une communication avec le monde astral. J’avoue, pour ma part, n’avoir aucune explication.

Apport

Lorsqu’un objet pénètre dans un lieu où se déroule une séance de spiritisme, en dépit des murs et bien que les portes et les fenêtres soient fermées, il est alors appelé  » apport « . Celui-ci, qui peut être de quelconque nature, dégage souvent une étrange chaleur… Lorsque l’ objet sort de la pièce, dans les mêmes conditions, pour se retrouver à l’extérieur, il est nommé, tout logiquement,  » emport « .

Arbre de Vie

L’ Arbre de Vie est une image, appartenant à l’iconographie de la kabbale, la représentation symbolique de l’univers et des voies permettant, soi-disant, aux mortels d’accéder au Divin.

L’ Arbre de Vie est construit autour de dix sphères (les séphirot) reliées entre elles et numérotées de 1 à 10. A son sommet, la sphère est celle du Divin, de la cause première, du Dieu initiateur; à sa base, la sphère 10 est celle de la Terre, de la matière, du corps physique. Les huit autres servant de relais dans la montée de l’homme vers le Divin.
Dans l’axe de l’arbre, au centre, la sphère 6 représente la sphère honnie, celle du Soleil, symbole de l’énergie et de la force vitale de Dieu. Plus bas, la sphère 9 relie le Divin au terrestre. De part et d’autre de l’axe, les sphères 2,4,7, à droite, symbolisent les forces divines masculines, positives et créatives, et les sphères 3,5 et 8, à gauche, les forces divines féminines, négatives et destructives.
J’en conclue donc que nous devons nous trouver à gauche du Grand Arbre de Vie… Au moins, pour une fois, nous avons trouvé notre place.

Arcane

Loi naturelle et cachée, mystère. En alchimie, l’arcane désigne toute opération hermétique dont le secret ne peut et ne doit être connu que des seuls initiés. Dans le jeu divinatoire des tarots, les arcanes sont les lames, représentations symboliques des lois secrètes qui décideraient du destin de l’homme…

Asmodée

AsmodéeDémon destructeur, parfois identifié à Sammaël, le serpent qui séduisit Eve. Il aurait une triple tête de taureau, d’homme et de bélier, des ailes de feu, des pieds d’oie et une queue de serpent. Crachant le feu, il porterait une bannière, et commanderait soixante-douze légions. Prince de l’Enfer, surintendant des maisons de jeux, il sèmerait la terreur, la dissipation et le mensonge. Toutefois, il aurait été vaincu part Salomon, et celui-ci l’obligea alors à participer à la construction de son temple. Quel spectacle ce dut être… Et dire que je n’étais point encore né…

Astaroth

Démon des richesses, grand trésorier de l’Enfer, il se trouverait être, comme beaucoup de démons selon les descriptions rapportées, puissant et fort laid. Il aurait la forme, si l’on devait le décrire, d’un ange ailé et couronné, tenant une vipère dans sa main gauche et chevauchant un dragon… Grand-duc de l’Enfer, il aurait le pouvoir de voir le passé, le présent et l’avenir, et devineraient les désirs les plus secrets. Bien qu’il ne soit pas membre du conseil infernal, il aurait toutefois la permission d’émettre un avis.

Asomatique

État dans lequel disent parfois se trouver parfois certains mortels, à savoir une situation dans laquelle un individu quitterait son corps physique et pourrait l’observer du dehors, tout en restant en possessions de ses cinq sens, sans être associé à un nouveau corps physique… L’on pourrait comparer cela au moment où nous abandonnons nos carcasses humaines afin de renaître sous notre nouvelle forme vampirique.

Astrologie

Art d’expliquer, de deviner et de prédire les événements passés, présents et futurs par l’étude des aspects et des positions des corps célestes, et de leur influence… Fort à la mode de tous temps, les mortels de notre siècle en sont particulièrement et étrangement friands. Ils tentent ainsi d’assoupir l’incertitude et les frayeurs qui les hantent. Il est surprenant de constater que jamais il n’y eut d’époque plus sure que celle-ci, mais que, paradoxalement, les humains n’ont jamais été aussi apeurés.

Astrologues

Praticiens de l’Astrologie.

Atavisme

Éléments provenant du plus profond de l’inconscient. Selon les occultistes, qui ne se trouvent jamais à court d’explications, les atavismes sont des survivances des ancêtres de l’homme, lorsque celui-ci était encore mi-homme, mi-animal. Ainsi l’homme n’est plus une bête. Je suis heureux d’apprendre que tel n’est plus le cas.

Augure

Autrefois, l’on nommait ainsi un prêtre de la Rome antique, chargé d’observer certains phénomènes naturels (éclairs, tonnerre) ou le vol des oiseaux et de les interpréter afin d’en tirer des présages. Par extension, l’augure est la prédiction même tirée de cette observation.

Azazel

Azazel serait un démon de second ordre, chef des anges déchus, premier porte-enseigne des armées infernales, qui présiderait à la mort dans la partie orientale de l’Enfer… Facilement reconnaissable, il porterait des ailes sombres, un bouc à la main gauche et un bâton cornu dans la droite.

Baal ou Baël

BaalBaal, ou Baël, serait le grand-duc et dominateur suprême de l’Enfer, général en chef des armées infernales; il régnerait sur la partie orientale de l’Enfer, et commanderait soixante-six légions…
Il aurait le pouvoir de rendre astucieux, rusé, fourbe ou invisible et se présenterait sous différents et discutables aspects, pourvu d’une triple tête de chat, d’homme couronné ou de crapaud. Son buste, court et trapu, se terminerait par des pattes d’araignées.

Babel

La tour de Bal fut érigée autrefois par les Chaldéens, à Babylone. Elle était sensée être un monument magique, représentant le monde en miniature.

Balai

Dans la sorcellerie traditionnelle, et l’imaginaire populaire, le balai était considéré comme l’instrument utilisé par les sorcières lorsqu’elle se rendaient au sabbat. Et certains y croyaient!

Béhémot

Démon puissant et stupide, sommelier et grand échanson à la cour infernale. Son domaine serait celui de la gourmandise et des plaisirs du ventre. Il est communément représenté comme possédant un corps d’éléphant et se dressant sur ses deux pattes de derrières, tenant son gros ventre à deux mains.

Bélial ou Béliar

Le plus pervers, le plus vicieux et le plus dissolu de tous les démons. Il serait cependant fort séduisant, plain de charme et de grâce. Dans l’apocalypse, il porte le nom de  » bête « . Démon de la pédérastie, il fut l’objet d’un culte à Sodome et dans d’autres villes, mais aucun n’osa jamais lui ériger de temples ou d’autels.

Belphégor ou Baalphagor

Démon des découvertes, il séduirait les hommes en leur proposant richesses et inventions. Il est représenté parfois sous les traits d’une jeune femme, afin de plaire aux hommes, mais le plus souvent sous ceux d’un être cornu, avec une barbichette tordue et de longs ongles crochus. Il siègerait, étrangement, assis nu sur un trône percé.

Belzébuth

Belzébuth est présenté comme étant le Prince des démons, rival de Satan. Selon certains, il aurait détrôné ce dernier et régnerait actuellement à sa place sur l’empire infernal.
Il se présenterait sous un aspect colossal, l’air menaçant, ses yeux lançant des éclairs. Il serait couronné d’un bandeau de feu et aurait des cornes sur la tête, des ailes de chauves-souris, des pattes de canard, une queue de lion… Tout son corps serait recourt de poils. Que dire si ce n’est que je n’ai, fort heureusement, jamais rien vu de tel.

Bougies-Chandelles

Ah, je me devais d’ajouter ici un avis tout à fait personnel, un amer regret dirais-je… Ô combien étaient bénis les temps où l’on s’éclairait encore aux douces lueurs tamisées des chandelles. Nos différences se fondaient alors dans les ombres dansantes, et s’il était quelqu’un pour remarquer une quelconque pâleur un trop trop accentuée, ou un autre quelconque détail étrange à ses yeux, cela était vite mis sur le compte d’une clarté défaillante aux reflets vacillants. Les Ténèbres étaient toujours proches, nous enveloppant de leur rideaux velouté, se faisant complices de nos disparitions opportunes, de nos faits et nos méfaits… Il est beaucoup plus difficile aujourd’hui, sous les feux cruels des néons, de jouer avec les ombres tranchantes et les lumières crues. Nous en sommes arrivés, si ce n’est malheureux, à devoir user des trésors de ruse, et de maquillage, afin de pouvoir encore errer la nuit dans les ruelles éclairées, nous présenter dans les soupers ou hanter les salles de bal, pour les plus sociables d’entre nous. Le jour où fut inventée l’électricité nous fit grand tord et je crains que cette malédiction ne nous poursuive… éternellement…

Broucolaques

broucolaqueJ’ai constaté à plusieurs reprises un malheureux amalgame entre les broucolaques et les vampires, un amalgame du bien souvent à l’ignorance, et je vous propose donc, même s’il se fait rare de nos jours, de découvrir le broucolaque. Voici comment on se l’imaginait alors, quand ils infestaient les campagnes:

– Le broucolaque avait connu la mort.
– Le broucolaque terrorisait et décimait les populations. Les plus inoffensifs  » jouaient des tours « .
– Le broucolaque était un homme mauvais, il restait donc en son éternité tout aussi dangereux et malfaisant.
– Le broucolaque vivait, ou végétait, devrais-je plutôt dire, dans un tombeau. (Tout comme certains vampires)
– L’on devenait broucolaque pour, approximativement, les mêmes raisons que la population pensait que l’on pouvait devenir vampire, si l’on excepte un facteur majeur, la morsure…
– La religion et toutes choses sacrées étaient sensées avoir un pouvoir sur le broucolaque. Celui-ci étant le plus souvent un excommunié, cela me semble encore entrer dans les limites de la logique. J’ouvre ici une parenthèse afin de souligner le fait qu’il est probable que certains aient si longtemps cru que la religion pouvait exercer un quelconque pouvoir sur nous à cause de ce malencontreux amalgame.
– Enfin, alors que le terme  » vampires  » n’existait pas encore, nous fumes mêlés à eux en l’esprit populaire, et surnommés du même nom: broucolaques.
Comme vous pouvez le noter, il y avait assez de points communs pour que des personnes mal informées nous confondent.

 » O mon père, reçois ces propitiatoires évocatrices des ombres. Viens t’abreuver du sang noir de cette vierge que nous t’offrons.  » (Euripide, Hécube, v. 536)
Les âmes des certains défunts de la Grèce antique, plus particulièrement celles des héros (singulièrement) et des brigands, étaient condamnées à errer dans le monde des vivants sous la forme d’ombres, capricieuses et malfaisantes. Le christianisme, non seulement ne supprima point ces croyances, mais se les appropria.  » Sachez que lorsqu’on retrouve de semblables cadavres, déclarait le Monocanon de l’église grecque, lesquels sont l’oeuvre du démon, il faut demander au prêtre de venir chanter une prière à la Mère du Seigneur… et célébrer des services anniversaires à l’intention des morts, services qui seront accompagnés de repas funèbres.  » (Cité par Leo Allaius: De quorantum Graecorum opiniationibus, chap. 12.)

La notion de  » broucolaque  » est relativement complexe.
 » Les vrykolokas sont les corps des hommes de vie mauvaise et immorale, très souvent excommuniés par son évêque. De tels corps ne se décomposent pas comme ceux d’autres hommes morts et ne tombent pas en poussière: la peau devient tendue comme celui d’un tambour et lorsqu’on la frappe elle produit le même son… (Je me permettrai de souligner que voila une bien étrange idée que d’aller frapper sur la peau des défunts afin d’en ouïr la sonorité…) C’est pourquoi les vrykolokas ont reçus le nom de tumpaniaïoi. Dans un tel corps, le diable rentre et sort de la tombe. (Je pense, pour ma part, que si diable il y a, il doit trouver bien peu d’intérêt à ce genre d’occupation et suis certain qu’il saurait en trouver de plus… dignes…) Si quelqu’un répond à ces questions, il meurt le lendemain. (Fait probablement constaté à maintes reprises…) Mais un vrykolokas n’appelle jamais deux fois, et ainsi les habitants de Chio attendent toujours qu’on les appelle deux fois dans la nuit avant de répondre.
Comme le  » mulo  » des Tziganes, il apparaît au même moment de midi, et non seulement dans les maisons, mais aussi sur les champs et les routes… et, sans parler aux gens ni les toucher, il les tue à distance… (Nous avons des leçons à apprendre…) On le sort de la tombe, le prêtre récite des prières, on le jette sur un brasier… « (Le feu, moyen d’extermination fort usité, est en effet une méthode radicale, que l’on soit mort ou vivant, peu en réchappent…) (Leo Allatius, op. cit.)

Le broucolaque grec résulte d’un grand nombre d’influences qui confirmèrent au fil des siècles la croyance initiale à la malveillance des ombres. Au XVIIe siècle, les vampires d’Europe centrale apportèrent une conception nouvelle du broucolaque: il sortait désormais plus régulièrement de nuit et buvait systématiquement le sang des vivants. Pendant des siècles les broucolaques avaient été privés d’esprit et considérés bien plus proches d’un simple animal que d’une entité pensante et cette évolution inquiéta l’église. En effet, auparavant, le broucolaque n’était souvent qu’un mort qui ne se décomposait pas et sortait de sa tombe pour se livrer à d’innocentes facéties:

 » … on le voyait la nuit se promener dans les maisons, renverser les meubles, éteindre les lampes, embrasser les gens par derrière et faire mille petits tours d’espiègles… On l’accusa de battre les gens, la nuit, d’enfoncer les portes, de briser les fenêtres et les habits et de vider les cruches et les bouteilles. C’était un mort bien altéré… » ( Charles Nodier, citant Tournefort, Infernalia)
Ce récit, des plus burlesques, me laisse supposer que beaucoup de mortels avaient du trouver, sous le couvert d’un quelconque défunt récemment inhumé et soupçonné de  » vampirisme « , un moyen aisé de se livrer à tous les excès et de donner libre cours à leurs plus bas penchants.

L’église commença alors à utiliser la menace du broucolaque afin d’accroître sa puissance. L’individu qu’elle excommuniait était à ne jamais retomber en poussière et à poursuivre dans sa tombe l’existence végétative et sordide du broucolaque. Il fallait une prière pour que le cadavre retourne à la terre et que son âme soit restituée au Seigneur et tant que l’église refusait de la prononcer, le mort ne pouvait trouver le repos.
 » … Toi qui gis dans l’ombre d’ici, enchaîné par les liens de l’excommunication; si ce que tu as fait enlever à mon église de manière injuste par l’intermédiaire du roi ou par quelqu’un de tes parents se voit restituer avec une réparation suffisante, je t’absous  » déclarait-on encore il y a peu à ceux qui s’étaient appropriés des biens ecclésiastiques. (Rapporté par Montague Summers, The Vampire, his kith and kin)

Mais, en étant reconnu en tant que vampire, le broucolaque faisait se retourner la menace contre l’Église elle-même. On accusait en effet le clergé d’être responsable des pestes, des décès, des crimes inexpliqués dus aux excommuniés. Aussi s’empressa-t-on de distinguer  » incorruption  » de réanimation diabolique.
Le broucolaque subissait aussi l’influence du  » mulo « , créature que l’on pourrait assimiler au vampire tzigane, qui pouvait être terriblement malfaisant ou simplement facétieux. L’une des variantes du broucolaque, le karkantebokis, était un bohémien qui n’apparaissait qu’en janvier et dont le souffle était mortel. Enfin, il ne faut pas négliger l’influence turque déterminée par les invasions successives. Ainsi, le  » lioubgaï « , broucolaque d’Albanie, tué sur un champs de bataille et sans doute mal inhumé, se levait la nuit afin de dévorer les vivants.

L’Église dut souvent prononcer sa formule d’excommunication:  » … et après la mort, ton corps restera éternellement incorruptible comme la pierre et le fer  » car les histoires de broucolaques abondent.
Au XVIIe siècle, le botaniste français Pitton de Tournefort voyagea en Orient sur l’ordre de Louis XVI et en rapporta des souvenirs, publiés en 1702 (Relation du Voyage au Levant). C’est de ce texte que Charles Nodier tira son Histoire d’un broucolaque, que je vous livre telle quelle, bien que vous dussiez l’avoir ouïe, tant elle est célèbre.

 » Après plusieurs assemblées des principaux de la ville, des prêtres et des religieux, on conclut qu’il fallait, je ne sais par quel cérémonial, attendre neuf jours après l’enterrement. Le dixième jour, on dit une messe dans la chapelle où était le corps, afin de chasser le démon, que l’on croyait y être enfermé. Après la messe, on déterra le corps et on en ôta le cœur; le cadavre sentait si mauvais qu’on fut obligé de brûler de l’encens; mais la fumée, confondue avec la mauvaise odeur, ne fit qu’augmenter et commença à échauffer la cervelle de ces pauvres gens…
Plusieurs des assistants affirmaient que le sang de ce malheureux était bien vermeil; d’autres juraient que le corps était encore tout chaud; d’où l’on concluait que le mort avait grand tord de n’être pas bien mort, ou pour mieux dire, de s’être laissé réanimé par le diable; c’est là, précisément l’idée qu’ils ont du broucolaque; on faisait alors retentir ce mot d’une manière étonnante.
Une foule de gens qui survinrent, protestèrent tout haut qu’ils s’étaient bien aperçus que ce corps n’était pas devenu raide lorsqu’on le porta de la campagne à l’église pour l’enterrer; et que, par conséquent, c’était un vrai broucolaque : c’était là le refrain…
Un jour, comme on récitait certaines oraisons, après avoir planté je ne sais combien d’épées nues sur la fosse de ce cadavre que l’on déterrait trois ou quatre fois par jour suivant le caprice du premier venu, un Albanais, qui se trouvait là, s’avisa de dire, d’un ton de docteur, qu’il était fort ridicule de se servir des épées des chrétiens :

– Ne voyez-vous pas, pauvres gens, disait-il, que la garde de ces épées faisant une croix avec la poignée, empêche le diable de sortir de ce corps? que ne vous servez-vous plutôt des sabres des Turcs?

L’avis de cet habile homme ne servit à rien; le broucolaque ne parut pas plus traitable, et on ne savait plus à quel saint se vouer lorsque tout d’une voix, comme si on s’était donné le mot, on se mit à crier, par toute la ville, qu’il fallait brûler le broucolaque tout entier; après cela, ils défiaient le diable de revenir y nicher; qu’il valait mieux recouvrir à cette dernière extrémité que de laisser déserter l’île. En effet, il y avait déjà plusieurs familles qui pliaient bagage pour aller s’établir ailleurs. On porta donc le broucolaque, par ordre des administrateurs, à la pointe de l’île de Saint-Georges, où l’on avait préparé un grand bûcher, avec du goudron, de peur que le bois, quelque sec qu’il fût, ne brûlât pas assez vite. Les restes de ce malheureux y furent jetés et consumés en peu de temps. C’était le premier jour de janvier 1701. Dès lors, on n’entendit plus de plainte contre le broucolaque; on se contenta de dire que le diable avait été bien attrapé cette fois-là et l’on fit quelque chansons pour le tourner en ridicule.  » (Charles Nodier, op. cit., p.120-121)

Le broucolaque sévissait dans de nombreux pays, et chacun en possédait une version locale. En Crète, le broucolaque était devenu le katakanas; à Chypre, il s’appelait barkomenaos, à Thénos, anaïkatoumenos, mais ses caractéristiques demeuraient néanmoins identiques.
En 1837, Pashley, voyageur anglais, glana quelques histoires lors d’un voyage en Crète. Dans le district de Kalécrati de Sofkia, un katakanas hantait la contrée et se gorgeait du sang des enfants, lui racontèrent les paysans. Ailleurs, ce fut l’histoire d’un berger qui passait ses nuits près d’un sépulcre pour s’abriter. Un katakanas habitait la tombe et appellait le berger, car ce dernier avait retiré ses armes et les avait posées en croix, lui interdisant de la sorte de quitter sa demeure.  » Lève-toi, dit le spectre, il me faut partir, des affaires m’appellent.  » Il jura des intentions les plus louables à l’importun berger. Celui-ci accepta, je ne sais pour quelle obscure raison, mais le broucolaque du être convainquant, et attendit son retour. Après s’être nourrit d’un couple qu’il avait assassiné, le katakanas revint, tout ensanglanté. Pour mettre fin à de tels agissements, il le fallut brûler… (Tirés de Pashley, Travels in Crete, vol. II, p. 196 et p. 232.)
Le même auteur signalait que la ville d’Hydra était infestée de broucolaques et que le calme n’était revenu  » que par les exécutions ordonnées par l’évêque qui avait supprimé tout ces monstres à Santorène (Santorin) où ils pullulaient, se promenant, faisant rouler de grosses pierres des montagnes à la mer, de que n’importe qui pouvait entendre en passant, la nuit, près de cet endroit maudit.  » (Pashley, op. cit., p. 232.)
Ce qui est tout de même remarquable c’est qu’à aucun moment quiconque n’ait supposé qu’il put s’agir tout simplement de contrebandiers, se livrant à leur commerce, de nuit de préférence, bien évidemment…

Une légende, des plus… irrésistible, nous narre qu’autrefois, d’autres broucolaques encore se plaçaient la nuit sur les dormeurs et causaient par leur seul poids une sensation cauchemardesque d’écrasement et d’étouffement. Ils suçaient le sang, dévoraient les chairs et finissaient par tuer leurs victimes. Les prêtres savaient alors comment procéder: il fallait prendre ces monstres sur le fait et les détruire d’un coup de fusil.

Nous pouvons retrouver la trace des broucolaques sur les côtes dalmates où ils portent le nom de vukodlaks:
 » Les Morlaques sont persuadés de la vérité des vukodlaks, à qui ils attribuent, comme en Transylvanie, le désir de sucer le sang des enfants. Lorsqu’un homme est soupçonné de pouvoir devenir un vukodlak, on lui coupe les jarrets ou, comme ils disent, on lui pique tout le corps avec des épingles; ces deux opérations doivent empêcher le mort de retourner parmi les vivants. Quelquefois, un Morlaque mourant, croyant sentir d’avance une grande soif de sang des enfants, prie ou oblige même sa famille à traiter son cadavre en vukodlak avant de l’enterrer.  » ( Abbé Fortis, Voyage en Dalmatie, 1778, I, p.95, trad. de l’italien.)

Si l’excommunication était la cause la plus fréquente, l’on pouvait devenir broucolaque de tout autre manière: une mort violente, un suicide, une vengeance, risquait de mettre en péril le repos du disparu, tout comme les malédictions formelles de parents ou de prêtres. Et bien évidemment, une vie immorale, quelques relations réprouvées par la morale ou des pratiques de sorcellerie entretenaient la condition de vourdalak. Mais parfois, la cause de la transformation pouvait être plus anodine encore: ainsi, pouvait se transformer en broucolaque un individu qui avait mangé un agneau égorgé par un loup ou celui qui voyait un animal sautant par-dessus son lit de mort.

Je vais pour conclure, vous offrir l’ancienne formule d’absolution autrefois utilisée, afin que le cas échéant, si jamais vous vous trouviez face à un défunt présentant les signes irréfutables vous laissant à penser qu’il y a de fortes possibilités d’un réveil, ou face à un homme gisant malheureusement excommunié en un temps, vous puissiez prononcer sans faute la formule de ce rituel, lui évitant ainsi la sordide et pénible condition de broucolaque, condition que je ne souhaite à personne… ou presque.

 » Remittatur tibi propter miseracordiae Dei viscera, quibus et confisa humilitas nostra liberatum te esse voluit in sancto spiritu inevitabilibus excommunicationis vinculis .  »

ps: Si jamais vous réussissez à exorciser un broucolaque grâce à cette formule, votre témoignage est le bienvenu.

Cagliostro

Cagliostro

Étrange et sulfureux destin que celui de Joseph Balsamo, dit comte de Cagliostro. Celui-ci fut un alchimiste, un guérisseur et un devin, considéré tour à tour comme un grand magicien… ou un grand charlatan…
Né à Palerme, il y fit ses études et devint assistant apothicaire au couvent des frères de la charité, où il apprit à préparer toutes sortes de médicaments à base d’herbes et de poudres étranges… Là, il se consacra à l’alchimie, à l’astrologie, à l’étude de la kabbale ainsi qu’à la magie… Il séduisit une jeune fille de quinze ans, Lorenza, qui devait devenir sa femme. L’argent venant à manquer -et le jeune couple aimant tout particulièrement les douceurs d’une vie luxueuse- Cagliostro poussa alors sa femme à la prostitution et se consacra à la fabrication de faux billets et de faux titres de rente. Poursuivit par les autorités, il quitta alors l’Italie; pour Lorenza et lui commença alors à travers l’Europe un long périple ponctué de démêlés avec la police pour vols, faux, et autres méfaits…

Cape

Un vampire peut vivre des centaines, voire des milliers d’années. Il a par conséquent tout le temps d’amasser une fortune considérable et d’accéder à une belle position sociale, apparentée à celle de la petite noblesse. pour affirmer son statut, il se doit d’être habillé avec élégance, ce qui pose évidemment problème vu son éternelle  » difficulté de paraître  » durant les heures diurnes…
C’est pourquoi le vampire doit toujours faire preuve d’une immense générosité vis-à-vis de ceux qui acceptent d’ouvrir leurs boutiques la nuit ou de traiter leurs affaires lors d’un souper plutôt qu’au bureau.

Le vampire classique, celui de la vieille école dirais-je, est vêtu comme un gentleman. La tenue courante inclut immanquablement la longue cape noire, qui, déployée, ressemble à des ailes de chauves-souris. (Précisons que les chauves-souris appelées vampires ont été ainsi nommées bien après que les vampires eurent hantés la terre, et non avant. Il serait donc erroné de penser que les vampire peuvent se changer en chauve-souris, mais j’y reviendrai plus loin). Cette fameuse cape est faite de satin ou de soie brillante, et son tombé se doit d’être parfait, il ne saurait en être autrement. Je ne sais rien, par contre, de son origine ni de sa fonction originelle. Certains prétendent que certains vampires la tissent eux-mêmes, après le stade final de sa transformation, le secret de fabrication se devant se transmettre de vampire à vampire exclusivement.
Quoi qu’il en soit, dans cet ample vêtement, qui est fort pratique pour masquer quelques légères différences qui ne manqueraient pas de le faire distinguer du reste d’une éventuelle assemblée, le vampire peut s’enrouler de la tête au pieds tout en soulevant légèrement les bras au-dessus de sa tête, dans une attitude hiératique et théâtrale. Dans cette position, il est aisé de remarquer que le vampire crée une sorte de  » trou noir  » dans lequel il se rend littéralement invisible. Ainsi, il peut se cacher n’importe où, ou bien quitter les lieux le plus discrètement du monde.

Le vampire moderne, quand à lui, doit, s’il le peut, sacrifier l’élégance d’une époque: il n’y a que trop d’intérêt à se fondre dans la foule, ce que beaucoup ont fort bien su comprendre.

Cercueil

Main d'un vampire sortant de son cerceuilPour un vampire, se reposer pendant les heures du jour dans un endroit tranquille est, bien évidemment, de la plus haute importance et beaucoup choisissent un cercueil afin de s’y dissimuler. Le cercueil doit être déposé dans un lieu secret, cela va de soi, à l’abris de toute intrusion, car c’est là que le vampire est le plus vulnérable. Cet aspect du quotidien vampirique nous fait remettre en mémoire, pour peu que nous l’ayons oublié, que si le vampire est en quelque sorte mort, il est cependant, et contrairement aux vulgaires défunts, en constant et réel danger.

Selon une ancienne croyance, même si le cercueil est capitonné de la soie ou des velours les plus précieux, il doit systématiquement renfermer une couche de terre provenant du sol où le vampire fut primitivement enterré. Cette nécessité absolue ne peut que me laisser rêveur: elle sous-entend que le vampire n’aurait jamais dû quitter cette terre mortuaire originelle, et qu’il accepte implicitement l’ultime éventualité de sa destruction. Doit-on cette croyance en ce vieux diction:  » Poussière tu es, poussière tu redeviendras… » Je n’en suis pas sur, mais l’origine en est probable.

Château

En principe, un vampire mène une existence assez retirée, souvent simple et tranquille. Une fois parvenu au terme de sa transformation, il traverse parfois quelques années difficiles, durant lesquelles il doit acquérir une certaine maîtrise, entre autres perfectionner sa technique et se faire quelques relations… Mais sa tâche la plus importante demeure celle d’acquérir un vieux manoir, ou mieux, un château, dans une région isolée, si ce n’est désolée, afin de s’y installer en toute tranquillité ainsi que son, ou ses, cela relève des goûts de chacun, cercueils…

Bien que certains attirent leurs victimes jusqu’à chez eux, je déconseille vivement cette pratique, par trop risquée: l’histoire n’en donne que trop d’exemples… Il doit, par tous les moyens en son pouvoir, éviter d’éveiller les soupçons villageois environnants quand à la nature, nocturne , de surcroît, de ses allées et venues et ne point prélever de quoi se sustenter en un voisinage trop proche… En effet, les journées sont longues et lassantes en ces mornes campagnes, et la population, toujours a l’affût de quelque particularité pouvant la distraire de la monotonie de sa sordide existence, aurait vite fait de s’alarmer devant quelques faits inhabituels ou disparitions suspectes, enflammant le brasier d’une rumeur gênante, si ce n’est pour finir le château lui-même.

Chauve-souris

L’on aurait pu penser que la légende voulant que nous puissions nous transformer à volonté en chauve-souris venait du fait qu’habitant le plus souvent de vieilles châteaux ou d’antiques bâtisses, il s’en trouvait un grand nombre. Mais cela n’est point et voici la raison de cette rumeur, rumeur jeune comme vous allez le voir, mais qui a pris une grande ampleur, ampleur due à la plume de certains écrivains ou à la frayeur naturelle d’une superstitieuse population…

Commençons donc par étudier l’animal en question, et vous pourrez constater alors que la réponse se trouve en une malencontreuse appellation: Chauve-souris: Mammifère aux ailes membraneuses de la famille des chiroptères.
Diverses races de chauve-souris sont répertoriées: les noctules, les oreillards, les pipistrelles, les rhinolophes, les roussettes, les vespertilions et enfin, les vampires, que l’on trouve principalement en Amérique du Sud. A l’exception de cette dernière espèce qui est connue pour sucer le sang des animaux, et parfois des hommes pendant leur sommeil, les chauve-souris sont en général insectivores ou frugivores. Les vampires, espèce répartie en deux familles, les Desmodu et les Displyllia, font 25 cm d’envergure environ, pour un poids de vingt à quarante grammes. Leur salive contient un anti-coagulant qui entraîne un écoulement de sang, chez les animaux de trente à quarante-cinq minutes et chez l’homme d’une dizaine de minutes, qui provoque un dépérissement de la victime, et parfois, étant donné la prolifération de bacilles dans la gueule de la chauve-souris, la mort à la suite d’infection par le tétanos, la rage, ou la fièvre jaune…

C’est un savant français du nom de Buffon qui, le premier en 1761, donna le nom de vampire à cette espèce de chauve-souris vivant en Amérique latine. Voila donc comment les vampires se trouvèrent affublés du pouvoir de se transformer en chauve-souris car il n’y avait, auparavant, aucune rumeur ou légende à ce sujet. C’est surtout, et étrangement vu sa situation géographique, dans le folklore roumain que l’on retrouve un lien entre la chauve-souris et le vampire; en effet, une légende roumaine prétend que les chauve-souris sont des souris qui ont été maudites pour avoir mangé le pain béni de l’Eucharistie! Un proverbe roumain prétendrait d’ailleurs que  » Dieu a créé l’hirondelle, et le diable la chauve-souris .  » Le mal rejoint le mal, tout est dit…

Chasseur (de vampires, fantômes, etc…)

Guide de Survie Vampire

En général, le chasseur, qu’il soit pourfendeur de vampires ou chasseur de fantômes, est une personne très motivée. Soit parce qu’une raison personnelle l’y a poussé (décès d’un proche dans des conditions douteuses), soit car il se croit investi d’une mission Divine, cherchant par tous moyens à éradiquer le Mal, ou ce qu’il considère comme étant le Mal, et particulièrement vous, bien entendu, de la surface de la terre. Il faut se montrer très méfiant quand à ce genre d’individus, surtout si vous êtes la cause de la… disparition prématurée de sa bien-aimée, par exemple. Aveuglé par sa folie et animé du sentiment désespéré d’avoir tout perdu, il n’aura de cesse de vous traquer pour assouvir sa vengeance, et il est probable qu’il finira par vous trouver.
Ceux que j’appellerais les  » Fous de Dieu  » ne sont pas moins dangereux et tenaces, leur vie étant dévouée au tout-puissant, mourir en détruisant le Mal est, à leurs yeux, un destin des plus glorieux. Ayez toujours à l’esprit que la mort ne leur faisant pas peur, ils seront prêts à toutes les audaces, et prendront même des risques inconsidérés. Ceci-ci dit, il n’y a, de par notre condition, d’autres solutions que d’appliquer toutes les règles de prudence citées en ce mémoire, et de ne jamais oublier qu’aussi déterminé qu’il soit, un mortel reste un mortel, avec toutes les faiblesses que nous lui connaissons.

Cimetière

Comme chacun le sait, les cimetières sont les lieux de prédilection de beaucoup de créatures des ténèbres, ceci pour diverses raisons, la plus commune étant que là repose ce qui fut son corps autrefois… et aujourd’hui parfois…
Bien que maintenant entre nous une distance et une réserve… polie, dirais-je, si ce n’est méfiante, j’y ai entraperçu, au hasard de mes pérégrinations, autant de formes de vie diverses et abjectes, incroyables ou magnifiques que votre imagination peut vous laisser élaborer…

Bien que risquant de vous décevoir, je vais de suite mettre un terme à une rumeur tenace: l’on trouve fort peu de vampires dans les cimetières, si ce n’est quelques nouveaux-nés, et encore, cela est rare. Les fantômes errent parfois, traînant leur âme en peine entre les pierres tombales érodées, à la recherche d’un passé confus, si ne n’est oublié… (rares sont les créatures immortelles saines d’esprit, si je puis dire sans jeu de mot douteux, trouvant en les cimetières un endroit à leur goût.)
Beaucoup plus dangereuses, affamées de chair humaine et hargneuses, les goules partagent généralement leur territoire avec quelques autres formes de morts-vivants. Je déconseille vivement à tous d’essayer de les approcher, non qu’elles représentent un réel danger pour tout immortel, mais leur fréquentation est d’un désintérêt total, et leur puanteur difficilement supportable.
Les mortels voyaient autrefois en les feux-follets des esprits malfaisants revenus mander justice; la science a démontré aujourd’hui ce que nous savions depuis des siècles, à savoir que les feux-follets ne sont pas habités d’une âme quelconque.
Noyée sous les lueurs éthérées les nuits de pleine lune, j’ai eu, il y a fort longtemps, la vision de sabbats d’où s’élevaient des chants honnis sur lesquels dansaient les corps blafards et dénudées de sorcières dont les noirs cheveux s’élevaient sous le souffle d’un vent mystérieux. Parfois, tout un rituel menait au sacrifice d’un humain, dont le sang recouvrait alors les corps offerts. Bien qu’animé d’une attirance certaine, j’avoue m’y être peu attardé, par prudence probablement. J’y ai quelquefois senti des présences, de sombres présences que nous seuls pouvons percevoir, comme il a du arriver à beaucoup d’entre vous de ressentir aussi. Il existe encore de grands mystères à mes yeux, même après tant de siècles. Puissent-ils un jour se dévoiler…

Croisement (Note Anecdotique)

Il fut un temps, où, en Roumanie tout particulièrement (la Roumanie a beaucoup d’affinité avec les vampires), il était commun d’enterrer les présumés  » futurs vampires  » à un croisement, afin que lors de son réveil, celui-ci ne sache quel chemin emprunter. L’on peut remarquer que l’on retrouve en cette pratique le symbole de la croix, le croisement représentant lui aussi une croix, il y a donc là une troublante coïncidence, peut-être inconsciente… La population pensait-elle les vampires si stupides qu’un simple choix puisse troubler leurs esprits?

Créateur

Que sa renaissance en créature  » infernale et maudite  » soit pour la  » victime  » une affliction, ce qui est souvent le cas, ou un choix, ce qui est déjà plus rare, tout être immortel (ou presque…) a un créateur, un second père, si je puis dire.
Suivant la nature des immortels, leur naissance au monde des Ténèbres fut le fruit d’un Don, du hasard, ou d’une malédiction, suivant leur nature.

Les vampires transmettent ce qu’il convient d’appeler le Don Ténébreux en parfait état de conscience. Malgré ce que beaucoup crurent pendant longtemps, le Don est rarement le fruit du hasard ou d’une étrange contagion, mais, le plus souvent, un choix mûrement réfléchi de la part du créateur. Leurs motivations sont aussi diverses qu’il existe d’individus, mais l’on retrouve malgré tout une constante: tout vampire aimant un mortel tentera par tous les moyens de lui transmettre le Don Ténébreux. Avec ou sans la volonté du dit mortel.
L’on peut émettre une réserve quand à la volonté délibérée de certaines créatures, en particulier les loups-garous, peu conscients de leurs actes sous l’effet de leur métamorphose. D’autres encore, tels les zombies, par exemple, subissent l’effet d’une malédiction et sont condamnées à une triste et sordide existence (si ce n’est servile), dont elles n’ont heureusement que rarement conscience.

Mais il reste à mes yeux une troublante énigme. Depuis des siècles maintenant, je perçois les formes éthérées d’esprits errants, allant et venant, apparemment sans but, silencieux et las. Existe t’il une cause, une finalité en leur condition, je l’ignore. Bien qu’ayant essayé à maintes reprises d’établir un contact, ils restent fuyants et évasifs, et obtenir une réponse compréhensible relève du plus grand défi. A croire qu’ils se sont égarés là, flottant entre deux mondes, ayant perdu en partie leurs notions de logique humaine, et n’arrivant pas à accéder à l’autre sphère, celle qu’ils auraient du atteindre.

Croix-Crucifix-Eau Bénite-Hostie

CrucifixEnsemble de protections utilisées contre les vampires pour les mettre hors d’état de nuire. La croix, symbole du Christ et de la religion catholique, représente le triomphe du Bien (la religion, l’ordre moral) sur le Mal (les Démons Sorcières et Vampires). Signe ostentatoire de l’autorité de l’Église, la croix (ou le crucifix) est sensée protéger les gens  » normaux  » contre le danger du vampire. Ainsi appliquée sur le corps d’un personne  » contaminée  » par un vampire, elle doit révéler d’une marque ou d’une brûlure, l’infamie de celle-ci. Il en est de même pour l’eau bénite ou l’hostie, autres symboles christiques dans la religion catholique qui ont, selon l’avis commun, le pouvoir de provoquer les mêmes effets…
Il est évident que tout novice sera méfiant tant sont nombreuses les histoires narrant la destruction de tel ou tel vampire par l’une des méthodes citées ci-dessus. Aurais-je besoin de vous démontrer la bêtise d’une telle croyance?? Je vais vous éclairer en une phrase: qu’en serait-il si le présumé vampire était de confession juive ou bouddhiste, par exemple? Vous voyez immédiatement le ridicule de la chose. De telles rumeurs n’ont pour fondement que la terreur que l’église, avide de pouvoir, a essayé d’imposer pendant des siècles en l’esprit de pauvres gens.

Damné, Damnation

Vampires et sorciers ont toujours été associés dans l’esprit humain au Moyen Age. Car, si les forces du Mal prenait des formes multiples, toutes avaient, en revanche, pris naissance aux creux des peurs ancestrales de l’humanité face à la mort et à la déperdition de l’âme… Nous ne fîmes pas exception à cette règle: après tout, nous fumes mortels un jour, et nos peurs ne sont jamais vaincues, même ou surtout en regardant s’écouler les siècles.

Longtemps je me posais, enfin, nous nous posâmes, cette lancinante question: subissions-nous, et si tel était le cas pour quelle raison? Une damnation éternelle, étions-nous tous maudits, nous les Enfants de la Nuit, nous qui devions nous tenir à l’écart de l’humanité et nous en nourrir, nous qui évitions les églises, reculions devant les crucifix, l’eau bénite et toutes choses sacrées, même quand elles n’étaient que des mots? La question était délicate, mais la réponse fut unanime: nous ne pouvions être que les Enfants du Malin…

Puis passèrent les années et les siècles. L’humanité progressait, le pouvoir de l’église reculait, la science avançait. Nous tombâmes dans l’oubli et obtînmes le statut confortable de légende, je crois que cela nous a beaucoup aidés, quelle ironie. Toujours est-il que j’entendis des histoires qui me laissèrent à penser que nous avions erré des siècles dans l’obscurantisme; le voile commençait à se déchirer, doucement, douloureusement, et enfin nous primes enfin conscience: toutes nos peurs étaient bâties sur des mensonges. J’observais les fausses superstitions s’effondrer avec mes convictions et cette époque de lumières éclaira mes Ténèbres: nous n’étions point damnés, nous étions des créatures différentes parcourant le monde, tout simplement. Certains d’entre nous ne supportèrent point de voir ainsi leurs certitudes et la foi qu’ils avaient toujours eues s’écouler et mirent fin à  » l’éternelle malédiction  » en laquelle ils voulaient tant croire, en se laisser brûler par le feu du soleil, tel un dernier défi à la lumière nouvelle qui les aveuglait.

Nous avons notre place dans l’univers, j’en suis aujourd’hui persuadé. A quelle fin existons-nous, nous ne le saurons probablement jamais. A moins que le futur ne nous éclaire à nouveau de ses lumières.

Dents

Les dents sont le signe distinctif imparable pour reconnaître un vampire. Elles se doivent d’être d’une longueur adéquate, ainsi que tranchantes et fines, je parle en votre intérêt. Si tel n’est pas votre cas, désolez-vous, votre existence immortelle sera rude. Arrêtez et oubliez les rires francs et massifs que vous connûtes un jour (de toutes façons, ils étaient fort grossiers et déplaisants, vous ne pouvez qu’y gagner) et entraînez-vous donc à sourire avec légèreté, de ces sourires flottants où les lèvres ne s’entrouvrent qu’à peine.

Les dents servent évidemment au vampire à s’abreuver au cou, de préférence, surtout lors de son noviciat, de ses victimes et à boire ainsi la liqueur de la vie qu’est pour eux le sang, grâce auquel il acquiert des forces, lui permettant, si rien ne contrarie sa destiné, de survivre une éternité.

S’il est autrement plus agréable de boire le sang d’une sombre beauté plutôt que le sang altéré d’un agonisant, il n’y a, si l’on ne compte point les histoires romantiques où certains vampires se trouvent quelquefois englués, aucune symbolique sexuelle là-dedans, contrairement à ce que soutiennent certains mortels. Bien évidemment, parfois, certaines victimes s’évanouissent sur le moment, ou se retrouvent parfois prises d’une étrange langueur si la destruction ou la transformation n’est pas immédiate, et les jours suivants, elles errent, le regard éperdu et le teint orné d’une étrange pâleur, vous devinez facilement pourquoi, ne se souvenant que d’un fort bel homme… ou d’une fort belle femme. Là doit se trouver la genèse de cette légende, surtout si l’on associe le mot  » baiser « , qu’il soit fatal ou non, à l’acte vampirique comme il est de coutume. Je trouve cela fort amusant et je ne puis m’empêcher d’imaginer les lourds et sordides fantasmes que projettent certains mortels à travers nous.

(Le)Diable et ses Incarnations

L’univers diabolique est multiforme. Depuis des siècles, il revient constamment hanter les esprits des mortels, et des immortels, je peux bien l’avouer, demeurant une figure marquante de l’art, une source d’inspiration intarissable offerte aux artistes de tout ordre, pour peu qu’ils aient l’esprit quelque peu torturé. Symbole du mal partout à l’œuvre en ce monde, celui que l’on appelait le Malin demeure non pas un cliché désuet, la représentation imagée des forces tapies en nous.
Crimes, vols, viols, massacres, horreurs de toutes les guerres, mais aussi petitesses, lâcheté, mensonges, tromperies, autant de vices, autant de domaines où l’on pourrait voir le côté démoniaque de la nature humaine à l’œuvre. Il fallait bien quelqu’un à qui attribuer nos bassesses, et le diable a toujours su porter avec gloire nos infamies.

Chacun cache en soi un docteur Jeckyll et un M. Hyde, un côté bon, attentionné, ouvert aux autres, et aussi un côté pervers, perméable aux diverses ignominies, celui de tout le genre humain, marqué par  » tentations de la faute originelle « . Orgueil, haine, envie, désirs criminels (je ne parle point là de la nécessité de se sustenter, bien entendu) et les désirs véniels sont ainsi le lot de l’humanité, car même le progrès n’a pas su effacer le malheur sur la terre, ni empêcher les hommes de s’entretuer. Car le diable reste, dans le collectif imaginaire, le tentateur; celui d’Ève et Celui que l’on nomme le Prince de Monde règne toujours, même si les esprits forts pensent qu’ils n’existe plus: ruse suprême.
(Je vous conseille à ce propos la lecture d’un poème en prose de Charles Baudelaire  » Un Bon Diable « ). Ceci dit, n’est-ce point délicieusement pervers et terriblement excitant ?.

Démonologie

Un Démon

L’on appelle démonologie la science traitant de la nature des démons. Elle s’intéresse tout particulièrement à la possession et à l’exorcisme. Ceux qui la pratiquent, quand à eux, sont nommés démonologues et ceux qui s’intéressent à la question, démonomanes…

Je ne peux, en l’état actuel de mes connaissances, (et je pense être loin de toute ébauche de conclusion) confirmer ou infirmer l’existence ou la présence de ceux que l’on nomme, à tord ou à raison, comme étant des démons et qui erreraient, selon la croyance populaire, parmi nous, sur le monde terrestre, avec pour but, bien évidemment, d’entraîner  » d’innocents mortels  » dans les affres de la débauche et de la luxure. Pour avoir un quelconque avis, encore faudrait-il que je sois sur de la nature exacte de ceux que l’on qualifie de démons.

Certains mortels nous  » baptisent  » (j’avoue être là légèrement cynique) de ce surnom, ce qui est loin d’être vrai, je m’en serais aperçu depuis le nombre de siècles où j’étudie notre ténébreuse société: nous sommes tous, malheureusement, fort loin de posséder certains pouvoirs, fort alléchants pourtant, dont je serais pour ma part que trop heureux de maîtriser.

Il existe un fil ténu, mais un fil tout de même, reliant l’état vampirique à la démonologie. Il réside, d’une part, dans les croyances folkloriques qui veulent qu’après leur mort, les loups-garous deviennent vampires; d’autre part, dans le fait que les démons incubes empruntent souvent le véhicule de cadavres afin de parvenir à leurs fins érotiques. Quels cadavres? Ceci est évidence: les cadavres ne peuvent être que ceux des sorciers, des excommuniés, des suicidés ou des  » infâmes  » privés de sépulture chrétienne.
Le démonologue Delancre exprimait clairement cette opinion, à savoir que seuls les  » impurs  » pouvaient être possédés en son Tableau de l’Inconstance, paru plus de cent ans avant la fameuse peste malencontreusement et sottement surnommée  » épidémie vampirique « , au XVIIIe siècle. Je vous en livre un extrait:

 » Les corps des morts ne sont jamais ôtés de leur repos par les bons anges… Les Démons seuls qui tourmentent les mortels et morts et vivants, ont accoutumés de s’en servir… les Démons se joignent volontiers au corps des méchants et des damnés.  » (Edit. de Paris, 1612, p.373.)

Ce dont je peux vous assurer, c’est que si démons il y a, ils doivent être bien loin de ressembler à ce que le collectif imaginaire populaire a su si magnifiquement inventé. Afin de vous distraire, et d’approfondir, si cela est nécessaire, votre savoir en la matière, je vais vous présenter un exemplaire de démonologie, telle quelle était perçue au XVIe siècle… Ah, le XVIe !!! Ayez quelque indulgence….

La Cour Infernale

Jean Wier, célèbre démonomane du XVIe siècle, dénombrait, dans son traité Pseudomonarchie des Démons, 6 666 légions de 6 666 démons dirigés par 72 princes gouvernés par une cour infernale.

-Princes et grands dignitaires:

-Belzébuth: chef suprême de l’empire infernal.
-Satan: prince détrôné, chef du parti de l’opposition.
-Eurynome: prince de la mort.
-Moloch: prince du pays des larmes.
-Pluton: prince du feu.
-Pan: prince des incubes.
-Lilith: princesses des succubes.
-Léonard: grand maître des sabbats.
-Baalbérith: grand pontife.
-Prospérine: archidiablesse.
-Ministères:
-Adrameleck: grand chancelier.
-Astaroth: grand trésorier.
-Nergal chef de la police secrète.
-Baal: général en chef des armées infernales.
-Léviathan: grand amiral.

-Ambassadeurs:

-Belphégor: ambassadeur en France.
-Mammon: ambassadeur en Angleterre.
-Bélial: ambassadeur en Italie.
-Rimmon: ambassadeur en Russie.
-Thamuz: ambassadeur en Espagne.
-Hutgin: ambassadeur en Turquie.
-Martinet: ambassadeur en Suisse.

-Justice:

-Lucifer: grand justicier.
-Alastor: grand exécuteur.
-Maisons des Princes:
-Verdelet: maître des cérémonies.
-Succor-Bénoth: chef des eunuques.
-Chamos: grand chambellan.
-Melchom: grand chef cuisinier.
-Béhémoth: grand échanson.
-Dagon: grand panetier.
-Mullin: premier valet de chambre.

-Menus plaisirs:

-Kobal: directeur des spectacles.
-Asmodée: surintendant des maisons de jeux.
-Nybbas: grand paradiste.
-Antéchrist: escamoteur et nécromancien.

Nous pouvons relever trois détails particulièrement intéressants:
Le premier étant que le principe de base d’une cour démoniaque est calquée en tous points sur une cour telle qu’il s’en trouvait à l’époque.
Le second est que certains démons sont parvenus à une rare notoriété, alors que certains autres sont à jamais perdus dans les méandres de l’oubli.
Le troisième est qu’il est amusant de constater combien ont été détournés certains démons de leur fonction première dans la superstition populaire.

Dieu

Dieu?

Diagnostic

De tous temps les hommes, et c’est chose fort louable, ont tenté de comprendre tous les faits qui leurs paraissaient inexpliqués, ou inexplicables. La premier étape à franchir avant de comprendre quoi que ce soit, cette règle s’applique à tout ce qui peut vous sembler invraisemblable, est d’analyser les conséquences afin de pouvoir émettre des hypothèses qui permettront parfois de remonter jusqu’à la cause. Il en fut donc de même pour les supposées victimes d’actes vampiriques, et de nombreux rapports détaillés furent émis par d’éminents scientifiques…

Il est évident que dans de nombreux cas nous ne fumes pour rien dans le  » mystérieux trépas  » de nombreuses personnes, mais il faut à l’esprit une raison, et ma fois, nous ne fumes pas la  » cause  » la plus aberrante qui leur vint à l’esprit, nous fumes sûrement la seule.
D’après les textes les meilleurs et les plus sûrs que j’ai consultés (j’avoue avoir éviter d’aller errer en certains lieux… ça aurait été stupide de ma part, et un vampire garde parfois quelque raison…) la morsure vampirique fournit pour incontestables, d’après les spécialistes en la question, les signes cliniques suivants:

-Grande impression de faiblesse et de langueur,
-Manque d’appétit,
-Hallucinations visuelles: la plupart, ayant l’esprit troublé, parlent d’un spectre blanc les suivant partout, telle l’ombre fait pour le corps.

De nos jours, il est évident que je diagnostiquerais une dépression ou une quelconque crise d’hystérie, comme n’importe qui un tant soi peu sensé, tant les symptômes sont semblables. Mais pendant longtemps la  » dépression  » ou  » l’hystérie  » (que l’on prenait pour une possession démoniaque, naturellement) ne furent pas reconnues. Je vais vous citer l’extrait du rapport d’une femme se disant victime d’un vampire et reconnue comme telle. Vous jugerez par vous même de l’état psychologique de cette pauvre âme. Je n’ai pu me retenir de glisser quelques commentaires, c’était trop tentant.

 » Alors, une étrange impression s’empara de moi. C’était une terreur frissonnante qui courait par tout mon corps et le glaçait; puis, avec cette terreur, quelque chose comme un sommeil invincible qui alourdissait mes sens; ma poitrine s’oppressa, mes yeux se voilèrent. (La victime montre là tous les signes d’une grosse crise d’angoisse avant de défaillir: ses nerfs lâchent, tout simplement). J’étendis les bras et j’allais à reculons tomber sur le lit. (Elle a tout de même assez de lucidité pour ne point tomber par terre, c’eut été désagréable, je l’admets.)

Cependant mes sens n’avaient pas totalement disparu que je ne pusse entendre un pas qui s’approchait de la porte; (étrangement, il lui reste, comme elle l’avoue elle-même en son délire, juste assez de lucidité pour reconnaitre un pas et en mesurer la distance.) Puis, il me sembla que ma porte s’ouvrait; puis je ne vis et n’entendis plus rien. ( La victime s’ est apparemment évanouie, tant était forte sa peur.)

Seulement, je sentis une vive douleur au cou. Après quoi je tombais en léthargie complète. A minuit, je me réveillai, ma lampe brûlait encore; je voulus me lever, mais j’étais si faible qu’il me fallut m’y reprendre à deux fois. (Notons dans ce passage que la  » victime « , qui s’est évanouie, trouve anormal d’être faible…) Cependant je vainquis cette faiblesse (elle commence donc à se remettre), et comme éveillée j’éprouvais au cou la même douleur que j’avais éprouvée dans mon sommeil, je me traînais jusqu’à la glace et je regardais. Quelque chose pareil à une piqûre d’épingle marquait l’artère de mon col. Je pensai que quelque insecte m’avait mordu pendant mon sommeil, je me couchai et m’endormis. (Là; il est évident que je ne peux manquer de faire un lien facile avec les marques des stigmatisés que les plus fervents croyants font quelques fois apparaître. Autrefois jugés comme saints, aujourd’hui comme fous, et demain?)

Le lendemain, je me réveillai comme d’habitude. Comme d’habitude, je voulus me lever aussitôt que mes yeux fussent ouverts; mais j’éprouvais une faiblesse que je n’avais éprouvée qu’une seule fois dans ma vie, le lendemain du jour où j’avais été saignée.  »

Voila à quoi ressemblait autrefois une authentique reconnaissance d’acte vampirique. Nous ne pouvons qu’en sourire tant ce récit est empli de naïveté. Mais, afin de donner quelques crédits à ceux qui osaient aller chercher la cause en cette sombre époque, je dois admettre que c’est grâce à eux si l’humanité a pu atteindre le savoir quelle possède aujourd’hui. D’erreurs en erreurs…

Ah, mais pour conclure, vous devez savoir, même vous, les plus jeunes, il n’y a que peu d’alternatives, laisser une victime en vie est une lamentable erreur que vous pourriez amèrement regretter par la suite. Ou vous décidez afin de vous nourrir convenablement de choisir une victime humaine (comme je l’ai déjà signalé, vous pouvez toujours dans le pire des cas vous abreuver du sang vicié d’un quelconque rat) et dans ce cas, il faut la laisser exsangue et sans espoir de survie, ou vous choisissez de créer un enfant des ténèbres comme je vais vous l’expliquer sous peu. Il existe une troisième alternative, que certains ont choisie afin d’accorder une paix à leur âme, si âme nous possédons: s’abreuver uniquement au cou des assassins, des malfaisants, etc… Il est évident que le sentiment n’en est que plus glorieux: nous devenons justiciers en ce cas, confortable position… Que je vous prévienne que si tel était votre choix, le sang des corrompus, peut-être empli de leur vilenie, à un goût très particulier: non pas le goût sucré, enivrant et doucereux d’une belle âme, mais le goût amer du poison, ou d’une viande avariée. Le choix n’est pas évident, mais il nous a tous fallu choisir, et vous le devrez aussi, quoiqu’il vous en coûte, entre la paix de votre conscience et l’ivresse parfumée d’un sang innocent.

Don Obscur

Le  » Don Obscur  » est la poétique appellation, fort bien tournée par ailleurs, communément donnée pour imager la transmission que fait parfois un vampire en offrant l’ immortalité (ainsi que les pouvoirs liés à son état vampirique bien entendu), à un mortel de son choix, qu’il soit consentant ou non. La chose est assez risquée, tant pour le mortel que pour son créateur, et elle n’est possible que pour les vampires possédant une excellente maîtrise d’eux même. Attendez donc avant de créer un Enfant des Ténèbres, n’oubliez jamais que vous avez l’éternité devant vous. Généralement, le rituel s’opère suivant un certain nombre d’étapes: le vampire doit tout d’abord vider l’heureux élu de tout son sang, en prenant bien soin que son cœur ne s’arrête point. (Il serait vraiment stupide et maladroit de perdre son Enfant avant même de l’avoir créé. Ne riez pas, cela s’est vu…) Lorsque ceci est accompli, le mortel vacillant alors à l’orée des portes de la mort ou des Ténèbres, le vampire doit lui faire boire au plus vite de son immortel breuvage, afin que la transformation s’opère…
La  » victime  » subit ensuite ce que l’on pourrait appeler la mort de son corps mortel, ce qui est malheureusement terriblement douloureux, pour accéder au monde fascinant des Ténèbres.
Dans le meilleur des cas, le nouveau-né s’éveille au monde de la nuit enchanté par la beauté des choses, les nouvelles sensations qu’il perçoit, savourant les bienfaits de sa nouvelle condition et louant son créateur. Je dois vous prévenir que cela est fort rare et il est préférable de vous préparer à une autre réaction, beaucoup plus négative, car beaucoup n’acceptent point ce qui devrait pourtant les ravir, allant même parfois jusqu’à se rebeller contre leur  » père créateur  » … L’ingratitude de la jeunesse…
Pensez-y lorsque vous choisissez un nouveau compagnon, aussi attirant soit-il, même s’il vous supplie et vous assure de son consentement: il pourrait très bien se retourner contre vous par la suite. Je m’en remets à votre sagesse.

Église-Chapelle-Cathédrale

Village SinistreOserai-je l’avouer… Oh, puis après tout. Après tant de siècles toute forme de honte s’estompe et l’on se trouve des excuses. J’ai longtemps évité les églises. Non seulement je n’y entrais pas, mais j’évitais même de les approcher. Comme nous tous d’ailleurs. Telles étaient les superstitions à cette époque que nous nous pensions maudits, damnés peut-être. En fait, nous n’en savions rien, mais la peur nous tenait de sa main d’acier et nous passions de longues soirées à philosopher sur le bien, le mal, ainsi que sur notre vampirique nature.
Mais, un jour, il y a de cela bien peu ou fort longtemps, je ne saurais le dire, le temps est une notion tellement relative, la rumeur est venue jusqu’à nous racontant qu’UN immortel avait osé rentrer dans une église et il ne lui était rien arrivé: il n’avait pas été foudroyé ni terrassé par quelque puissance divine (comme nous le pensions possible, si ce n’est probable), rien… et puis, un autre suivi. J’en restai stupéfait et envieux. Moi qui n’avais toujours été que doutes et qui  » brûlais  » (hum, cette allégorie est d’un goût douteux) de briser enfin cet interdit, une nuit, je finis enfin par trouver le courage de tenter l’impossible. Une à une je montai les marches érodées d’une vieille chapelle isolée, soulevant la grisâtre poussière de l’oubli. Si j’avais possédé un cœur, il m’aurait alors abandonné, tant ma peur était grande. Peut-être égale à ma fascination. Lorsque je poussai les vielles portes de bois vermoulues, je m’attendais toujours au pire. Mais, mis à part un sinistre grincement digne d’un vieux film d’horreur du début du siècle dernier, il ne se passa rien. Et j’en fus ébloui.
Oh, bien sur, j’avais des souvenirs, mais si lointains… et ce que j’avais vu avec mes yeux de mortels ne ressemblait en rien à ce que je percevais alors.
Les lueurs éthérées de la lune jouaient avec les vitraux irisés, peignant sur les visages de statues opalescentes les reflets d’une vie spectrale. Leurs yeux emplis d’amour et de bonté, quelques fois abaissés, pleins d’humilités, semblaient me regarder, me suivre de leurs regards amusés. Je crois que je n’avais jamais connu, et cela ne s’est plus jamais reproduit, un aussi magique et magnifique moment depuis ma naissance au monde des Ténèbres. Je n’avais toujours pas de réponse quand à notre nature, et je n’en ai toujours pas, mais je me sens en paix. N’ayez donc point peur des églises, car elles vous accueilleront en leur sein vous pourrez y trouver le repos de votre âme.

Empuses

L’on désignait ainsi, dans l’Antiquité, certains spectres nocturnes. Les empuses pouvaient indifféremment se muer en monstres innommables pour effrayer leurs victimes, ou en créatures de rêves pour les séduire. On les assimile souvent aux Harpies et aux Striges, en raison de leur goût immodéré pour la chair humaine. Il nous est parvenu à travers le temps, une surprenante et fascinante histoire, quoique emplie d’une certaine naïveté, que je vais soumettre à votre intérêt, afin de vous présenter la créature en question, qui, bien qu’ayant quelques similitudes avec le vampire de par certains de ses goûts, s’en trouve toutefois fort éloignée. Dans La vie d’Apollonius, Philostrate narre les atroces manœuvre de l’une d’elles, sous le titre de l’Emphase de Corinthe, à ne point confondre avec La fiancée, elle aussi de Corinthe.

 » Il y avait à Corinthe un philosophe nommé Démétrios, homme tout pénétré de la force de la doctrine cynique, et dont Favorinos a souvent parlé depuis avec beaucoup d’éloges dans ses discours. Démétrios professa pour Apollonius les mêmes sentiments qu’Antisthène éprouve, dit-on, pour la sagesse de Socrate. Il le suivit, avide d’apprendre, et il amena à Apollonius les plus célèbres de ses propres disciples, afin d’écouter ses préceptes. Du nombre de ceux-ci était Menippos de Lycie, âgé de vingt-cinq ans, d’un esprit distingué et parfaitement beau de corps, car il était, par la beauté et la pureté de ses formes, semblable à un athlète. On croyait généralement que Menippos était aimé d’une femme étrangère et de basse condition, que l’on disait belle, agréable et riche; rien de ceci n’était vrai et ce n’était qu’une apparence.

Un jour que Menippos marchait seul sur la route qui mène à Ceuchréas, un fantôme à figure de femme lui apparut, qui lui prit la main, lui dit qu’elle l’aimait depuis longtemps, qu’elle était phénicienne et demeurait dans un faubourg de Corinthe dont elle lui nomma le nom:  » Si tu viens me trouver le soir, continua-t-elle, tu l’entendras chanter, tu boiras du vin comme tu n’en as pas encore bu; tu n’auras à craindre de rival et nous virons heureux, moi belle, avec toi qui es beau.  »

Le jeune homme fut vaincu par ces paroles, car bien que philosophe déjà habile, il était dominé par Éros. Il alla donc chez cette femme chaque soir et pendant longtemps la fréquenta comme une amante, sans se douter que ce ne fût qu’un fantôme. Apollonius considéra Menippos avec le regard attentif d’un sculpteur, et, l’ayant bien étudié lui dit:  » Sais-tu, toi qui es beau et qui es favorisé par les plus belles femmes, que tu réchauffes un serpent et qu’un serpent te réchauffe?  » et, à l’étonnement de Menippos, il continua:  » Tu es lié avec une femme qui ne t’est pas liée par le mariage. Mais crois-tu qu’elle t’aime ? – Par Zeus! Elle se montre à moi comme une amante. – Et tu l’épouserais? – Ce serait pour moi un grand bonheur que d’épouser une amante. – A quand les noces? – A bientôt, demain peut-être.  »

Apollonius attendit le moment du festin, et, lorsque tous les convives furent arrivés, il entra dans la salle.  » Où est, demanda-t-il, la belle pour laquelle nous sommes ici? – La voici, dit Menippos qui se leva en rougissant. – A qui de vous appartiennent l’or, l’argent et les autres ornements de cette salle? – A ma femme, car rien n’est à moi, sauf ceci  » , répondit-il, en montrant son manteau. Apollonius s’adressant à tous:  » Connaissez-vous les jardins de Tantale qui sont et qui ne sont pas? – Nous les avons vus seulement dans Homère, car nous ne sommes pas descendus dans l’Hadès. – Croyez, dit-il, que tout ce que vous voyez ici est semblable; rien n’est vrai, tout n’est qu’apparence; pour que vous compreniez mieux ce que je dis, sachez que la charmante fiancée est une de ces Empuses que le peuple appelle Lamies ou Mormolyces. Elles aiment beaucoup Aphrodite, mais encore plus la chair humaine : elles attirent par la volupté ceux qu’elles veulent dévorer.

– Tais-toi! loin d’ici! s’écria-t-elle; et elle parut indignée de tout ce qu’elle venait d’entendre et s’emporta contre le philosophe qu’elle appela insensé. Tout d’un coup, les coupes d’or et les vases qu’on croyait d’argent s’évanouirent; on ne vit plus ni échansons, ni cuisiniers, ni aucun des autres serviteurs, tout disparut par les paroles d’Apollonius; alors le fantôme se mit à simuler des larmes et le supplia de ne pas le mettre à la torture pour lui faire avouer ce qu’il était. Mais, sous la menace de celui-ci, elle finit par reconnaître qu’elle était une Empuse qui avait voulu gorger Menippos de plaisirs pour se nourrir ensuite de son corps; qu’elle avait coutume de se nourrir ainsi des corps des beaux jeunes gens parce qu’ils ont le sang très pur. C’est là l’un des faits les plus célèbres de la vie d’Apollonius.  »
(Cité par Grillot de Givry, Anthologie de l’occultisme, Paris, 1922, p.97 à 99. )

Enfants des Ténèbres-Enfants de la Nuit

Fille LoupBien que le terme  » Enfant des Ténèbres  » soit surtout connu comme étant le terme le plus usité afin de désigner les vampires, est un Enfant de la Nuit toute créature dont la nature ne permet qu’une période d’activité nocturne ou affilée à un quelconque démon ou encore subissant les affres d’une malédiction. Il y a autant de créatures différentes que d’étoiles dans le ciel. Les mortels ont malheureusement, comme d’habitude, fait un étrange amalgame entres toutes, probablement poussés par leur propre peur de l’inconnu.

L’on peut aussi utiliser  » Enfants de la Nuit  » pour désigner nos frères les loups, dont la musique est si chère à nos cœurs. Il existe par ailleurs une citation fort célèbre, que vous ne pouvez ignorer, désignant en tous points ces instants de délices:  » Écoutez-les, les enfants de la nuit, en font-ils une musique !… »

Enterrements

Un poète de mes connaissances, pour qui j’avais, et j’ai toujours la plus grande admiration et le plus profond respect, détestait les tombeaux mais pour ma part, je hais les enterrements. C’est tout à fait personnel, peut-être en ai-je de trop mauvais souvenirs. Je crois que nous sommes nombreux en ce cas, si l’on excepte quelques fétichistes morbides qui se délectent du souvenir de leurs proches en larmes, du couvercle noir se refermant sur leurs yeux voyant encore, du bruit de la terre recouvrant leur corps. Laissez-moi haïr les enterrements, je chéris les tombeaux et me moque des testaments.

Folie

Prenez donc bonne note de ce qui va être dit, ce fléau peut s’abattre sur n’importe quel vampire, même les plus anciens.
Il y a, dans notre  » monde « , deux grandes causes de folie. Toutes deux vous concernent car elles peuvent vous affecter à n’importe quel âge de votre non-existence, et vous avez peut-être quelqu’un cher à votre cœur qui en subit, ou en a subi, les affres et les conséquences. Il est une folie qui peut s’installer très rapidement chez un vampire nouveau-né n’acceptant pas son état.

Généralement, le premier signe indiquant une possible dégénérescence mentale est une terrible prise de conscience que son esprit ou son émotivité sont inaptes à gérer. A ce stade, tout n’est pas encore perdu, il peut finalement, au cours du temps, si vous savez l’aider, franchir ce cap qui n’est pas définitif. Malheureusement, parfois, le vampire se laisse dépérir et, n’ayant plus goût à rien, il en vient à appeler de ses vœux une mort rapide, qu’il finit souvent par se donner lui-même. Si le vampire ne meurt pas de sa folie, alors il se transforme en une créature égarée, n’ayant plus aucun sens commun, errant dans la campagne tel un animal, sans notion de sa nature et de sa condition.

L’autre risque de sombrer dans les méandres de la folie est la lassitude. L’éternité n’est pas à la portée de tous, et je n’ai vu que trop d’Enfants des Ténèbres ne plus pourvoir supporter ces éternelles nuits. Les signes précurseurs sont une langoureuse mélancolie, et, bien sur, un désintérêt total pour toutes choses. C’est à ce moment qu’il faut agir, ou réagir, car tout s’enchaîne très vite, trop vite, et le vampire, ruminant sans cesse de sombres pensées, se posant alors des questions sans réponse, doutant alors de tout, de lui, de sa condition, de la vie, de la mort, de Dieu, du Diable, etc…, a besoin d’être constamment entouré. Il faut l’aider à retrouver quelque attrait à sa non-vie au plus vite car si la mélancolie est trop importante, si le vampire ne réagit plus, à l’appel du sang par exemple, il est déjà trop tard et il finira par éteindre le brasier de sa souffrance dans un feu  » salvateur « .

L’ autre sorte de folie liée au vampirisme que je tiens à souligner est spécifiquement humaine. Nombreuses sont les histoires les narrant, vous n’avez pu qu’en entendre parler.
J’avoue que les cas étudiés ont parfois provoqué chez moi une grande distraction intellectuelle tant leur analyse psychologique est fascinante. Tout commence généralement lorsqu’un mortel se décrète une belle nuit vampire de son état. Pourquoi ? Cela est souvent fort simple si l’on étudie le passé de la personne en question. Souvent après avoir été élevé des années durant sous le poids de fausses croyances culpabilisantes et tout empli de craintes et de superstitions, le mortel, dont la conscience le torture en permanence de manière infernale, possède l’inébranlable certitude que chacun des plaisirs qu’il éprouve est un inavouable et impardonnable péché et se pensant alors être mauvais ou méprisable, s’accuse d’être un Enfant de Satan.

A ce stade d’égarement, s’il possède un esprit faible ou fragile, celui-ci finit par basculer dans la folie, seule issue possible lui permettant d’alléger sa conscience du terrible fardeau pesant en son âme. Il se met donc à agir comme un vampire, s’habille de la même manière, vit de nuit et ne peut plus absorber que du sang tant sa certitude est grande de ne pouvoir supporter le jour et manger normalement, enfin, de manière adéquate pour un humain… Lors des études que j’ai effectuées lors des siècles passés, toutes se sont révélées avoir la même et effroyable conclusion: s’enfonçant dans son  » rôle  » chaque jour un peu plus, le malade finit par commettre l’irrémédiable erreur de vouloir tuer un animal ou une quelconque connaissance, afin de la vider de son sang.

Les villageois, (il faut noter que la plupart des cas se retrouvent dans des lieux désolés et oubliés de tous) qui déjà suspectaient l’individu de vampirisme, trouvent là la preuve irréfutable de son état, et le tuent à la manière dont on élimine les vampires en ces campagnes. S’en suit généralement une sorte d’hystérie collective où nombre de personnes affirment avoir vu le mort, avoir été attaquées ou mordues par celui-ci. Cela entraine alors inéluctablement la décision de tuer tous les suspects présentant  » les signes irréfutables de vampirisme  » dont je vous ai déjà parlés, et de déterrer tous les cadavres récemment inhumés afin d’opérer sur leurs corps les rituels supposés terrasser les vampires. Mais finalement, dans ces histoires, qui fait preuve de la plus grande folie?

Feu-Flammes

Le feu. Le feu dont s’élancent les flammes telles de folles créatures dessinant d’étranges ombres dansantes sur les murs, le feu m’a toujours fasciné. Mais tel n’est point le sujet. Pour tout être fait de chair le feu représente une menace et pour toutes choses inertes il en est de même mais pour nous, les vampires, le feu représente un des pires danger qui soit. Si je devais faire un sinistre classement, j’avouerais qu’il arrive en première cause de mortalité vampirique. Il y a plusieurs raisons à cela, non seulement c’est un des rares moyens efficace que connaissent les humains désirant nous détruire (nous parlerons bien entendu des autres moyens potentiels, bien qu’ils soient connus de tous, je pense), mais il est aussi le moyen choisi, car sans appel, lorsqu’un vampire désire mettre définitivement fin à ce qu’il ressent comme une malédiction, une terrible affliction: son éternelle existence. Il peut aussi parfois arriver de malencontreux accidents, mais cela reste fort rare: nous connaissons assez bien notre ennemi pour savoir prendre les précautions adéquates.

Et, malgré tout cela, j’éprouve encore un pervers et délicieux plaisir à passer lentement mes doigts sur les flammes des bougies, afin d’en ressentir la cruelle et délicieuse morsure vermeille, la morsure presque amicale d’un vieil ennemi. Un ennemi qui nous ressemble par bien des côtés.

Fortune

Posséder une fortune pouvant pallier à tout ses besoins est une nécessité absolue pour tout vampire. Même si autrefois, lorsque vous étiez mortel, l’argent n’était pas votre préoccupation première, n’oubliez pas l’importance qu’il acquiert en devenant vampire: il en va de votre survie. Évidemment, nous avons tous, ou presque, fait nos débuts dans le monde des Ténèbres avec des moyens fort limités, mais les occasions ne manquent pas afin d’accéder rapidement à une aisance certaine…

Essayez de choisir des victimes (quelque soit votre goût en la matière) ayant une belle position sociale, ou possédant quelques biens faciles à négocier. Un vampire peut vivre des centaines, des milliers d’années, et même éternellement dans l’idéal. Il a donc tout le temps d’amasser une fortune considérable et d’accéder ainsi aux plus hautes sphères de la société, si ce n’est de parvenir à intégrer le milieu fermé de la noblesse. Cela lui permet, outre une vie confortable et les privilèges que donne l’argent, de pouvoir amener, contre une coquette somme, les marchands et fournisseurs de toutes sortes à se déplacer jusqu’à chez lui en pleine nuit. Chose qui serait impossible sans une certaine aisance, bien évidemment, et qui est fort pratique, si ce n’est absolument indispensable, car comme chacun le sait, les magasins ont cette fâcheuse habitude que de n’être ouverts qu’aux cruelles heures du jour.

Mais ne vous inquiétez pas trop quand à vos finances: je n’ai connu ni ne connais aucun vampire sain d’esprit noyé en une sordide misère.

Gargouilles

Vampire garouilleJe ne peux, encore aujourd’hui, passer devant les grandes cathédrales où se dressent, immuables, les statues hideuses et grimaçantes de vieilles gargouilles de pierre rongées par le temps, ou rongées par la haine, sans éprouver un malaise certain.

Cela remonte à longtemps, une légende aussi vieille, si ce n’est plus, que ne l’est ma naissance au monde des Ténèbres. J’étais alors un tout jeune vampire, et il se racontait une histoire parmi nous, était-ce une légende ou une vérité, il m’a toujours été impossible de le déterminer.

Peut-être n’ai-je pas vraiment cherché à savoir, ou peut-être, plus vraisemblablement, ai-je eu trop peur de ce que j’aurais pu découvrir.
Depuis la nuit des temps il était de coutume, chez un certain nombre d’immortels ayant des coutumes plutôt particulières, d’ensevelir le corps des victimes destinées à devenir vampires sous une épaisse couche de chaux. Celle-ci, se solidifiant, devait former une carapace des plus solide en laquelle les nouveaux-nés se trouvaient emprisonnés.
Si le vampire ainsi ainsi  » emmuré  » parvenait à briser la peau de pierre l’enveloppant, il était jugé alors digne de porter le titre de vampire: il possédait la Force, il maîtrisait le Don. Je n’ai pas eu à subir ce sort, je n’ai point rencontré de vampires l’ayant subi. Mais peut-être n’y a-t-il jamais eu personne pour parvenir à briser les murs d’une telle prison.

Si, par contre, le malheureux n’arrivait point à s’évader de son linceul de chaux, il s’y trouvait enfermé pour l’éternité. Son corps, privé de nourriture, finissait par se dessécher et ses vieux os, collés sur une peau grisâtre et fripée, tombaient en poussière, tel le plus commun des mortels. Mais son âme, ô, son âme, l’on disait que son âme restait à jamais en la pierre. C’est pour cela que les gargouilles me font horreur: il me semble voir leurs corps difformes chercher vainement à s’élever vers le ciel, je vois sur leurs visages le prix de leur douleur, leurs regards me poursuivent de leurs sombres colères, et mon esprit entend leurs cris et leurs prières, leurs ultimes suppliques, leurs appels ignorés.

Alors, quand vous passerez au pied de ces cathédrales où s’élèvent, stoïques, les statues de sinistres gargouilles, n’oubliez pas que, sous la pierre, est peut-être encore prisonnier l’esprit d’un vampire.

Gothique

Gothique: ce mot signifie, littéralement, qui vient des Goths. A l’origine, le mouvement gothique fut une forme d’art, regroupant l’architecture, la peinture, le sculpture, la musique et même un certain style d’écriture, qui se développa en Europe du XIIe siècle jusqu’à la renaissance.

Quand se perdit la mode gothique dans l’esprit futile des hommes, d’autres lui succédèrent, comme tombent les feuilles en automne et renaissent les bougeons au printemps. Tout n’est qu’un éternel recommencement…
Mais, il y a quelques années, plus d’un siècle peut-être, quelques écrivains connurent un succès certain en relançant le mouvement gothique au travers de livres, livres qui nous furent souvent dédiés. Le cinéma, invention plus tardive comme vous devez le savoir, s’empara dès sa naissance de ce mouvement fascinant un public avide de frissons et de romantisme. Furent donc qualifiés de gothique les vampires, du fait de leur théâtralité tragique. Ma foi, je dois avouer que selon les critiques en vigueur, l’on peut nous qualifier de gothiques, en effet. Un vieux gothisme poussiéreux que nous traînons depuis des siècles.

Nous fumes qualifiés de  » gothiques  » sans le vouloir, cela ne nous gênes en rien et fut même sujet à débat pendant de longues années: correspondions-nous à la description qui était faite de nous. Nous en conclûmes que même si nous ne pouvions définir une règle commune pour tous tant nous pouvions être différents, elle pouvait tout de même s’accorder à certains immortels tant elle était proche de leur mode de vie et de leur état d’esprit. Mais prendre conscience de cela ne nous mena à rien si ce n’est à nous troubler car il s’en suivit bientôt une nouvelle question, qui resta sans réponse cette fois: comment, ces auteurs, ces poètes, avaient-ils pu si bien cerner une réalité qu’ils ignoraient et qui les dépassait ? Certains prétendirent que le laudanum aurait ouvert des voix encore inexpliquées en leurs esprits, leurs permettant de nous percevoir. Cela me laisse songeur, aujourd’hui encore…

Mais depuis quelques années je me suis aperçu qu’il était une chose des plus curieuse: certaines jeunes personnes se mettaient à nous imiter en tout point, arborant de magnifiques habits noirs, des capes de velours, des chemises en dentelles, un vague sourire anémié et désabusé soulignant la rare pâleur de leur visage où brillaient leurs yeux éperdus et fébriles, soulignés par un sombre trait, comme si le poids de l’éternité pesait sur leurs épaules, clamant leur fascination pour la nuit et la mort.
L’éternel renouveau. Le cycle recommençait, le mouvement gothique renaissait… O, est-ce utile de préciser combien nous en fumes amusés et combien nous le sommes encore? Sans le savoir, sans le vouloir, ces nouveaux Enfants de la Nuit nous firent le plus grand et le plus merveilleux cadeau qu’il soit: ils nous ouvrirent une précieuse porte, celle de la normalité. Depuis (mais pour combien de temps…) nous connaissons enfin la saveur d’ une liberté vestimentaire oubliée depuis fort longtemps.

Goules

GouleJe n’en ai point croisé, et j’avoue ne pas en éprouver de regret. Je ne vais donc seulement vous livrer mes connaissances sur ces créatures, que l’on peut, à mon grand désarrois qualifier d’Enfants des Ténèbres. Ce dont nous nous passerions bien tant le préjudice de cette association peut nous causer grand tord. Le mot arabe  » ghul  » a la même racine que le slave  » ogoljen  » qui signifie littéralement  » dénudé,  » dépouillé « . L’origine commune de ces termes est dans la racine sanscrite  » g-iod-l « , qui exprime une idée de mise à nu pour un corps humain, de dépouillement pour un animal, de mue pour un reptile, de chute de feuille pour un arbre…

Les ghuls, démons orientaux
Dont la lèvre
Jamais ne se sèvre
Du sang noir des morts. (Victor Hugo)

Les goules fondent sur leurs proies du haut des airs. On les apparente aux vampires et aux loups-garous, et ce rapprochement infamant et indigne me révolte tant sont grandes nos différences. J’avoue que ces créatures hybrides retrouvent, tout comme nous, une certaine vigueur dans leur tombeau et sont encore capables d’accomplir certaines métamorphoses, mais ce ne sont que de vagues similitudes , d’insignifiants détails si je puis me permettre…

Ghul  » signifie lycanthrope, nécrophage, mais la plupart des histoires de  » ghul  » se référent à de séduisantes sorcières se nourrissant de sang frais, de chais vives, ou mieux encore, de lambeaux arrachés à des cadavres dont l’état de putréfaction n’importe guère.

Les  » ghuls « , qui peuvent être de sexe féminin ou masculin, sont des démons errant dans les campagnes, selon la légende populaire. Ils habitent d’ordinaire les bâtiments en ruine d’où ils se jettent sur les passants qu’ils tuent, bien évidemment et dont ils mangent la chair. A défaut d’innocents promeneurs, ils vont la nuit hanter les cimetières afin de se repaître de la chair putride des morts. Tout cela n’est-il point charmant?

Il est de nombreuses et morbides histoires dont me sont parvenus les sombres échos au cours des siècles, narrant d’infâmes mariages entre des humains et des goules. Inutile de préciser que cette relation contre-nature connaît toujours une dramatique et fatale issue pour l’un ou l’autre des deux conjoints. J’avoue ne point ne sentir d’affinités avec de telles créatures et de telles pratiques: tout cela est d’un goût plus que douteux et leurs mode de vie manque cruellement de finesse. Néanmoins, vous pouvez vous en approcher, car elles ne sont en aucun cas un danger pour vous, si le cœur vous en dit…

Hanté

Il existe dans le Monde des Ténèbres, autant de légende, si ce n’est plus, qu’il existe de rumeurs dans le Monde des Mortels. Je pourrais vous conter quelques légendes, quelques histoires que beaucoup tiennent pour vraies, mais à l’égard desquelles je me permettrais d’avoir quelques réserves. Je ne sais pourquoi, mais il faut toujours que je doute de tout. Peut-être est-ce là ma nature, peut-être est-là une leçon de mon existence. Mais tel n’est point le sujet et je m’égare encore.
Il est d’étranges, de sombres récits, où un vampire, que l’on aurait apparemment anéanti, se trouverait à errer sous la forme d’une âme en peine. Je n’en ai jamais vu, pourtant j’ai quelque peu cherché. J’ai visité certains lieux propices, essayant de capter quelque essence, mais rien… Malgré les siècles traversés, il me reste encore tant à apprendre que je ne sais si l’éternité me sera suffisante. Car, je dois le reconnaitre, je ne suis qu’ignorance…

Illustrations-Peintures

Je ne désire point parler ici de mes goûts personnels en la matière, bien que cela me serait fort plaisant, mais de la manière dont les mortels ont de tous temps imaginé et dessiné toutes les créatures qu’ils estimaient maudites, démoniaques, surnaturelles, malfaisantes, un peu comme si le fait de mettre une image sur un morceau de papier faisait en sorte qu’ils pouvaient maîtriser ainsi l’objet de leurs frayeurs.

Il est force de constater que l’imagination humaine n’a pas de limite et que le ridicule a très bien su traverser les frontières et les âges. Toutes créatures  » existantes « , du moins dans leurs esprits et supposées représenter un danger pour l’homme, telles, par exemple, les sirènes, les harpies, les loups-garous, les goules, les démons, etc… etc…, se retrouvèrent ainsi affublées d’une image frôlant le ridicule, quand elle n’était point franchement grotesque. Nous-même n’échappâmes point aux assauts déchaînés des artistes spécialisés en la matière, car il s’en trouva…

Je n’ose vous d’écrire tout ce que j’ai pu voir comme monstruosités sensées nous représenter au cours des siècles. Pendant longtemps, nous fumes esquissés sous les traits d’une bête infâme, un l’individu difforme au visage ingrat, le teint toujours verdâtre, olivâtre ou jaunâtre, affublé d’un regard démentiel aux yeux rouges exorbités aux vaisseaux éclatés, d’une bouche noirâtre teintée immanquablement du sang de ses victimes, dont les babines haineuses se retroussaient sur des dents, bien évidemment, toujours exagérément longues et aiguisées. A leurs yeux, nous étions des bêtes sans esprit, plus proches d’un animal que d’un être humain. Nous étions les représentations de toutes les afflictions, de toutes les peurs et de tous les fléaux que portait l’humanité. Finalement, nous n’étions peut-être leur exutoire.
Poussé par l’exaspération, j’étais de me proposer comme modèle afin que justice nous soit rendue (ce qui aurait été une grossière erreur de ma part, je tiens à le souligner), lorsque s’enflamma l’Europe toute entière sous le souffle sulfureux d’une nouvelle mode littéraire gothique-romantique. Et nous étions les héros de cette nouvelle passion.

Les vampires se trouvèrent tout d’un coup encensés et couverts de milles particularités envoûtantes: leurs visages au traits parfaits étaient ornés d’une pâleur romantique, leurs bouches étaient sensuelles et d’un vermeil troublant, leurs regards fascinants semblaient habités d’une brûlante ardeur, leurs esprits étaient vifs; il n’était de meilleure compagnie.
Ainsi donc passèrent-ils du statut de la bête infâme et répugnante, à celui, beaucoup plus confortable, du gentleman vampire, à la beauté envoûtante et aux manières exquises. L’image, que l’on avait changée dans les romans, se trouva changée dans les esprits, et les artistes suivirent cette nouvelle mode avec empressement… Une chose avait changé toutefois: en acquérant la beauté, les vampires qui étaient autrefois représentés comme étant exclusivement masculins, se trouvèrent détrônés dans l’imaginaire populaire par des vampires de sexe féminin… fantasme oblige.

De nos jours, le vampire, suivant si l’on veut le définir comme étant  » mauvais et diabolique  » ou  » ténébreux et fascinant « , peut être représenté des deux manières mais je constate pourtant une prédilection pour la seconde solution: n’échapperions-nous donc point aux modes? Quel comble pour un vampire que d’être l’objet de la futilité d’un siècle.

Initiation

Tout vampire digne de ce nom se doit, lorsqu’il choisit d’offrir le Don Obscur à un mortel, le transformant ainsi en Enfant des Ténèbres, de lui apprendre dès sa « naissance  » les lois régissant notre monde ainsi que les bases minimum de savoir qui lui permettront de survivre et de comprendre les possibilités et les limites de son nouvel état.
C’est cette période, plus ou moins longue, qui est appelée  » initiation « . Le plus souvent, cela ne pose point de problème, le vampire ayant choisi de créer son Enfant en toute conscience et après mure réflexion, désirant le plus souvent offrir l’immortalité à l’objet de ses pensées et peut-être combler ainsi par la chaleureuse présence d’un être aimé le vide de son éternité.

Mais il en est tout autrement pour certains, qui, faisant fi de toutes responsabilités, offrent, par jeu ou par vice, le Don Obscur sans aucune fin, abandonnant à sa nouvelle vie le jeune vampire, qui se trouvera plongé alors dans les affres d’une terrible errance où seront ses seuls compagnons la peur, la solitude et la souffrance.
Il est toujours possible de venir en aide à un être ainsi abandonné, bien que ses chances de survie soient sérieusement compromises. Tout au mieux, arriverez-vous à lui faire accepter son état et le convaincre de l’intérêt de sa nouvelle existence, mais il restera à jamais un vampire fragile, tel un orphelin pour les mortels.

Inquisition

Procès SorcièreQui n’a point lu ou entendu les sombres échos de cette période maudite ou l’inquisition fit trembler les ombres où nous nous étions réfugiés alors. L’inquisition c’est l’histoire d’une intolérance, du refus d’une différence, de la peur de perdre un pouvoir encore fort, comme bien des histoires.

En 1179, au troisième concile de Latran, l’Église fit appel aux institutions séculières pour lutter contre le développement de l’éréthisme cathare; puis ce fut la naissance de l’inquisition, d’abord confiée aux Dominicains , en 1233.
En 1252, par la bulle Ad Extirpenda, le pape rendit l’inquisition permanente et lui permit de recourir à la force, ce dont le clergé n’allait pas se priver en autorisant les atrocités de la croisade contre les cathares dans le sud-ouest de la France. Jusqu’à son abolition officielle en 1834, en Espagne, ses autodafés de livres et d’êtres humains ou… autres.. n’allait plus se compter, créant pour cela une justice parallèle, celle de l’arbitraire. Tout ce qui pouvait sembler  » différent  » était suspect aux yeux de cet organisme terrifiant qui, durant des siècles, de procès en procès, de tortures en emprisonnements et en bûchers, se fit le défenseur implacable d’une loi chrétienne qui semblait fort éloignée du message christique. Et si cathares, vaudois, templiers, juifs, protestants et autres hérétiques coupables de ne point parler le langage de Rome furent pourchassés, tout l’univers de la sorcellerie se trouvait lui aussi une proie idéale.

D’après Sir Edward Coke, président du tribunal royal en Angleterre au XVIe siècle, pouvait être accusée de sorcellerie  » toute personne qui tient conférence avec le Diable pour conspirer avec lui ou pour commettre un acte « . Acte qui pouvait servir à faire le bien ou le mal, c’était sans importance. Quiconque possédait un pouvoir qui lui venait de Satan ou des antiques dieux et démons de la nature devait être puni de mort.
Il s’empara alors de l’Europe une véritable hystérie collective qui allait durer deux siècles, hystérie qui firent se multiplier les procès et les bûchers partout où passaient les inquisiteurs. L’historienne anglaise Justine Glass nous rappelait que,  » pour faire juger une femme comme sorcière, il suffisait d’une dénonciation au juge par un témoin identifié; si c’était impossible, par un témoin non identifié; si aucun témoin n’était prêt à comparaître, il suffisait d’une rumeur générale « .
Jacob Sprenger, l’inquisiteur général du XVe siècle, soutenait que  » le témoignage d’un homme de mauvaise réputation ou d’un criminel … est admis … Tant est grand le fléau de l’hérésie que dans une action de cette sorte … tout malfaiteur criminel peut porter témoignage contre n’importe quelle personne « . S’il n’y avait pas d’autre motif d’accusation, le visage de l’homme pouvait témoigner contre lui.
Je ne suis malheureusement pas certain que cette pratique, qui consiste à juger quelqu’un sur son apparence se soit tout à fait éteinte en l’esprit éclairé de nos contemporains.

Invité-Invitations

Je vous ai précédemment mis en garde contre les dangers d’amener certaines victimes en votre demeure, et tel n’est pas le sujet.
Dès qu’un vampire atteint un certain niveau social, il se doit à tenir le rôle que l’on attend de lui, en tant que membre important de la haute société s’il veut conserver son statut. Bien heureusement, seront admises quelques différences, fort bien tolérées en ce milieu, que l’on qualifiera d’excentricités et qui pourront même amuser les tristes esprits emprisonnés sous les mornes masques stoïques de bon ton que se croit obligé d’afficher toute personne de haute naissance ou parvenue, et ceci en toutes circonstances.

Généralement, les vampires excellent dans les jeux d’esprit, ce qui fait le régal de ses hôtes, d’où la recherche de sa présence aux soirées les plus courues: il reçoit donc nombre d’invitations où il doit se rendre, et ceci non seulement pour conserver son statut social, mais aussi pour éviter toute médisance éventuelle (les gens plaisants, riches et spirituels ont toujours d’assidus défenseurs), et enfin c’est lors de ces soirées qu’il pourra le plus aisément se faire de délicieuses et savoureuses connaissances, si tel est son désir.

A son tour, il devra, bien évidemment, organiser quelques réceptions de temps en temps. Le vampire préfère généralement les soirées plus intimes, où il convie, de préférence, quelques gens d’esprit et quelques belles femmes. J’avoue que nous gardons toujours le goût des belles choses… Spirituelles, matérielles ou charnelles.
Il ne se pose aucun problème lors de grandes soirées où il se trouve invité… Tenant négligemment un verre à la main, il peut papillonner de groupes en groupes, de conversations en conversations, jetant quelques spirituels traits d’esprit de ci de là, fascinant l’assistance charmée et envoûtée par l’intensité de son regard, par ses propos incongrus, de telle sorte que personne ne s’apercevra qu’il ne mange rien ni ne boit point ce fameux verre toujours plein.

Lorsqu’il se trouve être le maître de maison, il se doit d’inventer une quelconque langueur faisant qu’il ne peut avaler quoique ce soit tant son affliction est grande. Bien sur, cela ne peut manquer d’éveiller les rumeurs, mais, étrangement, ou plutôt, bien évidemment, il se trouvera toujours d’ardents défenseurs en la gent féminine qui, pensant avoir trouvé la cause de son malheur, fera preuve de compassion, attribuant son état, la pâleur de sa peau, son sourire à peine ébauché et ses yeux éthérés, à un romantique et dramatique chagrin d’amour le faisant langoureusement dépérir, ou une sournoise maladie que son courage et sa dignité le pousseraient à taire.

Ceci dit, il est un conseil à retenir de tout cela: plutôt que de vous isolez sinistrement (j’ai pu rencontrer de taciturnes vampires, vivant cloîtrés en leur demeure depuis des siècles, dont l’amertume et la rancœur étaient telles qu’ils préférèrent abréger les souffrances en mettant fin à leur sordide existence plutôt que de continuer à subir leur néant), montrez-vous! Vous vous ferez beaucoup moins remarquer, même avec vos  » singularités « , en vous mêlant au grand monde.

Jeu

 

Il est d’une rare évidence qu’au début de votre nouvel état, être vampire vous a semblé tout sauf un jeu. Et pourtant, c’en est un, grisant, ô combien, et par de multiples aspects. Bien évidemment, il est également un jeu périlleux en certaines circonstances. Déjà, nous pouvons évoquer le jeu que nous nous devons de jouer, le masque que nous nous devons de porter, vis-à-vis de nos connaissances mortelles. Vous pourrez constater l’exquise sensation que cela procure que de réussir à vous jouer de tous, ou mieux, arborant un masque subtil et raffiné, de parvenir à être l’invité idéal lors de mondaines soirées. C’est tout à fait jouissif, et sans réel danger. Profitez-en, les plaisirs faciles sont si rares…

Il est un tout autre jeu, fort différent, que vous connaissez tous, bien entendu, car, il faut être lucide, notre immortelle vie n’est qu’un grand jeu: celui de la vie et de la mort. Les règles sont différentes, cela va de soi, suivant si vous vous trouvez dans le rôle du prédateur ou dans celui de la victime potentielle. Cette dualité, jouer un rôle et pouvoir se retrouver dans le rôle inverse ensuite, et par ailleurs fort instructive: on connaît ainsi de multiples et contradictoires sensations.
Il faut toujours positiver vos expériences, même négatives (tant qu’elles ne sont point fatales), elles ne peuvent que vous enrichir: il y a une leçon à tirer en chaque chose. Connaître les sentiments et les pensées que l’on éprouve lorsque l’on est de la partie adverse est toujours un avantage certain, un atout qui peut se révéler capital.

Il est une évidence que notre nature nous tend à préférer, et ce n’est pas peu dire, l’excitation de la chasse. Relevez tout de même, et ceci n’est point un futile détail, que même si la chasse a la couleur d’un jeu, elle n’en a pas les limites.
Sachez rester maître de vous même et de vos émois en toute éventualité, et méfiez-vous toujours de l’euphorie provoquée par une subtile partie, vous risqueriez de vous trouver très vite entrainé par une irrésistible ivresse, ce qui vous mènerait à commettre les pires imprudences. Je parle en connaissance de cause…

Jour

Ah, la clarté impie des mortelles journées, quelle horreur, quelle atrocité!!! Quelle lugubre et blafarde lumière: je peux vous l’affirmer, nous n’avons rien perdu en ne pouvant plus sortir durant les heures où brille le feu cruel du soleil.
Avec le temps, il nous est plus aisé de supporter certaines légères lueurs, telles celles de l’aube naissante ainsi que celle du crépuscule, mais cela reste toujours fort désagréable sensation. Malheureusement, le fait d’être obligé de rester cloîtrer pendant les heures diurnes nous astreint à quelques contraintes.

Pendant nos heures de repos, auxquelles nous ne pouvons que très rarement échapper, il est nécessaire, outre le fait d’être assurer de sa sécurité, d’avoir à vos cotés un serviteur, un revenant, ou une quelconque âme damnée qui vous soit entièrement dévoué. Vous pouvez le choisir de diverses manières, la plus efficace, à mon humble avis, est d’attiser la convoitise d’un humain en lui promettant l’immortalité, mais je laisse à votre bon sens les critères décisionnels: soyez toujours lucide et pensez à votre sécurité, ne vous laissez jamais emporter par vos sentiments.
Votre serviteur se chargera alors d’éloigner les importuns, les curieux de toutes sortes, ou même, cela n’arrive bien heureusement que rarement mais le cas se produit parfois, les scientifiques, les passionnés d’occultisme et autres illuminés, ayant oui quelques rumeurs au sujet de votre château ou de votre personne.
Prenez garde si de tels personnages rodent près de votre demeure, ils sont en général d’une rare ténacité. Votre serviteur doit veiller consciencieusement sur votre sommeil, gardant l’entrée de votre crypte et, s’il vous arrivait de vous absenter pour une quelconque raison, il se doit de surveiller consciencieusement les lieux. Outre le rôle de cerbère que doit tenir votre aide, il doit être capable, en cas de nécessité, de vous permettre de survivre en vous ramenant de petites choses, tels quelques rats ou de petits animaux.

Bien évidemment, vous pouvez choisir de vous en passer, comme je le fais moi-même. Je vais peut-être vous sembler un vieil aigri, mais j’avoue ne pas pouvoir supporter la présence permanente d’un tel être, ou de qui que ce soit, errant en permanence en ma demeure, que ce soit pendant mon sommeil ou durant mes heures d’éveil. Oser vous déconseiller un tel choix serait pure hypocrisie de ma part, et je m’abstiendrai donc d’un quelconque conseil si ce n’est celui-ci: faites au mieux en tenant toujours compte de deux critères: votre bien-être et votre sécurité. Le principal étant, mais ai-je vraiment besoin de le souligner, le second.

Journal

Il m’est étrange de penser, cette idée ne m’avait jamais effleuré l’esprit, que, dès que nous atteignons un certains nombre de siècles, nous éprouvons tous le besoin de tenir un journal. Je ne connais aucun vampire sain d’esprit, qui n’écrive quotidiennement ses mémoires.
Trouvons-nous par ce moyen le fait d’épancher nos états d’âme, de combler la sordide solitude qui est la notre parfois ou de nous ancrer en les siècles qui passent, sûrement un peu tout cela. Toujours est-il que vous y viendrez, si vous n’avez pas déjà commencé. Prenez seulement grand soin de le tenir à l’écart de toute curiosité mal placée, il n’est rien de plus dangereux que cela. Mais peut-être le danger était-il un attrait supplémentaire. Nous aimons tant jouer avec le feu.

Légendes

Dragon

L’origine des légendes se perd dans la nuit des temps. Elles sont aussi anciennes que l’humanité, et aussi variées qu’il existe d’individus sur la terre. L’on peut tout de même remarquer, ce qui m’a toujours frappé, que l’on peut retrouver, sous des formes très proches, les mêmes légendes dans tous les pays du globe, de la ville la plus courue au village le plus isolé. Comment cela est-il possible, je l’ignore. Si je puis me permettre un avis personnel, je pense que ce que l’on nomme, parfois à tord, vous avez pu le constater, des légendes, sont le fruit de la peur et les fantasmes des mortels devant l’Inconnu, le moyen qu’a su trouver leur esprit afin de maîtriser l’incontrôlable. Vaste est l’Inconnu, incommensurables sont leurs fantasmes et leur imagination ne connait point de limites. Il y a toujours un fait réel à l’origine d’une légende, la difficulté reste à définir la réalité de la fiction.
La thèse émise par les psychologues reste encore à prouver, et j’avoue n’y croire que fort peu. La théorie en question, permettez-moi de nommer cela une théorie, prétendrait que l’humanité aurait un inconscient collectif, dans lequel se développeraient les mêmes mythes, qui imprégneraient le temps et l’espace, lesquels empliraient par la suite, de manière consciente, l’esprit de chacun. De là naîtraient les légendes selon la science. Mais les erreurs et les tâtonnements de celle-ci, et tout particulièrement de la psychiatrie, ne sont plus à prouver, malheureusement.
Mais il faut comprendre que long sera le chemin qui les mènera à la connaissance; vous avez pu le constater, les scientifiques sont, en ce domaine, tout emplis d’une candide ignorance, tant ils ne veulent pas voir ce qu’ils ne peuvent comprendre. Comme beaucoup de mortels, par ailleurs… A chacun son obscurantisme.

Législation

De temps immémorial, sous tous les climats et toutes les latitudes, l’homme a cherché à se protéger contre le retour de ce qu’il appelait des  » morts malfaisants.  » (Là encore il faudrait définir ce qu’est un mort malfaisant… existerait-il des morts bienfaisants?) Les cultures qualifiées de  » primitives  » ont fréquemment noyé, brûlé, éparpillé les restes des disparus; menacé les spectres d’une lance ou d’une massue (imaginez la scène, elle se passe de commentaire… Il est évident qu’aucun spectre n’a jamais fuit et ne fuira devant une menace aussi ridicule, pas plus que vous ne reculeriez devant une gousse d’ail… mais il est indispensable pour l’esprit humain de pouvoir penser qu’il possède un moyen de défense contre tout danger éventuel, même s’il se ment, et même s’il le sait: l’homme a besoin de croire qu’il peut tout contrôler et surtout, qu’il possède un pouvoir sur toute chose.) et cherché à apaiser les esprits afin qu’ils favorisent les récoltes, les naissances, ou l’issue des combats.

Ces pratiques relèvent d’une sorte de droit coutumier fortement imprégné de concepts magiques. Et ces derniers n’ont pas tout à fait disparus chez les plus civilisés, c’est le moins que l’on puisse dire: regardez autour de vous, aujourd’hui encore tout n’est que superstition.
Dans l’Ancienne Égypte, la privation de sépulture, voire une inhumation précipitée, correspondait aux pires des châtiments. Les tombeaux cossus se protégeaient contre l’intrusion des violateurs, et certains pièges ingénieusement disposés dans les couloirs des pyramides, fonctionnaient encore lorsque les archéologues se frayèrent, après des millénaires, un chemin jusqu’à la chambre mortuaire. Marteler le nom de l’occupant d’une tombe, piller les richesses qu’elle renfermait, entraînait la mise à mort des coupables.

Ah, les pyramides… Combien de nous y trouvèrent refuge. Je n’ai malheureusement pas connu cette époque, mais les récits des anciens sont fascinants et ils m’ont appris combien les savants de notre siècle sont encore loin d’en découvrir tous les secrets. Je n’en suis point surpris, car notre siècle est un siècle de lumières et de science, et sont enfouis en d’obscures et ténébreuses croyances les secrets oubliés des temps anciens.
En Grèce antique, le refus de sépulture correspondait de même à une suprême injure envers le défunt ou à quelque punition exceptionnelle. Qu’on se rappelle à cet égard l’exposition du cadavre du frère d’Antigone.
A Rome, sous peine d’impiété, c’est à dire de crime capital, la loi Jus Pontificum ordonnait de recouvrir le corps des défunts découverts hors des agglomérations, par des mottes de terre ou des monceaux de cailloux. Il existait des collèges de prêtres consacrés au service des mânes, des lares et des ombres. Platon, Démocrite et Plutarque avaient prétendus que ces dernières apparaissaient parfois au voisinage des tombeaux, et Suètone parle d’infestations de spectres après les obsèques de Caligula. On craignait aussi fortement le retour des âmes que celles qualifiées de magiciennes: Ericho, Circé, et Médée, pour ne citer que les plus connues, s’étaient fait une spécialité d’invoquer…

Chez les Crétois, nous apprend Pausanias, on brûlait les cadavres sortis du tombeau (toujours cette vilaine manie que de vouloir tout brûler: les mortels ont toujours pensé que le feu était purificateur… ils ont malheureusement raison en ce cas et nous en fîmes l’expérience que de trop nombreuses fois) et on leur perçait la tête avec un clou. Je pense qu’il faut rechercher là l’origine de certaines atroces coutumes Slaves. Les anciens peuples septentrionaux, écrivait Don Calmet,  » étaient persuadés que les spectres qui apparaissaient quelques fois, ne sont autres que les âmes des morts décédés depuis peu, et que dans leur pays, on ne connaissait point de remède plus propre à faire cesser ces sortes d’apparitions que de couper la tête au mort, de l’empaler, ou de lui percer le corps avec un pieu, ou de le brûler; comme il se pratique encore aujourd’hui (vers 1751) dans la Hongrie et dans la Moldavie envers ces Vampires.  » (Traité sur les apparitions des esprits… Tome I , p 382-383.)
Voila encore et toujours de fâcheuses coutumes humaines des plus désagréables à notre égard. Serions-nous le pire fléau de l’humanité ou ne pensez-vous pas que ce sont plutôt leurs propres peur de la mort qu’ils combattent aussi vigoureusement? Je vous laisse méditer sur la question.

Les cimetières sont des lieux saints dans lesquels sont sensés reposer en terre chrétienne ceux qui l’ont mérité. (S’ils savaient, s’ils se doutaient seulement… cette pensée me ravit.) C’est ainsi que l’Église refusa longtemps longtemps, et refuse encore si l’on n’use de fins stratagèmes, d’inhumer selon les rites sacrés les suicidés, les excommuniés, ou les infidèles, et d’une manière plus générale tout individu ne l’ayant point  » mérité  » de par sa conduite honteuse et ostensiblement pécheresse. Un coin maudit, tabou si l’on préfère, est réservé aux suicidés, aux enfants morts sans baptême et aux incroyants. En Russie, on enterrait les suicidés à la croisée des chemins (je vous en ai donné la raison précédemment, voir croisement pour les distraits…) et la loi précisait:  » … les funérailles ne seront pas accordées à qui se sera rendu coupable de suicide. Le testament qu’il aura éventuellement émis avant de mettre fin à ses jours n’aura aucune valeur. On ne pourra enterrer son corps en terre sanctifiée.  » Nous extrayons de l’édition de 1892 du Svod Zakonov, l’article 70 de l’Ustav (statut) destiné aux médecins:  » Le corps d’une personne qui se sera suicider volontairement (Peut se prêter qu’à sourire une aussi belle tournure de phrase) devra être enterré par le boucher (charmant) en lieu écarté et infâme.  » De même la loi anglaise prévoyait une inhumation ségrégative pour les personnes soupçonnées de suicide et elle ordonnait que l’on enfonçât un épieu en travers de leur corps, afin qu’ils ne reviennent point tourmenter les vivants.

Lorsque la loi écrite n’existait pas, ou bien que ses effets semblaient trop aléatoires au gré des populations, la coutume s’occupait de maintenir les vampires en leurs tombes. Il suffit de s’en rapporter à Dom Calmet et aux témoignages signés par les médecins et les juristes pour constater que les autorités officielles ne s’opposaient nullement aux atroces moyens prophylactiques, tel que la décapitation, le pal, etc…, utilisés contre les supposés revenants empruntant une forme matérielle…

Lorsque sévissait la peste ou une quelconque épidémie, elle était invariablement attribuée aux exactions des vampires, et la loi devenait encore plus draconienne: (Il fallait bien un coupable à tant de malheurs, et, comme je l’ai déjà souligné, de par notre nature nous y prêtons fort bien.)  » En ces temps de peste, disait l’ancien Code russe, on doit détruire par le feu, après l’avoir décapité, tout cadavre suspecté de remuer dans sa tombe.  » (Je me suis toujours demandé comment l’on pouvait suspecté un cadavre, enterré sous une bonne épaisseur de terre, de  » remuer en sa tombe « ) Certains législateurs réagirent cependant, comme quoi il y a toujours eu des gens de bon sens, contre une trop grande généralisation de ces pratiques. La violation de sépulture fut notamment interdite par les Capitulaires carolingiens. En Serbie, le tsar Stephan Dusan défendit que l’on remuât la terre sous quelque prétexte que ce soit. Un acte du Parlement britannique de 1824 interdisait de transpercer le corps des suicidés et des bannis. Cette Loi sauva d’ailleurs bon nombre d’entre nous. Toutefois, leur inhumation continuait d’avoir lieu à la croisée des chemins. Ma foi, si cela les amusait, cela ne nous portait pas préjudice. De nos jours encore, en Écosse et dans certaines contrées de l’Éire, on enterre ceux qui ont mis fin à leurs jours loin de toute habitation, à un croisement, de préférence, pour que le diable, qui hante ces lieux, cela va de soi, le diable n’ayant pas de meilleure occupation que de hanter les carrefours, se charge plus sûrement de leur âme maudite.

A la fin du siècle dernier, la Russie connut de mauvaises récoltes et la malnutrition entraîna le développement d’épidémie dans les campagnes. Il s’en suivit, comme de bien entendu, une recrudescence d’exhumations, au cours desquelles on transperçait, on décapitait et on brûlait tout cadavre suspecté de vampirisme. En 1797, un jurisconsulte de Saint-Pétersbourg eut l’intelligence et le courage de commettre un texte visant à l’abrogation de la loi qui autorisait, et encourageait, de telles pratiques. Il insistait tout particulièrement sur les inhumations hors des cimetières orthodoxes qu’il fallait à son avis proscrire, car  » une telle ségrégation ne peut exercer sur le peuple qu’une néfaste influence. Elle excite son imagination et il pense que tous les suicidés, les excommuniés, les personnes mortes en état de péché mortel ne saurait trouver de repos après leur mort… et deviennent des vampires.  »

De nos jours, le Code Pénal de la plupart des pays (bénis soient-ils, si je puis me permettre) poursuit sans pitié les violateurs de sépultures. Auraient-ils encore l’intention de venir exterminer les vampires? Non, cela fait longtemps que plus personne, ou presque, ne croit en notre existence, mais ils pourraient dérober des bijoux, ou commettre quelque acte de nécrophilie. L’article 314 du Code Pénal roumain punit, par exemple, de six mois à deux ans de prison toute personne qui, par n’importe quels moyens, commet un acte de profanation sur un cadavre, et l’Article 360 de du Code Pénal Français est ainsi libellé :  » Sera puni d’un emprisonnement de trois mois à un an et de 1000 francs à 12000 francs quiconque se rendra coupable de violation de tombeaux ou de sépultures; sans préjudice des peines et délits qui seraient joints à celui-ci.  » Mais, pour encourir une amende, il n’est pas nécessaire de violer les tombes: il suffit de troubler par l’indécence de sa conduite le repos de ses occupants.

Toutes ces lois, ces lois d’un siècle cartésien où nous sommes sensés n’avoir jamais existé, toutes sont pour nous une salvatrice protection. Il va de soi que nous sommes bien moins dérangés aujourd’hui que ce que nous le fûmes durant les siècles précédents. Ceux qui ont connu les hordes infernales et incessantes de  » tueurs de vampires  » comprendront à quoi je fais allusion… Malgré tout, il s’en trouve encore, dans certaines contrées éloignées, mal éclairées par les lumières de la science ou plongées dans un obscurantisme tenace (ou plus vraisemblablement une lucidité rare), il s’en trouve encore pour nous reconnaître, pour nous pourchasser et vouloir nous décimer selon les anciennes coutumes encore en vigueur.

Ainsi, comme vous pouvez le constater, défiant la science et les normes du savoir actuels, ont su traverser les siècles les anciens rituels visant à tenir de présumés revenants à l’écart, même si l’origine de ces pratiques se sont perdues dans les méandres de l’oubli…

Lilitû

LilithAh, encore et toujours la question de nos origines… L’éternelle question… Je n’ai que peut de réponses à celle-ci. D’où venons-nous, depuis quand existons-nous, quel fut notre créateur, tout cela reste encore noyé dans les limbes de vieux récits, d’anciennes croyances, dont certaines sont parvenues jusqu’à nous. Il est une légende qui nous conte l’histoire de Lilitû. Lilitû, démon de son état, succube d’origine assyrienne, serait l’ancêtre des empuses, des goules et des vampires… Lilitû, régna sur Edon, avant que l’Éternel n’en décidât la destruction définitive, comme en témoignent les vers suivants:

 » Les animaux sauvages du désert s’y rencontreront,
Les chiens sauvages et les boucs s’y appelleront les uns les autres ;
Là, le spectre de la nuit aura sa demeure
Et trouvera son lieu de repos…  »
(Essaïe XXXIV, 14)

Elle devint alors Lilith selon la tradition rabbinique, le nom doit vous être connu, je suppose, et en dépit des ordres formels du Très Haut, s’en alla errer sur la Terre, se mêlant aux Ombres de la Nuit. Peut-être rode-t-elle encore en notre Ténébreuse époque, je ne puis le dire. Quelle  » bénédiction  » si un tel être venait enfin à nous, s’il nous parlait. Enfin nous saurions. Imaginez tout ce savoir accumulé au cours des siècles! Imaginez un être ayant parlé à Dieu. Elle pourrait dévoiler tant de secrets à nos esprits enfiévrés. Qu’est-ce que le temps, pour elle, pour nous. Une notion, tout au plus… J’ai espéré et j’espérerai toute mon éternité. J’espère encore, j’espère. Je t’attends…

Lois

Les Lois.. quel atroce souvenir. Soyez heureux de ne point connu et subi cette époque. Des Lois stupides, un impie mélange de vieux relents de satanisme et d’anciennes croyances chrétiennes. Des Lois dont nous ne savions même pas qui en était le professeur, des Lois qui étaient, et qui promettaient les pires tourments à celui qui refusait de les observer. Si aucune puissance ne se manifestait lors d’un manquement, fusse-t-il léger et sans importance, nous devions tout de même subir ce qui était appelé, fort joliment par ailleurs,  » La Purification  » (et qui signifiait la destruction par le feu, beaucoup plus prosaïquement), purification qui nous était infligée par nos pairs, ceci afin de  » renforcer  » l’unité du groupe et que cela servit de leçon à tous.

Nous vécûmes un calvaire, des siècles durant. Car nous respections Les Lois, peut-être par habitude, par obéissance, ou alors, je peux vous l’avouer, bien plus sûrement tenus par l’ancestrale peur qui nous obscurcissait alors l’esprit.
Mais les siècles passèrent, et, peu en peu, nous sentîmes en notre âme s’éroder le poids de nos vieilles chaînes. Il en fut, des plus hardis, il s’en trouve toujours, pour oser franchir les limites qui nous étaient imposées. Nous attendîmes, nous observâmes… et nous en fumes sidérés: il ne se passa rien… rien.
La terre ne s’ouvrit pas sous leurs pieds en un grondement sourd, le diable ne vint mander leurs âmes honnies afin qu’à jamais elles ne brûlent en enfer, Dieu ne les foudroya pas sous un divin éclair… rien. Puis vint une nuit, enfin, où nous nous réveillâmes et où nous sentîmes que Les Lois étaient mortes: elles agonisaient, éclairées par de nouvelles lueurs, les lueurs d’un savoir qui s’annonçait. Nous en primes conscience, et la conscience déchira peu à peu le voile qui obscurcissait nos esprits embrumés. Les Lois étaient mortes et la peur qui nous tenait prisonniers en son esclavage maudit périssait avec elles. Nos chaînes s’effritèrent, tombèrent en une amère poussière, la grise poussière de nos regrets. Nous étions libres, libres enfin. Les Gardiens des Lois hurlèrent notre malédiction, nous promirent une éternelle damnation. Mais n’étions-nous point déjà damnés? Après tant et tant de siècles où nous avions vécus l’esprit courbé sous le poids de la terreur, après avoir vu, et fait périr, de nos propres mains, pourtant encore si blanches, tant de frères innocents, nous connaissions enfin la paix…

Elle devait être éternelle… Les reflets de cette époque, si proche et si lointaine, enserrent encore mon cœur de leurs griffes tenaces, et je sens parfois une lancinante et vieille douleur, de par trop familière; la douleur de mes souvenirs…
Je hais les Lois. Vous êtes Libres, Libres, n’oubliez jamais… JAMAIS…

Loups-garous

Lycanthrope

Une incontestable affinité réunit les goules, qui transforment leurs amants ou maris en animaux, les loups-garous et les vampires. Il est admis, dans le domaine folklorique notamment, que, sauf en cas de crémation sur ordre de justice, les loups-garous deviennent vampires, après leur décès naturel.
Dans sa Magia Posthuma, publiée à Olmutz, en 1706, Ferdinand de Schertz fait ainsi allusion à une femme sacrilège qui, durant plusieurs mois, revint alternativement sous forme humaine et canine. Tournefort rapportait, de son côté que l’on croyait, dans les îles grecques, au pouvoir que le Diable avait de pouvoir ranimer les vampires. Ce pouvoir n’aurait rien eu d’extraordinaire si les vampires en question n’avaient été au préalable des sorciers ou des loups-garous.

Est-il utile que je commente ce qui ne peut être, aux yeux de tout individu sensé, qu’une ancestrale (et fort amusante, par ailleurs) croyance ? M’ont été rapportées moult histoires au cours des siècles, grandement amplifiées et déformées, de loups-garous errant en certaines campagnes, mais aucune ne faisait mention d’un loup-garou qui se serait changé en vampire après son trépas, de quelque manière que ce fusse, fort heureusement pour nous: nous avons déjà bien assez de certains des nôtres.

L’on admettait, autrefois, que les coups et blessures portés au loup-garou, surpris en pleine action, se retrouvaient sur l’individu redevenu à sa forme initiale; de même, les coups portés au vampire se retrouvaient sur le cadavre dont on ouvrait le cercueil. Bien évidemment, comment pourrait-il en être autrement ? Bien qu’il soit certains vampires, parmi les plus anciens, dont les pouvoirs de régénérescence sont tout à fait stupéfiants. Le Pouvoir s’amplifie avec l’âge, comme je l’ai déjà souligné.

Continuons, si vous le voulez bien, à naviguer sur la vaste océan des légendes populaires, nous concernant ainsi que les loups-garous. Nous sommes apparemment un sujet indémodable:

 » La lycanthropie, une étroite parenté la relie au vampirisme proprement dit, constate Stanislas de Gaïta dans Le Temple de Satan (p. 229). Dans les deux cas, le spectre assassin (assassin… de suite, de grands mots) court la campagne sous diverses formes d’animaux (c’est cela, nous courons la campagne, sous forme d’animaux, en compagnie des loup-garous… nous n’avons sûrement rien de mieux à faire…); dans les deux cas il s’attaque volontiers aux êtres qu’il rencontre (évidemment, si vous ne rencontrez personne, comment voulez vous attaquer qui que ce soit… est-il sot!!!); la différence essentielle consiste en ceci précisément que le loup-garou, tandis que sa forme astrale vagabonde au-dehors, est un sorcier vivant qui sommeille dans son lit (tiens donc); et que le vampire, au contraire, est un sorcier mort qui végète dans sa tombe.(Nous avons certainement connu la mort, il fut un temps, certains de nous ont, en effet, quelques connaissances en sorcellerie, mais en aucun cas nous ne végétons, Très Cher. Durant la journée, nous avons quelques obligations faisant que nous nous reposons, et lorsque nous sortons, de nuit, bien entendu, ce n’est point pour aller roder sous une forme astrale, quelle idée, sottement en une lande désolée…)  » Hum… Il en est certains que je me ferais un plaisir de… rencontrer…

Toujours sous l’emprise du délire, les villageois de jadis affirmaient que l’on devenait loup-garou en vertu d’un enchantement résultant d’un pacte avec le démon. La mutation lycanthropique impliquant l’usage d’un onguent approprié (où entraient la chair des serpents, le graisse des bébés et des végétaux hallucinogènes, tout est dit), s’apparentait à la sorcellerie, avec tout un cortège d’obligations et de rites… A l’inverse, le vampirisme se résumait dans une banale morsure, banale est vite dit, bien appliquée, il est vrai.
Comme vous pouvez le constater, notre naissance au Monde des Ténèbres fut beaucoup mieux élucidée que celle des loup-garous, qui resta incomprise pendant fort longtemps. Peut-être parce que, malheureusement, nous fumes, de par notre nombre, sujets à d’abjectes expériences.

Assassins par lubricité et anthropophages dans la majorité des cas, les loups-garous n’étaient pas toujours perçus comme foncièrement mauvais. Certains d’entre eux, disait-on, subissant l’attrait d’un sortilège, se voyaient parfois contraints de rendre service aux autres hommes, sous leur forme animale. Baring Gould nous assure que d’autres devaient protéger les personnes égarées, ou chasser les bêtes malfaisantes, capables d’attaquer les voyageurs.

Dans les légendes islandaises et lituaniennes, les loups-garous apparaissaient encore sous des traits plutôt nobles et flatteurs. Il en va de même dans les contes slaves où le loup-garou se met parfois au service d’un paysan qui lui verse un salaire pour qu’il protège ses récoltes contre les animaux nuisibles ou son rucher contre les ours… On croit rêver…
Comme vous pouvez le constater, le loup-garou a, jusqu’à nos jours, été décrit comme une victime par les âmes crédules, statut que nous n’obtiendrons jamais. Cette idée me réjouit. Aimeriez-vous attirer la piété ? J’ose espérer que ce n’est pas le cas. Nous sommes des Enfants de la Nuit, et cela doit être cause de fierté et non point d’affliction.

Loup

Le loup est l’animal le plus proche du vampire, de par ses affinités et sa nature (prédateur nocturne). De plus, nous est octroyé dès notre naissance au Monde des Ténèbres un pouvoir particulier, une troublante complicité, qui fait que nous possédons la particularité de nous faire obéir des loups, à n’importe quelle distance que ceux-ci se trouvent, où que nous nous trouvions. Une sorte de sixième sens nous permet, de manière innée, de leur adresser des ordres ou, dans les pires des cas, de les appeler au secours lorsque nous nous trouvons en danger extrême. Ces Enfants de la Nuit, tels des Frères, répondront toujours à votre appel et jamais ne vous trahiront. Chose rare et précieuse, vous ne l’apprendrez que trop tôt.

Lune

La beauté des lueurs éthérés de la lune. La lune, déesse créatrice, qui de ses rayons opales insuffle la vie dans la plus inerte des pierres, vous connaissez tous cette magie, cette magnificence. Nombres de poètes et d’écrivains se sont approchés d’une vérité qu’ils ignoraient, ils l’ont effleurée, caressée sans même sans douter… peut-être une sensibilité particulière fait-elle percevoir à certains mortels ce qui restera à jamais insoupçonné aux yeux de leurs semblables.

L’histoire de la lune, à travers les légendes et les croyances ancienne est fort intéressante, et a toujours été pour moi source d’un grand amusement.
Il est une chose dont je suis sur: les humains atteints de lycanthropie se transforment bien en loups-garous les nuits de pleine lune. J’a pu relever tant de témoignages concordants qu’il ne saurait en être autrement. Pour le reste, voyez par vous-même.

L’on croyait, par exemple, chez les Grand-Russiens, que seuls les excommuniés enterrés à une croisée des chemins, soumise, de plus, au rayonnement de la lune, se levaient la nuit pour sucer le sang des vivants. Beaucoup de poètes et de littérateurs ont utilisé cet élément, d’un grand romantisme (le lune a toujours été associée au romantisme) dans leurs œuvres. Ainsi, Nekrassov :

 » La lune donne au poète la chevelure de toutes les femmes qu’il aime et aux morts lointains la clé de leurs tombeaux.  » (Œuvres 1967, p. 79) Ce qui est, ma foi, fort bien vu.
L’on pense que le nosferat, en Roumanie, accroît sa vitalité les nuits de pleine lune, et lorsque les chinois enterrent leurs morts, ils multiplient les précautions pour colmater soigneusement les fissures du cercueil… Si les rayons de la lune y pénétrait, le mort ne manquerait pas de se transformer en Kiang-si.

 » La plupart des peuples, écrit Collin de Plancy, ont cru que le lever de la lune était un signal mystérieux auquel les spectres sortaient de leur tombeaux. Les Orientaux comptent que les lamies et les goules déterrent les morts dans les cimetières et font leurs festins au clair de lune. Dans certains cantons de l’Orient et de l’Allemagne, on prétendait que les vampires ne commençaient leurs  » infestations « , quel mot abject, qu’au lever de la lune, et qu’ils étaient obligé de rentrer en terre au chant du coq.
Comme vous pouvez le constater, il est beaucoup de vérités, partielles, mais vérités tout de même, parmi ces croyances.

Mais l’idée la plus extraordinaire, adoptée dans quelques villages, est que la lune ranimait les vampires. Oui, vous avez bien lu, ranimait:  » Lorsqu’un de ces spectres (comme ils nous appellent) poursuivi dans ses courses nocturnes, était frappé d’un balle ou d’un coup de lance (ce qui nous aurait tout au plus égratigné), on pensait qu’il pouvait mourir une seconde fois, mais qu’exposé aux rayons de la lune, il reprenait ses forces et pouvait de nouveau sucer les vivants.  » (Dictionnaire Infernal, édit. de 1863, p. 419-420.) Ne vous fiez aucunement en cette légende, ô combien non fondée!!! Si jamais l’on parvenait à vous tuer, en aucun cas la lune n’aurait de pouvoir sur vos restes.
Certains Gitans croient, pour leur part, que la lune est la véritable patrie des vampires et qu’il la quitte chaque nuit, lorsqu’elle est visible, pour venir errer parmi les mortels. Je vais clore ce sujet par cette charmante et romanesque croyance. Ah, si cela pouvait être vrai… avoir une patrie… quelle paix connaîtrions-nous alors…

Magnétisme

Une Vampire

Que les vampires dégagent un magnétisme certain n’est plus à prouver… Peut-être cela est-ce du à une aura particulière, à leur charme singulier, ou, plus vraisemblablement, à l’attrait qu’éprouve tout être humain vis à vis du mystérieux, du sulfureux. Je ne vais vous faire l’éloge d’un Don qui nous est accordé lors de notre naissance au Monde des Ténèbres, mais plutôt vous parler de ce que j’ai pu constater, et qui se rapproche, bien que de manière très différente, de notre nature: Le véritable vampirisme psychique dont peuvent faire preuve certains mortels à l’égard de leurs pairs.

 » Le vampirisme, écrivait par exemple P. V. Piobb, dans son Formulaire de haute magie, affecte des formes variées. Dés que deux personnes se voient fréquemment, il n’est pas rare, quand l’une prend un certain ascendant sur l’autre, que celle qui domine soutire, inconsciemment, une partie des fluides de celle qui est dominée.
En une certaine Magie, véritable mais dégénérée, on a souvent utilisé ce phénomène de vampirisme magnétique pour le mal, mais aussi pour le bien. Plusieurs élans frénétiques qui sont historiquement constatés dans les foules n’ont pas d’autre origine. Toutefois, les documents manquent pour l’attester…  »

La thèse spiritualiste, soutenue par Charles Lancelin rattache, dans sa tentative d’explication, le phénomène à un certain magnétisme médiumnique. L’être vivant est considéré comme un corps électrique imprégné d’un principe actif. La proportion varie selon les individus; certains en émettent, d’autres attirent avec avidité :
 » Les végétaux errants, rapprochés en pépinières, sont vigoureux et frais; mais, voisins d’un grand arbre, ils se dessèchent et dépérissent.  »

Quelle qu’en soit l’explication, nous avons tous connus, de notre vivant, des êtres de cette espèce. Peut-être même étiez-vous déjà un vampire avant de recevoir le Don Ténébreux. S’il me faut conclure, sachez que ce sont toujours les âmes fortes qui ont l’ascendant, et exercent donc cette forme de vampirisme, sur les âmes dites faibles. Il est évident que vous êtes maintenant à l’abri de tout cela… Normalement… A moins que l’un de vos pairs ne parvienne à prendre un ascendant sur vous…

Malédiction

Sentez-vous peser sur votre âme le poids d’une sombre malédiction ? J’ose espérer que tel n’est point le cas… Laissez au passé les croyances qui lui appartiennent: elles n’ont que trop servi.

Marque (du diable)

Autrefois, en ces temps lointains d’obscurantisme d’où me parvient encore l’odeur odeur écœurante et acre de chairs brûlées, la croyance populaire affirmait qu’une marque diabolique, la stigma diabolicum, était apposée par Satan sur ses adorateurs dès lors qu’était signé un pacte. Évidemment, le cachet démoniaque ne pouvait qu’être subtilement caché, il n’aurait pu en être autrement…
 » Il les ensevelit et cache en telle partie et endroit du corps, qu’il faudrait mettre ce même corps en pièce pour les trouver. Il les imprime souvent, ou en des parties si sales qu’on a horreur de les y aller chercher: comme dans le fondement de l’homme, ou en la nature de la femme; ou bien comme il est extrême et dénaturé, au lieu le plus noble et le plus précieux qui soit en toute la personne: où il semble impossible de l’imprimer, comme dans les yeux ou dans la bouche.  » ( Pierre de Lancre: Tableau de l’inconstance)

La marque en question pouvait se résumer à n’importe quelle différence, bien que l’on prétendit qu’elle avait le plus souvent la forme d’un crapaud, d’une patte de grenouille ou d’une araignée. Si telle était votre disgrâce de porter une quelconque distinction anormale, vous pouviez aussitôt être dénoncé par une bonne âme (voisin jaloux de vos terres, femme désirant se débarrasser d’une rivale encombrante, etc…) à l’Inquisition, laquelle se faisait un plaisir de faire triompher le bien et la vérité.
Il s’en suivait alors une cérémonie, un procès, plus précisément, destiné à prouver votre culpabilité… (Plutôt que votre innocence, le peuple était alors crédule, friand de spectaculaire, et c’était ma foi un bon moyen pour l’église de maintenir tout à chacun à sa place…) Les juges recherchaient cette ou ces marques à l’aide d’un stylet; ils rasaient tout d’abord l’accusé et procédaient ensuite à la recherche de la marque en plantant le stylet dans toutes les parties suspectées, souvent près des organes génitaux.
La découverte de la marque faisait, bien entendu, office de preuve, ce qui amenait le plus souvent à la crémation. Voici un compte rendu de recherche de la marque diabolique sur le corps d’Antoinette Brenithon, sorcière berrichonne, jugée en 1614:

 » … ayant été procédé au rasement de son poil, le barbier aurait reconnu et déclaré avoir reconnu une marque en la tête sur l’os pariétal, de la largeur de la paume de la main.
Dans laquelle ayant piqué suivant l’ordonnance, trois épingles en trois divers lieux, de telle raideur qu’elles seraient courbées et demeurées jusqu’après le rasement, sans qu’elle les eût senties ni aperçues. Et ayant été interpellée si elle avait eu quelque mal a la tête, aurait répondu y avoir eu quelque gale. Et sur ce, le barbier interpellé de dire ce qu’il en jugeait le serment de lui pris, aurait juré et affirmé ladite marque être extraordinaire et surnaturelle et qu’il n’estimait que ladite marque procédât d’accident de gale.  » (Filleau, Recueil général des Édits.)

Il était une autre méthode, instaurée par le roi Jacques Ier d’Angleterre, qui consistait à jeter la présumée sorcière, pieds et poings liés, dans une marre ou une rivière: puisque l’eau était le liquide du Saint-baptême, elle devait rejeter toute personne liguée avec le diable; par conséquent, si la femme était une sorcière elle flottait (avant d’être vraisemblablement exécutée); si elle était innocente, elle se noyait. De toute manière, le problème était résolu de façon satisfaisante… sauf pour l’accusée, bien entendu…

Il ne reste rien aujourd’hui de ces vieux barbarismes, de ce règne du pouvoir par la terreur, mais, parfois je me demande, en regardant la société se débattre, si de nouvelles terreurs n’ont pas pris la place des anciennes… car je vois toujours les hommes par la peur maintenus…

Miroir

Esprit se reflétant dans un miroirLa légende qui prétend que notre image ne peut être perçue dans un miroir est issue de nombreuses et anciennes croyances. Imaginez combien notre existence serait compliquée si tel était le cas… Cela est bien évidemment un mensonge éhonté, mais, ma foi, laissons encore les humains croire longtemps que c’est une vérité et qu’ils peuvent ainsi nous démasquer: tout cela peut se révéler des plus commodes en certaines circonstances.

Nous pouvons retrouver assez facilement les origines de cette légende. L’être humain a, de tous temps, essayé de lutter contre ce qu’il ne comprenait pas ou ne parvenait point à contrôler. Dans le cas présent, ce fut l’âme, quelque peu voyageuse et indocile, que l’on essaya de capturer dès lors qu’elle se trouvait hors du corps.
La croyance qui veut qu’un miroir porte malheur vient de la superstition selon laquelle les miroirs capteraient l’esprit sous forme de reflet.
Dans presque toute l’Europe, de nos jours encore, la tradition demeure de retourner les miroirs contre les murs lorsqu’il y a un décès dans la maison. Ainsi, l’esprit, ne peut plus se réfugier dans un reflet, pour ensuite revenir dans le corps et le ranimer. C’est pourquoi les mortels en ont déduit que lorsque l’on tendait une glace à un vampire, celui-ci ne pouvait s’y refléter. Si l’on pense selon leur critères, ce phénomène était tout fait logique: son esprit, vagabond, n’est par définition jamais dans son corps!… Le reflet dans le miroir est donc sensé nous retourner l’image de notre présence éthérée, et non celle de notre corps physique.

Dans certaines régions d’Europe centrale, on juge indispensable, toujours après un décès, bien évidemment, de vider de leur eau toutes les cuves, cruches et citernes, afin qu’aucune surface liquide ne puisse agir comme un miroir et recevoir l’image de l’âme du défunt. En Roumanie, tous les récipients retenant de l’eau sont recouverts durant la nuit, pour éviter que l’esprit des personnes qui dorment ne viennent s’y noyer. En Macédoine, c’est l’inverse: on laisse des cuvettes plaines d’eau à côté d’une nouvelle sépulture, de façon que, si un esprit mauvais s’y trouve et cherche à en sortir, il puisse être capturé avant d’aller torturer les vivants.

Il existe également, en Europe, des pratiques courantes telles que celle consistant à faire couler de l’eau à mi-chemin entre le lieu du décès et le défunt, dans le but, plus ou moins avoué, d’édifier une barrière entre le monde des morts et celui des vivants, et d’empêcher ainsi l’esprit du défunt de revenir hanter l’autre rive. Par ailleurs, toutes ces légendes ont servi à construire dans l’esprit des mortels le mythe selon lequel nous ne pouvions supporter l’eau: en effet, nous sommes sensés ne pas pouvoir traverser un courant d’eau vive. Encore une plaisanterie, cela va de soi. Décidément, l’imagination humaine sera toujours pour moi un puits de délices.

Bien évidemment, toutes ces coutumes étaient plus particulièrement vivaces avant l’ère industrielle, lorsque les miroirs étaient peu courants et souvent de mauvaise qualité, ne réfléchissant qu’imparfaitement, en tous cas guère mieux que ne l’eut fait un plan d’eau.

Pour clore ce sujet, je vous laisserai méditer cette spirituelle citation, dont vous devinerez aisément l’auteur, si vous l’ignoriez:  » Les miroirs sont des breloques trompeuses qui flattent la vanité humaine.  »

Mort

La MortJe dois bien admettre l’avoir croisée, et la croiser encore bien plus souvent que je ne le souhaiterais… Je vous parle, vous l’aurez compris, de La Mort…
Cela va sans dire, elle est venue me visiter lors de mon passage au Monde des Ténèbres, comme cela a du être le cas pour chacun de vous… puis elle s’en est allée, haineuse et rancunière, voyant en moi un sujet se soustraire.

Depuis, ô depuis… je lui ai rendu au centuple la vie qu’elle n’a pu me voler… Je l’entre-aperçois, parfois, rôdant, telle un charognard, autour des cadavres encore chaud de mes victimes… Je dois avouer ne point l’aimer, même si, étant ce que nous sommes, elle nous compte parmi ses plus chers alliés, ses humbles et dévoués serviteurs… Serviteurs malgré nous, sujets rebelles, mais sujets tout de même… Cette servitude me pèse, mais il ne saurait en être autrement…

Il fut une douloureuse nuit, où j’errais l’âme emplie de pensées de funestes, il y a fort longtemps, où la mort me contempla longuement, me fixant de ses orbites plus vides que le néant, avec un sourire complice et narquois, et je devinais alors qu’elle était consciente de la dualité qui me tourmentait, et devait me tourmenter mon éternité durant. Telle est sa force que d’être notre maîtresse et notre faiblesse que de la servir…

Nécrophagie

Tout en étant de circonstance mais bien que sortant quelque peu du sujet de cette encyclopédie, je tiens à vous démontrer (si cela reste encore à faire) à travers le compte-rendu officiel d’un cas nécrophagie, fort intéressant et instructif par ailleurs, combien parfois les mortels ont su faire preuve de la plus grande des ignominies.

 » Exclusion faite des peuplades qui ont résolu le problème des cimetières en mangeant leurs disparus, pensant ainsi absorber leurs  » vertus  » physiques, sexuelles ou magiques, la nécrophagie apparaît, en général, comme une étrange dépravation du goût. Une incontestable liaison existe entre la sexualité et l’instinct de conservation, qu’illustre en particulier l’exemple d’Harmann, le boucher de Hanovre, qui, une fois sa passion satisfaite, dévorait les restes de ses favoris d’un soir. Harmann demeure cependant un raffiné, un gourmet dans toute son abomination, capable de faire bouillir ou de faire cuire les chairs.

A l’instar de Salvador Dali, il pouvait affirmer que le  » cannibalisme est une des manifestations les plus évidentes de la tendresse.  » L’argument est facile, mais continuons à progresser dans les méandres de l’horreur humaine.
Le vrai nécrophage ne connaît point ces subtilités, si l’on peut dire; c’est un être frustre qui, a tout autre mets, préférera toujours la viande crue, dévorée sur place.
Voici, tiré de la Gazette Médicale de Paris (1849, p. 562-563) un exemple remarquable de nécrophagie constaté à Saint-Armand, dans le Cher, en France, bien loin par conséquent des forêts impénétrables de l’Afrique ou de Papousie.

 » On a arrêté et conduit dans les prisons de Saint-Armand un homme qui faisait sa nourriture favorite et recherchée de substances animales les plus dégoûtantes et même des débris de cadavres. Il s’est plus d’une fois introduit dans les cimetière, où, à l’aide d’instruments nécessaires, il a cherché à extraire des fosses les corps déposés récemment, pour en dévorer avec avidité les intestins, qui sont, pour lui, l’objet qui flatte le plus son goût. Trouvant dans l’abdomen de quoi satisfaire à son appétit, il ne touchait plus aux autres parties du corps. Cet homme est âgé à peu près de trente ans; il est d’une stature élevée. Sa figure n’annonce rien qui soit en rapport avec cette passion dominante. La dépravation du goût est portée à l’excès: on l’a vu suivre les artistes vétérinaires dans les pansements des chevaux pour en manger les portions de chairs détachées, les plus livides et les plus attaquées par la maladie. On l’a trouvé également dans la rue fouillant les immondices pour y trouver des substances animales jetées hors des cuisines.

Ce qu’il y a de plus étonnant, c’est qu’il n’est point maîtrisé par une faim dévorante: il ne mange point d’une manière extraordinaire; car lorsqu’il lui arrive de rencontrer de quoi fournir plus qu’à son repas, il en remplit ses poches et attend patiemment avec ce surcroît d’aliments que son appétit soit de nouveau réveillé. Interrogé sur ce goût dépravé, sur ce qui l’avait fait naître, ses réponses sont de nature à le faire remonter à sa plus tendre enfance. Il place cette nourriture au rang des aliments les plus savoureux et il ne peut concevoir comment on peut blâmer un goût qui lui paraît si bon et si naturel.

Cette homme éprouve une gêne dans les mouvements du côté gauche; il dit qu’elle est de naissance. Lorsqu’on lui fait subir une espèce d’interrogatoire un peu prolongé, on s’aperçoit d’une certaine incohérence dans les idées, d’une tendance à l’imbécillité. Cependant il répond à tout ce qu’on lui demande avec assez de précision et il conserverait assez de facultés morales pour rester libre si la société n’en réclamait la réclusion. Cet homme, dont le goût fait horreur, pourrait tôt ou tard se porter à des excès dangereux.
Il avoue lui-même que, quoiqu’il n’ait encore attaqué aucun être vivant, il pourrait bien, pressé par la faim, attaquer un enfant qu’il trouverait endormi au milieu de ses courses dans les campagnes. Il parait manquer de courage et être très pusillanime; c’est peut-être à cela que l’on doit qu’il n’ait commis aucun crime pour satisfaire son goût dominant. Par une bizarrerie inexplicable, cet homme, lorsqu’il se repaît de substances animales, et surtout des intestins humains, dit éprouver une douleur très vive aux angles de la mâchoire et dans toute la gorge.

-Il est à remarquer que cet homme est très porté sur les actes vénériens.
-Il a été arrêté en octobre dernier, dévorant un cadavre humain inhumé le matin.
-Le tribunal a prononcé son interdiction et il sera envoyé dans une prison, telle que Bicêtre, pour y être détenu. »

Même les loups ne se mangent pas entre eux, dit le proverbe. Les vampires et autres créatures des Ténèbres, que l’on dit si vils, ne s’abaisseraient pas à ce point d’animalité et il n’est point de telles horreurs parmis les nôtres. On y boit le sang entre gens distingués et les rustres en sont exclus.

Nécrophilie (Note Anecdotique)

Veille comme le monde, mais plus que jamais d’actualité, la nécrophilie intrigue et déroute les esprits depuis toujours:

 » La profanation des cadavres a reçu le nom de vampirisme.  » , écrivait Paul Épaulard dans une thèse publiée en 1921. En fait, la nécrophilie, dont le nom fut forgé par l’aliéniste Belge Guislain, correspond exactement à l’inverse du vampirisme, puisqu’au lieu d’un prétendu mort, c’est un vivant qui s’en va déranger les défunts dans leurs tombes. Et dire qu’il faudra attendre des siècle avant que ne soit réparée cette méprise.

Nécromancie

NécromanVenue des temps obscurs, il est une légende, fort courte, que je vais vous narrer : l’histoire des Nécromants.
Autrefois la magie imprégnait la terre, et la terre irradiait de magie. En ces temps, il en fut certains, appelés Nécromants, qui eurent la prétention de croire qu’ils possédaient quelques pouvoirs sur les vampires. Je ne nie pas qu’ils eurent un certain contrôle sur toutes choses mortes et inanimées, sans âme ni esprit: beaucoup purent constater ces choses.
Après mure réflexion, s’étant entre eux longuement concertés, ils se mirent à penser, idée fort séduisante, que s’ils possédaient le pouvoir de rappeler à la vie et de commander toute créature ayant franchi les portes de la mort, ils en serait de même pour les vampires, vu leur nature, et que ceux-ci feraient sûrement les meilleurs serviteurs qu’il soit.
Suivant cette logique, ils lancèrent alors leurs présomptueux appels vers les Ténèbres nous mandant de paraître afin que nous les servîmes. Bien mal leur en prit, car si nous répondîmes, ce fut loin d’être selon leurs espérances. Ne soyez donc pas surpris s’il ne reste que fort peu de Nécromants de nos jours…

Necromicon

Le Necromicon, rédigé par Abdul al Alhrazred, un livre mythique, entre légende et réalité. Je n’en sais rien que vous ne sachiez déjà. Les siècles ne m’ont rapporté que les échos d’obscures rumeurs.
Voici l’histoire d’un homme (ou du moins ce qui nous en est parvenu), Abu Oumaida El Aaraji, homme d’une rare intelligence et hautement cultivé, qui décrypta ce qui devait devenir une mystérieuse référence occulte: le Necromicon.

On connaît mieux l’enfance d’Abu Oumaida El Aaraji que sa vie en tant qu’adulte, existence qui reste un grand mystère pour les historiens, ce qui ne me semble point surprenant, vu la nature de ses travaux.
Son père Omar El Aaraji, éminent théologien, laissa de grands ouvrages, qui aujourd’hui encore sont une source d’inspiration pour quelques philosophes quelque peu… marginaux. Omar El Aaraji vécut au temps de la dynastie des Abbassides à la fin du règne du khalife Abbas plus connu par son surnom  » le sanguinaire « .

Il nota dans un de ses manuscrits, que son fil Oumaida était né un vendredi. Très jeune il fit preuve d’une intelligence rare pour un enfant. En effet à l’âge de cinq ans il parla correctement l’arabe et l’herbeux qui étaient évidemment les langues majeures de cette époque. Mais il les parlait à la manière des grandes personnes. Son père nota dans son journal.  » Mon enfant me surprend par sa manière de s’exprimer on eut dit un vieux savant qui s’exprime « .

A l’âge de six ans il parla d’autres langues avec la même aisance: le latin le grec ainsi que d’autres langues rares et oubliées. Son père nota dans son manuscrit:  » J’ai demandé à mon fils comment as-tu appris ces langues ? « . Il me répondit:  » C’est toi père qui me les a enseignées dans mes rêves « .
Omar El Aaraji ajouta que, si en effet son fils maîtrisait parfaitement ces langues, en aucun cas il ne les lui avait jamais apprises.

Le père, voyant les dons naturels et l’extrême intelligence de son fils, lui permit d’accéder à sa bibliothèque mais cependant il le mit en garde contre certains livres en particulier le Necromicon de l’arabe dément Abdul al Alhrazred.
L’enfant passa la majorité de son temps à lire les livres paternels. L’esprit tourné vers l’occulte, il fut particulièrement attiré par ceux qui traitaient des rites et des coutumes des peuples anciens et de leurs relations avec les esprits de l’au-delà.
A l’âge de quinze ans il avait accumulé les connaissances de plusieurs éminents savants lorsqu’il entreprit, avec son père, une pérégrination qui dura cinq ans à travers la Syrie l’Irak l’Iran et l’Égypte et bien d’autres pays de l’Arabie. Ce voyage s’avéra déterminant dans la vie d’Abu Oumaida El Aaraji: en effet, il put consulter à loisir toutes sortes de livres, sacrés ou interdits, avec une rare passion. Nous savons peu de choses sur ce qu’il consulta exactement, mais tout laisse à penser qu’il a pu trouver là l’occasion de prendre connaissances d’ouvrages interdits, emplis d’anciennes incantations permettant d’appeler et de faire les âmes maudites.

Au retour de leur voyage, il quitta le domicile paternel pour s’isoler dans une maison située à l’orée du village. Les rares observateurs de l’époque rapportèrent qu’ils l’entendirent parfois psalmodier des nuits durant des invocations effrayantes. Ils notèrent également la présence d’une odeur pestilentielle qui émanait de la cabane d’Oumaida ainsi que l’affolement des oiseaux et des animaux domestiques quand ces incantations eurent lieu.
Après quelques années, il commença la rédaction d’un livre, qu’il divisa en deux parties : le Livre des Lumières et le Livre des Ténèbres.

Dans le Livre des Lumières, il décrivit la création du monde à partir de la fabuleuse cité d’Enaï Une cité mythique construite par des dieux inconnus, que les hommes anciens vénéraient. Cependant, les siècles passant, ces dieux tombèrent dans l’oubli. Ils décidèrent d’aller se réfugier au fond des océans ou parfois aux cimes des hautes montagnes pour rechercher la tranquillisé et se consacrer à leur passion: jouer de la musique divine. Ils avaient également décidé de ne plus s’occuper des affaires humaines qui, en leur ingratitude, les avaient chassés de leur mémoire.

Dans la seconde partie du livre, ou Livre des Ténèbres, il traita des formules et incantations pouvant faire revenir les esprits malfaisants, tout en soulignant les dangers que représentaient ces incantations et les effets désastreux qu’ils pourraient provoquer sur l’humanité.
Il insista sur le fait que le grand dieu Arkhamof attendrait dans sa solitude dans les profondeur du néant que quelqu’un procède au rite sacré qui le ferait revenir parmi les humains pour les détruire.
A partir de cette époque les informations concernant Abu Oumaida El Aaraji se firent rares. Tout ce qui l’on sait de lui est qu’il mourut dans le désert, tenant en ces mains son précieux ouvrage, le Livre des Lumières et des Ténèbres.

Cependant il est une légende nous rapportant qu’il serait revenu après sa mort à plusieurs reprises et à des moments différents. Suite à ses rumeurs, l’on commença à redouter le personnage. Sa maison fut abandonnée: une superstition de l’époque prétendit qu’elle était habitée par des diables ou Djinn. Quant à son livre il fut confié a son père qui en interdit la lecture à toute personne même la plus éminente.

Au début de ce siècle un jeune chercheur américain, Herbert Patrick Lanway, passionné de la culture arabe et de ses mystères, entreprit une recherche de plusieurs années qui le conduisirent à la cabane d’Abu Oumaida El arraji. Il nota qu’il n’avait jamais vu un lieu aussi lugubre il y avait une sorte d’atmosphère macabre dans l’air. Quand il pénétra dans la cabane, complètement délabrée bien évidemment, il fut surprit par la présence d’une odeur pestilentielle qui imprégnait les lieux.

Les villageois entretenaient une solide superstition et évitaient de parler de cet endroit ou d’évoquer le nom de Abu Oumaida sans une crainte qui leur glaçait le sang. Apparemment, la légende qui entourait le personnage n’avait pas disparue. Le jeune chercheur demeura quelques années pour retrouver le livre maudit. Ces efforts furent récompensés, car dans les ruines de l’ancienne maison du Omar El Aaraji il put trouver, scellée dans la parois d’un mur, une cassette en bois contenant un livre qu’il identifia comme étant celui de Abu Oumaida.
Il le ramena aux Etats Unis où il le déchiffra après plusieurs années d’un travail acharné, lui donnant le nom de Necropandomenium. (Du grec  » nekros  » , mort, et de  » pandémonium  » qui est la capitale imaginaire de l’enfer.) Apparemment, ce qu’il comprit de la seconde partie du livre fit qu’il y vit un réel danger et il donna une traduction à la bibliothèque municipale de Salem où il fut enfermé avec d’autres livres jugés maudits. Étrangement, on ne sait ce qu’il est advenu de l’original par la suite…

Quand au Necromicon, son histoire est enfouie sous le sable et la poussière de l’oubli… Peut-être attend-il son heure, dans les ruines oubliées d’une vieille maison, quelque part, à l’orée du désert.

Noir

Outre que le noir soit la couleur de rigueur lors des mondaines soirées auxquelles vous ne manquerez point d’être conviés, je dois admettre, sans prétention ni coquetterie, que c’est aussi, par chance, celle qui sied le mieux à notre teint opale.
De plus, là est l’intérêt capital, il n’est point d’autre couleur permettant de se fondre dans l’obscurité avec plus d’aisance. Vous imaginez-vous traquer une victime tout de blanc vêtu? Cela serait risible, bien évidemment, vous seriez visible à des lieux… sans omettre le fait que le blanc est extrêmement salissant, mais que le noir, par contre, absorbe toutes taches malencontreuses auxquelles un débutant maladroit n’échappe pas toujours.
Enfin, et cela sera ma conclusion, nous sommes des Enfants de la Nuit, et par ce fait, nous sommes tenus de porter du noir, ne serait-ce qu’en l’honneur des Ténèbres qui nous protègent de leurs Ombres. Vous me désobligeriez en vous habillant autrement…

Nosferat ou Nosferatu

NosferatuLes mortels, aimant tout particulièrement se faire peur avec des choses irréelles afin d’éviter toute confrontation avec le réel, ont trouvé en une vieille légende Roumaine des plus célèbres, celle des Nosferats, matière à frissons. Je vous donc vous présenter le mythe du Nosferat, substantif Roumain qui désigne un vampire, fort éloigné de l’idée que l’on peut s’en faire aujourd’hui, plus proche de la bête que de l’humain, mais somme toute très banal.

 » Nosferat il reviendra
Si ton amour tu ne lui donnes
Avec des oreilles pointues
Et galeuses qui ont surpris le souffle de tous les morts infernaux.
Nosferat, nosferat,
Pour déchirer la gorge de glace
De ses ongles terreux,
Et boire ton sang dans sa bouche fétide…  »

L’on devenait aisément Nosferat, surtout lorsqu’on était roux. Il suffisait qu’il prenne, pour une raison quelconque, l’envie au diable de vous souffler sur la tête pour que celle-ci gonfle et que la métamorphose s’effectue. Les particularités ont toujours eu le don d’attirer la méfiance et la suspicion chez les mortels. Cette vieille peur de la différence, dont nous ne voyons que trop d’exemples encore aujourd’hui.
Bien évidemment, tous les coupables et les sacrilèges se créaient une place de choix pour un futur enfer. Ainsi, celui qui avait fauté avec sa belle-mère se trouvait prédisposé; il en était de même pour l’impie qui fumait ou buvait pendant le carême, ou, hasard capricieux, pour le mort dont un chat sautait par-dessus le cercueil.
Mais, le Nosferat , de manière générale, était souvent un enfant mort-né issu d’un couple illégitime, ou alors un enfant illégitime dont le père et la mère étaient eux-même des enfants illégitimes. Nous retrouvons là encore la notion de péché, de faute, et donc, selon le dictat populaire, de punition divine.
Les Roumains arrosaient toujours d’eau bénite la couche nuptiale, car un Nosferat jaloux pouvait rendre impuissant le jeune marié. Pour pallier plus sûrement encore à cet inconvénient, on glissait sous le matelas des chardons pris dans l’encensoir de l’église.

Le Nosferat était capable de prendre la forme de n’importe quel animal, nuisible, bien entendu. Il hantait donc la campagne à longueur de nuit, recherchant du sang frais et semant la désolation parmi les humains et le bétail. Aussi était-il, selon la tradition en vigueur, fortement conseillé de fixer au cercueil avec de gros clous tout cadavre suspect. En Transylvanie, on tirait au XIXe siècle encore, quelques coups de pistolets sur les cercueils douteux, et l’on attachait une branche d’épine afin d’empêcher les morts de revenir. Si malgré toutes ces précautions, le vampire se manifestait, il subissait le traitement généralement réservé à ses semblables: décapitation, empalement, crémation.
Telle est la triste et sinistre légende des Nosferats, maudits pour avoir osé afficher une différence, défié une normalité, quelques fois malgré eux. Que nous apprend-t-elle si ce n’est que la monstruosité, qu’on leur attribuait, n’était pas forcément là où on le prétendait. Cette leçon est malheureusement toujours d’actualité.

Nuit

Depuis ma naissance au monde des Ténèbres, ma longue existence n’est qu’une éternelle et envoûtante nuit. Le jour nous a bannis, que peu nous importe: à jamais nous appartiennent les beautés fascinantes, infinies et obscures, les plus secrètes, celles que jamais ne connaîtrons les mortels. Que chaque nuit m’appellent encore les charmes honnies des Ténèbres, je reste leur dévoué et fidèle adorateur…

Occultisme

Les occultistes se devaient de fournir leur propre définition du vampirisme. Et, ma foi, il n’en est de plus comique. Comme vous pourrez le constater, toutes les hypothèses présentées dans les premières parties de ce sujet ne font aucunement part d’une réelle présence vampirique, mais supputent autour du vampirisme spirituel, si je puis m’exprimer ainsi. La seconde est tout autre mais de l’une à l’autre, elle ne varie guère. La nuit, dit-on, tous les chats sont gris, et dans l’atmosphère nébuleuse, les vampires revêtent des contours très vagues et incertains… que les yeux de nos magistes réputés habiles à discerner les voies du destin ne sauraient très exactement percevoir.

Encausse, Léat, Baréty, ont proposé des définitions du vampirisme. Le dernier a même réussi à prendre une photographie de  » l’émanation de la force vitale qui produit le phénomène…  » Pour notre part, nous devons nous fier aux écrits de Charmes Lancelin ou d’Encausse, qui rapportent le fait et assurent avoir vu le document… Papus, alias Gérard Encausse, considérait le vampire comme une  » émanation du corps astral  » de l’être qui se nourrirait ainsi des forces vives de ceux qui se soumettaient, consciemment ou non, à son joug. Pour le dr Léat, c’était une émanation encore, mais du  » fluide animal « .

Toujours d’après les occultistes, la forme la plus courante du vampirisme était ce que l’on appelle le mauvais œil. On a généralement voulu y voir une superstition: assurément, la croyance populaire au mauvais œil en est une, sous la forme où elle se trouve énoncée. Toutefois, le fait existe, dûment constaté par ces éminents spécialistes; il n’est pas aussi fréquent qu’on le dit, néanmoins il demeure indéniable. P. V. Piobb trouve dans ce qu’il appelle sa  » Documentation Particulière  » l’arsenal d’une lutte contre les vampires dont l’efficacité me laisse quelque peu sceptique:  » On peut se prémunir contre le vampirisme en fermant ses mains les pouces rentrés, en écartant ses pieds du voisinage de la personne que l’on soupçonne d’être vampire, et en ayant soin, bien entendu, d’avoir la ferme volonté de ne pas se laisser soutirer la moindre parcelle de son aura. On peut compléter le geste de la main en tenant le pouce fermé vers la paume, en rassemblant le médius et l’annulaire et en projetant l’auriculaire et l’index.  »

C’est ce que l’on appelle  » faire les cornes « . La main faisant des cornes, pour être une protection particulièrement efficace, doit être tenue sur la poitrine à la hauteur de la région du grand sympathique, et les cornes tournées vers l’extérieur. La simple mise en contact avec le système fluidique général de la Terre suffit à prémunir parfois du vampirisme occasionné par une mauvaise rencontre (C’est à dire une personne dont les éléments planétaires sont opposés aux vôtres). On se met en contact avec le système fluidique terrestre en touchant du fer, par exemple, métal bon conducteur, mais il faut que ce fer lui-même communique avec la terre.  »
J’ai toujours hésité sur un fait: devais-je en rire ou en pleurer ? L’explication se suffit à elle-même, je ne pense pas avoir besoin de vous démontrer le ridicule de la chose… Mais, si une nuit, vous voyez un mortel se tenir devant vous, les poings fermement serrés et les pouces rentrés, méfiez-vous, il se peut que vous soyez découvert…

Dans le Ternaire magique de Shatan, Charles Lancelin évoque très longuement le vampirisme. Son explication des faits que rapportait, par exemple, Dom Calmet n’a rien d’original. Mais il avait le mérite de citer des auteurs qui avaient parlé du phénomène. Ainsi, P. B. Randolph, qui écrivait dans Eulis:

 » … Toutes ces choses du vampirisme, qu’elles proviennent du sombre de la nature ou des imaginations perverties, véritables ou légendaires, sont réelles, et nous nous en détournons avec dégoût (l’on peut souligner du rejet primaire dont fait preuve l’auteur dès le début, ce qui ne laisse rien augurer de bon…); quelque terribles quelles soient, aucune d’elles, ni même leur somme ne peut se comparer à l’effroyable réalité, à la certitude de l’existence d’êtres humains, goules et gorgones dévorantes, qui parcourent les rues de nos villes, qui vivent au milieu de nous, qui respirent notre air, dont la seule pensée virile est de satisfaire des passions morbides (je crains qu’il ne s’agisse malheureusement là, encore une fois, de ses propres projections fantasmatiques.); les filles et les femmes de nos amis deviennent la proie de ces vampires deux fois maudits (une fois aurait amplement suffi), contre lesquels aucune pénalité ne serait trop sévère (goût douteux pour certaines méthodes autrefois fort prisées, apparemment…), dont la conscience s’est enfuie et auxquels la gratitude est inconnue. Ils sont engendrés par les mariages sans amour. Le père égoïste et matériel, dur et sans affection; la mère est probablement son opposé et n’a jamais connu que la passion égoïste; elle nie la véritable amour constamment, l’enfant qu’elle mettra au monde ne le connaîtra jamais, et le cherchera du temps à l’éternité, et de l’éternité au temps! (Je crains qu’il ne s’agisse là d’une désastreuse tentative d’explication psychologique…).
Lorsque donc il rencontre ses complémentaires foyers d’amour, il s’attache à eux avec la ténacité de la mort: il sème la désolation et le désespoir sur sa route, toute souillée du sang de ceux qu’il a déchirés…  »
Vous remarquerez la note tragique finale, qui clôture en beauté ce lamentable descriptif, empli de haine et de rancœur, bien loin d’une impartiale analyse, et digne des plus grands mélodrames.

Charles Lancelin, pensait que l’aura de la personne qui va mourir s’accroche désespérément à la vie et vampirise tous ceux qui l’entourent. Un certain docteur Baraduc aurait réussi à photographier cette force. L’honorable savant ne parvint malheureusement pas à réitérer son exploit devant les membres d’un cercle photographique.  » cela ne veut rien dire, en conclut Lancelin, l’hypnose existe!  » Nous sommes heureux de l’apprendre.

Stasnislas de Guaïta croyait à la réalité du vampirisme. Il pensait que  » les abominations que narre le peuple au sujet des empuses et des vampires furent réalisées à la lettre par les sorcières de l’Ancien Monde, que la colère publique flétrissait des noms de striges et de lamies.  » (Essais de Sciences Maudites, Au Seuil du Mystère.)
Dans son appendice aux Clés de la Magie Noire le même auteur cite un fait jugé extrêmement curieux, à lui rapporté par M. de Pouvourville, ancien attaché militaire en Indochine. Il s’agit de l’exécution très spéciale d’un homme, condamné à subir la mort sans l’approche du fer, c’est-à-dire sans effusion de sang. Le condamné fut ligoté étroitement; on ne lui passa qu’une ceinture autour des reins. On le transporta solennellement dans une cabane en torchis couverte de feuille de lataniers, à une extrémité de Ma-Ho, et parfaitement séparée des autres maisons du village.

Le chef du district et le  » sorcier  » (prêtre de Pi, culte grossier des objets de la nature) restèrent seuls avec lui quelques instants, et sortirent les derniers. Puis la cabane fut gardée, aux quatre angles, par quatre soldats indigènes du Quan-Phong.
Le sorcier se retira après avoir fait quelques tours, quelques signes, et prononcé quelques paroles, autour et en dehors de la maison. Ce sorcier précisément de ceux auxquels il est fait allusion dans les rapports officiels des commissaires au Laos…
Le lendemain matin, quand les factionnaires furent relevés et qu’on pénétra dans la cabane, je vis le prisonnier mort, déjà froid, complètement exsangue, et, bien que les chairs fussent molles encore au toucher, ayant l’air parfaitement desséché d’un corps embaumé à l’égyptienne. Je ne veux en tirer là aucune conséquence, car je n’étais pas bien placé pour connaître les détails ni pour contrôler l’opération. Je n’avais pas eu le temps de m’en occuper sérieusement: je partais le lendemain, et on ne m’en avait pas parlé comme d’une chose remarquable à voir. Je présente simplement ici ce fait bizarre, dont les esprits analogiques pourront tirer les conséquences qu’il leur plaira de supposer vraisemblables.  »

Je tiens à souligner, ici, une bévue vraisemblablement commise par l’un des nôtres: laisser ainsi une preuve, aussi flagrante aux yeux de tous est impardonnable. Le vampire qui s’est rendu coupable de ce méfait a fait preuve de la plus grande des imprudences; imprudence qui ne mettait pas simplement sa sécurité en jeu, mais la notre tout autant, de par la présence d’un dignitaire officiel. Ne jamais laisser de trace est une règle incontournable, n’importe quel vampire sait cela…

Quand aux élucubrations, des plus savoureuses, des occultistes, que dire, sinon qu’elles nous plongent en plein occultisme…

Pacte

Le DiableAutrefois, il était courant de dire de quelqu’un, évidemment de mauvaise vie, incroyant, ayant quelque singularité, ou tout simplement attisant les convoitises de ses voisins de par ses richesses, qu’il avait  » fait un pacte avec le diable. »
Si le diable, pour je ne sais quelle ténébreuse raison, se trouvait avoir pour votre âme un intérêt quelconque, et ne parvenait pas, par une ruse des plus subtiles, à vous faire la subtiliser en vous abusant, il se devait alors de tenter à vous amener à signer un pacte, selon les lois en vigueur dans l’univers obscurs de la démonie, et le pacte en question se devait d’observer des lois fort strictes.

Le pacte se devait avant toute chose de suivre une loi inaltérable, à savoir être signé avec le sang du futur damné, celui-ci lui vendant alors par ce fait son âme éternelle, en échange de quoi, le diable se devait de lui accorder, durant sa vie mortelle, son désir le plus cher. Afin d’illustrer ceci, je vais vous citer un exemple des plus naïfs, mais représentant fort bien l’esprit qui régnait autrefois dans nos campagnes…

 » Cela se passait il y a fort longtemps, lors d’un autre siècle, à la fin du siècle précédent, au dix-huitième, exactement.
Un été, la foudre tomba sur une ferme et la grange fut complètement détruite. Le paysan, un pauvre homme se trouvait déjà avoir du mal à nourrir sa famille, se trouva très embarrassé, il dit:
– Le blé est mûr et je ne peux rebâtir ma grange en le temps qu’il faudrait. Ô, que puis-je faire, il me faut pourtant rentrer mon fourrage, sinon, nous sommes perdus.

Soudain, dans des vapeurs de fumée soufrées, se tint devant lui un étrange personnage, se prétendant le diable, et en ayant, ma foi, toute l’apparence… Celui-ci, le regardant d’un air narquois, tout sur de son affaire, lui dit:
– Écoute, je vais remédier à cette situation, je vais bâtir ta ferme, mais à une condition: si au premier chant du coq ta grange est levée, finie, je veux ton âme; écris-moi que tu es d’accord avec ton sang.
Le fermier se fit alors une fine griffure, et il écrivit sur un papier quelque peu roussi que si au premier chant du coq sa ferme était terminée, le diable prendrait son âme.
Le pauvre homme, bien sûr, n’en dit rien à sa femme, de peur de par trop l’angoisser, ou de subir son courroux, allez savoir…
Le soir suivant, le diable arriva avec ses ouvriers, et cela tapa, cela jura, mais cela se monta; la femme , voyant cela, fut tout apeurée, et demanda à son mari :
– Mais quel est-donc tout cette affairement ?
Le mari, affligé, dût tout lui avouer:
– Écoute, comprends-moi, nous étions dans une bien triste position, la famine nous guettait. Je me suis venu obligé de faire un pacte avec le diable. Je lui ai promis mon âme si au premier chant du coq ma grange était bâtie.
La femme entra dans une épouvantable colère et dit:
– Comment as-tu osé faire ça ? comment as-tu as osé ?
La pauvre fermier reconnu avoir pris un risque, mais se trouver dans une inextricable situation… Tout ce qu’il souhaitait était sauver les siens, sa femme et ses enfants, même si cela devait entraîner la perte de son âme éternelle.
Mais la femme, vous savez combien les femmes sont toujours très rusées et celle-ci l’était peut-être plus encore, commença à regarder par la fenêtre à deux heures du matin et s’exclama:
– Oh, mais l’affaire est avancée. Il n’y avait plus qu’un pan de toit à couvrir, à mettre les tuiles.
La femme, tout en souriant, dit à son mari :
– Attends seulement…

Ayant allumé une lanterne, elle s’en fut éclairer le poulailler, et, avec cette belle lumière-là, tout d’un coup le coq se mit à chanter, comme elle l’avait prévu…
Le diable furieux, dût partir en tempêtant, tout en reconnaissant qu’il avait été roulé.
Le démon parti, le paysan lui-même recouvrit le pan de toit qui restait, ce qui était peu de chose. L’histoire aurait pu s’arrêter là, si le diable, furieux d’avoir été ainsi vaincu, ne s’amusa afin de se venger, à soulever chaque année ce même pan de toit, par un fort coup de vent…  »
(Librement retranscrit de Contes et Légendes de Fribourg)

Comme vous pouvez le voir, malgré le dicton populaire soulignant que  » L’ on ne dîne pas avec le diable, même avec une longue cuillère « , si l’on avait fort peur du démon à cette époque, on savait tout autant s’en moquer, et nombreuses sont les histoires où la fin était favorable à l’astucieux mortel. Quoique…

Peste

Jadis, et de longs siècles durant, les sorciers, les Tziganes et les vampires passèrent pour capables de répandre la peste. Allez donc savoir pourquoi si n’est qu’il faut toujours aux mortels des coupables à toutes choses. Il ne vous faut point ignorer qu’à cette époque le mot  » peste  » était un terme générique applicable à d’innombrables maladies contagieuses. Cette réputation nous a malheureusement poursuivis fort longtemps, et vous imaginez bien que nous n’avions point nécessité d’être accablés d’apporter un quelconque fléau supplémentaire…
J’ai, à ce sujet, un écrit que je vais vous soumettre et dont je ne doute point qu’il vous amusera, tourné de la plus délicieuse des façons, comme les hommes d’autrefois savaient si bien les imaginer, enfiévrés qu’ils étaient d’une furieuse et naïve superstition. Samuel Hennitz, dans une prédication datée de 1606, affirma ceci:

 » Le diable, au fond des tombeaux, se livre à d’horribles jeux; on constate qu’alors les morts, surtout les femmes, font avec leurs lèvres une sorte de grognement semblable à celui d’une porc quand il se repaît; ces grognements, parait-il, ont la propriété de répandre au loin la contagion; aussitôt qu’ils se font entendre, la peste redouble de violence; en général, les femmes sont alors emportées les unes après les autres « .
(Cité par Janssen, tome V, p. 448-449)

Je tiens à souligner que l’on retrouvait en cette croyance les mêmes vieilles peurs mortelles qui poussaient déjà les hommes à se méfier et rejeter tout ce qui leur était mystérieux ou d’origine douteuse à leurs yeux. Les Sorciers, les Tziganes, les Vampires… et même les femmes. Les mortels d’aujourd’hui n’ont rien inventé, et ils continuent à suivre lamentablement les pas de leurs ancêtres: seules les causes de leurs afflictions et les objets de leur défiance ont changé. Car telle est la nature humaine…

Peur

Femme EffrayéeLa peur que peut ressentir un mortel, un vampire ou tout autre créature, embaume l’air d’un parfum âcre, parfaitement reconnaissable; tout est question d’habitude…
Pour exemple, les animaux savent encore parfaitement reconnaître cette particulière odeur. En lui faisant gagner de précieuses connaissances, paradoxalement, la Civilisation a fait perdre depuis fort longtemps certains de ses pouvoirs à l’être humain.
Pour certains d’entre nous cette odeur, ou la vision de la terreur dans les yeux d’un humain est un facteur supplémentaire de plaisir. Ils s’amusent donc longuement avec leurs victimes, afin d’en tirer la plus grande jouissance possible. D’autres, que cette idée révulse, préfèrent abréger promptement la vie de leurs proies, si possible sans que celles-ci ne se rendent compte de ce que le sort leur a réservé…
Enfin, pour les plus anciens et les plus sensibles d’entre nous, il est une troisième possibilité: laisser en vie le mortel en se sustentant juste le nécessaire, après l’avoir préalablement endormi ou hypnotisé. Mais quel que soit votre choix, je ne saurais vous en blâmer. Finalement, qui sommes-nous pour juger du bien ou du mal…

Philosophie

 » Quoi! C’est dans notre dix-huitième siècle qu’il y a eu des vampires!  » s’exclamait Voltaire, dans son Dictionnaire Philosophique. Et Jean-Jacques Rousseau renchérissait dans sa Lettre à l’Archevêque de Paris:  » S’il y a au monde une histoire attestée, c’est celle des vampires; rien n’y manque; procès-verbaux, certificats de notables, de chirurgiens, de curés, de magistrats : la preuve juridique est des plus complètes; avec cela qui est-ce qui croit aux vampires?  » Collin de Plancy, quand à lui, écrivait dans l’édition princeps de son Dictionnaire Infernal (Paris; 1818) que les histoires de vampires sont à mettre au nombre des contes les plus absurdes:

 » Mais, grâce à la philosophie, les vampires sont passés de mode. Que ne peut-on ne dire autant des revenants et des spectres! Cependant, si la foi des apparitions a encore un reste de vie, ce n’est plus que dans les cervelles étroites.  »

Mais, quelques années plus tard, revenu à de meilleurs sentiments grâce à sa conversion au catholicisme, le même auteur affirmait:

 » Ce qu’il y a de plus remarquable dans l’ histoires des vampires, c’est qu’ils ont partagé avec les philosophes, ces autres démons, l’honneur d’étonner et de troubler le dix-huitième siècle; c’est qu’ils ont épouvanté la Lorraine, la Prusse, la Silésie, la Pologne, la Moravie, la Bohême et tout le nord de l’Europe, pendant que les démolisseurs de l’Angleterre et de la France renversaient les croyances en se donnant le temps de n’attaquer que les erreurs populaires.  » ( Dictionnaire Infernal, 1863). Au lecteur de juger…

Pieu

Chasseur de vampires

L’utilisation de cet… instrument, l’un des rares, mais point l’un des moindres, dont vous ayez à vous méfier, remonte aux plus lointaines croyances des pays de l’Est, plus particulièrement de la Roumanie, où les populations prétendaient qu’elles pouvaient de cette façon se protéger des vampires en enfonçant cet objet pointu dans le cœur du cadavre soupçonné de revenir à la vie et de quitter son cercueil pour infester les vivants.

Je ne sais comment la rumeur de cette découverte se propagea, probablement bassement, comme toute rumeur, et encore moins comment elle se fit, bien que je suspecte fortement la pratique, de fort mauvais goût, de l’empalement, utilisée au XVe siècle en Transylvanie par le volvoïde Vlad Tepes, comme étant à l’origine de cette malencontreuse trouvaille.
Il en est pour conséquence que tout chasseur de vampire, de même que le plus commun et le plus incrédule des mortels est à présent averti de ce fait, chose qui, vous en conviendrez, peut se révéler des plus néfaste pour notre santé.
Ne vous fiez en aucun cas aux mythes prétendant qu’un pieu se doit d’être taillé dans telle ou telle matière: quelque soit sa nature, tout objet suffisamment acéré pour vous perforer le cœur durant votre sommeil peut mettre fin à votre éternité. (Je n’ose vous croire assez naïfs pour succomber sottement à un assaut mortel lors de vos heures d’éveil nocturnes.)
N’attendez de vos bourreaux aucune compassion ni aucun respect de ce qui nous tient de vie: en effet, les notions qu’ils prétendent défendre en voulant nous assassiner d’aussi lâche et odieuse manière ne s’appliquent point dans leurs esprits bornés aux membres de notre espèce. Il n’est de salut que dans la prévention, comme nous l’avons vu, et comme nous le verrons encore.

Protections (dites anti-vampire)

Je ne vais point vous rabâcher les vieilles coutumes que l’on utilisait autrefois afin de nous combattre, je crois que nous en avons assez dit sur le sujet. Par contre, et ceci est fort drôle, je vais vous raconter ce qu’il s’est passé il y a peu, en 1994 exactement. Il fut adjugé aux enchères, à New- York, ville de lumière s’il en est, une fameuse, et dite fort efficace,  » panoplie anti-vampire « .

Celle-ci se composait d’une coffret en acajou de quatre-vingt centimètres de long et comprenait un bocal d’ail en poudre, un télescope pour repérer les vampires volants, une Bible, bien évidemment, un sérum personnel du professeur Ernst Blomberg, une dague en bois pour percer, cela va de soi, le cœur des vampires, et un moule pour couler des balles d’argent. Ajoutez à cela un crucifix en ivoire qui s’ouvre, contenant dissimulé, un pistolet… L’ensemble fut adjugé entre 18 000 et 24 000 francs…

Je puis vous garantir, preuve à l’appui (je pense avoir ranger quelque part le journal en question narrant les enchères, si je puis appeler ranger mes siècles d’accumulation en tout genre…), l’authenticité de cette histoire.
Cela prête à rire, et pourtant… Imaginez qu’à notre époque, certains mortels sont prêts à dépenser ce qui est pour eux une somme conséquente, dans le seul but de combattre ce que nous sommes devenus: une légende… Cela me laisse songeur, comme tant de choses…

Publicité

Publicité Boursin à l'ail

Il est fort indélicat de la part des mortels, d’avoir fait de nous les sujets de publicités ridicules. Grimés indécemment, certains humains ont l’outrecuidance de songer nous imiter, faisant pour cela de lamentables caricatures de nos personnes dans le but des plus bas de gagner de l’argent, encore de l’argent, toujours plus d’argent. Après le siècle des lumières, brillent comme un soleil pâle les reflets du siècle de  » l’économie « .

Il en va de même pour la mode, car nous sommes devenus un sujet  » à la mode « , et je ne compte plus les livres ou les sombres musiques narrant de ridicules histoires, ou les profondes analyses psychologiques s’étalant inutilement sur des pages noircies d’absurdités, sensées refléter les tréfonds de notre âme.

Nombreux sont les ouvrages, bien moindre est le talent. Même s’il en est certains, je dois le reconnaître, et je salue bien bas en cette occasion, qui ont su subtilement s’approcher de notre vérité.
Je ne puis que m’élever moralement contre ces condamnables pratiques, ayant pour résultat de nous montrer comme de stupides, grotesques et insensées créatures, ou tout au contraire, de nous élever à un rang de déités romantiques, sensibles et inaccessibles, et de par ce fait, faire de notre état, fort discutable, un idéal auquel la plupart des mortels n’accéderont jamais.

Rat

N. m. Mammifère rongeur, considéré comme fort nuisible par les mortels, originaire d’Asie. ( Le rat noir a envahi l’Europe au XIIIe siècle et a été supplanté au XVIIe siècle par le rat d’égout, ou summulot.)

Je pense qu’il est inutile de vous faire ici un exposé afin de démentir la rumeur selon laquelle nous aurions un quelconque pouvoir sur les rats. Cette légende a pris naissance lors des terribles années de peste, et j’avoue que nous avons eu bien du mal à nous en défaire.
Bien que discutable d’un point de vue gustatif et fort peu avenant, l’animal en question peut s’avérer fort utile lors d’une retraite souterraine prolongée. A défaut de satisfaire votre palais, il peut vous sauver la vie: il faudra vous en souvenir. Ne mésestimez donc point ces rongeurs qui ont tant fait, bien malgré eux, pour certains d’entre nous.

Religions

Il fut un temps où rien n’était plus facile que le fait d’être excommunié. Il ne faut point être choqué par le nombre, ni le peu de valeur des motifs, c’est, comme je l’ai bien souvent répété, par la terreur que l’on règne.

Et je dois avouer que l’église, ayant quelque mal aujourd’hui à maintenir son assise, connaissait alors fort bien les moyens de parvenir à ses fins: l’excommunication était, mis à part le fait, que l’on peut déjà considérer comme un terrible fardeau, d’être immédiatement exclu et considéré par ses pairs comme un paria durant le reste de son existence, si l’on ne parvenait point à trouver un moyen d’obtenir un  » pardon « , symbole de damnation éternelle… Qu’y avait-il de plus terrifiant, en ces temps où régnaient les Ténèbres, que d’imaginer son âme immortelle brûler à jamais dans des lieux d’éternelle souffrance? Tout est dit.

Comme vous allez pouvoir le constater, ou le deviner, tant la chose est évidente, l’on interdit toujours une pratique en laquelle on croit: en effet, quel intérêt de bannir une cérémonie ou un culte dont on serait certains qu’ils seraient sans effets? Les pratiquants s’en rendraient compte assez rapidement par eux-même, et cesseraient bien vite de perdre leur temps, et leur sang, en d’inefficaces rituels. Le danger est, pour les membres dirigeants, une perte éventuelle de pouvoir. Ah, les mortels et leur soif de pouvoir. Peut-être est-elle encore plus grande encore que la notre pour une autre… substance, et ça n’est pas peu dire. Mais, sans m’avancer outre mesure, je peux vous garantir qu’elle ne leur est en aucun cas d’une aussi absolue nécessité.

Les religions juive, catholique et orthodoxe se sont souvent efforcées de mettre un terme aux diverses obsessions spectrales et aux manifestations vampiriques. Sur ce point, elles n’ont que renforcer une législation remontant à la nuit des temps. Par réaction, entre autres raisons, envers les cultes homophages rendus à Baal ou à Moloch, la Bible prohiba strictement la manducation du sang au voisinage des autels et lieux de sacrifices. Elle interdit, en outre, le recours à la nécromancie: Saül, comme on le sait, perdit la vie pour avoir fait évoquer l’ombre de Samuel par la sorcière d’Endor…

L’église catholique, par la suite, ne ne montra pas moins sévère puisque la nécromancie apparut fréquemment comme l’un des principaux chef d’accusation dans les procès des hérétiques et des sorcières. Aujourd’hui elle étend encore l’anathème aux phénomènes spirites et aux manifestations de piété dont font l’objet la sépulture d’Allan Kardec et de certains autres médiums parmi les plus connus…

Tant dans le rituel catholique que dans le rituel orthodoxe, les personnes excommuniées pour des mobiles très divers, allant du blasphème au suicide, ne connaissaient évidemment point le repos avant la totale rémission de leurs péchés. Vous en conviendrez, il est fort difficile pour des personnes trépassées de s’élever contre l’injustice les frappant afin de venir défendre en personne leur propre cause. Mais vous allez pouvoir constater les fort amusantes parades qui furent trouvées à cet inconvénient majeur; trouvailles qui dépassèrent, encore une fois, toutes les limites de l’entendement. Les exemples suivants, tirés des écrits de l’abbé Simonnet (Réalité de la Magie et des Apparitions… Paris 1819, p. 60 à 62) prouvent, sans discussion possible, qu’à la manière des vampires, certains morts pouvaient sortir de leurs tombeaux afin de solliciter la levée de la sentence qui les frappait:

 » Saint Benoît ayant excommunié deux religieuses, elles moururent en cet état. Quelque temps après, leur nourrice les voyait sortir de l’église dès que le diacre leur criait: Que ceux qui ne communient pas se retirent ! La nourrice ayant fait savoir la chose à saint Benoît, il envoya un pain, afin qu’on l’offrit pour elles en signe de réconciliation; et de puis ce temps les religieuses demeurèrent en repos dans leurs sépulcres.  » ( St. Grégoire-le-Grand, Dialogues, liv. II, ch. 23.)

 » Saint Gothard, évêque d’Hildesheim, qui mourut en 938, ayant excommunié certaines personnes pour leur rébellion et leurs péchés, ils ne laissèrent pas malgré ces excommunications, d’entrer dans l’église, et d’y demeurer, contre la défense du bon saint, tandis que les morts eux-mêmes, qui y été enterrés depuis plusieurs années, et qui y avaient été mis sans qu’on sût leur excommunication, se levaient de leurs tombeaux et sortaient de l’église. Après la messe, le saint, s’adressant à ces rebelles, leur reprocha leur endurcissement de coeur, et leur dit que ces morts s’élèveraient contre eux au jugement de Dieu. En sortant de l’église, il donna l’absolution à ces morts excommuniés, leur permit de rentrer et de se reposer dans leurs tombeaux. ( Vie de saint Gothard, pars. I.)

 » Un religieux du désert de Shéri, ayant été excommunié par celui qui avait soin de sa conduite, pour quelque désobéissance, sortit du désert et vint à Alexandrie, où il fut arrêté par le gouverneur de la ville et dépouillé du saint habit; puis, vivement sollicité de sacrifier aux faux dieux, le solitaire résista courageusement, et fut tourmenté en diverses manières, jusqu’à ce qu’enfin on lui tranchât la tête, et l’on jeta son corps hors de la ville, pour être déchiré par les chiens. Les chrétiens l’enlevèrent pendant la nuit; et, l’ayant embaumé et enveloppé de linges précieux, ils l’enterrèrent dans l’église, comme un martyr, en un lieu honorable. Mais, pendant le saint sacrifice, le diacre ayant crié tout haut, comme à l’ordinaire : Que les catéchumènes et ceux qui ne communient pas se retirent!, on vit tout d’un coup le tombeau du martyr s’ouvrir de lui-même, et son corps se retirer dans le vestibule de l’église. Après la messe, il rentra dans son sépulcre. Une personne de piété ayant prié pendant trois jours, apprit de la voix d’un ange que ce religieux avait encouru l’excommunication pour avoir désobéi à son supérieur, et qu’il demeurait lié, jusqu’à ce que ce même supérieur lui eût donné l’absolution; on alla donc au désert et on lui donna l’absolution après quoi il demeura en paix dans son tombeau.  » ( Menées des Grecs, 15 octobre.)

Le rituel romain prévoyait, en dehors du De Profundis, la possibilité de réciter certaines prières afin de relever certains défunts de la sentence d’excommunication. Les histoires ecclésiastiques ne sont-elles point remplies d’anecdotes édifiantes, de spectres ou de fantômes réclamant messes et neuvaines en vue de leur salut?

L’église orthodoxe, que le folklore et les croyances populaires devaient placer devant la réalité du vampirisme (croyance qui s’amplifia et se déforma à nos dépends durant les terribles épidémie de peste, aux XVIIe et XVIIIe siècles), renforça la crainte de l’excommunication et en compliqua le rituel. Dès l’origine elle avait favorisé l’expansion d’une tendance morbide, en exigeant, préalablement aux funérailles, l’exposition des cadavres à visage découvert. Une telle coutume, remarque Epaulard (Thèse p. 20)  » parait éminemment propre à développer la nécrophilie. Parmi les embrasseurs de mortes, il doit se trouver non seulement des amants malheureux, mais de véritables nécrophiles…  »
Il n’y a pas de mots, parfois, pour qualifier les penchants de  » l’humanité « …

Le clergé grec affirmait que le démon préservait de toute corruption les cadavres des personnes excommuniées. C’était la thèse soutenue par le Père Schram dans ses écrits, Institutes de théologie mystique à l’usage des directeurs des âmes (Vienne, 1777). Les Grecs, écrivait Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches, dans ses Pensées diverses, (1722),  » sont encore persuadés que les corps des excommuniés ne se corrompent point, mais s’enflent comme un tambour et en expriment le bruit quand on les frappe ou les roule sur le pavé. C’est ce qui les fait appeler toupi ou tympanites « .
Je me pose ici la question de savoir qui eut, un jour, l’idée plus que spéciale, dirais-je poliment, d’ouvrir assez de tombeaux afin d’en trouver un dont le cadavre correspondit aux critères mentionnés ci-dessus, et pour conclure, d’y asséner quelques coups, ou de le faire rouler sur le sol, afin de voir quel bruit celui-ci produirait. Il me semble parfois que l’esprit des mortels a de très fortes affinités avec la folie.

Afin de faciliter la corruption normale des cadavres -et s’éviter les infestations de broucolaques, je pense qu’il est inutile de vous rappeler ce qu’est un broucolaque-, les familles sollicitaient l’aide efficace du clergé. Les  » papas  » disaient alors des messes pendant les neufs jours qui suivaient l’inhumation. Au dixième jour, si l’infestation se poursuivait, on déterrait le corps, on l’apportait alors à la chapelle, on lui arrachait le cœur au milieu de nuages d’encens. On brûlait ensuite les viscères et tout ce qui demeurait du prétendu broucolaque. Il n’en allait pas autrement à Milo, si l’on en croit le récit fait par Ricaut, en 1679. Une personne excommuniée, fut, dit-il, enterrée dans un endroit écarté de l’île où bientôt se produisirent des manifestations d’esprits. On allait ouvrir la tombe et le corps allait être démembré et bouilli dans le vin (J’avoue tout ignorer que cette coutume pour le moins… originale), lorsque la famille envoya de l’argent au patriarche de Constantinople pour lui demander de lever la sentence. Au moment de la levée, le corps, qui avait sept ans, se dissolut au grand émerveillement des assistants… Là encore, je dois avouer de ne rien voir de merveilleux en cela. A chacun ses (mauvais) goûts…

L’argent jouait, comme à son habitude, un grand rôle dans ce genre d’affaires. Il pouvait laver de tout péché les soupçonnés broucolaques et, sous forme de balles, il était sensé tuer les vampires.

Vers la fin du XIX siècle, l’Église orthodoxe rejetait (enfin!!!) ces coutumes barbares et sanguinaires… Elle interdisait l’exhumation des cadavres sans autorisation formelle, mais ne l’interdisait pas encore tout à fait, malheureusement. A propos des provinces roumaines, le Dr Favrot écrivit:
 » Il est encore d’usage de s’assurer, la septième année, si le corps est entièrement consumé. Lorsque la décomposition n’est pas complète, ce fait est considéré comme la preuve d’une excommunication, c’est-à-dire de l’exclusion de l’âme du défunt du lieu de repos; ses parents et ses amis sont alors obligés de procéder à de nouvelles dévotions, cérémonies ou prières, pour obtenir sa délivrance. (Funérailles et sépultures, Paris, 1868, p. 183)

Les plus savoureux exemples de crédulité reviennent, l’ironie de la vie fait qu’il ne pouvait en être autrement, aux religieux, qui lors de la fameuse épidémie de peste  » vampirique  » qui sévit en Europe orientale, donnèrent l’exemple d’une naïveté sans borne et d’un manque absolu de self-control.
Pour conclure, je dirais que pendant fort longtemps, les églises, romaines ou orthodoxes, admirent que les morts pouvaient ne pas l’être tout à fait. Afin d’assurer leur repos éternel, il fallait donc  » tuer  » les excommuniés, comme il fallait brûler les sorciers, les loups-garous et les vampires. L’ Inquisition se faisait, en outre, un devoir de jeter à la voirie les cadavres des Juifs et des hérétiques dont la présence souillait les cimetières et risquait de troubler le sommeil des valeureux chrétiens. On allait même jusqu’à faire des procès aux morts et, par deux fois, le pape Formose, ou plutôt ce qu’il en restait, passa ainsi en jugement, avant de finir dans les eaux fangeuses du Tibre.
Ainsi est la morale de cette histoire, s’il en fallait une, qu’un des plus grands professeurs des lois chrétiennes, prônant le jugement et l’excommunication, fut à son tour jugé et excommunié. Que cela fasse réfléchir ceux qui le savent encore…

Résurrectionnisme

Danse Macabre

La croyance, essentiellement chrétienne, en la résurrection des morts, devait trouver un aliment complémentaire dans le vampirisme. Les deux Testaments en affirmaient la possibilité, au travers du retour de la fille de Jaïr, d’Eutyque, d’Orcas et de Lazare.
Par la suite, la découverte de certains cadavres prétendument saints (Roseline de Villeneuve, Philippe de Néri, Thérèse d’Avila, François-xavier ), conservant une chair flexible et une odeur délicieuse, en confirmèrent la réalité dans l’esprit de certains. De là les doutes, les hésitations, les repentirs, du R. P. Dom Augustin Calmet, auteur des célèbres Dissertations sur les apparitions des Anges… et sur les revenants et vampires de Hongrie, de Bohême et de Silésie (Paris, 1746), trois fois réédité.

Des oracles sacrés que Dieu daigna nous rendre
Son travail assidu perça l’obscurité
Il fit plus, il les crut avec simplicité,
Et fut par ses vertus, digne de les entendre, écrivait Voltaire à propos de cet infatigable érudit, qu’il devait plus tard traiter d’imbécile – au sens étymologique – dans son Dictionnaire Philosophique :
 » Le profond philosophe Dom Calmet trouve dans les vampires une preuve… concluante. Il a vu de ces vampires qui sortaient des cimetières pour aller sucer le sang des gens endormis; il est clair qu’ils ne pouvaient sucer le sang des vivants, s’ils n’étaient encore morts; donc, ils étaient ressuscités: cela est péremptoire.  »
Le fait est que le texte du savant bénédictin manque très souvent de clarté, mais, malgré cela, il n’effleure que trop de fois la réalité de notre existence.
Dom Calmet, qui croyait aux effets de la magie, à la possibilité du transport aérien au sabbat, à l’infestation des immeubles par les spectres, et aux démons gardiens de trésors, regardait le retour des vampires comme digne de l’attention des curieux et des savants:  » Il mérite qu’on l’étudie sérieusement, qu’on examine les faits qu’on en apporte, et qu’on en approfondisse les causes, les circonstances et les moyens « . Il était le premier à reconnaître que l’imagination, la simplicité et la superstition avaient donné lieu à de prétendues apparitions mais un doute subsistait néanmoins en son esprit. Doute, qui enflammé par de subtiles constations et de pertinentes conclusions, aurait pu influencer fortement l’esprit des mortels, semant les graines de l’incertitude en leurs âmes, s’il ne s’était perdu lui-même.
 » Je dirai toujours que le retour des vampires est insoutenable et impraticable « , lit-on, dans le deuxième tome du Traité des Apparitions. La suite est beaucoup moins claire, bien heureusement, je vous en laisse juge:

 » … La principale difficulté qui m’arrête c’est de savoir comment ils sortent de leurs tombeaux; comment ils y rentrent, sans qu’il paraisse qu’ils ont remué la terre, et qu’ils l’ont remise en son premier état; comment ils paraissent revêtus de leurs habits, qu’ils vont, qu’ils viennent, qu’ils mangent. Si cela est, pourquoi retourner dans leurs tombeaux? Que ne demeurent-ils parmi les vivants? Pourquoi sucer le sang de leurs parents? Pourquoi infester des personnes, qui doivent leur être chères, et qui ne les ont point offensés? Si tout cela n’est qu’imagination de la part de ceux qui sont molestés, d’où viennent que ces vampires se trouvent dans leurs tombeaux sans corruption, pleins de sang, souples et maniables; qu’on les trouve les pieds crottés le lendemain du jour qu’ils ont couru et effrayé les gens du voisinage, et qu’on ne remarque rien de pareil dans les autres cadavres enterrés dans le même temps dans le même cimetière? D’où vient qu’ils ne reviennent plus, et n’infestent plus, quand on les a brûlés ou empalés? Sera-ce encore l’imagination des vivants et leurs préjugés, qui les rassureront après ces exécutions faites? D’où vient que ces scènes se renouvellent si souvent dans ces pays, qu’on ne revient point de ces préjugés, et que l’expérience journalière, au lieu de les détruire, ne fait que les augmenter et les fortifier?  »

Quelle conclusion tirer de tout cela? Aucune, en vérité. On ne peut, dit le bon Père, que s’en remettre à la Providence :

 » Il faut demeurer dans le silence sur cet article, puisqu’il n’a pas plu à Dieu de nous le révéler, ni quelle est l’étendue du pouvoir du démon, ni la manière dont ces choses là se peuvent faire. Il y a quand même beaucoup d’apparence, que tout ce qu’on en dit n’est qu’illusion; et quand il y aurait en cela quelque réalité, nous pourrions bien nous consoler de notre ignorance à cet égard, puisqu’il y a tant de choses naturelles, qui se passent dans nos corps et autour de nous, dont la cause et la manière nous sont inconnues.  » (Op. cit., tome II, p. 259.)
Après cela, la réaction de Voltaire s’explique parfaitement. Que n’eût-il affaire avec Montagne Summers, cet autre religieux pourfendeur de vampires! Summers, dont la plupart des ouvrages on été composés au cours du premier quart du siècle précédent, considèrait les arguments de Calmet comme simplistes et catégoriques:  » Ne voit-on pas, quand on se donne la peine d’y regarder de plus près, d’innombrables petits trous dans la terre craquelée des cimetières? Qui n’a, depuis Eusapia Paladino entendu parler des ectoplasmes? Qui ne sait que les vampires se changent en brouillard pour franchir l’écran des serrures et des fenêtres? Sus à ces monstres renaissants dont la résurrection insulte la majesté divine. Qu’on les déterre, qu’on les empale, qu’on les brûle sans tarder …!  »

L’enseignement que l’ont peut tirer de tout ceci, est qu’il n’y eut meilleurs protecteurs que certains de nos accusateurs. Le ridicule de leur propos a discrédité en beaucoup d’esprits la thèse, la possibilité même de notre existence: qu’ils en soient éternellement remerciés.

Roumanie

Vlad Drakul

Vlad Drakul

Je ne pouvais éviter d’aborder le sujet de la Roumanie, pays qui nous a tant causé préjudice. Berceau mythique du vampirisme, du à la présence du célébrissime Vlad Dracul, plus connu sous le nom de Dracula, qui est devenu en l’esprit des mortels la représentation symbolique du vampire, les vielles légendes roumaines regorgent de créatures diaboliques plus ou moins assimilées aux vampires, telles que les moroïs, les strigoïs, les nosferats, les pryccolitchs, les vircolacs, créatures dont nous avons déjà étudié la nature, pour certaines d’entre elles du moins.

La Roumanie est historiquement composée de trois états : la Transylvanie, dont il est peu probable que vous ignoriez le nom, la Moldavie et la Valachie. Elle doit son originalité culturelle à l’influence qu’exercèrent sur elle la Hongrie, ainsi que les Ottomans qui lancèrent contre elle des attaques répétées tout au long de son histoire… Célèbre, connue de tous pour ces fameux récits vampiriques, elle doit tout de même sa sombre notoriété au personnage historique cité plus haut, Vlad Tepes, ainsi qu’à son ombre, Dracula…

Les coutumes que l’on pratiquait autrefois en Roumanie se retrouvent encore en certaines campagnes isolées, car les mortels ont su, là-bas, garder à l’esprit et transmettre à leurs descendants la réalité de notre existence, au travers de nombreux témoignages que l’on peut malheureusement se procurer un peu partout dans le monde, certains chercheurs et hommes d’église s’étant longuement, en un temps, penchés sur la question, frôlant une vérité qui nous fît frémir, mais qui ne fut jamais soupçonnée.
De nos jours, les histoires de vampires roumaines sont considérées comme de curieuses légendes. Cependant, je déconseille aux jeunes vampires d’aller s’installer en Roumanie. Comme nous le prouvent encore certaines histoires récentes, les populations locales n’ont rien oublié et elles sauraient, si elles découvraient votre existence, vous faire passer l’envie de vous relever la nuit.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

  • A Découvrir Également: